Équipe de Bosnie-Herzégovine de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de Bosnie-Herzégovine de football féminin.

Drapeau : Bosnie-Herzégovine Équipe de
Bosnie-Herzégovine

Écusson de l' Équipe deBosnie-Herzégovine
Généralités
Confédération UEFA
Couleurs blanc et bleu
Surnom Zmajevi (« Dragons »)
Zlatni Ljiljani (« Lys »)
Stade principal Stade Asim Ferhatović Hase
Classement FIFA 19e (17 juillet 2014)
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Bosnie-Herzégovine Safet Sušić
Capitaine Emir Spahić
Plus sélectionné Zvjezdan Misimović (79 sél.)
Meilleur buteur Edin Džeko (33 buts)

Rencontres officielles historiques

Premier match 6 juin 1993 (Iran, 3-1)
Plus large victoire 8-1, Liechtenstein (7 sept. 2012)
7-0, Estonie (10 septembre 2008)
Plus large défaite 0-5, Argentine (14 mai 1998)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 1

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Coupe du monde 2014

L'équipe de Bosnie-Herzégovine de football, créée en 1992, est l'équipe nationale représentant la Bosnie-Herzégovine en football masculin. Cette équipe est dirigée par la Fédération de Bosnie-Herzégovine (Fudbalski Savez Bosne I Hercegovine (bs)), qui n'est affiliée à la FIFA et n'est membre de l'UEFA que depuis 1996. Avant 1992, les joueurs bosniens faisaient partie de l'équipe de Yougoslavie mais seule la Serbie est aujourd'hui considérée comme l'héritière légitime de cette dernière par les instances internationales.

La première victoire de l'équipe nationale en tant que membre de la FIFA est une victoire de prestige, le 6 novembre 1996 face à l'Italie, vice-champion du monde en 1994. L'équipe de Bosnie-Herzégovine doit attendre dix-huit ans avant de se qualifier pour la phase finale d'une compétition internationale : en 2014, les « Dragons » se qualifient pour la Coupe du monde de 2014, après avoir remporté leur groupe de qualification devant la Grèce. Avant ce succès, l'équipe avait plusieurs fois manqué de peu une qualification pour des tournois majeurs, notamment pour la Coupe du monde de 2010 et le Championnat d'Europe 2012 où le Portugal élimine à deux reprises les Bosniens en barrage. La Bosnie-Herzégovine passe également de justesse à côté du Championnat d'Europe 2004 ou de la Coupe du monde de 2006.

La Bosnie-Herzégovine organise ses matchs au stade Asim Ferhatović Hase, dans la ville de Sarajevo. Le classement FIFA le plus élevé de la sélection est une 13e place occupée en août 2013. En octobre de la même année, la Bosnie-Herzégovine apparaît pour la première fois de son histoire en tête des anciennes républiques yougoslaves à ce classement.

Historique[modifier | modifier le code]

Période pré-indépendance (1905-1992)[modifier | modifier le code]

Le football s'implante en Bosnie-Herzégovine au début du XXe siècle dans la ville de Mostar, avant que le sport ne se propage rapidement à Sarajevo, Banja Luka, Tuzla, Zenica et Bihac. Le pays vit sous domination austro-hongroise lors de l'organisation de la première compétition officielle en 1908, qui ne se déroule qu'à petite échelle au sein de chaque territoire occupé[1],[2]. Au début de la Première Guerre mondiale, il existe quatre clubs à Sarajevo et environ une vingtaine en dehors de la capitale. La création du Royaume de Yougoslavie après 1918 voit apparaitre un certain nombre de championnats, puis un championnat national auquel participent notamment deux équipes de Bosnie-Herzégovine.

En 1920, le prédécesseur de la fédération de football de Bosnie-Herzégovine est fondée en tant qu'« association des joueurs de Sarajevo ». Une Fédération de football de Bosnie-Herzégovine est fondée après la Seconde Guerre mondiale et est affiliée à la Fédération de Yougoslavie de football.

Mécha Baždarević
Mécha Baždarević, un Bosnien ayant joué pour la Yougoslavie puis pour la Bosnie-Herzégovine.

Les meilleurs clubs de Bosnie-Herzégovine jouent en première, deuxième et troisième divisions yougoslaves avec plus ou moins de succès, alors que les meilleurs joueurs bosniens intègrent la sélection yougoslave comme Vahid Halilhodžić, Safet Sušić, Josip Katalinski, Faruk Hadžibegić, Ivan Osim, Asim Ferhatović, Blaž Slišković, Mécha Baždarević, Dušan Bajević et beaucoup d'autres encore[3].

Les premières années (1992-2002)[modifier | modifier le code]

Peu de temps après l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine, alors que l'on est au début de la guerre de Bosnie, une sélection de joueurs bosniens rassemblée sous le nom de Bosnia-Herzegovina Humanitarian Stars prend part en mars 1993 à deux matchs amicaux humanitaires hors de ses terres, face au KRC Genk et au FC Kaiserslautern[4]. Blaž Slišković est le capitaine de cette première sélection de Bosnie-Herzégovine[5],[6]. Quelques mois plus tard, l'équipe joue son premier match contre une autre équipe nationale : la rencontre a lieu à Téhéran contre l'équipe d'Iran. Elle est remportée par la Bosnie-Herzégovine sur le score de trois buts à un, mais ce résultat n'a jamais été enregistré officiellement, la Bosnie-Herzégovine n'étant pas encore à l'époque membre de la FIFA.

Le 22 juillet 1995 l'équipe de Bosnie-Herzégovine joue un match humanitaire contre le Fortuna Düsseldorf, qui compte dans son équipe technique deux Bosniens, Aleksandar Ristić, l'entraîneur, et Enver Marić, chargé des gardiens de but[7]. Haris Škoro inscrit un doublé permettant aux Bosniens de repartir avec un score de parité de deux buts partout[8].

Le premier match amical de l'équipe reconnu par la FIFA se joue à Tirana le 30 novembre 1995, neuf jours après la signature des accords de Dayton qui mettent fin à la guerre de Bosnie. Alors que la République de Bosnie-Herzégovine n'est pas encore créée, les accords de Dayton ne prévoyant la création d'un État bosnien que le 14 décembre 1995, l'équipe nationale de football obtient un statut provisoire de la part de la FIFA pour jouer ce match. Les Bosniens portent en guise de maillots des t-shirts achetés dans des magasins de sport une heure avant de s'envoler pour l'Albanie[9]. Sous les ordres de l'entraîneur Fuad Muzurović, l'équipe bosnienne est composée d'Ismir Pintol, de Vedin Musić, d'Ibrahim Duro, de Muhamed Konjić, de Senad Begić, de Nedžad Fazlagić, d'Esmir Džafić, d'Enes Demirović, de Husref Musemić, d'Asim Hrnjić et d'Almir Turković. Elle s'incline contre l'équipe d'Albanie deux buts à zéro.

Almedin Hota
Almedin Hota, milieu de terrain bosnien ayant joué quatorze matchs entre 1998 et 2002.

L'équipe nationale de Bosnie-Herzégovine devient un membre officiel de la FIFA en juillet 1996[1], mais n'est affiliée à l'UEFA qu'en 1998[1], faisant de la Bosnie-Herzégovine le seul pays en cette fin de siècle à devenir membre de la FIFA avant d'être membre de sa propre confédération continentale[10].

La sélection se lance dans sa première campagne de qualification pour une compétition majeure pour la Coupe du monde 1998. Elle se retrouve dans le groupe de la Grèce, du Danemark et de deux anciennes républiques yougoslaves, la Croatie et la Slovénie. Le 1er septembre 1996, avec Mécha Baždarević pour capitaine et Fuad Muzurović comme sélectionneur, la Bosnie-Herzégovine connaît des débuts officiels difficiles en s'inclinant trois buts à zéro en Grèce[11]. Elle finit quatrième de son groupe, avec deux victoires de prestige face à la Slovénie et au Danemark, sur le score de trois buts à zéro, alors que les Scandinaves pointent en tête du groupe. Le match opposant la Bosnie-Herzégovine à la Croatie est organisé au stade Renato Dall'Ara de Bologne en raison des fortes tensions qui existent encore entre les deux pays.

Lors des éliminatoires de l'Euro 2000, la sélection, confiée à Mišo Smajlović, remporte trois matchs, fait deux matchs nuls et s'incline à cinq reprises. Quatre des cinq défaites le sont face aux deux favoris du groupe, la République tchèque et l'Écosse. L'équipe termine troisième du groupe, devant les îles Féroé et à égalité de points avec la Lituanie et l'Estonie, devancées lors des confrontations directes. Le 25 avril 2000, la Bosnie-Herzégovine joue un match à but humanitaire pour les orphelins de Bosnie, contre le FIFA's World Stars XI, au stade Koševo de Sarajevo[12]. Devant près de 25 000 personnes, le match se termine sur le score d'un but à zéro en faveur de la sélection mondiale, qui compte notamment dans ses rangs Dunga, Ali Daei et Roberto Baggio, buteur sur penalty.

Pour la Coupe du monde 2002, les Bosniens n'arrivent toujours pas à se mêler à la lutte pour les places qualificatives. Ils terminent à la quatrième place de leur groupe derrière l'Espagne, l'Autriche et Israël, en s'imposant seulement à deux reprises contre le Liechtenstein. À la suite de cette campagne calamiteuse, Blaž Slišković remplace Mišo Smajlović.

La montée en puissance (2002-2012)[modifier | modifier le code]

La campagne de qualification pour l'Euro 2004 voit les joueurs bosniens manquer de justesse une première qualification pour une compétition majeure. La campagne ne commence pourtant pas brillamment puisque les hommes de Blaž Slišković s'inclinent à domicile face à la Roumanie, qui marque trois buts dans les trente premières minutes, puis en Norvège. En mars 2003 l'équipe se relance en battant le Luxembourg puis le Danemark, à Copenhague, deux buts à zéro. Après une nouvelle défaite contre la Roumanie, à Craiova, la Bosnie-Herzégovine reprend goût à la victoire contre la Norvège à Zenica, grâce à un but tardif de Zlatan Bajramović, puis le Luxembourg. La Bosnie-Herzégovine est alors 3e, deux points derrière la Roumanie, qui a joué tous ses matchs, et le Danemark. Les Bosniens ont les cartes en main avant leur dernier match contre les Danois à Sarajevo, une victoire les envoyant directement à Euro au Portugal. L'équipe bosnienne encaisse un but dès la 12e minute par Martin Jørgensen, puis égalise dès la 39e minute : sur une longue passe d'Emir Spahić, Hasan Salihamidžić perce côté droit et sert Elvir Bolić qui inscrit le but égalisateur de la tête. Mais les Bosniens ne retrouveront pas le chemin des filets. Ce match nul repousse les Bosniens à la quatrième place du groupe[13], alors que le Danemark, contre qui la Bosnie-Herzégovine a pris quatre points en deux matchs, termine en tête.

Zvjezdan Misimović, attaquant bosnien ayant débuté sa carrière internationale en 2004.

Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2006, les Bosniens obtiennent deux matchs nuls face à l'Espagne, une victoire et une défaite face à la Belgique et un nul et une défaite face à la Serbie-et-Monténégro. Tenue en échec à domicile (où elle est restée invaincue) par la Lituanie, la Bosnie-Herzégovine termine troisième du groupe, à quatre points de l'Espagne, deuxième, et à six points de la Serbie-et-Monténégro.

Bénéficiant d'un tirage au sort relativement favorable, la Bosnie-Herzégovine débute la campagne de l'Euro 2008 par une victoire cinq buts à deux sur Malte. Cependant les défaites à domicile face à la Hongrie et la Grèce, suivies d'un match nul face à la Moldavie à Chisinau, ont raison de Blaž Slišković qui cède sa place à l'ancien sélectionneur de l'équipe Fuad Muzurović. En parallèle se trame une crise politique au sein du football bosnien puisque treize joueurs de l'équipe première refusent désormais de jouer pour l'équipe nationale tant que quatre hauts responsables de la Fédération de football de Bosnie-Herzégovine, Milan Jelić, Iljo Dominković, Sulejman Čolaković et Ahmet Pašalić, n'ont pas démissionné[14]. De jeunes joueurs comme Senijad Ibričić, Boris Pandža, Edin Dzeko, Vedad Ibišević et Sejad Salihović, qui ont participé aux éliminatoires du Championnat d'Europe espoirs 2007, en profitent pour commencer leur carrière internationale en remplacement des joueurs mutins.

La sélection se relance en s'imposant sur la Norvège à Oslo, puis à domicile la Turquie, trois buts à deux, et Malte. Edin Dzeko et Elvir Rahimić honorent leur première cape contre la Turquie à Sarajevo. Mais l'embellie est de courte durée et l'équipe enchaîne ensuite cinq défaites consécutives, dont deux à domicile. Les Bosniens terminent à la quatrième place de leur groupe. Meho Kodro remplace Fuad Muzurović, mais est remercié à son tour après seulement quelques mois[15].

Emir Spahić
Emir Spahić, capitaine bosnien lors des deux confrontations avec le Portugal en match de barrage.

Pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2010, la Fédération de Bosnie-Herzégovine nomme Miroslav Blažević, l'ancien sélectionneur de la Croatie. En octobre 2009, l'équipe se qualifie pour la première fois de son histoire pour les barrages d'une compétition internationale en terminant à la seconde place de son groupe derrière l'intraitable équipe d'Espagne, championne d'Europe en titre et future championne du monde[16]. Edin Dzeko est le meilleur buteur du groupe et est le second meilleur buteur dans la zone Europe avec neuf buts, juste derrière le Grec Theofanis Gekas, auteur d'un quadruplé contre la Lettonie. La Bosnie-Herzégovine affronte le Portugal lors des matchs de barrage et s'incline à deux reprises sur le score d'un but à zéro.

Le 1er avril 2011, l'équipe est provisoirement suspendue par la FIFA et par l'UEFA pour un problème de statut à la présidence de sa Fédération[17]. La suspension est cependant levée dès le 30 mai 2011[18].

L'équipe nationale est reprise par Safet Sušić, qui la mène de nouveau jusqu'aux barrages d'une compétition internationale. Lors des éliminatoires de l'Euro 2012, les Bosniens ont l'occasion de se qualifier directement au moment d'affronter la France à Paris. Les Bosniens ouvrent le score par l'incontournable Edin Dzeko et tiennent jusqu'à la 77e minute, lorsque l'arbitre écossais Craig Thomson siffle un penalty pour la France transformé par Samir Nasri. La Bosnie-Herzégovine termine finalement à la seconde place et se retrouve une nouvelle fois en barrage face au Portugal[19],[20]. Après un premier match sans but, la qualification se décide lors du match retour au Portugal. Après des buts rapides de Cristiano Ronaldo et de Nani, la Bosnie-Herzégovine est menée deux buts à zéro après seulement 25 minutes. Zvjezdan Misimović réduit l'écart à la 41e minute sur pénalty avant que Cristiano Ronaldo n'inscrive un nouveau but juste après la pause. Les Bosniens sont réduits à dix à la suite de l'expulsion de Senad Lulić mais reprennent espoir quand leur capitaine Emir Spahić réduit à nouveau l'écart à la 65e minute. Mais l’infériorité numérique leur est fatale et ils s'inclinent finalement six buts à deux[21],[22].

La consécration (Depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Edin Džeko
Edin Džeko, meilleur buteur de la sélection et grand artisan de la qualification en Coupe du monde.

En 2014, le pays le plus pauvre d'Europe[réf. insuffisante], qui compte une population de moins de quatre millions d'habitants et dispose d'un championnat divisé politiquement entre les Serbes et les Bosniaques et des infrastructures en très mauvais état, obtient sa place à la Coupe du monde 2014[9]. Ce sont ses débuts en phase finale.

Lors de la phase de qualification, la Bosnie-Herzégovine affronte la Grèce, la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie et le Liechtenstein. Les Bosniens débutent leurs éliminatoires par deux victoires sur le Liechtenstein huit buts à un, la victoire la plus prolifique de l'histoire de la sélection, et contre la Lettonie à Zenica, quatre buts à un. Après avoir obtenu un match nul zéro partout au Pirée, et avoir gagné trois buts à zéro à domicile contre la Lituanie, la Bosnie-Herzégovine conclut l'année 2012 invaincue et à la tête du groupe G, grâce à une différence de buts meilleure que celle de la Grèce[23].

Blessé, Miralem Pjanić, la vedette de l'entrejeu bosnien, ne peut participer au match décisif contre la Grèce. Le joueur se déplace pourtant à Zenica et s'annonce prêt à jouer si besoin. Cela n'est pas nécessaire puisque grâce à un doublé d'Edin Dzeko, la Bosnie-Herzégovine s'impose trois buts à un face à son adversaire direct pour la qualification[24]. Les Bosniens enchaînent en battant facilement la Lettonie à Riga, cinq buts à zéro. Battus par la Slovaquie en septembre 2013, un but à zéro, ils prennent leur revanche quatre jours plus tard en s'imposant à Žilina, maintenant ainsi leur première place devant la Grèce. Signe de la réussite bosnienne, les deux buts sont marqués par deux nouveaux joueurs, Ermin Bičakčić, troisième sélection, et Izet Hajrović deuxième sélection.

Sous les ordres de Safet Sušić, la Bosnie-Herzégovine se qualifie pour la Coupe du monde pour la première fois de son histoire après deux victoires contre le Liechtenstein et contre la Lituanie à Kaunas, le 15 octobre 2013[25]. L'équipe nationale termine à la première place du groupe G avec 25 points, à égalité avec la Grèce mais avec une meilleure différence de buts (la Grèce se qualifie à son tour en matchs de barrage)[26].

Le premier match de la Bosnie-Herzégovine en Coupe du monde a lieu dans le mythique stade Maracanã à Rio de Janeiro contre l'Argentine, première des qualifications de la zone Amérique du Sud et se solde par une défaite deux buts à un. Les Bosniens affrontent ensuite le Nigeria, champion d'Afrique en 2013 qui s'imposent un but a zéro éliminant par la même occasion les « dragons » de la compétition. Enfin, ils sauvent l'honneur lors du dernier match de la compétition en battant l'Iran trois buts à un, empêchant ainsi les persans de se qualifier pour la suite de la compétition.

Identité[modifier | modifier le code]

Surnoms[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des acteurs du sport bosnien, l'équipe de Bosnie-Herzégovine est surnommée du nom populaire de Zmajevi. Cependant, ils sont parfois appelés dans les médias étrangers les Golden Lilies (en français : « Lys d'or »)[27].

Couleurs[modifier | modifier le code]

Les maillots de l'équipe sont actuellement produits par une entreprise de vêtements de sport italienne, Legea. L'équipe est par ailleurs sponsorisée par BH Telecom (en), une entreprise de télécommunications de Sarajevo[28],[29].

Historique des maillots de l'équipe de Bosnie-Herzégovine
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1996-2006
(Domicile)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1996-2006
(Extérieur)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Barrage 2010
(Domicile)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Barrage 2010
(Extérieur)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Barrage 2012
(Domicile)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Barrage 2012
(Extérieur)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Qualification 2014
(Domicile)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Qualification 2014
(Extérieur)

Le tableau suivant répertorie les différents fabricants qui ont équipés la sélection bosnienne depuis 1996.

Période Fabricant de maillot
1996–1998 Drapeau de la Belgique Patrick
1999–2000 Drapeau de l'Allemagne Adidas
2000–2005 Drapeau de l'Allemagne Reusch (en)
2005-2014 Drapeau de l'Italie Legea
Depuis 2014 Drapeau de l'Allemagne Adidas

Supporteurs[modifier | modifier le code]

Supporteurs bosniens encourageant leur équipe nationale.

La sélection est soutenue à travers le monde par les émigrés bosniens, qui vivent en grand nombre dans le nord et dans l'ouest de l'Europe, ainsi qu'en Amérique du Nord et en Australie[30]. Certains de ces fans sont membres des BH Fanaticos, des BH Legion, de l'Armija Zmajeva (en français : « L'armée des dragons ») ou du groupe Ljuti Krajisnici[31],[32],[33].

Lors du match opposant la Norvège à la Bosnie-Herzégovine au stade Ullevaal à Oslo le 24 mars 2007, les supporteurs de la Bosnie-Herzégovine provoquent un retard de près d'une heure du coup d'envoi en jetant de nombreux fumigènes sur le terrain en protestation contre la corruption gangrenant la Fédération de football de Bosnie-Herzégovine[34].

Le 1er juin 2008, les anciens joueurs de la Bosnie-Herzégovine Meho Kodro et Elvir Bolic organisent avec d'autres anciennes gloires du football bosnien un match « humanitaire » à Sarajevo intitulé Kodro, Bola et leurs amis afin de marquer leur soutien à des changements au sein de la Fédération de football de Bosnie-Herzégovine[35]. Le match est organisé en même temps qu'un match amical opposant la Bosnie-Herzégovine à l'Azerbaïdjan à Zenica. L'affluence à Sarajevo est de plus de 15 000 spectateurs alors qu'elle est seulement de 50 spectateurs à Zenica[36]. Le match à Sarajevo a été organisé par la télévision fédérale qui préfère diffuser ce match de gala, auquel participent certains internationaux bosniens et qui se termine sur le score de onze buts à neuf en faveur de l'équipe Kodro[37], que celui de la sélection nationale[38].

Avant chaque match, durant de l'hymne national bosnien, les BH Fanaticos chantent les paroles du vieil hymne national Jedna si jedina, l'hymne national actuel ne disposant pas des paroles[39],[40].

Résultats[modifier | modifier le code]

Compétitions officielles[modifier | modifier le code]

Lorsque la Bosnie-Herzégovine obtient son indépendance vis-à-vis de la Yougoslavie, le 1er mars 1992, les responsables bosniens fondent rapidement une sélection nationale de football pour les représenter à l'international. Cependant la sélection ne peut participer aux qualifications pour la Coupe du monde 1994, la fédération nationale n'étant pas encore membre de la FIFA. De la même façon, la sélection bosnienne ne participe pas aux qualifications de l'Euro 1996, sa fédération n'étant toujours pas membre de l'UEFA.

C'est donc lors des qualifications pour la Coupe du monde 1998, que la Bosnie-Herzégovine fait ses débuts dans une compétition internationale. Cependant, le premier match à domicile contre la Croatie est joué à Bologne[41] en raison des nombreuses tensions qui existent encore entre les deux pays. Par la suite l'équipe échoue à plusieurs reprises lors des qualifications à une Coupe du monde, 4e de son groupe lors des qualifications à la Coupe du monde 2002, puis troisième lors des qualifications à la Coupe du monde 2006, elle atteint les barrages lors des qualifications de la Coupe du monde 2010 mais y échoue de peux face au Portugal. C'est finalement lors des qualifications à la Coupe du monde 2014 que la sélection bosnienne atteint enfin le graal en se qualifiant directement pour sa première compétition internationale majeure où elle ne franchi cependant pas le premier tour.

En Championnat d'Europe, la Bosnie-Herzégovine participe pour la première fois aux qualifications lors de l'Euro 2000, elle termine 3e de son groupe, sans jamais avoir pu réellement espérer mieux. Lors de l'édition suivante, les bosniens passent tout proche de l'exploit dans un groupe très serré ne ratant la qualification que lors du dernier match face au Danemark. Après une campagne de qualification ratée en 2008, la sélection bosnienne atteint les barrages lors des éliminatoire de l'Euro 2012 et se font éliminer une nouvelle fois par le Portugal.

Parcours en Coupe du monde
Phase finale Qualifications
Année Résultat Class. M V N D bp bc Class. M V N D bp bc
1930-1990 La Bosnie-Herzégovine est membre de la Yougoslavie
Drapeau : États-Unis 1994 La Bosnie-Herzégovine n'est pas membre de la FIFA
Drapeau : France 1998 Non qualifiée 4/5 8 3 0 5 9 14
Drapeau : Corée du Sud Drapeau : Japon 2002 Non qualifiée 4/5 8 2 2 4 12 12
Drapeau : Allemagne 2006 Non qualifiée 3/6 10 4 4 2 12 9
Drapeau : Afrique du Sud 2010 Non qualifiée Barrages 12 6 1 5 25 15
Drapeau : Brésil 2014 1er tour 20e 3 1 0 2 4 4 1/6 10 8 1 1 30 6
Drapeau : Russie 2018 - - - - - - - - - - - - - - -
Drapeau : Qatar 2022 - - - - - - - - - - - - - - -
Total 1/5 3 1 0 2 4 4 48 23 8 17 88 56
Parcours en Championnat d'Europe
Phase finale Qualifications
Année Résultat Class. M V N D bp bc Class. M V N D bp bc
1960-1992 La Bosnie-Herzégovine est membre de la Yougoslavie
Drapeau : Angleterre 1996 La Bosnie-Herzégovine n'est pas membre de la UEFA
Drapeau : Belgique Drapeau : Pays-Bas 2000 Non qualifiée 4/6 10 3 2 5 14 17
Drapeau : Portugal 2004 Non qualifiée 4/5 8 4 1 3 7 8
Drapeau : Autriche Drapeau de la Suisse 2008 Non qualifiée 4/7 12 4 1 7 16 22
Drapeau : Pologne Drapeau : Ukraine 2012 Non qualifiée Barrages 12 6 3 3 19 14
Drapeau : France 2016 - - - - - - - - - - - - - - -
Drapeau : Europe 2020 - - - - - - - - - - - - - - -
Total 0/4 - - - - - - 42 17 7 18 56 61

Trophées amicaux[modifier | modifier le code]

La Bosnie-Herzégovine participe à plusieurs tournois amicaux entre 1997 et 2001 organisés par la Malaisie, l'Inde ou l'Iran.

Parcours en compétition amicale
Compétition Résultat M V N D bp bc
Drapeau de la Malaisie Dunhill Cup Malaysia 1997 Finaliste 5 3 1 1 9 5
Drapeau de l'Inde Millennium Soccer Cup 2001 Finaliste 5 3 1 1 7 5
Drapeau de la Malaisie Merdeka Tournament 2001 Finaliste 5 3 1 1 7 4
Drapeau de l'Iran LG Cup 2001 Finaliste 2 1 0 1 4 6
Total 17 10 3 4 27 20

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Les principales villes d'accueil de la sélection.

L'équipe de Bosnie-Herzégovine utilise plusieurs enceintes pour recevoir ses adversaires. La plus grande, située dans le quartier Koševo de Sarajevo, est le stade Asim Ferhatović Hase, également connu comme le stade Koševo ou plus anciennement stade olympique. Sa capacité est de 34 630 places. Ouvert en 1947 et reconstruit en 1984 pour les Jeux olympiques d'hiver de 1984, il reçoit à sept reprises l'équipe de Yougoslavie entre 1954 et 1989. Il appartient à la ville et le FK Sarajevo en est le club résident. Il est rebaptisé en juillet 2004 en hommage à Asim Ferhatović, célèbre joueur du FK Sarajevo. Bien qu'il soit situé dans la capitale du pays, ce stade a perdu au cours des années 2000 sa position de stade principal de l'équipe nationale de Bosnie-Herzégovine au bénéfice du stade Bilino Polje de Zenica.

Construit en 1972, Bilino Polje est le stade du NK Čelik Zenica. Il accueille le premier match de la sélection bosnienne contre l'Albanie le 24 avril 1996 puis est utilisé régulièrement à partir de 2000. Il bénéficie bientôt d'une réputation de forteresse, la sélection y restant invaincue jusqu'en septembre 2006. Lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 2010, la Bosnie-Herzégovine y joue tous ses matchs à domicile et ne perd qu'une seule fois face au futur champion de monde, l'Espagne. Le 10 août 2012, après que des équipes se soient plaintes de la qualité médiocre de la pelouse, notamment le Portugal lors du match barrage pour l'Euro 2012, la fédération et les dirigeants de la ville de Zenica en financent le remplacement[42],[43]. En septembre 2013, le bilan de la sélection dans cette enceinte est de 18 victoires et 6 défaites en 30 matchs.

Le stade Grbavica (en) a été également utilisé à quelques reprises, pour des matchs amicaux.

L'équipe nationale de Bosnie-Herzégovine a longtemps utilisé pour la préparation de ses matchs le Kulturno Sportski Centar Famos Hrasnica, un centre sportif de petite capacité situé à Hrasnica, dans la banlieue de Sarajevo. Un camp d'entraînement plus moderne a depuis été construit dans le quartier de Crkvice à proximité de Zenica.

Personnalités historiques[modifier | modifier le code]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Safet Sušić
Safet Sušić, entraineur actuel de la sélection bosnienne.
Principaux sélectionneurs de la Bosnie-Herzégovine
Entraîneur Période[Note 1] M
Fuad Muzurović 1993-1998
2006-2007
22
Mišo Smajlović 1999-2002 28
Blaž Slišković 2002-2006 37
Miroslav Blažević 2008-2009 17
Safet Sušić Depuis 2009 39

Depuis 1992, la fédération a fait appel à une dizaine de sélectionneurs, tous bosniens à l'exception du croate Miroslav Blažević entre 2008 et 2009. Le premier d'entre eux est Mirsad Fazlagić qui ne dirige qu'un seul match et cède sa place en 1993 à Fuad Muzurović, qui mène la sélection lors de sa première campagne de qualification pour une compétition internationale majeure. Au départ de Muzurović en 1998, deux sélectionneurs se succèdent et connaissent des mandats de relative courte durée (7 matchs chacun en 1998 et 1999). Mišo Smajlović prend la suite pour la campagne de qualification à la Coupe du monde 2002. Bien qu'il échoue à qualifier la sélection, il reste un des sélectionneurs ayant connu le plus fort pourcentage de victoires (près de 46 %).

Son successeur Blaž Slišković échoue aux deux campagnes de qualification qu'il mène. Il est l'un des entraineurs ayant dirigé le plus de matchs de la sélection de Bosnie-Herzégovine. Après un bref retour de Fuad Muzurović sur le banc, plusieurs sélectionneurs se succèdent sans grand succès et sont remerciés rapidement, jusqu'au recrutement du premier sélectionneur non-bosnien par la fédération, Miroslav Blažević. Il est le premier à réussir à amener la Bosnie-Herzégovine jusqu'aux barrages de qualification d'une grande compétition internationale, mais la sélection y échoue et il est remercié.

Safet Sušić est le premier sélectionneur à qualifier la sélection bosnienne pour une compétition nationale majeure. Il débute son mandat par une victoire deux buts à un lors d'un match amical contre le Ghana à Sarajevo. Alors qu'il n'a remporté que deux victoires lors de ses six premiers matchs, Safet Sušić doit faire face à de nombreuses critiques des journalistes et chroniqueurs qui appellent à sa démission[44]. La sélection enregistre de meilleurs résultats en 2011 en réalisant une série de sept matchs sans défaite, dont trois matchs nuls face à la Grèce, la France et le Portugal, ce qui la mène au 19e rang mondial au Classement FIFA au début de l'année 2012[45]. Cependant, la Bosnie-Herzégovine n'arrive pas à se qualifier pour l'Euro 2012 après la lourde défaite concédé au Portugal mettant fin à leur invincibilité[46]. Malgré cet échec, Safet Sušić est confirmé à la tête de la sélection pour les qualifications à la Coupe du monde 2014. Il réussit l'exploit de qualifier la sélection pour le mondial brésilien, ce qui lui permettra de retrouver un tournoi qu'il a disputé comme joueur en 1982 et 1990[47],[48]. Il dépasse par la même occasion plusieurs records de ses prédécesseurs, en devenant le sélectionneur de Bosnie-Herzégovine ayant dirigé le plus de rencontres, celui à être resté le plus longtemps à la tête de la sélection ainsi que le sélectionneur ayant le meilleur taux de réussite (près de 49 % de victoires).

Liste complète des sélectionneurs de la Bosnie-Herzégovine
Sélectionneur Période Matchs Gagnés Nuls Perdus Gagnés %
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Mirsad Fazlagić 1993 1 1 0 0 100.0
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Fuad Muzurović 1993-1998 13 4 1 8 30.7
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Džemaludin Mušović 1998-1999 7 1 2 4 14.2
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Faruk Hadžibegić 1999 7 2 2 3 0.0
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Mišo Smajlović 1999-2002 28 13 7 8 46.4
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Blaž Slišković 2002-2006 37 11 11 15 29.7
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Fuad Muzurović 2006-2007 9 3 0 6 33.3
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Meho Kodro 2008 2 0 1 1 0.0
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Denijal Pirić 2008 1 1 0 0 100.0
Drapeau : Croatie Miroslav Blažević 2008-2009 17 8 2 7 47.0
Drapeau : Bosnie-Herzégovine Safet Sušić Depuis 2009 39 19 7 13 48.7

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Edin Džeko, meilleur buteur de la sélection bosnienne.
Joueurs les plus capés[49]
Sélections Joueur Période Buts
83 Zvjezdan Misimović 2004-0000 25
77 Emir Spahić 2003-0000 3
65 Edin Džeko 2007-0000 36
58 Vedad Ibišević 2007-0000 21
51 Elvir Bolić 1996-2006 22
Meilleurs buteurs[49]
Buts Joueur Période Sélections
36 Edin Džeko 2007-0000 65
25 Zvjezdan Misimović 2004-0000 83
22 Elvir Bolić 1996-2006 51
21 Vedad Ibišević 2007-0000 58
17 Sergej Barbarez 1998-2006 48

Muhamed Konjić est le premier capitaine de l'histoire de la sélection. Il est épaulé tout au long de son capitanat, entre 1995 et 2002, par deux grands joueurs bosniens, Meho Kodro et Elvir Bolić. Quelques internationaux bosniens ont évolué plus tôt en équipe de Yougoslavie, comme Mécha Baždarević ou Blaž Slišković. De plus jeunes joueurs se voient offrir la chance d'écrire l'histoire de leur tout jeune pays comme Elvir Baljić, Hasan Salihamidžić, Mirsad Hibić ou encore Sergej Barbarez.

Au début des années 2000 la Bosnie-Herzégovine voit éclore une génération dorée. Des joueurs comme Zlatan Bajramović, Vedin Musić ou Mirsad Hibić, capitaine de la sélection entre 2001 et 2003, puis la plupart des joueurs ayant permis la qualification de leur pays à la Coupe du monde 2014 : le capitaine Emir Spahić, le défenseur Saša Papac, les milieux de terrain Zvjezdan Misimović et Miralem Pjanić, ou encore l'attaquant vedette de la sélection Edin Džeko.

Ces derniers joueurs rassemblent les records personnels de la sélection : Zvjezdan Misimović le nombre de sélections devant Emir Spahić, et Edin Džeko le plus grand nombre de buts inscrits, devant Misimović.

Si l'histoire de la sélection bosnienne ne débute qu'en 1992, d'illustres joueurs bosniens ont évolué au sein de la prestigieuse sélection yougoslave avant l'indépendance. Ivan Osim a participé aux Jeux olympiques à deux reprises, à une Coupe du monde et joue la finale de l'Euro 1968 en compagnie d'un autre bosnien, Vahidin Musemić. Par la suite, Josip Katalinski, Safet Sušić, Vahid Halilhodžić, champion d'Europe espoirs en 1978, Faruk Hadžibegić ou encore Mirsad Baljić, médaillé de bronze aux Jeux olympiques d'été 1984, ont tous disputé des grands tournois internationaux (coupe du monde et championnat d'Europe) avec le maillot bleu.

Sélection actuelle[modifier | modifier le code]

Staff de l'équipe de Bosnie-Herzégovine
Fonction Nom
Sélectionneur Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Safet Sušić
Assistant Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Borče Sredojević
Assistant Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Elvir Baljić
Entraineur des gardiens Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Tomislav Piplica
Docteur Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Reuf Karabeg
Kinésithérapeute Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Radomir Ćosović
Kinésithérapeute Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Ismar Hadžibajrić
Directeur sportif Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Fuad Kečo
Secrétaire Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Elmir Pilav

Safet Sušić est l'entraîneur de l'équipe nationale de Bosnie-Herzégovine depuis le 28 décembre 2009[50]. Sa sélection de joueurs est la suivante :

Liste des joueurs appelés pour la Coupe du monde 2014
Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club
1 GB Asmir Begović 20 juin 1987 (27 ans) 33 0 Drapeau : Angleterre Stoke City FC
12 GB Jasmin Fejzić 15 mai 1986 (28 ans) 0 0 Drapeau : Allemagne VfR Aalen
22 GB Asmir Avdukić 13 mai 1981 (33 ans) 3 0 Drapeau : Bosnie-Herzégovine Borac Banja Luka
2 DF Avdija Vršajević 6 mars 1986 (28 ans) 14 2 Drapeau : Croatie Hajduk Split
3 DF Ermin Bičakčić 24 janvier 1990 (24 ans) 8 1 Drapeau : Allemagne Eintracht Braunschweig
4 DF Emir Spahić Capitaine 18 août 1980 (33 ans) 77 3 Drapeau : Allemagne Bayer Leverkusen
5 DF Sead Kolašinac 20 juin 1993 (21 ans) 6 0 Drapeau : Allemagne Schalke 04
6 DF Ognjen Vranješ 24 octobre 1989 (24 ans) 14 0 Drapeau : Russie Alania Vladikavkaz
7 DF Muhamed Bešić 10 septembre 1992 (21 ans) 12 0 Drapeau : Hongrie Ferencváros TC
13 DF Mensur Mujdža 28 mars 1984 (30 ans) 26 0 Drapeau : Allemagne SC Fribourg
15 DF Toni Šunjić 15 décembre 1988 (25 ans) 9 0 Drapeau : Ukraine Zarya Louhansk
8 ML Miralem Pjanić 2 avril 1990 (24 ans) 51 9 Drapeau : Italie AS Rome
10 ML Zvjezdan Misimović 5 juin 1982 (32 ans) 83 25 Drapeau : République populaire de Chine Guizhou Renhe
14 ML Tino-Sven Sušić 13 février 1992 (22 ans) 4 0 Drapeau : Croatie Hajduk Split
16 ML Senad Lulić 18 janvier 1986 (28 ans) 35 1 Drapeau : Italie SS Lazio
17 ML Senijad Ibričić 26 septembre 1985 (28 ans) 42 4 Drapeau : Turquie Kasımpaşa
18 ML Haris Medunjanin 8 mars 1985 (29 ans) 37 5 Drapeau : Turquie Gaziantepspor
19 ML Edin Višća 17 février 1990 (24 ans) 12 0 Drapeau : Turquie Istanbul BB
20 ML Izet Hajrović 4 août 1991 (22 ans) 9 2 Drapeau : Turquie Galatasaray SK
21 ML Anel Hadžić 16 août 1989 (24 ans) 3 0 Drapeau : Autriche SK Sturm Graz
23 ML Sejad Salihović 8 octobre 1984 (29 ans) 44 4 Drapeau : Allemagne TSG Hoffenheim
9 AT Vedad Ibišević 6 août 1984 (29 ans) 58 21 Drapeau : Allemagne VfB Stuttgart
11 AT Edin Džeko 17 mars 1986 (28 ans) 65 36 Drapeau : Angleterre Manchester City FC

Sélections et buts actualisés le 25 juin 2014.

Joueurs ayant été appelés par le sélectionneur lors des douze derniers mois
Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club Dernier match appelé
GB Dejan Bandović 11 juin 1983 (31 ans) 0 0 Drapeau : Bosnie-Herzégovine FK Sarajevo Coupe du monde 2014 (Réserviste)
DF Ervin Zukanović 11 février 1987 (27 ans) 6 0 Drapeau : Belgique KAA La Gantoise Coupe du monde 2014 (Réserviste)
DF Boris Pandža 15 décembre 1986 (27 ans) 21 0 Drapeau : Pologne Górnik Zabrze 15 octobre 2013 / Drapeau : Lituanie Lituanie
ML Adnan Zahirović 23 mars 1990 (24 ans) 20 0 Drapeau : Allemagne VfL Bochum Coupe du monde 2014 (Réserviste)
ML Miroslav Stevanović 29 juillet 1990 (23 ans) 10 1 Drapeau : Espagne Deportivo Alavés Coupe du monde 2014 (Réserviste)
ML Zoran Kvržić 7 août 1988 (25 ans) 2 0 Drapeau : Croatie HNK Rijeka Coupe du monde 2014 (Réserviste)
ML Srđan Stanić 6 juillet 1989 (25 ans) 0 0 Drapeau : Bosnie-Herzégovine FK Željezničar Sarajevo Coupe du monde 2014 (Réserviste)
ML Elvir Rahimić 4 avril 1976 (38 ans) 40 0 Drapeau : Russie CSKA Moscou 15 octobre 2013 / Drapeau : Lituanie Lituanie
ML Ivan Sesar 29 août 1989 (24 ans) 2 0 Drapeau : Turquie Akhisar Belediyespor 7 juin 2013 / Drapeau : Lettonie Lettonie
AT Ermin Zec 18 février 1988 (26 ans) 9 1 Drapeau : Turquie Gençlerbirliği SK Coupe du monde 2014 (Réserviste)

Statistiques[modifier | modifier le code]

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

La sélection de Bosnie-Herzégovine fait son entrée au classement FIFA en mai 1996, dont elle occupe la 170e place, la moins bonne position de son histoire, au mois de septembre. Elle connait par la suite une progression rapide, par exemple lorsqu'elle gagne vingt places entre mars et avril 1997. Au début des années 2000, la sélection bosnienne se stabilise aux alentours de la 70e place, puis connait une nouvelle phase de progression. 53e en octobre 2003, 42e en août 2006, elle atteint un an plus tard, en août 2007, la 25e place du classement. Après un bref recul, la sélection bosnienne reprend sa progression. En août 2013, après sa qualification pour la Coupe du monde, elle occupe la 13e place, ce qui en fait alors la meilleure sélection de l'ex-Yougoslavie au classement FIFA[51].

Au classement du 17 juillet 2014, la Bosnie-Herzégovine est situé au 19e rang[52].

Évolution de la position de la Bosnie-Herzégovine au classement FIFA[51]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

La sélection de Bosnie-Herzégovine a disputé entre 1995 et fin 2013, 166 matchs dans son histoire contre 64 pays différents. Bien qu'elle ait déjà affronté des équipes de tous les continents, la sélection bosnienne a surtout joué contre des sélections proches géographiquement, situées principalement dans les Balkans.

Carte mondiale colorée
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Bosnie-Herzégovine de football :
  •      Moins de quatre matchs
  •      De quatre à cinq matchs
  •      Plus de cinq matchs

De par les aléas des compétitions et les choix de la fédération dans l'organisation des matchs amicaux, la Bosnie-Herzégovine a connu comme adversaires les plus réguliers la Grèce (7 confrontations), la Lituanie, l'Iran et à l'Espagne (6 confrontations). La Bosnie-Herzégovine a affronté à dix-huit reprises des sélections de l'ex-Yougoslavie (Croatie, Serbie, Macédoine, Slovénie, etc.) pour un bilan de cinq victoires, cinq nuls et huit défaites.

Bilan face aux sélections affrontées plus de quatre fois[53]
Adversaire Total Victoires Nuls Défaites
Drapeau : Grèce Grèce 7 1 2 4
Drapeau : Lituanie Lituanie 6 4 1 1
Drapeau : Espagne Espagne 6 0 2 4
Drapeau : Iran Iran 6 0 1 5
Drapeau : Estonie Estonie 5 3 1 1
Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein 5 4 1 0
Drapeau : Luxembourg Luxembourg 5 5 0 0
Drapeau : Macédoine Macédoine 5 1 3 1
Drapeau : Serbie Serbie 5 0 2 3
Drapeau : Turquie Turquie 5 2 1 2

Records[modifier | modifier le code]

En termes de résultat record, les plus larges victoires enregistrées par la sélection bosnienne à ce jour l'ont été contre le Liechtenstein (8-1) lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 le 7 septembre 2012 et contre l'Estonie (7-0) lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2010 le 10 septembre 2008[53].

Les plus larges défaites de la sélection bosnienne l'ont été contre l'Argentine (5-0) lors d'un match amical le 14 mai 1998 et contre le Portugal (6-2) lors des éliminatoires de l'Euro 2012 le 15 novembre 2011[53].

La plus longue série de victoires consécutives de la sélection bosnienne se déroule entre le 16 octobre 2012 et le 7 juin 2012 avec cinq victoires consécutives. Cette série est comprise dans une plus longue série de matchs sans défaite qui se déroule du 15 août 2012 au 7 juin 2012, soit neuf matchs consécutif sans défaite dont un seul nul[53].

La plus longue série de défaites consécutives de la sélection bosnienne se déroule entre le 22 août 2007 et le 30 janvier 2008 avec sept défaites consécutives. Cette série est comprise dans une plus longue série de matchs sans victoire qui se déroule du 22 août 2007 au 26 mars 2008, soit huit matchs consécutif sans victoire dont un seul nul[53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes
  1. La période correspond aux dates des premier et dernier matchs dirigés.
Références
  1. a, b et c (en) Uefa.com, « Bosnian standards continue to rise », UEFA,‎ 21 février 2010 (consulté le 21 décembre 2013)
  2. (bs) nfsbih, « Hronologija Razvoja Saveza » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), nfsbih.net, 1 janvier 2010. Consulté le 21 décembre 2013
  3. (hr) H. Ljevo, « Od Brazila do Brazila za 64 godine », sportsport.ba,‎ 11 décembre 2013 (consulté le 21 décembre 2013)
  4. (de) Australautern, « Betze Legends 1992: 1.FC Kaiserslautern vs. Bosnia Herzegovina », YouTube,‎ 22 août 2009 (consulté le 21 décembre 2013)
  5. (bs) Edin Isanović, « Prve utakmice bh. reprezentacije », sarajevo-x.com,‎ 31 mai 2009 (consulté le 21 décembre 2013)
  6. (bs) Edin Isanović, « Sušić, Slišković, Škoro i drugi počeli stvaranje reprezentacije », sarajevo-x.com,‎ 9 mars 2009 (consulté le 21 décembre 2013)
  7. (bs) Sportske Legende TV, « Muzurović talks about Bosnian beginnings min 32:45 », StudioFITO,‎ 23 mars 2011 (consulté le 2 janvier 2014)
  8. (bs) bihsoccer.com, « Fortuna Dusseldorf – Bosnia-Herzegovina 2:2 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), bihsoccer.com, 13 février 2006. Consulté le 2 janvier 2014
  9. a et b (en) theguardian.com, « Bosnia and Herzegovina unite behind their World Cup-bound football heroes », theguardian.com,‎ 6 décembre 2013 (consulté le 2 janvier 2014)
  10. (bs) nfsbih, « Hronologija Razvoja Saveza » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), nfsbih.net, 1 janvier 2010. Consulté le 3 janvier 2014
  11. (bs) Fuad Krvavac, « Prije 16 godina BiH je igrala sa Grčkom u Kalamati », klix.ba,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 3 janvier 2014)
  12. (en) pro-paul.net, « FIFA World Stars XI beat Bosnia », pro-paul.net,‎ 26 avril 2000 (consulté le 3 janvier 2014)
  13. (en) Uefa.com, « Denmark do just enough », UEFA,‎ 12 octobre 2003 (consulté le 3 janvier 2014)
  14. (bs) « Reprezentativci BiH neće igrati dok ne odu Jelić, Dominković, Čolaković i Pašalić », Sarajevo-X,‎ 31 octobre 2006 (consulté le 3 janvier 2014)
  15. (en) uefa, « Kodro fired as Bosnia-Herzegovina boss »,‎ 17 mai 2008 (consulté le 3 janvier 2014)
  16. (en) « Jubilant Bosnians book play-off place » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), UEFA, 10 octobre 2009. Consulté le 3 janvier 2014
  17. lequipe.fr, « La Bosnie suspendue »,‎ 1er avril 2011 (consulté le 3 janvier 2014)
  18. uefa.com, « Suspension levée pour la Bosnie-Herzégovine »,‎ 30 mai 2011 (consulté le 3 janvier 2014)
  19. (en) UEFA.com, « Draw for the UEFA EURO 2012 play-offs »,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 3 janvier 2014)
  20. (en) Piotr Kozminski, « Sušić and Bento expect to be pushed all the way »,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 3 janvier 2014)
  21. (en) uefa.com, « Portugal overwhelm ten-man Bosnia and Herzegovina », uefa.com,‎ 15 novembre 2011 (consulté le 3 janvier 2014)
  22. (en) telegraph.co.uk, « Cristiano Ronaldo and Nani lead Portugal to 6–2 demolition of Bosnia-Herzegovina and Euro 2012 finals », telegraph.co.uk,‎ 16 novembre 2011 (consulté le 3 janvier 2014)
  23. (en) fifa.com, « First-half flurry sees Bosnia-Herzegovina cruise », fifa.com,‎ 16 octobre 2012 (consulté le 3 janvier 2014)
  24. (en) fifa.com, « Dzeko double sees off Greece », fifa.com,‎ 22 mars 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  25. (en) « From the battlefield to football field: 20 years on from the Balkans bloodshed, Bosnia are ready to rival world's top teams in Brazil », Daily Mail,‎ 15 octobre 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  26. (en) « Bosnia-herzegovina qualifies for first world cup », Goal.com,‎ 15 octobre 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  27. (en) « Golden Lilies blossoming », FIFA.com,‎ 9 avril 2009 (consulté le 3 janvier 2014)
  28. (bs) nezavisne.com, « Bh. telekom zlatni sponzor », nezavisne.com,‎ 17 novembre 2009 (consulté le 3 janvier 2014)
  29. (bs) bihsoccer.com, « Reprezentacija Bosne i Hercegovine » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), bihsoccer.com, 12 novembre 2006. Consulté le 3 janvier 2014
  30. (en) Albin I., « Bosnian fans from Australia (Bosnia - Greece 3 : 1) », facebook.com,‎ 22 mars 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  31. (en) Vic, « Bosnia Fans Make the Most of Being Stuck on a Bridge », sportige.com,‎ 28 mars 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  32. (en) Emin D, « BHLegion fans go to Bilino », zenicablog.com,‎ 22 mars 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  33. (en) Emin D, « BHFanaticos fans go to Bilino », zenicablog.com,‎ 22 mars 2013 (consulté le 3 janvier 2014)
  34. (bs) BHFanatic1992, « BHFanaticos Norveska – Bosna i Herzegovina », YouTube,‎ 27 mars 2007 (consulté le 3 janvier 2014)
  35. (bs) Brza zmija, « Fotogalerija: Kodro, Bola i prijatelji », SportSport.ba,‎ 1 juin 2008 (consulté le 3 janvier 2014)
  36. (bs) Statler, « BiH – Azerbejdzan », SportSport.ba,‎ 1 juin 2008 (consulté le 3 janvier 2014)
  37. (bs) Statler, « Live – Spektakl na Kosevu », SportSport.ba,‎ 1 juin 2008 (consulté le 3 janvier 2014)
  38. (bs) I. Babic, « Svi na Kosevo – Spasimo BH fudbal », SportSport.ba,‎ 25 mai 2008 (consulté le 3 janvier 2014)
  39. (bs) BHFProduction, « Skenderija pjeva, Jedna si jedina », YouTube,‎ 14 juin 2008 (consulté le 3 janvier 2014)
  40. (en) Ministry of Justice of Bosnia and Herzegovina, « Proposal of the Text for the National Hymn of BiH Adopted by the Council of Ministers of BiH »,‎ 4 juin 2010 (consulté le 3 janvier 2014)
  41. (en) « World Cup 1998 qualifications », Rec. Sport Soccer Statistics Foundation (consulté le 4 janvier 2014)
  42. (en) goal.com, « Portuguese FA director laments pitch condition of Bosnia & Herzegovina Euro 2012 play-off match »,‎ 8 novembre 2011 (consulté le 4 janvier 2014)
  43. (en) ekapija.ba, « Renewal of Bilino Polje in its final stage »,‎ 30 juillet 2012 (consulté le 4 janvier 2014)
  44. (bs) sarajevo-x.com, « Oprosti mi, Pape, za sve grube rici », sarajevo-x.com,‎ 8 août 2010 (consulté le 5 janvier 2014)
  45. (en) FIFA.com, « FIFA/Coca-Cola World Ranking »,‎ 19 octobre 2011 (consulté le 5 janvier 2014)
  46. (en) uefa.com, « Sušić hoping for Bosnian breakthrough », uefa.com,‎ 30 janvier 2013 (consulté le 5 janvier 2014)
  47. (en) uefa.com, « Bosnia and Herzegovina tie up Sušić »,‎ 6 janvier 2012 (consulté le 5 janvier 2014)
  48. (en) FIFA.com, « Coach Susić commits to Bosnia »,‎ 5 janvier 2012 (consulté le 5 janvier 2014)
  49. a et b (en) « Bosnia and Herzegovina - Record International Players », RSSSF (consulté le 4 janvier 2014)
  50. (en) « Safet Sušić named new Bosnia football coach », USA Today,‎ 29 décembre 2009 (consulté le 5 janvier 2014)
  51. a et b fifa.com, « Bosnie-Herzégovine et classement FIFA » (consulté le 5 janvier 2014)
  52. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 20 juillet 2014)
  53. a, b, c, d et e (en) rsssf.com, « Bosnia-Herzegovina - List of International Matches » (consulté le 4 janvier 2014)