AC Sparta Prague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec le SK Slavia Prague, un autre club pragois.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sparta Prague.

Sparta Prague

Logo du Sparta Prague
Généralités
Nom complet Athletic Club Sparta Praha Fotbal, A.S.
Surnoms Rudí (les Rouges)
Fondation 16 novembre 1893 (121 ans)
Statut professionnel Professionnel
Couleurs Rouge bordeaux et Blanc
Stade Generali Arena
(20 852 places)
Siège Milady Horakove 98
170 82 Prague 7 - Letna
Championnat actuel Gambrinus liga
Entraîneur Drapeau : République tchèque Vítězslav Lavička
Site web www.sparta.cz
Palmarès principal
National[1] Championnat de R. Tchèque (12)
Coupe de R. Tchèque (6)
Supercoupe de R. Tchèque (1)
Championnat de Tchécoslovaquie (19)
Coupe de Tchécoslovaquie (8)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Gambrinus liga 2013-2014
0

L'AC Sparta Prague est un club tchèque de football, fondé le 16 novembre 1893 et basé à Prague.

Le Sparta Prague est le club le plus titré et le plus populaire du pays et l'un des plus grands d'Europe centrale. Il est souvent considéré comme le club des ouvriers de la ville (à l'opposé son rival, le Slavia Prague, le club de l'élite). Il participe à la Gambrinus Liga, la première division du championnat de République tchèque, dont il a remporté onze des dix-sept premières éditions depuis sa création en 1993.

Le Sparta Prague est résident du Generali Arena (appelée Letná Stadium de 1917 à 2003), enceinte de 20 800 places dont il est propriétaire. Le club est actuellement présidé et entrainé par l'ancien joueur international Jozef Chovanec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières années en Autriche-Hongrie (1893-1918)[modifier | modifier le code]

L'équipe du Sparta Prague en 1896.

À la fin de l'année 1893, quelques athlètes, réunis autour de trois frères, Václav, Bohumil et Rudolf Rudl, ont l'idée de créer un club sportif à Prague, en Autriche-Hongrie, pour concurrencer l'AC Prague, association sportive dont ils sont issus. Le 16 novembre 1893, ils adoptent les articles nécessaires à la création de cette association et un mois plus tard, le 17 décembre, la première assemblée générale du club se tient. L'Athletic Club Královské Vinohrady (du nom de la ville voisine de Prague dont les dirigeants sont issus) naît alors, rapidement rebaptisé un an plus tard Athletic Club Sparta lorsque la section football est créée.

Trois couleurs, le rouge, le jaune et le bleu, sont choisies pour être inscrites sur l'emblème du club : le bleu, pour symboliser l'Europe ; le rouge, symbole de la ville royale ; quant au jaune (et même si la signification est peu claire), elle semble avoir été choisie car elle est, avec le rouge, l'une des deux couleurs de la ville de Prague[réf. nécessaire]. Le terme Sparta quant à lui est un clin d'œil à l'ancienne cité grecque de Sparte dont les soldats étaient réputés pour leur vaillance au combat. Durant les premières années, les joueurs défendant les couleurs du Sparta portent un maillot noir avec un grand S sur le torse (Sparta).

L'équipe du Sparta en 1908

C'est en 1896 que le premier derby a lieu entre le Sparta et le Slavia Prague, créé quelques années plus tôt en 1892[2]. Les relations entre les dirigeants des deux clubs, aux origines antagonistes, sont alors déjà très tendues au point qu'il faille attendre douze ans pour que les deux clubs voisins daignent s'affronter de nouveau.

En 1906, le président du Sparta, le Dr Petřík, assiste à un match de l'équipe d'Arsenal en Angleterre et décide, à son retour, d'imposer la couleur de maillot des Gunners, le rouge, à son club. Depuis lors, les joueurs du Sparta jouent avec ce maillot rouge, un short blanc et des bas noirs.

À cette époque, les Praguois disputent la plus importante compétition de Bohème et Moravie, la Pohár dobročinnosti (cs) ((en français : « la Coupe de la charité »)), créée en 1896[3] mais rapidement snobée par le Slavia, qui préfère disputer des matchs amicaux à travers l'Europe et n'y envoie que son équipe réserve[4]. Après six ans d'interruption, due notamment aux pressions de l'Autriche-Hongrie défavorable à cette compétition, le Sparta remporte la compétition en 1909[3], puis la suivante en 1912 après une victoire en finale sur l'AFK Kolín (de)[3]. Cette édition, organisée par la fédération de football de Bohême-Moravie (la ČMFS), est pour la première fois disputée sous forme de championnat. Le tournoi, disputé de façon limitée en 1915 et 1917, disparaît avec la dissolution de l'Empire austro-hongrois à la fin de la Première Guerre mondiale.

L'âge d'or d'avant-guerre (1919-1938)[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, la Tchécoslovaquie naît de la dissolution de l'empire austro-hongrois. Elle n'organise pas de coupe nationale jusqu'à la deuxième guerre mondiale, et le championnat reste jusqu'en 1925 amateur et organisé au niveau régional[3]. Le Stredoceska zupa oppose alors les clubs de Prague, les meilleurs du pays.

Cela n'empêche pas le Sparta Prague de connaitre un premier âge d'or, accumulant les titres plus ou moins officiels. Cette équipe, surnommée le Železná Sparta ((en français : « Sparta de fer »)), domine outrageusement le football national, remportant le championnat de Prague de 1919 à 1923 et les deux tournois organisés entre les meilleurs clubs régionaux en 1919 et 1922[3]. De 1920 à 1923, elle remporte les 51 matchs de championnat qu'elle dispute, marquant 237 buts pour 43 buts encaissés[3].

Aux Jeux olympiques de 1920 organisés à Anvers, la sélection tchécoslovaque est composée essentiellement de joueurs du Sparta : le gardien František Peyr, les défenseurs Antonín Hoyer et Miroslav Pospíšil, les milieux František Kolenatý, Antonín Perner, Karel Pešek dit « Káda » (capitaine et par ailleurs membre de l'équipe tchécoslovaque de hockey sur glace qui remporte la médaille de bronze aux mêmes olympiades) et Jaroslav Cervený et les attaquants Antonín Janda-Ocko, Václav Pilát, Jan Placek, Josef Sedlácek et Otakar Škvajn-Mazal[5], dispose facilement des Yougoslaves (7-0), des Norvégiens (4-0) puis des Français (4-1). En finale, ils abandonnent après quarante minutes, se plaignant d'un arbitrage qu'ils considèrent comme outrageusement défavorable, et sont exclus de la compétition.

Au printemps 1925, le championnat national professionnel est officiellement créé. Dauphin du Slavia lors de la première édition à la différence de buts, le Sparta remporte la deuxième édition du Championnat de Tchécoslovaquie en 1925-1926, décrochant par là même le premier titre national officiel de son histoire.

Le club conserve son titre la saison suivante et remporte en parallèle la première édition de la Coupe Mitropa (connue alors comme la Coupe d'Europe centrale, ancêtre de la Ligue des champions actuelle), en disposant du SK Admira de Vienne, du Hungária FC de Budapest puis du SK Rapid de Vienne en finale (6-2, 1-2)[6].

Avec la retraite sportive des protagonistes des succès passés, le club connaît les années suivantes un certain creux sportif. Au cours des années 1930, une nouvelle génération de joueurs brille sous les couleurs praguoises : Hochman, Burgr, Hajný, Šíma, Silný, Čtyřoký, Košťálek, Raymond Braine, le premier expatrié belge à jouer à l'étranger en tant que professionnel mais aussi Oldřich Nejedlý (meilleur buteur de la Coupe du monde de 1934 en Italie avec la Tchécoslovaquie) se distinguent. Le Sparta Prague remporte de nouveaux titres de champion de Tchécoslovaquie en 1931-1932, 1935-1936 et 1937-1938, mais subit les autres années la domination du Slavia Prague, qui remporte les sept autres éditions entre 1929 et 1938.

Sur la scène internationale, le Sparta Prague brille en Coupe Mitropa, qu'il remporte de nouveau en 1935. Les Praguois battent cette fois-ci les Hongrois de Ferencváros 3-0 lors de la finale retour, après s'être inclinés 1-2 au match aller.

Retour aux compétitions régionales (1939-1964)[modifier | modifier le code]

Suite aux accords de Munich et au démantèlement du territoire tchécoslovaque en 1938, le Sparta Prague est amené à disputer le championnat de Bohême-Moravie de 1938 à 1944 (la guerre n'a pas interrompu le championnat, l'ancienne Tchécoslovaquie n'ayant pas été un champ de bataille durant ce conflit). Durant cette période, le Sparta est champion à deux reprises en 1939 et 1944, contre quatre titres pour le Slavia, qui domine alors le football de la région et parvient même à infliger à son rival une historique défaite 8-1 en 1942.

Au sortir du conflit mondial, le Sparta apparait comme l'une des plus belles équipes d'Europe centrale. Le 2 octobre 1946, le champion en titre de Tchécoslovaquie (le championnat a repris son intitulé d'avant-guerre lors de la saison 1945-1946) parvient à accrocher le club d'Arsenal sur ses terres (2-2). Il est champion du pays quatre fois consécutivement en 1944, 1946, 1947 et 1948, année ou les Communistes arrivent au pouvoir. Avec ce changement de Régime, le club change de nom à quatre reprises en cinq ans: en 1948, il devient Athletic Club Sparta Bubeneč avant d'être renommé Sokol Bratrství Sparta en 1949, puis Sparta ČKD Sokolovoen 1951 et TJ Spartak Praha Sokolovo en 1953 (jusqu'en 1965).

Si le début des années 1950 sont plutôt bonnes pour les Praguois avec deux titres (en 1952 et 1954) et deux places de dauphin (en 1951 et 1953), le milieu des années 1950 marque le début d'une véritable crise pour les Rouges. En dix ans, le club connait une véritable traversée du désert avec une absence totale de titres de 1954 à 1964. Sur le podium en championnat jusqu'en 1958, le Spartak Praha Sokolovo termine à une décevante dixième place en 1959, place qu'il n'a jamais fréquenté depuis la refonte du championnat de Tchécoslovaquie en 1945. Pire, en 1960, les Praguois ne se maintiennent que lors de l'avant-dernière journée du terme. Alors que le Sparta végète dans le ventre mou du championnat durant cette période allant de 1959 à 1964, le Dukla Prague écrase le championnat.

Nouveaux succès internationaux (1964-1973)[modifier | modifier le code]

Le renouveau du club intervient en 1964, alors qu'il compte dans ses rangs plusieurs internationaux tchécoslovaques finalistes de la coupe du Monde 1962. Le Sparta remporte d'abord pour la première fois la Coupe de Tchécoslovaquie, en battant en finale le MFK Košice 4-1, puis pour la troisième fois la Coupe Mitropa, en battant le Slovan Bratislava en finale (0-0, 2-0).

Fort de ce succès, le Sparta est invité pour la première fois à disputer une Coupe d'Europe la saison suivante. Qualifié pour la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1964-1965, les Tchécoslovaques éliminent sèchement l'Anorthosis Famagouste (10-0, 6-0) avant de céder au deuxième tour face aux Anglais de West Ham (0-2, 2-1).

Dès lors, le Sparta, renommé TJ Sparta ČKD Praha, joue les premiers rôles pendant trois ans dominant le championnat tchécoslovaque en 1965 et 1967 sous l'impulsion de plusieurs joueurs emblématiques comme Andrej Kvašňák ou Václav Mašek, le buteur de l'équipe. Au cours de ce mini âge d'or (resté dans la mémoire de beaucoup d'anciens supporters praguois), le Stadion Letná connait ses meilleures affluences. Le club remporte également le Tournoi international de Paris en 1965.

À la fin des années 1960, le club retombe dans l'anonymat même s'il remporte la Petite coupe du monde des clubs, un prestigieux tournoi amical, en 1969 à Caracas, au Venezuela[7]. La victoire du club lors de la Coupe de Tchécoslovaquie 1972 permet aux Praguois de se distinguer en réalisant une excellente campagne européenne lors de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de football 1972-1973. Ils ne sont battus qu'en demi-finale, par le Milan AC.

La relégation (1974-1983)[modifier | modifier le code]

Après quelques saisons terminées en milieu de tableau, le Sparta connait la première relégation de son histoire à la fin de la saison 1974-1975 suite à un exercice catastrophique, qui le voit finir à l'avant-dernière place. Après une saison au purgatoire, le club remonte dans la foulée. Signe de la popularité des Rouges, le match décisif pour la montée se joue à guichets fermés.

La fin des années 1970 et le début des années 1980 n'est pas une période faste pour le Sparta qui vivote en championnat et ne joue pas les premiers rôles en championnat, laissant ce rôle au Baník Ostrava et au Dukla Prague.

Domination du championnat tchécoslovaque (1984-1993)[modifier | modifier le code]

Après cette traversée du désert, le Sparta revit en 1984 en décrochant le titre de champion. Jozef Chovanec, Berger, Ivan Hašek, Tomáš Skuhravý et Stanislav Griga sont les joueurs qui contribuent à la renaissance du club de la capitale qui va alors écraser le championnat tchécoslovaque jusqu'au milieu des années 1990 : en dix ans, le Sparta décroche l'intégralité des titres mis en jeu (hormis les éditions 1985-1986 et 1991-1992, terminées à la seconde place derrière le FC Vítkovice et le Slovan Bratislava).

Ne connaissant pas de concurrence au sein de son championnat domestique et brillant en Coupe de Tchécoslovaquie, avec trois trophées en 1986, 1987 et 1993, le Sparta commence à se faire un nom sur la scène européenne : après avoir été éliminé au stade des quarts de finale de la Coupe UEFA 1983-1984 (battu par l'Hajduk Split), il cède de nouveau en quarts de finale de la Coupe des Champions (face à la Juventus, futur vainqueur) la saison suivante.

Au début des années 1990, une génération de joueurs a pris le relais de la « génération Skuhravý » : Michal Horňák, Martin Frýdek, Jiří Němec, Petr Kouba, Václav Němeček brillent sous le maillot rouge. Jusqu'à la partition du pays en 1993, ces joueurs maintiennent le leadership du Sparta en Tchécoslovaquie puis en République tchèque à partir de 1993.

Grâce à cette équipe, les Praguois réalisent également une excellente campagne européenne lors de la saison 1991-1992 : éliminant les Écossais du Glasgow Rangers puis l'Olympique de Marseille, vice-champion d'Europe, au second, le Sparta n'est éliminé qu'à l'issue de la phase de poule de la Coupe des clubs champions 1991-1992, qualificative pour la finale de la compétition. Terminant devant Benfica et le Dynamo Kiev mais derrière le FC Barcelone (qu'il a battu 1-0 en Tchécoslovaquie), le Sparta réalise là son meilleur parcours dans cette compétition.

Depuis 1993, une domination sans partage sur le championnat tchèque[modifier | modifier le code]

Sur la foulée de ses huit titres dans le Championnat tchécoslovaque de 1983 à 1993 (sur dix possibles), le Sparta Prague est naturellement l'équipe dominante du nouveau Championnat de République tchèque. Seul son rival historique, le Slavia Prague parait à même de s'opposer à la domination du Sparta. Or, si les joueurs du Slavia figurent très régulièrement à la deuxième place du classement, il n'a décroché que deux des cinq titres abandonnés par le Sparta Prague à ses rivaux depuis deux décennies (en 2008 et en 2009). Les deux autres champions durant cette période ont été le Slovan Liberec en 2002 et en 2006 et le Baník Ostrava en 2004. Depuis 1993, le Sparta fut absent à une seule reprise du podium final (lors de la saison 2005-2006, édition où le Sparta termine à la cinquième place).

Bien que le club a beaucoup de mal à briller sur la scène européenne depuis 1993 et la première édition du Championnat de République tchèque, il continue de fournir à la sélection nationale un bon nombre de ses joueurs. À la fin des années 1990 et cours des années 2000, Zdeněk Grygera, Tomáš Hübschman, Jaromír Blažek, Karel Poborský, Petr Čech ou Tomáš Rosický, formés ou passés au club ont porté ou porte haut les couleurs de club praguois en sélection.

Les différentes dénominations du club depuis sa création[modifier | modifier le code]

  • 16 novembre 1893 : fondation du club sous le nom d'Athletic Club Královské Vinohrady
  • 1894 : introduction du football et changement de nom pour Athletic Club Sparta
  • 1948 : le club est renommé Athletic Club Sparta Bubeneč
  • 1949 : le club est renommé Sokol Bratrství Sparta
  • 1951 : le club est renommé Sparta ČKD Sokolovo
  • 1953 : le club est renommé TJ Spartak Praha Sokolovo
  • 1965 : le club est renommé TJ Sparta ČKD Praha
  • 1991 : le club est renommé TJ Sparta Praha puis en AC Sparta Praha
  • 2003 : le club est renommé AC Sparta Praha fotbal a.s.

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès du Sparta Prague
Compétitions nationales Compétitions internationales
Compétitions actuelles 


Compétitions disparues 
Compétitions actuelles 


Compétitions disparues 


Infrastructures[modifier | modifier le code]

La Generali Arena, stade du Sparta Prague.
Articles détaillés : Generali Arena et Stade de Strahov.

Le Sparta Prague est propriétaire et résident du Generali Arena, stade de 20 852 places assises où il dispute donc ses matchs à domicile.

Ce stade, inauguré le 13 mai 1917 par un match entre le Sparta Prague et le FC Viktoria Plzeň (3-2), est nommé Stadion Letná jusqu'à sa renomination en Toyota Arena en 2003. En 2007, il adopte un nouveau nom, AXA Arena avant de devenir la Generali Arena en 2009. Entre-temps, l'enceinte subit plusieurs rénovations : en 1937, 1967 et 1994 (année où il est totalement reconstruit). Il accueille également les rencontres de la sélection nationale tchèque mais également d'autres évènements non-sportifs.

Par ailleurs, le Sparta utilise le gigantesque Stade de Strahov comme centre d'entrainement, dont les tribunes ont été conçues de façon à pouvoir accueillir environ 220 000 spectateurs à l'époque soviétique[8]. Réaménagé, le stade compte aujourd'hui six terrains de football et deux salles de futsal.

Personnages du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Période Entraîneur
1907–1911 Drapeau : Tchécoslovaquie Karel Malecek
1911–1918 Drapeau : Tchécoslovaquie František Malý
1919–1923 Drapeau : Angleterre Johny Dick
1924–1927 Drapeau : Tchécoslovaquie Václav Špindler
1928–1933 Drapeau : Angleterre Johny Dick
1933–1938 Drapeau : Tchécoslovaquie František Sedlaczek
1939–1944 Drapeau : Tchécoslovaquie Josef Kuchynka (en)
1945–1947 Drapeau : Tchécoslovaquie František Sedlaczek
1948–1953 Drapeau : Tchécoslovaquie Erich Srbek
1957–1958 Drapeau : Tchécoslovaquie Erich Srbek et Vlastimil Preis
1958–1959 Drapeau : Tchécoslovaquie Vlastimil Preis, Karel Senecký, Jirí Šimonek
1959–1962 Drapeau : Tchécoslovaquie Karel Kolský
1962–1963 Drapeau : Tchécoslovaquie Karel Kolský et Jaroslav Štumpf
1963–1964 Drapeau : Tchécoslovaquie Jaroslav Štumpf et Václav Ježek
1964–1969 Drapeau : Tchécoslovaquie Václav Ježek
1969–1970 Drapeau : Tchécoslovaquie Milan Navara
1970–1971 Drapeau : Tchécoslovaquie Karel Kolský
1971–1972 Drapeau : Tchécoslovaquie Karel Kolský
1972–1974 Drapeau : Tchécoslovaquie Tadeáš Krau (en)
1974–1975 Drapeau : Tchécoslovaquie Ivan Mráz
1975–1976 Drapeau : Tchécoslovaquie Štefan Cambal, Zdenek Rocek
1976–1977 Drapeau : Tchécoslovaquie Dušan Uhrin
1977–1978 Drapeau : Tchécoslovaquie Arnošt Hložek (en)
1978–1981 Drapeau : Tchécoslovaquie Jirí Rubáš (en)
1981–1982 Drapeau : Tchécoslovaquie Dušan Uhrin
1982–1983 Drapeau : Tchécoslovaquie Dušan Uhrin
Période Entraîneur
1983–1984 Drapeau : Tchécoslovaquie Václav Ježek
1984–1985 Drapeau : Tchécoslovaquie Vladimír Táborský (en)
1985–1986 Drapeau : Tchécoslovaquie Ján Zachar (en)
1986–1988 Drapeau : Tchécoslovaquie Václav Ježek
1988–1990 Drapeau : Tchécoslovaquie Jozef Jarabinský (en)
1990–1991 Drapeau : Tchécoslovaquie Václav Ježek
1991–1993 Drapeau : Tchécoslovaquie Dušan Uhrin
1993–août 1994 Drapeau : Tchécoslovaquie Karol Dobiáš
août-octobre 1994 Drapeau : Tchécoslovaquie Vladimír Borovicka (en)
octobre 1994-mars 1995 Drapeau : Allemagne Jürgen Sunderman (en)
mars–décembre 1995 Drapeau : Tchécoslovaquie Jozef Jarabinský (en)
janvier-septembre 1996 Drapeau : Tchécoslovaquie Vlastimil Petržela (en)
septembre 1996-décembre 1997 Drapeau : Tchécoslovaquie Jozef Chovanec
janvier 1998–1999 Drapeau : Tchécoslovaquie Zdenek Šcasný (en)
1999–2001 Drapeau : Tchécoslovaquie Ivan Hašek
2001–avril 2002 Drapeau : Tchécoslovaquie Jaroslav Hrebík (en)
avril 2002-2002 Drapeau : Tchécoslovaquie Vítezslav Lavick (en)
2002-décembre 2002 Drapeau : Tchécoslovaquie Jozef Jarabinský (en)
décembre 2002-mars 2004 Drapeau : Tchécoslovaquie Jirí Kotrba (en)
mars-décembre 2004 Drapeau : Tchécoslovaquie František Straka
janvier-octobre 2005 Drapeau : Tchécoslovaquie Jaroslav Hrebík (en)
octobre 2005-septembre 2006 Drapeau : Tchécoslovaquie Stanislav Griga
septembre 2006-mai 2008 Drapeau : Tchécoslovaquie Michal Bílek
2008-octobre 2008 Drapeau : Tchécoslovaquie Vítezslav Lavicka (en)
octobre 2008- décembre 2011 Drapeau : Tchécoslovaquie Jozef Chovanec
décembre 2011 - ? Drapeau : Tchécoslovaquie Jaroslav Hrebik

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Petr Čech, gardien du Sparta Prague durant la saison 2001-2002
   


Effectif actuel 2013-2014[modifier | modifier le code]

Effectif AC Sparta Prague de la saison 2013-2014
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[9] Nom Date de naissance Sélection[10] Club précédent
1 G Drapeau de la République tchèque Čech, MarekMarek Čech 8/4/1976 (38 ans) République tchèque Yeovil Town
31 G Drapeau de la République tchèque Vaclík, TomášTomáš Vaclík 29/3/1989 (25 ans) République tchèque Viktoria Žižkov
4 D Drapeau de la République tchèque Švejdík, OndřejOndřej Švejdík 3/12/1982 (31 ans)
FC Groningue
5 D Drapeau de la République tchèque Brabec, JakubJakub Brabec 6/8/1992 (22 ans)
Viktoria Žižkov
10 D Drapeau de la République tchèque flèche vers la droite Krátký, MarekMarek Krátký 8/6/1993 (21 ans)
FK Teplice
16 D Drapeau de la République tchèque Kadeřábek, PavelPavel Kadeřábek 25/4/1992 (22 ans)
Formé au club
19 D Drapeau de la République tchèque Hybš, MatějMatěj Hybš 3/1/1993 (21 ans)
Formé au club
26 D Drapeau du Zimbabwe Nhamoinesu, CostaCosta Nhamoinesu 6/1/1986 (28 ans) Zimbabwe Zagłębie Lubin
27 D Drapeau de la République tchèque Polom, RomanRoman Polom 11/1/1992 (22 ans)
Formé au club
6 M Drapeau de la République tchèque Vácha, LukášLukáš Vácha 13/5/1989 (25 ans)
Slovan Liberec
7 M Drapeau de la République tchèque Přikryl, TomášTomáš Přikryl 4/7/1992 (22 ans)
SK Sigma Olomouc
8 M Drapeau de la République tchèque Matějovský, MarekMarek Matějovský 20/12/1981 (32 ans) République tchèque Reading FC
9 M Drapeau de la République tchèque Dočkal, BořekBořek Dočkal 30/9/1988 (26 ans) République tchèque Rosenborg BK
11 M Drapeau de la République tchèque Mareček, LukášLukáš Mareček 17/4/1990 (24 ans)
RSC Anderlecht
17 M Drapeau de la République tchèque flèche vers la droite Vacek, KamilKamil Vacek 18/5/1987 (27 ans) République tchèque Chievo Vérone
18 M Drapeau : Côte d'Ivoire Konaté, TiémokoTiémoko Konaté 3/3/1990 (24 ans)
Africa Sports
22 M Drapeau de la République tchèque Hušbauer, JosefJosef Hušbauer 16/3/1990 (24 ans) République tchèque FC Baník Ostrava
23 M Drapeau de la République tchèque Krejčí, LadislavLadislav Krejčí 5/6/1992 (22 ans) République tchèque Formé au club
25 M Drapeau de la République tchèque Holek, MarioMario Holek 28/10/1986 (28 ans) République tchèque Dnipro Dnipropetrovsk
38 M Drapeau de la République tchèque Sýkora, JanJan Sýkora 29/12/1993 (20 ans)
Formé au club
21 A Drapeau de la République tchèque Lafata, DavidDavid Lafata Capitaine 18/9/1981 (33 ans) République tchèque FK Baumit Jablonec
29 A Drapeau de la République tchèque Bednář, RomanRoman Bednář 26/3/1983 (31 ans) République tchèque Sivasspor
30 A Drapeau de la République tchèque Juliš, LukášLukáš Juliš 2/12/1994 (19 ans)
Formé au club
Entraîneur(s)
  • Drapeau : République tchèque Vítězslav Lavička
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : République tchèque Václav Jílek
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : République tchèque Pavel Srníček



Légende

Consultez la documentation du modèle

Supporters[modifier | modifier le code]

Supporters du Sparta.

Le club, considéré comme le club des ouvriers, bénéficie d'un soutien populaire important en République tchèque. Ces supporters exhibent généralement les couleurs de l'emblême du club (bleu, jaune, rouge) plutôt que celles du maillot (grenat, blanc, noir).

Ces dernières années, les supporters du club ont cependant fait parler d'eux pour leurs dérapages racistes[11],[12], que le club essaie de combattre[13].

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Slavia Praha VS Sparta Praha. Prague cherche son maître », FIFA (consulté le 3 janvier 2011)
  3. a, b, c, d, e et f (en) « Czechoslovakia 1896-1917 », RSSSF (consulté le 3 janvier 2011)
  4. « Coupe de Tchéquie », IFFHS (consulté le 3 janvier 2011)
  5. Voir les équipes de football aux Jeux olympiques d'été de 1920 (en)
  6. (en) « Mitropa Cup 1927 », RSSSF (consulté le 3 janvier 2011)
  7. (en) « Pequeña Copa del Mundo 1969 (Caracas-Venezuela) », RSSSF (consulté le 3 janvier 2011)
  8. (en) « Rethinking "Fortress Strahov’ », The Prague Post,‎ 2003 (consulté le 3 janvier 2011)
  9. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  10. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  11. « Sparta la pression »,‎ 11 octobre 2007 (consulté le 3 janvier 2011)
  12. « Le Sparta paye la bêtise de ses fans », UEFA,‎ 23 septembre 2005 (consulté le 3 janvier 2011)
  13. « Le Sparta Prague contre les racistes », L'Équipe,‎ 15 août 2007 (consulté le 3 janvier 2011)