Frédéric-Guillaume III de Prusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric-Guillaume III
Frédéric-Guillaume III, par Anton Graff
Frédéric-Guillaume III, par Anton Graff
Titre
Roi de Prusse
16 novembre 17977 juin 1840
&&&&&&&&&&01554342 ans, 6 mois et 21 jours
Prédécesseur Frédéric-Guillaume II
Successeur Frédéric-Guillaume IV
Biographie
Titre complet prince-électeur et margrave de Brandebourg, Prince de Neuchâtel et Valangin
Dynastie Hohenzollern
Date de naissance 3 août 1770
Lieu de naissance Potsdam, Prusse
Date de décès 7 juin 1840 (à 69 ans)
Lieu de décès Berlin, Prusse
Père Frédéric-Guillaume II
Mère Frédérique de Hesse-Darmstadt
Conjoint Louise de Mecklembourg-Strelitz
Enfant(s) Frédéric-Guillaume (1795-1861), Guillaume Ier dit Le Grand, Charlotte-Wilhelmine (1798-1860), etc.

Frédéric-Guillaume III de Prusse
Rois de Prusse

Frédéric-Guillaume III (3 août 1770 à Potsdam - 7 juin 1840) régna comme roi de Prusse du 16 novembre 1797 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du roi Frédéric-Guillaume II et de Frédérique de Hesse-Darmstadt, il épouse en 1793 Louise de Mecklembourg-Strelitz (1776-1810), fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz et de Frédérique de Hesse-Darmstadt, une princesse remarquée pour sa beauté qui devait exercer une forte influence de 1807 à sa mort en 1810.

Roi en 1797, il congédia d'emblée le mentor de son père, Johann Christoph von Wöllner (1732 - 1800). Avec ses conseillers, les comtes von Goltz et von Haugwitz, il essaya de maintenir une politique de neutralité lors des guerres napoléoniennes, provoquant le mécontentement du tsar Alexandre Ier. Bien qu'il ne fasse pas partie de la troisième coalition en 1805, il rejoignit les alliés sous la pression des Russes en octobre 1806. Son armée fut anéantie aux batailles d'Iéna et d'Auerstaedt. Poursuivi par les Français jusqu'en Prusse-Orientale, il dut alors s'exiler avec les débris de son armée chez le tsar Alexandre Ier (qui était, d'après la rumeur, tombé amoureux de la reine Louise).

Mais en 1807, son hôte Alexandre Ier est à son tour battu par les Français. La paix est signée à Tilsit sur le Niemen et la Prusse doit abandonner tous ses territoires polonais, se retirer à l'est de l'Elbe et payer les frais de l'occupation des troupes françaises stationnant dans les points stratégiques du pays.

L'humiliation de la Prusse par Napoléon Ier impressionnera fort les fils du roi qui prendront leur revanche en 1870.

Frédéric-Guillaume III contraint d'accepter la situation, prépara la revanche à l'instigation de la reine Louise (qui meurt en 1810). Dans cette tâche, il fut efficacement soutenu par ses ministres dont le baron Karl vom Stein, le prince Karl August von Hardenberg, Gerhard Johann David von Scharnhorst, et le comte August von Gneisenau, qui réformèrent l'administration et l'armée.

En 1813, après la défection du général Yorck (Convention de Tauroggen) et la Retraite de Russie, il signa une alliance avec le tsar (traité de Kalitsch) et quitta Berlin encore sous contrôle des Français : désormais, les troupes prussiennes joueront un rôle décisif dans les victoires des Coalisés.

Au congrès de Vienne, ses négociateurs obtinrent de vastes territoires notamment en Rhénanie sauf l'annexion de toute la Saxe qu'il espérait. La Prusse était désormais un état bi-polaire coupé en deux par les pays Hessois.

Ayant retrouvé une armée et avec elle, sa pleine liberté d'action, le roi abandonna rapidement les promesses faites à son peuple de doter la Prusse d'une constitution. Tournant le dos aux idées libérales du baron vom Stein et de Hardenberg, il se rallia à la politique conservatrice de Metternich aux conférences de Troppau (1820), de Laibach (1821) et de Vérone (1822). Il mourut en 1840 et son fils aîné, Frédéric-Guillaume, lui succéda sur le trône.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

En 1793, Frédéric-Guillaume III de Prusse épousa Louise de Mecklembourg-Strelitz (1776-1810), fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz. Neuf enfants sont nés de cette union :

Le roi et la reine Louise (1799)

Veuf, Frédéric-Guillaume III de Prusse épousa en 1824 Augusta von Harrach, créée comtesse de Hohenzollern (1800-1873), fille de Guillaume von Harrach).

Généalogie[modifier | modifier le code]

Frédéric-Guillaume III de Prusse appartient à la première branche de la Maison de Hohenzollern. Cette lignée donna des électeurs, des rois, des empereurs à la Prusse, l'Allemagne. Frédéric-Guillaume III de Prusse est l'ascendant de l'actuel chef de la Maison impériale d'Allemagne, le prince Georges Frédéric de Prusse.

Hommage[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Généalogies des rois et des princes de Jean-Charles Volkmann, Édition: Jean-Paul Gisserot (1998)

Sur les autres projets Wikimedia :