Banque des règlements internationaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BRI et BIS.
Banque des règlements internationaux
Siège de la BRI à Bâle (Suisse)
Siège de la BRI à Bâle (Suisse)
Carte de l'organisation
Actionnariat de la BRI.

Création 1930
Type Institution financière
Siège Drapeau de la Suisse Bâle
Coordonnées 47° 32′ 53″ N 7° 35′ 31″ E / 47.548056, 7.591944 ()47° 32′ 53″ N 7° 35′ 31″ E / 47.548056, 7.591944 ()  
Langue(s) Français, anglais, allemand
Chairman Drapeau de la France Christian Noyer[1]
Site web http://www.bis.org/

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Banque des règlements internationaux

La Banque des règlements internationaux (BRI), (Bank for International Settlements en anglais ou BIS) a été créée en 1930. C'est la plus ancienne organisation financière internationale. Son statut juridique est celui d'une société anonyme, dont les actionnaires sont des banques centrales[2]. Elle est située à Bâle en Suisse, et surnommée la « banque centrale des banques centrales »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Établie dans le cadre du plan Young, réglant les modalités des réparations de guerre imposées à l'Allemagne par le traité de Versailles (d'où son nom), elle a servi aussi pour distribuer les financements de la reconstruction européenne. Sa fonction initiale étant devenue obsolète, elle est devenue le lieu de dialogue des grandes banques centrales.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Banque des règlements internationaux, dirigée par Roger Auboin, a continué de fonctionner, ce qui a provoqué diverses polémiques, sur le placement de l'or volé par l'Allemagne par exemple[4].

Rôles[modifier | modifier le code]

La BRI a pour fonctions[5] :

  • d'assister les banques centrales dans leur poursuite de la stabilité monétaire et financière ;
  • d'accueillir la coopération internationale dans ces domaines ;
  • d'agir en tant que banque des banques centrales.

La réunion bimestrielle du conseil d'administration, où se rencontrent les gouverneurs des grandes banques centrales, permet ainsi une coordination informelle des politiques monétaires des grands pays.

Elle héberge différents comités traitant des grands sujets financiers : Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, Committee on the global financial system, Committee on payment and settlement systems. Elle prépare par exemple des accords au niveau du comité de Bâle qui précisent un certain nombre de règles prudentielles (ratio de solvabilité, etc.) applicables à l'ensemble des banques commerciales de la planète : les Accords de Bâle, dont les derniers, les accords de Bâle III.

Enfin, la BRI centralise la collecte et assure la publication de nombreuses données statistiques[6] sur l'activité bancaire et les marchés financiers.

Organisation[modifier | modifier le code]

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Le capital de la BRI est composé d'actions appartenant, depuis le dernier élargissement de 2011, à 60 banques centrales[7], les institutions et personnes privées en étant exclues depuis 2000.

Ce capital est divisé en 600 000 actions, dont la moitié appartiennent aux banques centrales d’Allemagne, d’Angleterre, de Belgique, de France, d’Italie et des États-Unis d’Amérique, ou tout autre établissement financier de ce dernier État. Ce sont les gouverneurs de ces six banques centrales qui se partagent la direction de la BRI, avec les gouverneurs des banques centrales du Canada, de Chine, du Japon, du Mexique, des Pays-Bas, de Suède et de Suisse, et le président de la Banque centrale européenne[1].

En 2006, son actif est évalué à 221 milliards de USD[8].

Les 60 membres sont[7] :

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration est responsable de la direction stratégique et politique de l'institution[1].

Au 1er décembre 2013, les membres du conseil d'administration sont[1] :

Directeur général[modifier | modifier le code]

Le directeur général gère l'institution selon les politiques adoptées par son conseil d'administration[9].

Les directeurs généraux successifs de la BRI sont[10] :

Spécificités[modifier | modifier le code]

Les hauts cadres de la BRI ainsi que les représentants des banques centrales bénéficient d'une forme d'immunité diplomatique[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Board of Directors », sur http://www.bis.org/ (consulté le 31 juillet 2012).
  2. Article 15 des « Statuts de la Banque des règlements internationaux », sur http://www.bis.org/ (consulté en 1er février 2012).
  3. Agence France-Presse, « Banque des règlements internationaux — L'économie mondiale menacée par une nouvelle crise », Le Devoir,‎ 29 juin 2010 (lire en ligne).
  4. (en) « The 1930s and 1940s », sur http://www.bis.org/ (consulté en 1er février 2012).
  5. (en) « About BIS », sur http://www.bis.org/ (consulté en 2 décembre 2013).
  6. http://www.bis.org/publ/cpss107p2.pdf Statistiques 2011 de BRI
  7. a et b (en) « Organisation and governance », sur http://www.bis.org/ (consulté en 1er février 2012).
  8. (en) « Bank for International Settlements », sur http://www.newyorkfed.org/ (consulté en 1er février 2012).
  9. (en) « Management of the BIS », sur http://www.bis.org/ (consulté en 2 décembre 2013).
  10. (en) « Former and current members of BIS Management », sur http://www.bis.org/ (consulté en 1er décembre 2013).
  11. http://www.bis.org/about/headquart-f.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]