Zaha Hadid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zaha Hadid
Image illustrative de l'article Zaha Hadid
Présentation
Nom de naissance Zaha Mohammad Hadid
Naissance (63 ans)
Bagdad (Irak)
Nationalité Drapeau de l’Irak Irak
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Formation Université américaine de Beyrouth
Architectural Association School of Architecture
Œuvre
Agence Zaha Hadid Architects
Réalisations MAXXI, Rome
Pavillon-Pont, Saragosse
Phaeno, Wolfsbourg
Distinctions Prix Mies van der Rohe 2003
Prix Pritzker 2004
Praemium Imperiale 2009
Centre de construction BMW, Leipzig
Caserne des pompiers de Vitra, Weil am Rhein, Allemagne

Zaha Hadid (en arabe : زها حديد), née le à Bagdad, en Irak, est une architecte irako-britannique, figure du mouvement déconstructiviste.

Une monographie de son œuvre a été publiée en 2009[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Zaha Hadid étudie les mathématiques à l'université américaine de Beyrouth puis l'architecture à l’Architectural Association School of Architecture de Londres. Après l'obtention de son diplôme, elle travaille à l'Office for Metropolitan Architecture (OMA) avec Rem Koolhaas avant de créer sa propre agence à Londres en 1980. Durant les années 1980, elle enseigne aussi à l'Architectural Association School of Architecture, puis dans les plus prestigieuses institutions internationales.

Avec Koolhaas, elle rencontre Peter Rice qui la soutient à une période où ses œuvres semblent difficiles à construire. Elle obtient un poste à la chaire Kenzō Tange de la Graduate School of Design, université Harvard, la chaire Sullivan de l'université de l'Illinois à Chicago, école d'architecture. Elle a été, par ailleurs, professeur associée à la Hochschule für Bildende Künste à Hambourg, la Knowlton Shool d'Architecture, de l'université de l'État de l'Ohio, les Masters Studio de l'université de Columbia, New York et le professeur invité Eero Saarinen de design architectural à l'université Yale dans le Connecticut. Elle est membre honorifique de l'Académie américaine des arts et des lettres et de l'American Institute of Architects.

Son style se caractérise par une prédilection pour les entrelacs de lignes tendues et de courbes, les angles aigus, les plans superposés, qui donnent à ses créations complexité et légèreté. Elle est la première femme à obtenir le prix Pritzker en 2004. En 2008, elle est classée par le magazine Forbes au 69e rang des femmes les plus puissantes du monde[2]. Actuellement, elle est professeur à l'université des arts appliqués de Vienne en Autriche. En 2006, une rétrospective de son œuvre a eu lieu au Guggenheim de New York. Elle est le deuxième architecte à avoir bénéficié de cet honneur après Frank Gehry. La même année, elle reçoit un titre honorifique de l'université américaine de Beyrouth.

Le cabinet de design architectural - Zaha Hadid Architects - compte désormais 250 personnes. Son siège est situé à Londres. Zaha Hadid est assistée de cinq directeurs principaux de projets : Patrick Schumacher, Woody K. T. Yao, Jim Heverin, Christos K Passas et Gianluca Racana.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Œuvres achevées[modifier | modifier le code]

tremplin de saut à ski d'Innsbruck

Projets en cours[modifier | modifier le code]

Elle a aussi :

En 2010, le gouvernement irakien lui a commandé le nouveau bâtiment de la Banque centrale d'Irak. Ce projet sera son premier projet pour son pays natal, chantier estimé à 500 millions de dollars. D'autres travaux sont en projet : Pierres vives, le nouveau bâtiment du département de l'Hérault (pour accueillir trois institutions, à savoir, les archives, une bibliothèque et la cité du sport), à Montpellier, à la jonction entre le quartier populaire de la Mosson et le reste de la ville.

Le projet de Zaha Hadid a été désigné comme le meilleur pour le musée Guggenheim Hermitage de Vilnius en 2008. Elle a conçu la Tour de l'innovation pour Hong Kong Polytechnic University, qui devrait être achevée en 2011, et le pavillon Chanel Mobile Art qui a été ouvert à Hong Kong en 2008. Elle a complété un nouveau bâtiment pour Evelyn Grace Academy a Londres, en 2010.

Projets inaboutis[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque intercommunale à dimension régionale de Pau[11] : projet d'envergure annulé le 11 mai 2006. Raison « officielle » avancée : l'appel d'offre n'ayant eu aucun résultat et le coût prévisionnel s'étant démultiplié, la communauté a choisi d'arrêter les frais. En fait l'ouvrage « novateur » de fibres de carbone conçu par Mme Hadid ne pouvait être construit d'une manière industrielle et aucune société d'assurance n'acceptait de couvrir un bâtiment pour lequel aucun agrément ni aucun référencement technique n'avaient été accordés par un organisme de certification[12].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Elle fut titulaire en 2002 de la chaire Eero Saarinen de design architectural à l'université Yale.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2011 - (29 avril - 30 octobre) Une architecture [Institut du monde Arabe], Paris
  • 2007 - (29 juin - 25 novembre) - Design Museum, Londres
  • 2006 - (1er juin - 29 juillet) – Ma10 Mx Protetch Gallery, Chelsea, NYC
  • 2006 - (3 juin - 25 octobre) – Musée Solomon R. Guggenheim, New York
  • 2003 - (4 mai - 17 août) - MAK - Musée des arts appliqués (Museum für angewandte Kunst) (Vienne)
  • 2002 - (10 mai-11 août) Centro nazionale per le arti contemporanee, Rome[14]
  • 2001 - Kunstmuseum, Wolfsbourg
  • 2000 - Pavillon britannique à la Biennale de Venise
  • 1997 - San Francisco MoMA
  • 1995 - Graduate School of Design à l'université Harvard
  • 1988 - Deconstructivist Architecture show at MoMA, New York
  • 1985 - GA Gallery, Tokyo
  • 1983 - Rétrospective au Architectural Association, Londres
  • 1978 - Musée Solomon R. Guggenheim, New York

Films et vidéos[modifier | modifier le code]

  • A Day with Zaha Hadid 2004, 52 minutes, couleur. New York: Michael Blackwood Productions.

Lecture supplémentaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard Morrison, « For ever thinking outside the boxy », The Times,‎ 27 juin 2007 (lire en ligne)
  • Margherita Guccione (trad. Christine Piot), Zaha Hadid, Arles, France, Actes Sud, coll. « Grands architectes »,‎ 2010, 120 p. (ISBN 978-2-7427-9214-6)
  • Odile Cavalier (dir. coll.), Zaha Hadid, une architecture pour le XXIe siècle, Paris, Éditions Hazan, coll. « Beaux Arts »,‎ 2011, 160 p. (ISBN 978-2-7541-0573-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :