Mésozoïque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mésozoïque

Notation chronostratigraphique MZ
Niveau Érathème / Ère
Éonothème / Éon Phanérozoïque

Stratigraphie

Début Fin
Point stratotypique mondial 252,17 ± 0,06 Ma Point stratotypique mondial 66,0 Ma

Le Mésozoïque (du grec ancien mesos : μέσο, moyen et zoon : ζῷον, animal), appelé anciennement Ère secondaire (ou Ère des Reptiles), est une ère géologique qui s'étend de − 252,2 à − 66,0 Ma, au cours de laquelle apparaissent des espèces de mammifères et de dinosaures.

Sa limite supérieure correspond à l'extinction du Crétacé.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le Mésozoïque, d'une durée totale de 186,2 Ma, comprend les trois périodes suivantes[1],[2] :

  • Trias (entre 252,2 et 201,2 Ma ~ 51 Ma) : développement des dinosaures ;
  • Jurassique (entre 201,3 et 145,0 Ma ~ 56,3 Ma) ;
  • Crétacé (entre 145,0 et 66,0 Ma ~ 79 Ma) : sa fin correspond à la disparition des dinosaures et ammonites.

Position des continents[modifier | modifier le code]

Géologiquement, au début du Mésozoïque, la totalité des terres émergées était rassemblée dans un supercontinent, la Pangée. Pendant cette ère, la Pangée se divise en deux ensembles continentaux, Laurasia et Gondwana.

Laurasia se divise à son tour en Amérique du Nord et Eurasie tandis que Gondwana se sépare en quatre continents : Amérique du Sud, Afrique, Australie et Antarctique. La mer Thétys apparaît également durant cette période. Pendant cette ère, un intense volcanisme est responsable de la fracturation de la Pangée.

Climat[modifier | modifier le code]

Du point de vue du climat, l'uniformité qui régnait à l'époque primaire a disparu. L'étude des fossiles marins montre que la surface terrestre pouvait se diviser en trois zones climatiques, depuis chacun des pôles jusqu'à l'équateur. Il existait, comme aujourd'hui, des zones glaciales autour des pôles, caractérisées par une faune très pauvre, de la neige blanche et épaisse et des paysages montagneux ; des zones tempérées avec une faune plus riche, caractérisées surtout par l'abondance des coralliaires ; une zone équatoriale où la vie atteignait le maximum d'intensité.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Les dinosaures étaient les espèces animales dominantes durant presque tout le Mésozoïque.

Flore[modifier | modifier le code]

L'atmosphère est chargée de gaz carbonique ce qui influence beaucoup l'environnement. La végétation devient moins luxuriante, ce qui ne l'empêche pas de présenter des formes beaucoup plus nombreuses et supérieures à celles de l'époque primaire. Les cryptogames n'ont plus des dimensions aussi gigantesques, mais les cycadées et les conifères envahissent les terrains désormais plus secs.
Vers la fin de l'époque secondaire, on voit apparaître les monocotylédones et les dicotylédones angiospermes, qui prendront un grand développement pendant l'âge tertiaire.

Faune[modifier | modifier le code]

Le Mésozoïque est connu sous le nom plus familier d'âge des dinosaures, mais il est aussi marqué par l'apparition des oiseaux, des mammifères et des plantes angiospermes.

Il est caractérisé par une famille nouvelle de céphalopodes, celle des ammonites, qui apparaît au début et s'éteint à la fin de cet âge.

La faune secondaire comprend des protozoaires parmi lesquels les foraminifères perforés sont très abondants ; des spongiaires ; des polypes ; les crinoïdes pentacrines sont très nombreux ; les insectes particulièrement abondants dans le Jurassique ; les bélemnites, voisines de la seiche, nombreuses aussi.

La faune supérieure comprend des poissons dont l'ossification est beaucoup plus avancée qu'à l'époque primaire : les téléostéens apparaissent dans le Trias.

Les principaux reptiles sont l'ichthyosaure, le plésiosaure, le nothosaure, reptiles marins ; les dinosaures saurischiens et ornithischiens, reptiles terrestres ; les ptérosaures, reptiles volants.

Les oiseaux qui apparaissent à l'époque secondaire sont représentés d'abord par Archaeopteryx, le premier oiseau connu, puis par Hesperornis et Ichthyornis.

Enfin, les mammifères sont représentés par l'ordre des Protothériens, mammifères pourvus d'une poche marsupiale.

À la fin de cette ère, toutes les formes de vie modernes existent, bien que dans certains cas, et en particulier celui des mammifères, il s'agisse de formes primitives.

Gisements de fossiles[modifier | modifier le code]

Les gisements connus se comptent par centaines, mais le plus spectaculaire (en termes de nombre de squelettes de vertébrés et de conservation) est le site des « collines brunes » (Ukhaa Tolgod), correspondant au Crétacé supérieur.
Il est situé en Mongolie dans le désert de Gobi [3]. Là, bien que seule une zone d'environ 4 km2 ait été complètement fouillée, cette zone est en 2015 « la plus forte concentration de crânes et de squelettes de mammifères jamais trouvée pour tout le Mésozoïque »[3] ; plus de 400 mammifères et lézards y ont été déclarés en 2015 rien que dans la zone de collecte principale, mais on a aussi trouvé des restes de l'oiseau Mononykus et des sites de nidification de dinosaures avec notamment le premier fossile connu d'embryon de dinosaure théropode[3]. Par rapport aux autres gisements du Mésozoïque, la diversité et l'abondance des théropodes, mammifères et lézards est ici anormalement élevée[3]. L'état exceptionnel des ossements de vertébrés d'Ukhaa Tolgod pourrait être expliqué par un paléoclimat aride ayant périodiquement causé une forte mortalité par des catastrophes de type tempête de sable majeure plutôt que coulée de boue ou enlisement ; en effet, si les faciès géologiques d'Ukhaa Tolgod sont de type fluvial, ils ont conservé des taux localement élevés de faciès éoliens qui plaident en faveur de l'hypothèse des tempêtes de sable, phénomène non retrouvé pour les gisements terrestres du Crétacé supérieur connus en Amérique du Nord et du Sud (où les fossiles sont presque tous trouvés dans des dépôts fluviaux)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gradstein et al. 2012.
  2. « Charte stratigraphique internationale (2012) » [PDF], sur http://www.stratigraphy.org/ (consulté le 5 mai 2013).
  3. a, b, c, d et e Demberelyin Dashzeveg & al. (2015) Extraordinary preservation in a new vertebrate assemblage from the Late Cretaceous of Mongolia (résumé) ; Letters to Nature ; Nature 374, 446 - 449 (30 March 1994); doi:10.1038/374446a0

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) F.M. Gradstein, J.G Ogg, M. Schmitz et G. Ogg, The Geologic Time Scale 2012, Elsevier,‎ , 1176 p. (ISBN 9780444594488).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Paléozoïque Mésozoïque Cénozoïque
Cambrien Ordovicien Silurien Dévonien Carbonifère Permien Trias Jurassique Crétacé Paléogène Néogène .