Abbaye de Moutier-Grandval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moutier (homonymie).
Abbaye de Moutier-Grandval
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Augustins
Début de la construction VIIe siècle
Style dominant Détruite
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Région Canton de Berne
Commune Moutier
Coordonnées 47° 16′ 50″ N 7° 22′ 19″ E / 47.2806, 7.3719447° 16′ 50″ Nord 7° 22′ 19″ Est / 47.2806, 7.37194  

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Abbaye de Moutier-Grandval

Au VIIe siècle, le duc d’Alsace Gondoin donne à l’abbaye de Luxeuil le Grand Val, à l’entrée des gorges de la Birse », pour y fonder une nouvelle communauté. Vers l'an 640, le supérieur de Luxeuil y envoie saint Germain de Trêves. L’abbaye de Moutier-Grandval est née.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au fil du temps, nobles et grands seigneurs font donation de terres ou accordent des privilèges à l'abbaye. Carloman, roi de Bourgogne, confirme en 769 l’immunité concédée par ses prédécesseurs et donne au monastère la faveur royale.

L’empereur Lothaire prend Moutier-Grandval sous sa protection en 849. Lothaire II, en 866, lui garantit ses possessions. Le 20 septembre 884, l’empereur Charles le Gros confirme les biens, droits, revenus et dîmes de l’abbaye, qui s’étendent jusqu’en Alsace.

À la veille de l’an 1000, hanté par l’idée de la fin du monde et du jugement dernier, Rodolphe III de Bourgogne, au mépris de l’immunité reconnue par les souverains carolingiens et mérovingiens, donne l’abbaye à Adalbéron II, évêque de Bâle, consacrant son pouvoir temporel. Moutier-Grandval est ainsi aux origines lointaines de la Principauté épiscopale de Bâle, dont le destin, jusqu’à la Révolution française, s’étendra sur près de huit siècles.

Notoriété[modifier | modifier le code]

L'histoire de saint Germain a été rédigée par le moine Bobolène qui a écrit ce récit sur la base de témoignages. La renommée de Moutier-Grandval s'étendait dans l'Europe entière en tant que centre de science et de foi. L'école rattachée à l'abbaye, qui attirait des élèves venus d'horizons lointains, dispensait notamment l'enseignement de l'écriture et de la médecine. Les onguents d'Ison, le nom d'un religieux du couvent de Saint-Gall qui a séjourné à Moutier, étaient particulièrement efficaces en cas d'affections oculaires dues à la fumée des foyers.

Au IXe siècle, le monastère de Moutier-Grandval a reçu une magnifique bible enluminée et illustrée, provenant très vraisemblablement de l'atelier d'écriture de Tours où elle a été confectionnée vers 820 et 843. Joyau d'art scriptuaire carolingien, elle comporte 449 folios en parchemin donc 898 pages. En 1534, la Bible de Moutier-Grandval a suivi les religieux à Delémont, Moutier ayant adopté la Réforme.

À la Révolution française, la bible a été abandonnée dans un grenier à Delémont, où des enfants l'ont retrouvée en 1821. Elle fut vendue pour quelques francs en 1822, puis cédée à un marchand bâlois qui la vendit à son tour au British Museum de Londres, en 1836. Elle appartient maintenant à la British Library.

Liens externes[modifier | modifier le code]