Marne (géologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marne.

La marne que l'on nomme aussi, en fonction de sa qualité, pierre de France ou encore pierre de Maastricht[réf. nécessaire], est une roche sédimentaire contenant du calcaire CaCO3 et de l'argile en quantités à peu près équivalentes (35 % à 65 %).

Marnes bleues au Col Saint-Jean à Montclar

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot marne est attesté pour la première fois sous cette forme en français en 1287[1], de l'ancien français marle. Du latin marna, lui-même emprunté au gaulois margila.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Marnes grises de l'Aptien entre Roussillon et Saint-Saturnin-d'Apt

Depuis l'âge du bronze on extrait la marne sous forme de blocs de pierre à destination de la construction. On retrouve ce matériau abondant, facile à extraire et à façonner dans nombre de bâtiments anciens modestes ou prestigieux. Avec l'épuisement des carrières en marne de qualité, la faible dureté du matériau et sa mauvaise résistance conduiront cependant à un abandon progressif de cet usage. Apparu il y a peu, le phénomène des pluies acides constitue un redoutable ennemi des bâtiments construits en matériaux marneux. Les derniers gisements de marnes de qualité sont donc réservés à la restauration.

Au XIXe siècle on industrialisa la production de chaux. La marne avec sa composition calcaire élevée et son abondance était un ingrédient idéal pour les usages qui ne requéraient pas en final une chaux d'un haut niveau de pureté, l'élaboration de mortier par exemple. Le ciment Portland d'aujourd'hui utilise toujours la marne comme ingrédient principal.

Broyé, c'est aussi un produit d'amendement des cultures afin de rendre les sols moins acides.

Les marnières[modifier | modifier le code]

Article détaillé : marnière.

La marne fut extraite comme matériau de construction dès que les outils en métal furent connus.

Les marnières permettaient également d’extraire la craie pour amender les terres agricoles.

À l'époque, enlever d'importantes couches de terre végétale était impossible ; on commença donc à extraire là où la marne affleurait et on poursuivit en creusant des réseaux de galeries. À notre époque, la marne est extraite dans de gigantesques carrières à ciel ouvert, généralement proches de la cimenterie où elle est transformée en ciment.

Les anciennes marnières étaient souvent souterraines et disséminées (extraction au plus près, pour limiter le transport). Après usage elles ont été rebouchées, leurs emplacements étant seulement repérés par des arbres. Au fil du temps (et des remembrements), ces arbres généralement isolés au milieu des champs ont disparu et la mémoire du site avec eux.

Les phénomènes d'érosion et de dissolution conduisent quelquefois à des effondrements. Leurs conséquences sont particulièrement graves si des constructions ont été édifiées au-dessus. La Normandie est régulièrement victime d'accidents de cette nature.

Les marnes bleues contiennent souvent des fossiles

Le marnage[modifier | modifier le code]

Le marnage est une technique agricole consistant à rendre un sol plus calcaire en y ajoutant de la marne. Ceci permettait de remonter le pH des sols acides et les rendre plus propices à l'activité agricole. On a longtemps utilisé cette technique et ce, même avec des argiles non calcaires, ce qui n'avait aucune efficacité, cependant l'apport d'argile neuve permettait de compenser la déstructuration puis l'érosion des argiles en place.

Arts du feu[modifier | modifier le code]

Ceci grâce au carbonate de calcium que la marne contient, la plupart du temps à plus de deux mètres de profondeurs.

Mastic[modifier | modifier le code]

Spécialement pour le mastic de vitrier.

Calendrier[modifier | modifier le code]

La marne se fête le 17 nivôse dans le calendrier républicain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Caleb Arundel Bevans, The Old French vocabulary of Champagne: a descriptive study based on localized and dated documents…, University of Chicago, 1941, p. 25

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]