Meret Oppenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oppenheim (homonymie).

Meret Oppenheim, née le 6 octobre 1913 à Berlin-Charlottenburg et morte le 15 novembre 1985 à Bâle, est une écrivaine, une artiste peintre et plasticienne surréaliste suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Meret Oppenheim naît d’un père allemand et d’une mère suisse, Eva Wenger, sœur de la peintre et cantatrice Ruth Wenger qui fut une épouse de Hermann Hesse. Elle quitte l'école à dix-sept ans pour apprendre la peinture.

En 1932, elle se rend à Paris et fréquente irrégulièrement l'Académie de la Grande Chaumière. En 1933, Alberto Giacometti et Jean Arp l'invitent à exposer au Salon des surindépendants avec les surréalistes. Elle fait la connaissance d'André Breton et se lie d'amitié avec Max Ernst et Man Ray. Ce dernier la photographie à plusieurs reprises[1], en particulier pour la suite Érotique voilée[2].

En 1936, elle réalise, pour l'exposition surréaliste, l'objet Le Déjeuner en fourrure : une tasse, sa soucoupe et une petite cuillère recouvertes de fourrure. Alfred Barr, directeur du Museum of Modern Art (MOMA) de New York achète l'objet qui devient un des emblèmes du surréalisme. Cette même année, sa première exposition individuelle est organisée à Bâle. À cette occasion, Max Ernst lui écrit un texte pour les cartons d'invitation. En 1937, Meret Oppenheim retourne à Bâle.

En 1938, elle voyage en Italie avec la peintre Leonor Fini et l'écrivain André Pieyre de Mandiargues. De retour à Paris en 1939, elle participe à une exposition de meubles fantastiques.

En 1945, elle rencontre Wolfgang La Roche. Ils se marient quatre ans plus tard à Berne où ils s'installent. Mais en 1950, Meret Oppenheim revient à Paris, seule.

En 1954, elle se remet à travailler après dix-huit ans d’inactivité artistique. Deux ans plus tard, elle dessine les costumes et les masques pour la pièce de Picasso Le Désir attrapé par la queue mise en scène par Daniel Spoerri et représentée à Berne.

En 1959, à l'occasion de la Fête de printemps à Berne, Meret Oppenheim présente Le Festin : un buffet dressé sur le corps d'une femme nue au visage doré. Breton lui demande de refaire cet installation pour l'Exposition internationale du surréalisme à la galerie Cordier au mois de décembre[3].

En 1967, une première rétrospective est organisée à Stockholm. Au cours de années 1974 et 1975, c'est une rétrospective itinérante qui parcourt la Suisse.

En 1981, elle publie Sansibar, un recueil de poèmes, aux éditions Fanal, à Bâle.

En 1984, Meret Oppenheim collabore au quatrième numéro de la revue d'art Trou avec son travail d'étude sur la fontaine de la Waisenhausplatz (de) à Berne. Pour le tirage des cent premiers exemplaires de ce numéro, elle crée la fameuse estampe représentant sa propre main. Dans le même volume de Trou, on trouve des créations de Rolf Iseli (de), Max Kohler (de), Beat Brechbühl (de) et Daniel Schmid. Cette même année, des rétrospectives sont organisées à Berne, Paris et Francfort. Elle publie également le recueil de poèmes Husch, husch, der schönste Vokal entleert sich.

En 1985, elle commence une sculpture commandée par l'École polytechnique de Paris, sculpture que rien ne signale dans la cour, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève[4]. Elle meurt d'une crise cardiaque à Bâle, alors qu’une controverse est suscitée par la fontaine que la ville de Berne lui a commandée et qui ne plaît pas à tous ses habitants.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Der Oppenheimbrunnen (de), Waisenhausplatz, Berne
  • Le Déjeuner en fourrure, 1936, objet, Museum of Modern Art, New York[5] ( M.O.M.A )
  • Ma Gouvernante, 1936, objet : une paire de souliers ficelés comme un rôti et posés renversés sur un plat en argent, Moderna Museet Stockholm[5]
  • Il berce sa femme, 1938, huile sur toile, 7 × 14,5 cm, collection particulière, Paris[6]
  • Femme de pierre, 1938, huile sur carton, 59 × 49 cm, collection particulière, Turquie[7]
  • Le Festin, 1959, installation
  • Le Spectateur vert ou quelqu'un qui regarde quelqu'un mourir, sculpture, huile et cuivre sur bois[8]
  • Octavia, 1969, objet, huile sur bois, substance moulée et scie, 187 × 47 cm, Eugenia Cucalon Gallery, New York[9]
  • Bon appétit, Marcel! (La Reine blanche), 1966-1978, « ready-made arrangé » à l'attention de Marcel Duchamp, technique mixte : reine de jeu d'échec en pâte à pain allongée sur une assiette blanche encadrée d'une fourchette et d'un couteau, le tout posé sur un échiquier, avec un verre dans le coin supérieur gauche[10]
  • Sansibar, 1981, poèmes, éd. Fanal, Bâle
  • Husch, husch, der schönste Vokal entleert sich, 1984, poèmes
  • Poèmes et carnets, 1928-1985, Christian Bourgois, 1993, sélection de textes traduits de l'allemand par Henri-Alexis Baatsch

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de l’art de la ville de Bâle, 1975.
  • Grand Prix de l’art de ville de Berne, 1982.

Prix Meret-Oppenheim[modifier | modifier le code]

Le « Prix Meret-Oppenheim » est décerné chaque année par l’Office fédéral suisse de la culture. Il s’agit de l’une des rares distinctions expressément destinées à des artistes moins jeunes. L'âge minimal des lauréats est 40 ans. Les donateurs veulent contrer la tendance selon laquelle les artistes plus âgés trouvent difficilement un soutien financier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georgiana Colvile, Scandaleusement d'elles. Trente quatre femmes surréalistes, 1999, Jean-Michel Place, Paris, pages 218 à 227, avec une photographie de Meret Oppenheim réalisée en 1977 par Marion Kalter.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-34d787ed647f1f2f06b15c372822fe4&param.idSource=FR_O-f1994420a65dc801b5c746884671c22
  2. Patrick Bade, Man Ray, Parkstone International, 2011, p. 54
  3. Colvile, op. cité, p. 218
  4. Philippe Dagen, « Meret Oppenheim, en toute liberté », Le Monde, 23-24 février 2014, p. 12
  5. a et b Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 222
  6. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 220
  7. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 221
  8. 166 x 49 x 15 cm. Musée des Beaux-Arts de Berne. « L'idée du motif datait de 1933, métamorphosée en une première sculpture en 1959, puis, en 1978, en une seconde. » Reproduction dans Connaissance des arts n° 723, février 2014, p. 14.
  9. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 224
  10. Reproduction de la 2e version dans Connaissance des arts n° 723, février 2014, p. 13.

Lien externe[modifier | modifier le code]