Daig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bâle en 1493

Le mot daig, typiquement bâlois et connu internationalement sous cette forme, désigne à Bâle les membres des anciennes familles patriciennes qui dirigeaient la ville et possédaient le droit de bourgeoisie depuis des siècles.

Cette classe sociale des daig, de religion calviniste, et qui se caractérisait par de longues dynasties de savants, formait un groupe fermé sur lui-même, et prenant ses distances vis-à-vis des classes moyennes ou des nouveaux-riches.

Toutefois, lors des changements sociaux de la seconde partie du XXe siècle le pouvoir de cette couche de la population bâloise a fort diminué supplantée par un autre type de classe dirigeante sans racines historiques.

Elle n'en fait pas moins l'objet de l'attention des sociologues qui s'intéressent à la civilisation urbaine.

Familles considérées comme faisant partie des daig[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georg Kreis, Beat von Wartburg: Basel - Geschichte einer städtischen Gesellschaft, Bâle, 2000 (ISBN 3-85616-127-9)
  • Philipp Sarasin, Stadt der Bürger - Struktureller Wandel und bürgerliche Lebenswelt - Basel 1870–1900, Bâle, 1990 (ISBN 352536105X)
  • Johanna von der Mühll, Basler Sitten - Herkommen und Brauch im häuslichen Leben einer städtischen Bürgerschaft, Bâle, 1969 (ISBN 3774922543)