Années 1830

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

18301831183218331834
18351836183718381839

Décennies :

1810 · 1820Années 18301840 · 1850

Siècles :

XVIIIe siècleXIXe siècleXXe siècle

Millénaires :

 Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire 

Événements[modifier | modifier le code]


  • Uruguay : le pays dispose d’une constitution libérale et de ressources économiques provenant de son port de Montevideo et de ses exportations agricoles (élevage). Mais les disputes localistes divisent l’Uruguay en deux camps à partir de 1836. Les colorados, qui s’appuient sur la capitale, symbolisent la modernité et les idées libérales. Souffrant de la concurrence de Buenos Aires et commerçant avec le Brésil, ils sont fatalement anti-argentins. Les blancos défendent l’autorité des propriétaires terriens de l’intérieur et se méfient des visées expansionnistes du Brésil.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Les Masaï atteignent la latitude de Zanzibar.
  • Les marchands arabes établissent un relais à Tabora entre Zanzibar et les Grands Lacs.
  • Première incursion des traitants arabes dans le royaume lounda du Kazembe (à l’est de l’Angola). Habitués au système des tributs, les Lounda seront dépassé par l’esprit de libre entreprise des traitants, prélude à l’essor du grand commerce qui ne tarde pas à bouleverser les structures politiques du royaume.
  • Après la perte du Brésil, les Portugais reprennent une politique expansionniste en Angola. De 1836 à 1839, ils annexent les territoires de Matamba (en) et de Ginga et créent un poste à Duque de Bragança (pt) à 400 km à l’est de Luanda (1838).
  • Le monopole gouvernemental sur l’ivoire en Angola est aboli en 1834. Les prix augmentent de 300% à Luanda, provoquant un boom des exportations : 3000 livres en 1832, 105 000 en 1844, 190 000 en 1859. Dès 1850, elles dépassent en valeur celles des esclaves. Les Chokwe, qui se sont repliés pendant la période négrière dans les collines boisées aux sources du Kwango, du Kwilu et du Kasai (Angola), profitent du boom de l’ivoire pour s’enrichir. Ils achètent des fusils qui rendent la chasse plus rentable et leur permettent d’acheter des esclaves, surtout des femmes. Entre 1850 et 1890, l’épuisement des ressources de la chasse et de la cueillette et la pression démographique les poussent à migrer vers le nord et l’est de l’Angola, le sud de la République démocratique du Congo, de s’emparer de l’Empire Lounda et d’assujettir la plupart de leurs voisins[1].
  • En Afrique du Sud, la suppression de l’esclavage (1833), le contrôle du régime de la propriété et l’immigration anglaise détermine un grand nombre de Boers à émigrer vers les plateaux de l’intérieur[2].
  • Malgré son interdiction, la traite des esclaves continue : 60 000 départs par an vers 1830.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Locomotive « Le Belge » issue des ateliers John Cockerill

Art et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1830 en arts plastiques.

Sport et loisir[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Années 1830 en sport.

Économie et société[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. John E. Flint, The Cambridge History of Africa, vol. 5, Cambridge University Press,‎ 1977 (ISBN 9780521207010, présentation en ligne)
  2. Joseph Lévesque, Colonisation et décolonisation, Éditions des écrivains,‎ 1998 (présentation en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :