Reinach (Bâle-Campagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reinach.
Reinach
Blason de Reinach
Héraldique
Monument commémoratif de la bataille de Bruderholz
Monument commémoratif de la bataille de Bruderholz
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Bâle-Campagne
District Arlesheim
communes limitrophes
(voir carte)
Arlesheim, Münchenstein, Bottmingen, Oberwil, Therwil, Aesch, Bâle, Dornach
Maire Urs Hintermann
NPA 4153
N° OFS 2773
Démographie
Population 18 788 hab. (31 mars 2011)
Densité 2 684 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 38″ N 7° 35′ 28″ E / 47.493793, 7.591025 ()47° 29′ 38″ Nord 7° 35′ 28″ Est / 47.493793, 7.591025 ()  
Altitude 303 m
Superficie 700 ha = 7 km2
Divers
Nom officiel Reinach (BL)
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Bâle-Campagne

Voir sur la carte administrative du Canton de Bâle-Campagne
City locator 14.svg
Reinach

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Reinach

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Reinach
Liens
Site web www.reinach-bl.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Reinach est une ville et une commune suisse du canton de Bâle-Campagne, située dans le district d'Arlesheim.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située sur le flanc sur du Bruderholz dans la vallée de la Birse, la région de Reinach est colonisée au moins depuis le milieu de l'âge de la pierre, comme le prouvent les tombes et les outils découverts lors de fouilles archéologiques. D'autres reliques datant de l'âge du bronze ainsi que de l'époque romaine ont également été mises au jour.

La première mention écrite du village, sous le nom de Rinacho vient de Ludwig Garewart, prince-évêque du diocèse de Bâle entre 1164 et 1176. En 1194 le village appartient couvent de Beinwil.

Le village est durement touché par le tremblement de terre de Bâle de 1356 et en grande partie détruit. En 1373, le village est acquis par l'évêché de Bâle comme remboursement d'une dette et passe sous la seigneurie de la famille von Ramstein.

Lorsque le canton de Bâle rejoint la Confédération en 1501, Reinach reste comme territoire de l'évêché. La commune passe à la réforme protestante en 1525, mais revient au catholicisme en 1595, suite à la Contre-Réforme menée par l'évêque Jacques Christophe Blarer de Wartensee. À cette époque, Reinach est un important centre économique et commercial, servant notamment de dépôt de sel et de fruits pour les bailliages de Birseck et Pfeffingen.

La commune est envahie par les troupes françaises en 1792 et est annexée au département du Mont-Terrible (dont elle est l'un des chef-lieux) jusqu'en 1800 où elle fait partie du département du Haut-Rhin. Suite au congrès de Vienneven 1815, elle est rattachée au canton de Bâle avant de finalement rejoindre, en 1833, le canton de Bâle-Campagne lors de sa création.

Encore simple village de paysans au début du XXe siècle, Reinach va connaitre un développement important avec l'arrivée, dès 1907 de la ligne de train du pied du Jura puis, dans les années 1950, l'autoroute. La commune fait aujourd'hui partie da l'agglomération bâloise.

Monuments[modifier | modifier le code]

Au sommet du Bruderholz se trouve le monument Bruderholzdenkmal commémoratif de la bataille homonyme qui s'y est déroulée. Dans la ville même, se trouve une église protestante construite par l'architecte Ernst Gisel.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2011 », sur Office de la Statistique du Canton de Bâle-Campagne (consulté le 17 juillet 2011)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :