Tramway de Bâle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway de Bâle
(de) Basler Tramlinien
Image illustrative de l'article Tramway de Bâle

Situation Bâle et son agglomération
Drapeau de la Suisse Suisse
Type Tramway
Entrée en service 6 mai 1895
Longueur du réseau 46,58 km
Longueur additionnée des lignes 73,8 km
Lignes 13
Stations 182
Rames 327 :
(BVB : 213 / BLT : 114)
Fréquentation 137,954 millions (2009) soit 0,378 million par jour
Écartement des rails 1 000 mm
Propriétaire TNW + BVB/BLT
Exploitant BVB/BLT
Vitesse moyenne 19,204 km/h
Vitesse maximale 80 km/h
Lignes du réseau  1   2   3   6   8   10   11   E11   14   15   16   17   21 
Réseaux connexes (T) Tramway de Bâle
(BUS) Autobus dans le Nordwestschweiz
Regio S-Bahn Bâle

Image illustrative de l'article Tramway de Bâle

Le tramway de Bâle est un des systèmes de transport en commun desservant la ville de Bâle et certains villages de sa périphérie. Il comporte 13 lignes. Comme la cathédrale de la ville, le tramway est un des symboles de la ville. En raison de sa longévité (plus d'un siècle désormais), il fait partie du patrimoine bâlois.

Historique[modifier | modifier le code]

Tramway historique Ce 2/2 182 au Chemin de fer-musée Blonay-Chamby.

La première ligne du tramway de Bâle est entrée en service en 1895 entre la gare badoise et la gare centrale en passant par Marktplatz (la place du marché)[1].

Le réseau va s'agrandir rapidement. Durant l'année 1897, six nouveaux tronçons vont être mis en service, dont un quittant Bâle et desservant Birsfelden[2].

En 1900, c'est une première, le tramway franchit la frontière et arrive dans l'Empire allemand à Sankt-Ludwig (actuellement Saint-Louis dans le Haut-Rhin)[3].

Depuis cette année et, jusqu'en 1936, on comptera au moins une modification de tronçon par an[1].

À noter que pendant les deux guerres mondiales, les lignes pénétrant au-delà des frontières s'arrêtaient avant celles-ci.

Le tramway transporte aujourd’hui environ 346 000 voyageurs par jour (126,746 millions pour l’année 2008[4],[5]). Il dessert 182 stations (204 points d'arrêt), dont 80 offrent une correspondance avec une autre ligne.

L'exploitation du réseau du tramway de Bâle est assurée par deux compagnies,

Le premier établissement gère également en grosse partie le réseau de bus desservant le canton de Bâle-Ville et le second s'occupe plutôt du canton de Bâle-Campagne. Les deux entreprises sont prestataires du Tarifverbund Nordwestschweiz (TNW ; la Communauté tarifaire du Nord-Ouest de la Suisse).

La desserte de Bâle et de son agglomération trinationale est également assurée par deux autres moyens de transport en commun : le réseau de bus (124,36 millions de voyageurs pour 2007) et le Regio S-Bahn (équivalent du RER pour Bâle ; 16,2 millions de voyageurs en 2007[6]).

Le réseau actuel[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

Le tramway de Bâle a été mis en place, dans un premier temps, pour desservir Bâle intra-muros. Mais le succès de celui-ci entraîne, seulement 2 ans plus tard, la création d'un tronçon dépassant le ban communal (et cantonal) de Bâle pour arriver à Birsfelden.

Depuis, 22 autres communes seront desservies par ce même tramway (mais 3 l'abandonneront plus tard, Saint-Louis et Huningue en France et Lörrach en Allemagne). Il y a donc aujourd'hui 21 communes qui sont desservies par ce moyen de transport, dont Leymen, seule de ces 21 à ne pas être située en Suisse (mais en France).

Les deux voies du tramway sont toujours côte à côte, sauf aux aires de retournement. La circulation s'effectue sur la droite, comme sur les autres réseaux européens. L'écartement des rails est lui de 1,000 m comme sur la plupart des réseaux germaniques (et non pas comme pour les tramways français qui possèdent un écartement dit « standard » de 1,435 m. L'alimentation électrique se fait elle par ligne aérienne.

Le gabarit des rames du tramway de Bâle est variable. Les anciennes rames ont, en majorité, une largeur de 2,20 mètres et les rames dites « modernes » (Combino et Tango) mesurent 2,30 mètres de largeur.

La capacité varie elle aussi. De 95 places dans les plus anciennes rames encore en service (Be 4/4, 3e série) jusqu'à 275 places dans le tout récent matériel Tango. Le nombre de voitures composant les rames et leur longueur varient, là encore selon les lignes, de 1 à 3 voitures et de 13 mètres à 45. En revanche, les rames d'une même ligne possèdent toujours le même nombre de voitures (sauf dans certains cas comme actuellement, avec le test du Tango).

Les lignes 1 et 14, ainsi que les lignes 15 et 16, possèdent la particularité de se succéder à un moment donné, bien qu'il n'y ait pas d'aire de retournement. Pour la première paire, c'est à la station Dreirosenbrücke où il n'y a d'ailleurs pas d'attente de quelques minutes, chose qui se fait normalement à chaque terminus. Pour la seconde paire, c'est à la station Bruderholz.

Les stations[modifier | modifier le code]

Abri datant de 1926 reconverti en bar-tabac à la station Kannenfeldplatz.

Les stations du tramway bâlois sont très différentes. La majorité des stations se caractérise par deux voies, deux trottoirs, deux poteaux (et un ou deux abris). Mais quelques stations sont beaucoup plus originales.

Il y a les stations à plusieurs voies : de 3 à 6 voies, surtout aux stations desservant une gare comme Bahnhof SBB (Gare centrale), Badischer Bahnhof(Gare Badoise) ou Bahnhof St.Johann (Gare Saint Johann). Les quais sont alors comme ceux d'une gare (ex : À Bahnhof SBB(Gare centrale), les quais sont numérotés).

Il y a les stations qui possèdent une trace du passé comme un ancien abri. Ces derniers sont souvent reconvertis en kiosque ou bureau de tabac. C'est le cas à la station Kannenfeldplatz, qui possède un abri datant de 1926 marqué Basler-Strassenbahn (Tramway de Bâle) et qui sert désormais de tabac[7]. Mais ce n'est pas le cas à Neuweilerstrasse où l'abri, datant aussi de 1926, est toujours usité pour sa fonction première[8].

Enfin, d'autres stations ont des abris récents et originaux. À St.Jakob se trouve la Dramhyysli (Maisonnette du tram) juste devant le Parc Saint-Jacques[9].

Au fil du temps, les rames sont passées de 1 à 3 voitures et leurs longueurs ont augmenté. Il fallait donc agrandir certaines stations. Conséquence : un grand nombre de stations (situées surtout en ville) ont été supprimées et il ne reste aucune trace de celles-ci.

Ligne Parcours Mise en service Tracé actuel
depuis le
Longueur
en km
Nombre de
stations
Fréquentation
en millions (2011)
Exploitant
1 Dreirosenbrücke ↔ Bahnhof SBB / Badischer Bahnhof1 6 mai 1895 14 octobre 2002 6,852 20 8,54 BVB
2 Binningen Kronenplatz ↔ Eglisee / Riehen Dorf1 14 avril 1897 14 octobre 2002 5,871 22 8,77 BVB
3 Burgfelden Grenze ↔ Birsfelden Hard 10 mai 1897 22 mai 1932 6,419 20 9,62 BVB
6 Allschwil ↔ Riehen Grenze 1er juillet 1905 1er août 2002 12,491 35 18,41 BVB
8 Neuweilerstrasse ↔ Weil-am-Rhein 5 juillet 1912 14 décembre 2014 10,35 30 19,80 BVB
10 Rodersdorf ↔ Flüh ↔ Ettingen ↔ Dornach Bahnhof 6 octobre 1902 30 septembre 2002 25,974 40 15,986 BLT
11 St-Louis Grenze ↔ Aesch 7 décembre 1907 14 octobre 2002 14,235 34 20,942 BLT
E11 Reinach-Süd ↔ Theater 14 octobre 2002 14 octobre 2002 9,85 29 ? BLT
14 Dreirosenbrücke ↔ Muttenz ↔ Pratteln 1918 14 octobre 2002 12,578 31 14,81 BVB
15 Messeplatz ↔ Bruderholz 17 décembre 1910 30 septembre 2002 5,351 21 5,35 BVB
16 Bruderholz ↔ Schifflände 15 mai 1930 30 septembre 2002 5,364 18 6,87 BVB
17 Wiesenplatz ↔ Ettingen 1914 1er août 2002 12,215 26 2,040 BLT
21 Bahnhof St. Johann ↔ Badischer Bahnhof 18 février 2002 9 mars 2009 3,170 10 0,16 BVB

1 : À certaines heures seulement


Panneau affichant les horaires de sortie des trams du dépôt "Wiesenplatz" en 2010

Les lignes commencent leurs services à des horaires qui varient. De plus, généralement, elles ne le commencent pas au terminus, mais à la station la plus proche d'un des dépôts où les rames sont rangées.

En semaine, le premier tram le plus tôt est de la ligne 14 et démarre à 4 h 17 de "Messeplatz"[10]. Le premier tram le plus tardif fait démarré la ligne E11 de "Ruchfeld" à 6 h 40[11]. Le service s'arrête avec la ligne 10 à 1 h 21 à "Hüslimatt"[12], sauf le vendredi où le service est prolongé jusqu'à 2 h 09 avec la ligne 14, reprenant un court tracé de la ligne 8 et s'arrêtant à "Wiesenplatz"[13].

Le week-end et les jours fériés, le premier tram le plus tôt est encore de la ligne 14 et part à 4 h 20 de "Dreirosenbrücke"[14]. Le samedi, le dernier tram est le même que le vendredi (toujours avec le même horaire), et le dimanche et les jours fériés, il est encore le même, mais cette fois-ci, il fait sa dernière desserte à 1 h 21[13].

Si l'on comprend avec cela la réseau nocturne (mis en place le 19 décembre 2008), le réseau tourne en continu le week-end, car ce dernier dessert durant les deux nuits de fin de semaine certaines stations trois fois par nuit (une fois entre 1 h et 2 h, une autre entre 2 h et 3 h, et une dernière entre 3 h et 4 h).

En semaine, l'intervalle entre deux rames est de 7 minutes 30 entre environ 6 h et 20 h, et de 15 minutes avant 6 h et après 20 h. Le samedi, l'intervalle est de 7 minutes 30 entre 9 h et 18 h 30, de 10 minutes entre 18 h 30 et 20 h, et de 15 minutes avant 9 h et après 20 h.

Pour finir, le dimanche, il reste de 10 minutes entre 11 h et 19 h (20 h pour la ligne 11) et de 15 minutes, avant 11 h et après 19 h. Ce cas de figure s'applique à toutes les lignes, à l'exception des lignes 10 et 17 où l'intervalle est de 10 minutes pendant qu'il est de 7 minutes 30 chez les autres (du lundi au samedi). Le dimanche, la ligne 10 reprend le même procédé.

Enfin pour le réseau de nuit (fonctionnant les nuits du vendredi au samedi et du samedi au dimanche), l'intervalle est d'une heure.

Le matériel roulant[modifier | modifier le code]

Deux rames de type "Tango" à l'arrêt Marktplatz

Le parc de BVB et de BLT atteignant un âge conséquent (plus de 40 ans pour les plus vieilles rames), les compagnies ont commencé à renouveler leur matériel pour prévenir le départ du vieux matériel.

Ainsi, les BVB ont commandé et reçu 28 rames Be 6/8 de type Combino qui ont été mises en service entre le 10 février 2001 et le 11 mars 2002[15].

Le 2 septembre 2008, la BLT s'est fait livrer son premier Be 6/10 type Tango[16]. La compagnie dispose de 18 rames Tango[17] et en commande 19 supplémentaires en 2013 pour une livraison de 2014 à 2016[18].

Quant aux BVB, une commande de Tango fut lancée avant d'être annulée[19]. La compagnie a finalement commandé 60 rames Bombardier Flexity le 11 novembre 2011[20]. Pour 184 millions d'euros (222 millions de francs suisses), la compagnie réceptionne à partir de 2013, 43 rames longues (43,2m de long) et 17 rames courtes (31,8m). Ces 60 rames sont destinées à remplacer les 101 plus vieux tramways du réseau[21].

Basler Verkehrs-Betriebe[modifier | modifier le code]

Baselland Transport[modifier | modifier le code]

Les dépôts[modifier | modifier le code]

Sur douze dépôts construits, dix existent encore, dont sept servant toujours à garer les rames. Sur les sept dépôts, quatre sont gérés par les BVB et trois par BLT.

Accidents/Incidents[modifier | modifier le code]

Le tramway de Bâle a connu dans son histoire bon nombre d'accidents. Au 31 décembre 2009, on en a dénombré 175 depuis la mise en service du tramway, le 6 mai 1895. Même s'ils sont moins graves qu'auparavant, le nombre a extrêmement augmenté : on en comptait 100 entre 1895 et 1999 (105 ans) et on en compte 75 depuis 2000 (10 ans seulement)[22].

Tarification[modifier | modifier le code]

Le coût des déplacements dans l’agglomération bâloise est établi en fonction de la zone (il y a 50 zones en tout). Le tramway de Bâle est compris dans les trois premières zones : la 10 (toutes les lignes), la 11 (lignes 10, 11, E11, 14 et 17, autrement dit toutes les lignes gérées par BLT) et la 12 (ligne 10 entre Witterswil et le terminus de Rodersdorf).

Il existe plusieurs sortes de tickets. Il y en a un pour les courtes distances (pas plus de quatre stations), celui pour une zone, celui pour deux zones, et ainsi de suite jusqu'à huit. Ces tickets ne sont utilisables que pour une courte période (une heure pour une zone, deux heures pour deux zones, et trois heures au-delà des deux zones) Il existe aussi le ticket dit « multicourses » qui fait payer à l'utilisateur le prix de cinq courses mais il se retrouve avec la possibilité de faire six trajets.

Les tarifs forfaitaires qui permettent un nombre illimité de voyages sont le ticket journalier central, valable une journée mais restreint aux zones 10, 11 et 13, le ticket journalier TNW, valable pour les cinquante zones et dont la durée varie (1, 2, 3, 4 ou 7 jours), l'U-Abo, l'abonnement permettant de se déplacer dans les cinquante zones du TNW, la RegioCardPlus, valable dans les cinquante zones ainsi que les huit zones du RVL (groupement tarifaire de la région de Lörrach, en Allemagne), et la RegioCardPlus light (limité au TNW et aux zones 1, 2, 3 et 8 du RVL), le Distripass, valable dans le TNW et le réseau français Distribus, le Kombi U-Abo, pareil que l'U-Abo mais réservé aux frontaliers, l'Inter VagABOnd - TNW, pour voyager dans tout le réseau TNW et les zones 10 à 14 du réseau VagABOnd (Groupement tarifaire de la République et Canton du Jura), et enfin, l'Inter A-Welle - TNW, pour se déplacer sur le réseau TNW et A-Welle (groupement tarifaire du canton d'Argovie).

Il existe par ailleurs un ticket (le « Mobility Ticket ») qui permet aux touristes logeant à Bâle d'utiliser gratuitement les transports en commun, durant toute la durée du séjour.

Les titres de transport peuvent être achetés à un guichet, aux automates TNW, ou auprès de certains commerçants.

Projets[modifier | modifier le code]

Pose des rails sur la Kleinhüningeranlage à Bâle, en vue du prolongement de la ligne 8 vers Weil-am-Rhein.

Actuellement, seules deux extensions sont signées : le prolongement de la ligne 3 à Saint-Louis, en France et de la ligne 8 à Weil-am-Rhein, en Allemagne.

Ligne 8 vers Weil-am-Rhein[modifier | modifier le code]

L'extension de la ligne 8 vers Weil-am-Rhein, en Allemagne. Son financement a été approuvé en 2007[23]. Les travaux ont officiellement débuté le 6 décembre 2008 avec la pose du premier mât[24]. La mise en service est prévue pour la fin 2012.

Ligne 3 vers Saint-Louis[modifier | modifier le code]

L'extension de la ligne 3 vers la gare de Saint-Louis. 3,5 kilomètres prévus pour fin 2016[25] et pour laquelle l'état français participera à hauteur de 5 millions d'euros[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) www.tram-basel.ch Streckenentwicklung 1895-2005 (Développement des tronçons depuis 1895)
  2. (de) www.tram-basel.ch Strecke: Breite - Birsfelden (1897) (Tronçon Breite - Birsfelden)
  3. (de) www.tram-basel.ch Strecke: St. Ludwig/St-Louis (1900/1911-1957) (Tronçon St-Louis)
  4. (de) Résumé de l'année 2007 des Basler-Verkehrs Betriebe (BVB) Page 21 sur 36 (pdf)
  5. (de) Résumé de l'année 2007 de Baselland Transport (BLT) Page 21 sur 32 (pdf)
  6. (fr) Regio S-Bahn Qui sommes nous ?
  7. (de) www.tram-basel.ch Haltestelle: Kannenfeldplatz (Arrêt : Kannenfeldplatz)
  8. (de) www.tram-basel.ch Haltestelle: Neuweilerstrasse (Arrêt : Neuweilerstrasse)
  9. (de) www.tram-basel.ch Haltestelle: St. Jakob (Arrêt : St. Jakob)
  10. www.efa-bvb.ch Haltestellefahrplan "Messeplatz", Linie 14, Richtung "Pratteln" (Horaires de l'arrêt "Messeplatz", Ligne 14, direction "Pratteln") (pdf)
  11. BLT Haltestellefahrplan "Ruchfeld", Linie E11, Richtung "Reinach Süd" (Horaires de l'arrêt "Ruchfeld", Ligne E11, direction "Reinach Sud") (pdf)
  12. BLT Haltestellefahrplan "Therwil", Linie 10, Richtung "Dornach" (Horaires de l'arrêt "Therwil", Ligne 10, direction "Dornach") (pdf)
  13. a et b www.efa-bvb.ch Haltestellefahrplan "Ciba", Linie 8, Richtung "Kleinhüningen" (Horaires de l'arrêt "Ciba", Ligne 8, direction "Kleinhüningen") (pdf)
  14. www.efa-bvb.ch Haltestellefahrplan "Dreirosenbrücke", Linie 14, Richtung "Pratteln" (Horaires de l'arrêt "Dreirosenbrücke", Ligne 14, direction "Pratteln") (pdf)
  15. (de) www.tram-basel.ch BVB: Motorwagen Be 6/8 301-328
  16. (de) www.trambilder-basel.ch 02.09.2008: Ablieferung BLT Be 6/10 151 "Tango"
  17. (de) « BLT bestellt 15 Tango-Trams »,‎ 4 décembre 2009 (consulté le 30 mai 2013)
  18. (en) « BLT orders Tango trams »,‎ 30 mai 2013 (consulté le 30 mai 2013)
  19. (en) « Basel goes firm with Tango tram order »,‎ 4 décembre 2009 (consulté le 30 mai 2013)
  20. (de) Seraina Gross, « Stadt Land Gemeinden Veranstaltungen Kino-Programm Bildstrecken Arbeit & Stellen Lehrstellenbörse In Genf ist das Flexity-Tram bereits Routine »,‎ 13 novembre 2011 (consulté le 30 mai 2013)
  21. « Bâle choisit Bombardier pour renouveler la flotte »,‎ 22 février 2012
  22. (de) www.tram-basel.ch Ereignisse 2000-2009 (Événements)
  23. (fr) L'Alsace.fr Transport Le tram de Bâle desservira Weil am Rhein
  24. (de) www.trambilder-basel.ch 06.12.2008: Spatenstich Verlängerung Tramlinie 8
  25. « Le prolongement du tram bâlois », sur www.dna.fr,‎ 30/01/2011
  26. [PDF] Liste des projets subventionnés par le gouvernement français dans le cadre du second appel à projets de transports urbains collectifs en site propre. Page 11, Saint-Louis

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]