Cathédrale de Bâle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Notre-Dame de Bâle
Image illustrative de l'article Cathédrale de Bâle
Présentation
Nom local Basler Münster
Culte Protestant
Début de la construction 1019
Fin des travaux 1500
Style dominant Roman et gothique
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Région Canton de Bâle-Ville
Commune Bâle
Coordonnées 47° 33′ 23″ N 7° 35′ 33″ E / 47.556389, 7.592547° 33′ 23″ Nord 7° 35′ 33″ Est / 47.556389, 7.5925  

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Cathédrale Notre-Dame de Bâle

La cathédrale protestante Notre-Dame de Bâle (en allemand Basler Münster) est un bâtiment médiéval reconnu comme l'emblème de la ville suisse. Elle a été construite entre 1019 et 1500 en grès rouge.

Bâtiment[modifier | modifier le code]

La vieille cathédrale commencée en style roman fut partiellement détruite pendant le tremblement de terre de Bâle de 1356. Plus tard, elle fut achevée selon le style gothique. Les architectes principaux qui contribuèrent à sa réalisation sont Johnannes Gmünd, Ulrich von Ensingen (qui travailla aux projets des tours des cathédrales d'Ulm et de Strasbourg) ainsi que Hans von Nussdorf, Ruman Rémy Faesch et Paul Faesch.

Un élément de grande valeur pour l'église est sans doute la porte de Saint-Gall, située au nord, une des œuvres de sculpture romane les plus importantes en Suisse. De plus, la cathédrale se distingue pour les motifs géométriques donnés par la disposition des tuiles multicolores et pour l'asymétrie créée par les deux flèches différentes qui couronnent le bâtiment (avec ses 67 m, la tour du nord est légèrement plus haute que celle du sud).

La façade présente les sculptures de Saint Georges terrassant le dragon d'une part, et Saint Martin sur son cheval de l'autre. La statue de La Vierge Marie, auquel l'édifice était au départ dédié, se dresse sur le fronton principal et domine ainsi l'ensemble. Les vitraux du chœur qui existaient à l'origine sont actuellement conservés au musée Kleines Klingental. Ils ont été remplacés au XIXe siècle par des œuvres de Franz Xavier Eggert pour la partie haute et de Johann Caspar Gsell pour le déambulatoire. Le chœur possède quatre colonnes romanes dont les chapiteaux historiés évoquent des thèmes de l'histoire biblique, mais également ceux des mythologies grecque et germanique.

Des bas-reliefs de style roman, comme le bas-relief au maitre d'œuvre, ou celui de Saint Vincent, offrent de remarquables exemples de sculpture sur des sujets assez rares. En effet, pour le premier, il s'agit de la représentation d'un maître d'œuvre et d'un maître de chantier vers 1200, sujet profane très rare dans une église, tandis que la représentation du bas-relief de la vie de Saint Vincent est l'une des premières connues de ce saint.

La chaire de style gothique flamboyant est placée autour de l'un des piliers principaux de la nef. Datant de 1486, elle est richement et finement sculptée de motifs et d'entrelacs. La crypte comporte des fresques dédiées au culte marial illustrant l'Annonciation, la Nativité, la visite des Rois Mages et la Fuite en Égypte. Le sarcophage d'un évêque de Bâle, probablement Rodolphe II, est conservé à l'intérieur de cette crypte. Il s'agit du plus ancien sarcophage de la cathédrale.

La cathédrale dans l'histoire[modifier | modifier le code]

L'église fut aussi le centre du concile de Bâle. À cette occasion, sur la place de la cathédrale, le duc de Savoie Amédée VIII fut élu comme antipape sous le nom de Félix V (24 juillet 1440). Même si à l'origine elle était siège épiscopal, la cathédrale de Bâle est aujourd'hui une église protestante connue pour la tombe d'Érasme.

Trésor de la cathédrale Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Une partie du trésor de la cathédrale fut vendue au XIXe siècle (1833). Quelques pièces, telles la célèbre rose d'or ou le devant en or sur bois de chêne de l'autel majeur[1], se trouvent au musée de Cluny à Paris. L'autre partie est conservée de nos jours à Bâle au Musée d'art et d'histoire : citons entre autres l'extraordinaire buste reliquaire en or de Sainte-Ursule.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]