Syngenta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Syngenta

alt=Description de l'image LogoSyngenta.svg.
Création 2000
Personnages clés Mike Mack, directeur général
Forme juridique Société à responsabilité limitée (SARL)
Action SWX : SYNN
NYSE : SYT
Siège social Drapeau : Suisse Bâle
Activité Protection chimique des plantes, semences
Effectif 25 000 (2009)
Site web www.syngenta.com
Capitalisation 26,2 milliards USD (2009)
Chiffre d’affaires 13,27 milliards USD (2011)
Résultat net 1,6 milliard USD (2011)

Syngenta est une société suisse spécialisée dans la chimie et l'agroalimentaire, issue de la fusion en novembre 2000 des divisions agrochimiques des sociétés AstraZeneca et Novartis. Elle est le leader mondial dans la recherche liée à l'agriculture[1], en particulier la production de pesticides et semences. Elle commercialise entre autres du maïs Bt génétiquement modifié.

Syngenta emploie environ 25 000 personnes dans plus de 90 pays (chiffres de 2009), dont 2 500 en Suisse. Elle est cotée au SWX et au NYSE.

Résultats[modifier | modifier le code]

En 2009, le chiffre d'affaires se montait à 10,9 milliards de dollars américains. En 2011, il est de 13,27 milliards de dollars (+14 % sur 2010).

Le résultat net pour 2009 est de 1,37 milliards de dollars et en 2011, il est de 1,6 milliards de dollars (+14 % sur 2010)[2].

En 2012, l'entreprise a réalisé un chiffre d’affaires d'environ 14,2 milliards de dollars, réparti entre la protection des plantes (environ 77% du total) et les semences (environ 23% du total) contre 6 milliards en 2000, soit une augmentation d'environ 8% par an.

Critiques[modifier | modifier le code]

Selon des médias alter-mondialistes[3], Syngenta serait l'employeur de la milice privée qui intervint au Brésil le 21 octobre 2007 contre une occupation par le mouvement des travailleurs sans terre. Cette intervention s'est soldée par la mort de deux personnes.

De nombreux scientifiques, repris par des associations, tiennent le pesticide neurotoxique Cruiser en partie responsable de la surmortalité des abeilles[4]. En effet, le produit "Cruiser" contient du thiaméthoxame[5] qui est mis en cause dans le phénomène de surmortalité des abeilles[6].

La revue Science en mars 2012, confirme des impacts négatifs des néonicotinoïdes sur deux pollinisateurs essentiels : l'abeille domestique[7] et le bourdon commun.
Présents par diffusion dans le nectar et le pollen des fleurs de cultures industrielles telles que le maïs et le colza, ils affectent le système nerveux des insectes[8]. Il ne s'agirait pas de la seule cause du syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles, mais il y participe et accélère la régression de ces pollinisateurs[9].

Communication[modifier | modifier le code]

À l'occasion du Championnat d'Europe de football 2008 qui s'est disputé en Autriche et en Suisse, Syngenta s'est offert deux publicités géantes représentant leur logo et un ballon de football dans des champs en bout de piste à l'aéroport de Zurich[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Maigres moissons au premier semestre pour Syngenta » (consulté le 31 juillet 2009) : « Le groupe bâlois, leader mondial de l'agrochimie, a vu son bénéfice net reculer de 9 % au premier semestre »
  2. « Syngenta affiche son optimisme pour 2012 », Plein champ,‎ 8 février 2012
  3. http://www.legrandsoir.info/spip.php?article5660
  4. Les abeilles piquées au vif : campagne contre les pesticides "mortels" - Un article de l'AFP relatant de la tentative de seize associations d'interdire les pesticides neurotoxiques comme le Crusier
  5. thiamethoxam - Un document de la société Syngenta expliquant le thiamethoxam
  6. Cruiser, un avis de l'AFSSA très critiqué - Article expliquant les enjeux de Cruiser pour toutes les parties. Sur Sciences-et-démocratie.net. Consulté le 7 juin 2010.
  7. (en) Mickaël Henry, Maxime Beguin, Fabrice Requier, Orianne Rollin, Jean-François Odoux, Pierrick Aupinel, Jean Aptel, Sylvie Tchamitchian & Axel Decourtye, « A Common Pesticide Decreases Foraging Success and Survival in Honey Bees », Science, vol. 336, no 6079,‎ 29 mars 2012, p. 348-350 (DOI 10.1126/science.1215039, résumé)
  8. (en) Erik Stokstad, « Field Research on Bees Raises Concern About Low-Dose Pesticides », Science, vol. 335, no 6076,‎ 30 mars 2012, p. 1555 (DOI 10.1126/science.335.6076.1555, résumé, lire en ligne)
  9. Martine Valo, « Le déclin des abeilles accéléré par les pesticides », Le Monde.fr, 29 mars 2012.
  10. Publicité Suisse - un article de Google Sightseeing

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]