Canton de Zoug

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zoug.
Canton de Zoug
Blason de Canton de Zoug
Héraldique
Localisation du canton en Suisse
Localisation du canton en Suisse
Noms
Nom allemand Kanton Zug
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Entrée dans la Confédération 1352
Abréviation ZG
Chef-lieu Zoug
Communes 11[1]
Districts Aucun
Exécutif Regierungsrat (7 sièges)[2]
Législatif Kantonsrat (80 sièges)[3]
Conseil des États 2 sièges[4]
Conseil national 3 sièges[5]
Démographie
Population 113 105 hab. (31 décembre 2010)
Densité 474 hab./km2
Rang démographique 18e[6]
Langue officielle Allemand
Géographie
Coordonnées 47° 00′ N 8° 31′ E / 47, 8.5166666666667 ()47° 00′ Nord 8° 31′ Est / 47, 8.5166666666667 ()  
Altitude Min. Reuss à Hünenberg 388 m – Max. Wildspitz[7] 1 580 m
Superficie 23 869 ha = 238,69 km2
Rang 24e[8]

Le canton de Zoug (en allemand Kanton Zug, ZG) est un canton de Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La femme à gauche porte un costume traditionnel du Canton de Zoug.

Le canton de Zoug passe aux mains des Habsbourg en 1261, puis entre dans la Confédération en 1352.

Géographie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Le canton de Zoug compte 109 141 habitants en 2007, soit 1,4 % de la population totale de la Suisse ; parmi eux, 23 997 (22,0 %) sont étrangers[9]. La densité de population atteint 457 habitants au km², très supérieure à la moyenne nationale.

Religion[modifier | modifier le code]

Plus de la moitié des habitants du canton revendiquent l'appartenance au catholicisme romain[10].

Le tableau suivant détaille la population du canton suivant la religion, en 2000[10] :

Religion Population  %
Catholiques romains 61 873 61,8
Protestants 17 590 17,6
Communautés islamiques 4 248 4,2
Chrétiens-orthodoxes 2 620 2,6
Communauté de confession juive 148 0,1
Catholiques chrétiens 64 0,1
Aucune appartenance 8 159 8,2
Autres 5 350 5,3
Total 100 052 100

Note : les intitulés des religions sont ceux donnés par l'Office fédéral de la statistique ; les protestants comprennent les communautés néo-apostoliques et les témoins de Jéhovah ; la catégorie "Autres" inclut les personnes ne se prononçant pas.

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle du canton est l'allemand.

Le tableau suivant détaille la langue principale des habitants du canton en 2000[11] :

Langue Locuteurs  %
Allemand 85 142 85,1
Langues slaves de l'ex-Yougoslavie 2 891 2,9
Italien 2 525 2,5
Albanais 1 146 1,1
Français 1 138 1,1
Portugais 968 1,0
Turc 871 0,9
Espagnol 689 0,7
Romanche 156 0,2
Autres 4 526 4,5
Total 100 052 100

Politique[modifier | modifier le code]

Le canton de Zoug est représenté au Parlement suisse par l'avocat d'affaires Peter Hess, 58 ans en 2006, conseiller fiscal pour les grandes fortunes. Ancien président du Conseil national suisse jusqu'en 2001, le démocrate chrétien Peter Hess siégeait parallèlement dans quarante-huit conseils d'administration.

Économie et paradis fiscal[modifier | modifier le code]

  • Zoug est le canton le plus riche de Suisse : le revenu moyen y est le plus élevé de Suisse, à savoir 93 753 francs suisses par an (en 2005) ; il est suivi par le canton de Nidwald et de Glaris.
  • Le taux de chômage en 2007 s'élevait à 1,9 % en moyenne.
  • La ville de Zoug et son canton abritent de nombreuses sociétés de courtage de matières premières, comme Glencore.
  • Le canton de Zoug est un champion de la soustraction fiscale. L'impôt sur les bénéfices est ainsi de 4 % pour des revenus inférieurs à 100 000 CHF, 7 % si les bénéfices dépassent cette somme. Et grâce à une imposition à 0,02 pour 1 000 sur le capital des sociétés holdings, le canton a attiré 200 000 sociétés boîtes aux lettres, devenant un paradis fiscal pour les multinationales[12].
  • De nombreux politiciens du canton se retrouvent dans les conseils d'administration des entreprises qui y sont localisées.

Communes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse – 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  2. (de) « Regierungsrat », sur Zug.ch (consulté le 11 décembre 2008)
  3. (de) « Kantonsrat », sur Zug.ch (consulté le 11 décembre 2008)
  4. « Liste des conseillers aux Etats par canton », sur Parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  5. « Liste des conseillers nationaux par canton », sur Parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  6. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  7. [xls] « Les points culminants des cantons suisses », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  8. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  9. « Cantons, communes — état et structure de la population », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25/11/2008)
  10. a et b « Religions », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25/11/2008)
  11. « Langues », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté le 25/11/2008)
  12. Ian Hamel, « Zoug, le paradis fiscal des multinationales », sur lepoint.fr,‎ 28 octobre 2012 (consulté le 28 octobre 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :