Wil (Saint-Gall)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wil.
Wil
Blason de Wil
Héraldique
Vue de la vieille ville de Wil, sous un ciel nuageux.
Vue de la vieille ville de Wil, sous un ciel nuageux.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Saint-Gall
District Wil
Code postal 9500
N° OFS 3427
Démographie
Population 22 823 hab. (31 décembre 2011)
Densité 2 995 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 00″ N 9° 03′ 00″ E / 47.466664, 9.04999647° 28′ 00″ Nord 9° 03′ 00″ Est / 47.466664, 9.049996  
Altitude 571 m
Superficie 762 ha = 7,62 km2
Divers
Nom officiel Wil (SG)
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Saint-Gall

Voir sur la carte administrative du Canton de Saint-Gall
City locator 14.svg
Wil

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Wil

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Wil
Liens
Site web www.stadtwil.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Wil est une commune suisse du canton de Saint-Gall, située dans le district de Wil.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se situe à proximité de la Thur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Wil apparaît pour la première fois dans un document officiel en l'an 754, en même temps que celui des localités voisines de Rickenbach et de Züberwangen. Il se pourrait toutefois que la mention de Wil désigne en fait la localité voisine de Wilen. La cité fut fondée dans la seconde moitié du XIIe siècle par les comtes de Toggenburg qui la cédèrent au couvent de Saint-Gall en 1226. En 1292 les Habsbourg attaquent et incendient la ville de Wil, obligeant ses habitants à aller s'établir à Schwarzenbach, trois kilomètres plus au sud. En 1301 la ville est restituée à l'Abbaye de Saint-Gall et repeuplée par ses occupants précédents, après quoi le village de Schwarzenbach est rasé. Si l'on excepte un brève période d'occupation par les appenzellois lors de leur soulèvement en 1407, la cité resta par la suite une possession incontestée des princes-abbés de Saint-Gall qui en firent leur résidence. En 1451, le prince-abbé Kaspar von Breitenlandenberg conclut une alliance avec les territoires confédérés de Zurich, Lucerne, Glaris et Schwytz aux termes de laquelle Wil devient le siège de l'Amtmann confédéré. Durant la seconde moitié du XVe siècle, le prince-abbé Ulrich Rösch (1463–l491) se préoccupe d'établir une concession pour un marché supplémentaire, pour faire face au développement économique. En son honneur, une rue de Wil porte aujourd'hui son nom. Entre 1525 et 1531, la réforme compta des partisans à Wil, mais la victoire des pays catholiques à la deuxième guerre de Kappel mit un frein à leur influence. La suzeraineté de l'abbé sur la ville prit fin en 1798, lorsque le Fürstenland se déclara indépendant à la suite de la dissolution de l'ancienne confédération.

Économie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Manifestation[modifier | modifier le code]

La Laternenvisitation[4] (Inspection des lanternes) est une coutume qui tire ses origines d'une ordonnance municipale et protocolaire : au XIXe siècle il est demandé aux habitants qu'en période troublée il faut faire brûler une « lumière protégée » (une lanterne) devant chaque maison. Chaque année, le soir de la Saint-Sylvestre, la commission du feu devant s'assurer de l'exécution de l'ordonnance inspecte chaque lanterne de la localité. De nos jours cette inspection se fait toujours mais sans contrainte officielle. C'est devenu un cortège festif avec enfants, lampions et lanternes colorées et musique avec pour seul éclairage les fanaux allumés pour l'occasion[5].

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Le château
  • La vieille ville[6].
  • Église paroissiale Saint-Nicolas, mentionnée en 1333.
  • Hof, fondé pour servir de château-fort dans la seconde moitié du XIIe siècle[6].
  • Maison zum Toggenburg, construite à la fin du XVe siècle, pour servir de résidence au gouverneur du couvent.
  • Baronenhaus, plus important bâtiment patricien néo-classique du canton de Saint-Gall, construit en 1795. Avec les archives de la ville[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Bernhard Hangartner, « Huber, Paul » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 22 novembre 2006.
  4. Textes de Éric Schwabe, Fêtes et traditions de Suisse, tome 3, éditions Avanti,‎ 1985, 21 p.
  5. Le Silvesterumzug à Wil MySwitzerland.com consulté le 7 juin 2008
  6. a, b et c reconnu comme bien culturel suisse d'importance nationale. Source : Inventaire suisse des biens culturels d'importance nationale et régionale, édition de 1995.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :