Meyrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meyrin
Blason de Meyrin
Héraldique
Partie de la cité-satellite
Partie de la cité-satellite
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Maire Pierre-Alain Tschudi
NPA 1216 (Cointrin)
1217 (Meyrin)
1211 (Genève)
23 (CERN)
N° OFS 6630
Démographie
Gentilé Meyrinois/Meyrinoise
Population 22 057 hab. (30 novembre 2011)
Densité 2 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 00″ N 6° 05′ 00″ E / 46.23335, 6.083323 ()46° 14′ 00″ Nord 6° 05′ 00″ Est / 46.23335, 6.083323 ()  
Altitude 432 m (min. : 416 m) (max. : 459 m)
Superficie 994 ha = 9,94 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Meyrin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Meyrin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Meyrin
Liens
Site web www.meyrin.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Meyrin est une ville et une commune suisse du canton de Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, la superficie de Meyrin est de 9,94 km2[2]. 59,1 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 35,6 % à des surfaces agricoles, 4,3 % à des surfaces boisées et 0,9 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Cointrin, Meyrin et Mategnin. Elle est limitrophe du Grand-Saconnex, de Vernier et Satigny, ainsi que de la France.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Meyrin possède 22 057 habitants fin 2009[1]. Sa densité de population atteint 2 219 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Meyrin entre 1850 et 2008[3] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Place de Meyrin-village.

Au Moyen Âge, le territoire de Meyrin est partagé entre deux seigneuries, celle des De Livron et celle des seigneurs de Meyrin. Ces derniers règnent sur l'actuel village où ils ont leur demeure, tandis que les De Livron ont leurs fiefs à Cointrin et Mategnin.
Ces terres font partie du Pays de Gex, une baronnie de la Maison de Savoie depuis le milieu du XIVe siècle.
En 1536, les Bernois s'emparent de la région et imposent le culte de la Réforme. L'occupation bernoise dure 30 ans et permet une amélioration des conditions de vie.
Le retour du duc de Savoie dans ses possessions d'antan en 1564 se traduit par une répression sanglante et le retour de la misère.
En 1601, après la guerre franco-savoyarde, le territoire de Gex est remis à Henri IV de France à la suite du traité de Lyon.
Après un XVIIe siècle marqué par le retour du catholicisme, le XVIIIe siècle s'achève sur la fin de l'Ancien Régime et le Pays de Gex connaît la terreur qui règne après la Révolution française. Après l'annexion par la France de la république de Genève en 1798, les habitants de Meyrin peuvent alors jouir des mêmes droits politiques que les Genevois. Lors de la Révolution française, Meyrin, qui était attaché au département de l'Ain prend le nom révolutionnaire de Meyrin-Unie[4]
En 1804, Napoléon Bonaparte devient empereur. Sa soif d'expansion plonge aussi la commune de Meyrin au cœur de l'histoire européenne.
En décembre 1813, les troupes autrichiennes chassent les forces françaises du Pays de Gex et imposent une occupation pénible pour la population de Meyrin. Elle dure du 31 décembre 1813 au et fait subir aux 600 Meyrinois d'alors les charges financières et les terreurs de la guerre.
Après cette période de tension et en vertu du traité de Paris de 1815, la commune de Meyrin est cédée par la France à la Suisse afin d'être à nouveau unie à Genève, ce qui est fait le .

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Ligne du tram n° 14 des TPG / Tramway Cornavin - Meyrin - CERN (TCMC) à l'arrêt Hôpital de La Tour

Le développement de Meyrin remonte à 1922, quand est construite la première piste d'aviation de Cointrin. Ce qui va devenir un aéroport et donner un élan à la commune. En 1954, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) s'installe sur le territoire de la commune et s'étend plus tard à cheval sur la frontière franco-suisse. La présence de l'aéroport international, désormais connecté à l'autoroute A1, est ainsi un atout pour favoriser l'accueil des organisations internationales.

Dans les années 1960, Meyrin vit une métamorphose complète, passant d'un village de 3 000 habitants[5] à une ville de près de 19 000 habitants en 1980 (22 000 hab. en novembre 2011). Meyrin est en effet choisie par les autorités genevoises pour accueillir la première cité satellite de Suisse, construite selon les idées urbanistiques inspirées par Le Corbusier.

Économie[modifier | modifier le code]

En 1989, un informaticien du CERN, Tim Berners-Lee, rend public une application permettant de partager des informations entre chercheurs: le Web.

Le siège de PrivatAir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b « Population résidante du canton de Genève, selon l'origine et le sexe, par commune, en novembre 2011 », sur Office cantonal de la statistique (OCSTAT), République et Canton de Genève (consulté le 15 décembre 2011).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté en 13/01/2009)
  4. Ferney-Voltaire: Mémoire de quartiers, du hameau à la ville Par Béatrice Obergfell page 12
  5. « Historique de Meyrin » (consulté en 30.5.2009)