Le Locle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Locle
Blason de Le Locle
Héraldique
La façade nord de l'Hôtel de Ville
La façade nord de l'Hôtel de Ville
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
District Locle[1]
Président(e) Denis De la Reussille
NPA 2400
N° OFS 6436
Démographie
Gentilé Loclois
Population 10 049 hab. (31 décembre 2010)
Densité 434 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 25″ N 6° 44′ 55″ E / 47.05695, 6.748624 ()47° 03′ 25″ Nord 6° 44′ 55″ Est / 47.05695, 6.748624 ()  
Altitude 1 047 m (min. : 907 m) (max. : 1 312 m)
Superficie 2 314 ha = 23,14 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Le Locle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Le Locle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Le Locle
Liens
Site web www.lelocle.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Le Locle est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district du même nom. dont elle est le chef-lieu.

Avec sa voisine La Chaux-de-Fonds, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO pour son « urbanisme horloger ». La ville se distingue entre 2006 et 2011 par le classement émis par le magazine Bilanz, qui la place comme ville la moins agréable à vivre en Suisse[4].


Géographie[modifier | modifier le code]

Le Locle est une ville frontalière, limitrophe de Villers-le-Lac (France). Au sud de la commune se trouve le sommet Martel.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Locle mesure 23,14 km2[3]. 16,0 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 53,8 % à des surfaces agricoles, 30,0 % à des surfaces boisées et 0,2 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Le Col-des-Roches, Le Crêt-du-Locle, Le Crozot, La Jaluse, Le Prévoux, Le Quartier et Les Replattes. Elle est limitrophe de Les Brenets, La Chaux-de-Fonds, Les Ponts-de-Martel, La Chaux-du-Milieu et Le Cerneux-Péquignot,des planchettes, ainsi que de la France.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Locle possède 10 049 habitants en 2010[2]. Sa densité de population atteint 434,3 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Le Locle entre 1850 et 2008[5] :

Enseignement supérieur et recherche[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Rue du Crêt Vaillant 28, domicile de l’horloger Houriet

Au Locle a séjourné par trois fois Hans Christian Andersen, poète et conteur danois. Une plaque commémorative le rappelle, elle est située Crêt Vaillant 28, maison de l'horloger Houriet. Une rue à l'est de la ville est dédiée à ce poète.

Le Locle accueille chaque année Le Rock Altitude Festival à la patinoire de la ville. De nombreux groupes régionaux et internationaux ont joué durant ce Festival. le peintre Grosclaude est né au Locle en 1784

Patrimoine mondial de l'humanité[modifier | modifier le code]

En 2007, Le Locle et La Chaux-de-Fonds envoient leur dossier de candidature en tant que urbanisme et horloger. En 2008, l'UNESCO examine le dossier de candidature du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Une année plus tard, l'UNESCO confirme que Le Locle et La Chaux-de-Fonds sont des patrimoines de l'UNESCO pour « la valeur universelle exceptionnelle de leur urbanisme horloger »[6].

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée des beaux-arts du Locle : Musée située au centre ville, datant de plus d'un siècle, il propose de découvrir la création graphique et contemporaine. Il dispose d'une collection d’estampes du XIXe siècle et du XXe siècle. La fondation Lermite est hébergée par ce musée.
  • Musée d'horlogerie du Château des Monts : Grandes collections de pendules, montres, automates et outils présentées dans un château de style Louis XVI, la riche demeure d'un maître-horloger du XVIIIe siècle. Un film permet aux visiteurs de mieux pénétrer cet univers de technique et d’art, alliant le passé au futur.
  • Moulins souterrains du Col-des-Roches : À partir de 1652-1653, la grotte naturelle du Col-des-Roches est aménagée en moulins. Deux roues hydrauliques verticales à godets y sont installées ; elles mettent en mouvement un moulin à céréales et un battoir. En 1660, l’ajout de trois roues supplémentaires permet d’actionner plusieurs moulins, une scierie, un battoir, une huilière. Une minoterie industrielle est construite à la place des anciens moulins en 1844. Les moulins sont cette fois en surface ; l’eau les met en mouvement par le biais de turbines dès 1854. Le développement de l’électricité marque la fin des moulins hydrauliques. En 1899, le site est transformé en abattoir-frontière (en raison de la proximité de la France). Fermé en 1966, l’abattoir a malheureusement pollué la grotte qu’il utilisait comme dépotoir. Grâce à l’activité d’une équipe de bénévoles, les Moulins souterrains sont réhabilités et ouverts au public en 1987. Un vaste musée permet de comprendre l’histoire du site. Cette visite de Moulin souterrain est unique en Europe.
  • Le Musée d'Histoire Naturelle a été créée en 1972, il se trouve dans les sous-sol du collège Jehan-Droz. Le musée possède des collections de minéralogie, d'oiseaux, de mammifères et des dioramas[7].

Monuments[modifier | modifier le code]

Pour le patrimoine « urbanisme horloger » voir aussi : La Chaux-de-Fonds / Le Locle, urbanisme horloger

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté en 13/01/2009)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  3. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. « Qualité de vie: décriée par le magazine Bilanz, la ville du Locle se rebiffe », Radio télévision suisse,‎ 13 septembre 2006 (consulté le 17 mars 2013)
  5. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté en 13/01/2009)
  6. http://www.urbanisme-horloger.ch/index.asp/3-0-7-8023-131-207-1/ site de la candidature
  7. http://www.lelocle.ch/qualitedevie/culture-et-manifestations/musees/ site officiel de la ville du Locle.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :