Coire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coire
Chur
Blason de Coire
Héraldique
Image illustrative de l'article Coire
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Grisons
District Plessur
Maire M. Christian Boner
Code postal 7000-7007
N° OFS 3901
Démographie
Population 33 756 hab. (31 décembre 2010)
Densité 1 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 00″ N 9° 32′ 00″ E / 46.85, 9.5333333333346° 51′ 00″ Nord 9° 32′ 00″ Est / 46.85, 9.53333333333  
Altitude 593 m
Superficie 2 809 ha = 28,09 km2
Divers
Nom officiel Chur
Nom français Coire
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton des Grisons

Voir sur la carte administrative du Canton des Grisons
City locator 14.svg
Coire

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Coire

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Coire
Liens
Site web www.chur.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Coire (en allemand Chur, en romanche Cuira, en italien Coira) est une commune et une ville suisse, chef-lieu du canton des Grisons et du district de Plessur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Coire est située dans la vallée du Rhin, au point de rencontre des influences latines et germaniques.

Elle s'est construite, légèrement à l'écart du fleuve, sur un cône de déjections engendré par un torrent affluent de la Plessur.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Coire mesure 28,09 km2[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Coire - altitude : 555 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,9 −2,4 0,4 3,4 7,2 10,2 12,1 11,8 9,3 5,3 0,3 −3,3 4,2
Température moyenne (°C) −0,5 1,3 4,8 8,3 12,7 15,6 17,7 16,9 14,2 9,7 3,9 −0,1 8,7
Température maximale moyenne (°C) 4,1 6,3 10,3 14 18,6 21,5 23,5 22,7 19,9 15,5 8,8 4,1 14,1
Précipitations (mm) 52 51 47 51 75 91 96 103 77 51 65 58 814
Nombre de jours avec précipitations 8 7 8 9 11 11 10 12 8 6 8 8 106
Source : MétéoSuisse www.meteosuisse.ch


Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Coire compte 33 756 habitants en 2010[1]. Sa densité de population atteint 1 201,7 hab./km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Principauté épiscopale de Coire.

L'établissement attesté le plus ancien remonte au néolithique, vers 2500 av. J.-C.

À l'époque romaine, Coire devint le chef-lieu de la Rhétie Première. À la fin du IVe siècle, Coire abrita un évêché. Au VIe siècle, la Rhétie passa à l'Empire des Francs. Sous Charlemagne, vers 800, la Coire rhétique devint partie du Saint-Empire. Avec l'arrivée des Walser, la langue germanique fit son apparition dans une région jusque-là rhéto-romane.

L’histoire de Coire est ensuite liée à celle de la principauté épiscopale de Coire puis du canton des Grisons, dont la ville devint le chef-lieu en entrant dans la Confédération suisse.

La ville connut un développement important avec l’aménagement des cols alpestres et la construction du chemin de fer.

Médias[modifier | modifier le code]

Écoles[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Musée d’art des Grisons (de) Site du musée
  • Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, édifiée aux XIIe et XIIIe siècles.
  • Chapelle Saint-Laurent, construite en 1464
  • Musée rhétique (Rätische Museum) (de) Site du musée
  • Église paroissiale réformée Sainte-Régula, reconstruite vers 1494-1500
  • Ancienne église conventuelle Saint-Lucius

Évêché[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La gare CFF de Coire est également le départ de la route cycliste nationale appelée Route des Grisons qui conduit à Bellinzone.

Sports[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Ernst Bollinger, « Bündner Tagblatt » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :