Aesch (Bâle-Campagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aesch.
Aesch
Blason de Aesch
Héraldique
Rue principale d'Aesch
Rue principale d'Aesch
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Bâle-Campagne
District Arlesheim
Maire Marianne Hollinger (PLR)
NPA 4147
N° OFS 2761
Démographie
Population 10 255 hab. (31 mars 2011)
Densité 1 388 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 10″ N 7° 35′ 39″ E / 47.469447, 7.59418447° 28′ 10″ Nord 7° 35′ 39″ Est / 47.469447, 7.594184  
Altitude 315 m
Superficie 739 ha = 7,39 km2
Divers
Nom officiel Aesch (BL)
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Bâle-Campagne

Voir sur la carte administrative du Canton de Bâle-Campagne
City locator 14.svg
Aesch

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Aesch

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Aesch
Liens
Site web www.aesch.bl.ch/de
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Aesch est une commune suisse du canton de Bâle-Campagne, située dans le district d'Arlesheim.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Aesch mesure 7,39 km2[2].

Aesch est situé à 10 km à vol d’oiseau au sud de Bâle, à une altitude de 315 mètres, le long du cours de la Birse. La commune d’Aesch couvre une superficie de 7,5 km², dont 48 % de surfaces agricoles, 15 % de forêts, 36 % de surfaces bâties et 1 % de surfaces improductives.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Aesch compte 10 255 habitants fin 2011[1]. Sa densité de population atteint 1 387,7 hab./km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les restes de 47 personnes ont été retrouvés dans un dolmen, attestant une présence humaine au Néolithique[3]. Plus tard, trois châteaux médiévaux ont été construits, ils ont subi d’importants dégâts lors du tremblement de terre de Bâle de 1356.

De même que l'ensemble de la région, Aesch se convertit à la réforme protestante vers 1529, avant que le prince-évêque Jacques Christophe Blarer de Wartensee y impose la contre-réforme de 1582 à 1588. Pendant la guerre de Trente Ans, le village est à plusieurs reprises pillé. À cette époque, la viticulture jouait un grand rôle dans la commune.

Après avoir fait partie de la république rauracienne de 1792 Aesch est incluse dans la France, au sein du département du Mont-Terrible jusqu'en 1800, puis, jusqu'en 1815, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Le traité de Vienne attribue Aesch à Bâle. En 1833, lors de la séparation de Bâle en Bâle-Ville et Bâle-Campagne, Aesch fait partie de ce dernier.

Économie[modifier | modifier le code]

Kostüm Kaiser est la plus grande entreprise de location et de confection de costumes historiques de Suisse.b La commune d’Aesch est le plus grand producteur de vin du demi-canton de Bâle-Campagne.

Curiosités[modifier | modifier le code]

Le château d'Aesch, édifié entre 1604 et 1607 sur ordre de l'évêque de Bâle Jakob Christoph Blarer von Wartensee, est le domaine familial de la famille Blarer depuis 1607. Il subsiste d'importants éléments d'habitation, des parties du mur de la cour et des bâtiments utilitaires.

Un collège moderne se trouve également dans le village, construit en béton armé sans revêtement entre 1958 et 1962. Enfin, une tombe-dolmen du Néolithique se trouve à l'endroit le plus élevé du Gmeiniwald.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare CFF de Aesch est située sur la ligne régionale Laufon-Bâle et a été aménagée en 1875 comme tronçon de la ligne Delémont-Bâle. En gare d'Aesch jusqu'en 1993, les convois du milieu pouvaient être sur sol BL, la loco sur BE, et les derniers wagons sur SO. La ligne de tramway no 11 relie Aesch à la gare de Bâle CFF.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2011 », sur Office de la Statistique du Canton de Bâle-Campagne (consulté le 17 juillet 2011)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Le dolmen d’Aesch

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :