1981

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1981 (MCMLXXXI en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour le film de Ricardo Trogi, voir 1981 (film, 2009).

Années :
1978 1979 1980  1981  1982 1983 1984

Décennies :
1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador, Territoires du Nord-Ouest et Yukon) et États-Unis (Louisiane)) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio (France) Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 20 juin : émeutes du pain à Casablanca (à la suite d'une grève générale). Elles auraient fait plus d’une centaine de victimes (66 d’après les chiffres officiels, peut-être 400 ou plus telquel-online.com).
    • La grève générale au Maroc est déclenchée par la Confédération démocratique du travail, organisation syndicale constituée en 1978. La grève aurait fait des centaines de victimes et des milliers de prisonniers syndiqués dont le secrétaire général de l’organisation syndicale Noubir Amaoui, et trois membres du bureau exécutif, Mrani Mohamed, Bazzaoui Lakbir, Abderrahmane Chennaf. Le ministre de l’Intérieur Driss Basri implique aussi l’USFP, Union socialiste des forces populaires ce qui entraîne l’incarcération du rédacteur en chef du journal Almouharir Mustapha Karchaoui, Mohamed Karam tous deux membres du bureau politique de l’USFP et celle du secrétaire général du syndicat des petits et moyens commerçants, Abdallah Al Moustaghfir.

Amérique[modifier | modifier le code]

10-12 décembre : massacre d’El Mozote, au Salvador. Le mémorial.


  • Alors qu’en 1980 le régime de Augusto Pinochet avait atteint son plus haut taux de légitimité grâce à ses performances économiques, la récession oblige le gouvernement chilien à intervenir massivement dans l’économie, notamment en nationalisant les banques en faillite, ce qui est en totale contradiction avec sa philosophie libérale.

Asie[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 17 juillet[10] : Israël bombarde Beyrouth Ouest pour frapper les quartiers généraux palestiniens. En réponse, les Palestiniens multiplient les bombardements sur la Galilée.
  • 24 juillet : Philip Habib, envoyé par Ronald Reagan, obtient un cessez-le-feu au Liban[11]. C’est une reconnaissance implicite des organisations palestiniennes par Israël.
  • 28 juillet : le séisme de Sirch (Kerman, Iran) d’une magnitude MS 7.2 fait au moins 3 000 victimes.
  • 5 août : Ariel Sharon devient ministre de la Défense en Israël.
  • 7 août : plan Fahd[12] de paix pour le Moyen-Orient fondé sur les résolutions du l’ONU : retrait d’Israël de tous les territoires occupés en 1967 y compris Jérusalem-Est, démantèlement des colonies des territoires occupés, liberté de culte dans les Lieux Saints, droit des Palestiniens au retour, Cisjordanie et Gaza sous tutelle onusienne, État palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale, droit de tous les États de la région à vivre en paix. Il est rejeté par Sadate mais les Occidentaux se montrent intéressés. L’OLP reste divisée. Yasser Arafat et le Fatah y sont favorables mais pas les membres de l’Ancien front du refus. La Syrie s’y oppose et Hafez el-Assad refuse de participer au sommet arabe de Fès.
  • 3 septembre (Égypte) : à la suite des affrontements de juin, Sadate ordonne une vaste opération de police et d’arrestations. 3 000 opposants de tout bord sont emprisonnés. Le patriarche copte est placé en résidence surveillée dans un monastère. L’organisation islamiste qotbiste ; al-Jihad, décide de préparer un attentat contre le chef de l’État, suivi d’un soulèvement populaire.
  • Septembre, guerre Iran-Irak : l’Iran lance une série d’offensive pour libérer son territoire. Au prix de pertes considérables, il parvient à reprendre les positions occupées par l’ennemi.
  • 4 septembre : assassinat au Liban de l’ambassadeur de France, Louis Delamarre.
  • 6 octobre : assassinat du président Anouar el-Sadate par les Frères musulmans lors du défilé commémoratif de la guerre d’octobre, devant les caméras de télévision. Un mouvement de révolte, lancé en Haute Égypte, échoue. Hosni Moubarak le remplace comme président de l’Égypte. Un plébiscite confirmera ce choix. Moubarak se présente comme le continuateur de Sadate, mais décide de libérer les opposants et restaure le pluralisme, bien que les organisations islamistes n’aient pas le droit de se présenter aux élections.
  • 25 novembre : Hafez el-Assad force l’OLP à rejeter le plan Fahd.
  • 14 décembre : Israël profite de la division du monde arabe par annexer le plateau du Golan syrien en dépit des protestations internationales.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1981 en France, 1981 en Italie et 1981 en Suisse.
3 avril : parution en Pologne du Tygodnik Solidarność.
  • 24 avril : levée de l’embargo US sur les céréales à destination de l’URSS.

Océanie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1981 en Nouvelle-Calédonie.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Naissances en 1981[modifier | modifier le code]

Décès en 1981[modifier | modifier le code]

Deux présidents latinos américains (Jaime Roldós Aguilera (Équateur) (ici à l'image) et Omar Torrijos Panama meurent en 1981, à deux mois d'intervalle, tous deux dans des accidents d'avions. Ces crash font l'objet d'un théorie d'assassinats commandités par les États-Unis, dénoncée par John Perkins dans son livre Les Confessions d'un assassin financier, publié en 2004.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]