Viège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la rivière, voir Vispa.
Viège
Visp
Blason de Viège
Héraldique
Vue de l'hôtel de ville de Viège
Vue de l'hôtel de ville de Viège
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Viège
Localité(s) Viège-ville
Maire Edmund Walpen
Code postal 3930
N° OFS 6297
Démographie
Gentilé Viégois (en Français)
Population 7 014 hab. (31 décembre 2010)
Densité 533 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 32″ N 7° 52′ 58″ E / 46.292216, 7.882776 ()46° 17′ 32″ Nord 7° 52′ 58″ Est / 46.292216, 7.882776 ()  
Altitude 658 m
Superficie 1 317 ha = 13,17 km2
Divers
Nom officiel Visp
Nom français Viège
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Viège

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Viège

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Viège
Liens
Site web www.visp.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Viège, appelée en allemand Visp, est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district homonyme dont elle est le chef-lieu.


Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de la ville de Viège est très étroitement liée à celles de l'évêché de Sion et du Canton du Valais.

Article détaillé : Histoire du Valais.

L'ancienne ville de Viège occupe un éperon rocheux au débouché du défilé creusé par la rivière de la Viège. Ce site et ses environs ont dû être habités très anciennement car de nombreux vestiges archéologiques ont été trouvés.

L'importance de Viège, dès les temps les plus anciens, est due au croisement de deux routes ou chemins : la voie de la vallée du Rhône, de Sion à Brigue conduisant au Col du Simplon, et celle qui remontait vers la vallée de Saas et le col de Monte-Moro ainsi que vers Zermatt et son col St-Théodule.

Cependant les origines du bourg restent inconnues. La seigneurie appartenait à l'origine aux comtes de Viège, mentionnés dès le début du XIIe siècle mais sans doute établis antérieurement. Ces comtes détenaient au nom de l'évêque, la majorie de Viège et le vidomnat dont l'autorité s'étendait aux quartiers de Viège, Stalden et Saas.

Viège est le berceau de nombreuses familles nobles ou patriciennes: de Platea (Am Hengart), Werra, Kalbermatten, Venetz, Riedmatten, In Albon, Burgener, etc.

La localité a beaucoup souffert des fréquentes inondations et surtout des tremblements de terre en 1850 et en 1855. À cette époque de nombreux édifices ont dû être reconstruits[3],[4].

Monuments[modifier | modifier le code]

L'ancien bourg de Viège, situé sur l'éperon, conserve de nombreux monuments historiques, dont certains classés au patrimoine Suisse et Valaisan. Nous pouvons citer le vieux presbytère, la maison InAlbon (Graefibiel (1518)), la maison bourgeoisiale, la maison Schutzenlaube (1660), l'Hôtel de ville, l'église des Trois-Rois, l'église Saint-Martin, la Meierturm, le Cricerhaus (1577)[5].

L'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Construite sur une ancienne église, dans un style renaissance par son ministre Matthias Bellwalder entre 1650 et 1655, elle fut consacrée en 1675 par le nonce apostolique Odoardus Cibo. Cette église fut en partie démolie lors du tremblement de terre de 1855. Dès 1856, les autorités religieuses et civiles, entreprirent de la reconstruire.

En 1953, l'église fut restaurée, sa nef et son transept furent agrandis. Les travaux, dirigés par l'architecte Pfammater prirent deux ans et l'église fut consacrée à Saint-Martin de Tours en 1955 par l'évêque de Sion Nestor Adam. Elle possède de magnifiques vitraux créés par l'artiste valaisan Paul Monnier[6].

L'église des Trois-Rois[modifier | modifier le code]

Aussi appelée Église des Bourgeois car elle appartenait aux Bourgeois de Viège, fut reconstruite en 1761 en style baroque sur l'emplacement d'une ancienne église Notre-Dame, mentionnée vers 1220 et qui fut démolie en 1260. Elle a conservé l'ancienne crypte et le clocher roman, rehaussé. Une première restauration fut réalisée en 1855 puis une autre dans les années 70. Le maître-autel a été créé en 1724 par Giovanni Battista Rappa[4]

Eyholz[modifier | modifier le code]

Jusqu'à sa fusion avec la commune de Viège, au 1er janvier 1972, le village d'Eyholz était une commune indépendante du district de Viège. Elle se situe à l'est de cette ville en direction de Brigue.

Club sportif[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Le Bourg de Viège, Louis Blondel, 1957
  4. a et b « Viège » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  5. Suisse tourisme
  6. Le Nouvelliste, 24 janvier 1957

Sur les autres projets Wikimedia :