Davos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Davos
Blason de Davos
Héraldique
Image illustrative de l'article Davos
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Grisons
District Prättigau/Davos
Localité(s) Wiesen
Code postal 7260 Davos-Dorf
7270 Davos-Platz
7494 Wiesen
N° OFS 3851
Démographie
Population 11 166 hab. (31 décembre 2010)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 00″ N 9° 50′ 00″ E / 46.8, 9.83333333333 ()46° 48′ 00″ Nord 9° 50′ 00″ Est / 46.8, 9.83333333333 ()  
Altitude 1 560 m
Superficie 28 398 ha = 283,98 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton des Grisons

Voir sur la carte administrative du Canton des Grisons
City locator 14.svg
Davos

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Davos

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Davos
Liens
Site web www.gemeinde-davos.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Davos (prononcé [ta'fas] en dialecte alémanique, Tavau en romanche, Tavate en italien) est une commune du canton des Grisons, située dans la haute vallée de la rivière Landwasser dans le district de Prättigau/Davos, à l'est de la Suisse. La ville est connue pour accueillir chaque année le Forum économique mondial (World Economic Forum, WEF), réunion des dirigeants de la planète et des élites économiques. Davos est aussi connue en tant que station de sports d'hiver, et organise des événements tels que la Coupe Spengler en hockey sur glace, à laquelle l'équipe locale, le HC Davos participe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Davos climat.svg

Selon l'Office fédéral de la statistique, Davos mesure 283,98 km2[2].

Située à une altitude de 1 560 mètres, Davos est réputée être la ville la plus élevée d’Europe[3]. L’agglomération est formée de deux entités : Davos-Dorf (à l'extrémité du lac de Davos) et Davos-Platz. Elle s’allonge sur près de quatre kilomètres au fond de la vallée de la Landwasser. Elle est reliée à la station de Klosters par le col du Wolfgang à dix kilomètres au nord.

Le 25 novembre 2007, les citoyens de Davos ont accepté la fusion avec la commune de Wiesen. Depuis le 1er janvier 2009, la fusion est effective[4] ; à la suite de cette fusion, elle devient pendant deux ans la commune la plus étendue de Suisse, devant Bagnes (en 2011, Glaris Sud la dépassera en superficie).

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Davos compte 11 166 habitants fin 2010[1]. Sa densité de population atteint 39,3 hab./km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peuplement récent de la région de Davos remonte au Haut Moyen Âge quand elle fut colonisée par l'immigration de populations romanches originaires de l'Engadine et de la vallée de l'Albula. La première mention du village de Davos remonte à 1213 sous la forme attestée de « Tavaus ». Certains toponymes par leurs sonorités romanes trahissent encore cette présence.

Aux environs de 1280, les barons de Vaz permettent l'établissement de colons germanophones walser et leur concèdent des droits importants d'autonomie administrative. C'est ainsi que Davos devint le plus grand centre de peuplement walser en Suisse orientale. Les autochtones continuent de parler un dialecte, atypique dans les Grisons, qui possède de nombreuses similitudes avec l'allemand dialectal de la Suisse occidentale, en particulier du Haut-Valais.

En 1853, le médecin allemand Alexander Spengler constata que le microclimat de la vallée était propice au traitement de la tuberculose et autres maladies pulmonaires. Le village se transforma en lieu de cure avec la construction de sanatoriums, d’hôtels et de pensions. Notamment sous l'impulsion de Willem-Jan Holsboer qui va également être le fondateur des Chemins de fer rhétiques (RhB) avec la création d'une société anonyme en 1888 pour la construction et l'exploitation de la ligne de Landquart à Davos-Platz, mise en service en 1889 et 1890[5].

C'est à Davos que se déroule le roman de Thomas Mann La Montagne magique décrivant la vie de pensionnaires d'un sanatorium.

De 1928 à 1931 s'y déroulent les cours universitaires de Davos, rencontres d'intellectuels européens qui rassemblèrent des chercheurs tels qu'Albert Einstein, Paul Tillich, Léon Brunschvicg, Lucien Febvre et furent le théâtre de la célèbre dispute de Davos entre Martin Heidegger et Ernst Cassirer en 1929.

Le 4 février 1936, Wilhelm Gustloff un activiste virulent du parti nazi en Suisse est tué par David Frankfurter, un étudiant juif, qui rêvait par ce geste de «réveiller son peuple». En 1948, grâce à la streptomycine, l’un de ces établissements parvint à soigner la tuberculose et l'encéphalite, sonnant le glas des longs séjours médicaux en montagne.

Dès lors, Davos se transforma encore plus en station de sports d'hiver et en centre de congrès.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Tradition du patinage

Ski[modifier | modifier le code]

Depuis la fin du XIXe siècle, Davos est célèbre pour sa station de ski. Après le très fort engouement des années 1970 et 1980, la ville s'est ré-affirmée en tant que destination touristique majeure, très prisée par la jet-set.

Les cinq principaux domaines skiables de Davos:

Hôtellerie[modifier | modifier le code]

En raison du type de clients qui affluent chaque année à Davos, une hôtellerie de qualité s'est développée dans la ville. Parmi les grands hôtels de Davos, on peut citer :

Instituts de recherche[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

église Saint Johann

Manifestations[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Arthur Conan Doyle écrivit un article sur le ski à Davos en 1899. C'est également à Davos que se déroule le roman de Thomas Mann La Montagne magique (Der Zauberberg), et plus particulièrement dans le sanatorium.

Transports[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Voir par exemple [1]. Toutefois, la définition officielle de « ville » variant selon les pays, cette affirmation peut difficilement reposer sur des critères objectifs.
  4. (de) http://www.news.ch/Davos+und+Wiesen+fusionieren+Anfang+2009/293864/detail.htm
  5. Henri Rougier, « Le réseau des chemins de fer rhétiques (Grisons, Suisse) », dans la Revue de géographie alpine, tome 61 n°3, 1973, pp. 463-478, intégral (consulté le 18 janvier 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Panorama de la vallée de Sertig

Sur les autres projets Wikimedia :