Saïx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune du Tarn. Pour la commune de la Vienne, voir Saix. Pour la commune de l'Ariège, voir Seix.
Saïx
Mairie de Saïx
Mairie de Saïx
Blason de Saïx
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Canton de Castres-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes Sor et Agout
Maire
Mandat
Geneviève Dura
2014-2020
Code postal 81710
Code commune 81273
Démographie
Gentilé saïxols
Population
municipale
3 318 hab. (2011)
Densité 241 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 56″ N 2° 11′ 05″ E / 43.5822222222, 2.18472222222 ()43° 34′ 56″ Nord 2° 11′ 05″ Est / 43.5822222222, 2.18472222222 ()  
Altitude 165 m (min. : 147 m) (max. : 263 m)
Superficie 13,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Saïx

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Saïx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saïx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saïx
Liens
Site web Site officiel

Saïx (prononcé [sɛs ]) est une commune française située dans le département du Tarn et la région Midi-Pyrénées.

Les habitants de Saïx sont appelés les saïxols. La prononciation du 'x' en 'ss' vient de son nom et de son gentilé occitan, qui sont respectivement Sais et los saissòls. Le tréma a ainsi été rajouté récemment pour faciliter la lecture du nom de la ville qui prêtait souvent à confusion.

Le nom Saïx vient de saxum qui signifie « rocher » en latin (Saixo 1123). La commune est formée de deux paroisses Saïx et Longuegineste (habitants : les Longueginestois). Il y a donc deux écoles, deux bureaux de vote, deux maisons des jeunes, etc. La chanson de la commune s'appelle la Saissòla.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Castres située dans son unité urbaine, à cinq kilomètres au sud-ouest de la ville de Castres sous-préfecture, à 45 km de la préfecture, Albi et à 60 km de la capitale régionale, Toulouse. sur l'ancienne route nationale 622

Au bord de la rivière Agout, la commune se développe sur un paysage de collines, plateau et plaines sur une superficie de 1379 ha.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • L'hypothèse voulant que ce soit Raymond de Saïsse, fondateur de la Chartreuse en 1359 qui ait donné son nom au village est à écarter résolument car le nom de Saïx se trouve dans l'histoire bien avant que le dit fondateur ne soit né. Saïx apparaît au IXe siècle comme "alleu" (propriété) des bénédictins de Castres.

On le constate sur une épitaphe de 1250 découverte dans les ruines de l'ancien couvent des cordeliers de castres, gravée sur un caveau à la demande d'Isabeau de Paris, sœur du roi saint Louis, pour son amie intime Armoise de Lautrec, entrée en qualité de religieuse recluse dans un couvent de Saïx[1].

  • Quelques dates :

XIIe siècle : Les bénédictins de Castres deviennent seigneurs de Saïx. 1317 : Saïx passe du diocèse de Toulouse à celui de Lavaur. 1374 : Saïx est pillé pendant la guerre de Cent Ans. 1563-1568 : guerres de religion. Saïx est pratiquement détruit... 1582 : Démolition du fort de Saix. 1585 : Passage à Saïx du roi Henri IV. 1730 : Autorisation donnée à Saïx de tenir trois foires. 1787 : Construction du pont de Saïx. 1814 : Bataille de Toulouse contre Wellington. Le maréchal Soult se replie et passe à Saïx. 1850 : Installation d'une bouchonnerie puis d'une fabrique textile dans la boucle de l'Agout. 1871 : Achat d'un tambour pour la garde nationale de Saïx. 1880 : Le conseil municipal se montre précurseur en instituant la gratuité scolaire dans la commune (avant les lois de 1881) et pour que l'enseignement soit de qualité, il est demandé que les maitres soient brevetés. 1886 : Le vignoble de Saïx est détruit par le phylloxéra. 1897 : Installation d'un bureau de poste. 1923 : Installation de l'électricité. 1930 : Inondation du siècle. 1937 : Installation de l'eau potable.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saïx

Son blasonnement est : D'argent à la lettre S capitale de gueules, mantelé d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
18 décembre 2012   Geneviève Dura[2]    
mars 2008 novembre 2012[3] Henri Blanc PS  
mars 2001 mars 2008 Henri Blanc DVG  
juin 1995 mars 2001 Yves Peres DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 318 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 067 1 091 1 226 1 206 1 269 1 332 1 192 1 269 1 181
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 258 1 266 1 325 1 482 1 364 1 295 1 185 1 112 1 133
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 084 1 037 987 1 168 1 122 1 086 1 069 1 200 1 271
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
1 361 1 646 2 252 2 900 3 277 3 326 3 332 3 318 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'ASS SP Pierre Fabre, équipe de rugby à XV et l'Association sportive Sor Agoût

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le bourg est composé de deux villages :

  • Saïx avec ses deux places : la place Jean-Jaurès dominant l'Agout entourée de ses vieilles rues, et la place du rivet, plus moderne. L'église, héritière d'un fort se situant place Jean-Jaurès, a été récemment restaurée.
  • Longuegineste, avec sa place occitane et son église construite en 1874 grâce aux plans de l'architecte Barthe. Elle est fondamentalement différente de l'église saïxole.
  • Plus loin encore, dans la campagne saïxole, se trouve le château de Sendrone, domaine existant depuis le XVIIe siècle mais on connaît sa forme actuelle depuis le XVIIIe. Ce château est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
  • On peut voir alentour quelques pigeonniers typiques du Sud-Ouest de la France, aux lieux-dits Villegly, Deveille, Sendrone, Alary, Rouquette, et Les Gayrauds.

Près de Longuegineste se trouve la Réserve Ornithologique Naturelle de Cambounet-sur-le-Sor, ainsi que le centre de loisirs des Etangs proposant autour de plusieurs plans d'eau diverses activités.

Pour les curieux de l'histoire religieuse locale, le musée de la Chartreuse offre de nombreux documents issus des XVIe, XVIIIe et XVIIIe siècles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sources : le petit guide de Saïx ; Gui Viala, Histoire et histoires de Saïx)
  2. Elle a succédé à Henri Blanc, propos recueillis par Dominique Escorne, Le Tarn libre, 4 janvier 2013
  3. Le maire Henri Blanc cède sa place, sur ladepeche.fr, 15 novembre 2012 [1]
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]