Emmanuel de Las Cases

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Las Cases.
Statue d'Emmanuel, comte de Las Cases à Lavaur

Marie-Joseph, Emmanuel, Auguste, Dieudonné, marquis puis comte de Las Cases (né le 21 juin 1766 près de Blan dans le Tarn, mort le 15 mai 1842 à Passy-sur-Seine) est un historien français (le nom de famille Las Cases se prononce /laskaz/). Il est l'auteur du Mémorial de Sainte-Hélène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans la propriété de Las Cases, commune de Blan (Tarn), près de Revel en Midi-Pyrénées. Après des études au collège bénédictin de Sorèze (à quelques kilomètres de Blan), le jeune Emmanuel vient à Paris, chez sa tante, Mme de Berny, qui l'envoie en 1777 au collège de Vendôme, tenu par les Oratoriens[1], puis à l'école militaire de Paris ; il entre dans la marine et prend part à plusieurs combats dans les années 1781-1782.

La Révolution française de 1789 cause son émigration, et il passe plusieurs années en Allemagne et en Angleterre, participant au désastre de l'expédition de Quiberon (1795). Il est l'un des rares survivants et retourne à Londres, où il vit dans la pauvreté. Il réussit cependant à se faire engager comme tuteur pour les enfants de Lady Clavering, une dame d'origine française, de la région d'Angers. Il envisage un temps d'écrire des romans mais se décide pour l'histoire, et c'est ainsi qu'il composa un monumental Atlas historique en grand in-folio (55×34 cm), qu'il publie sous le nom d’emprunt de Le Sage[2]. Augmenté de notices historiques, l'ouvrage est réédité à Paris et réimprimé à plusieurs reprises entre 1804 et 1845 environ[3]

Il retourne clandestinement en France pendant le Consulat avec d'autres royalistes qui rallient Napoléon Ier, et qui feront plus tard allégeance à l'Empereur. Il épouse son amie d'enfance Henriette de Kergariou, fille de Pierre-Joseph de Kergariou (décédé à Quiberon en 1795), en août 1799 à Saint-Méen (Finistère). En 1810, il reçoit le titre de chambellan et de comte d'Empire (il était auparavant marquis par hérédité). Après l'abdication de l'empereur (11 avril 1814), il se retire en Angleterre, mais retourne servir Napoléon durant les Cent-Jours.

Après la bataille de Waterloo, resté fidèle à Napoléon Bonaparte vaincu, il l'accompagne du départ de la Malmaison jusqu'à l'île de Sainte-Hélène, et partagea son exil jusqu'en fin 1816.

La reddition de l'Empereur ouvre pour Las Cases la partie la plus notable de sa carrière. Il suit avec quelques autres privilégiés l'empereur à Rochefort; et c'est Las Cases qui le premier et assez fortement incite l'empereur à se rendre à la nation britannique.

Napoléon Ier dictant ses mémoires aux généraux Montholon et Gourgaud en présence du grand-maréchal Bertrand et du comte de Las Cases, École française (XIXe siècle), musée napoléonien de l'île d'Aix.

Le 10 juillet, devant l'île d'Aix, Napoléon, qui se trouve à bord de la frégate Saale, charge Las Cases (à cause peut-être de sa connaissance de l'anglais) et Savary, de négocier avec le capitaine Maitland, commandant du Bellerophon. Las Cases revêt un uniforme et se rend auprès de l'Empereur[1] :

« – Pourquoi, Monsieur, ne mettez-vous aucune de vos décorations ?
– Mais, Sire, parce que je n'en ai point.
– N'avez-vous pas au moins la Légion d'honneur ?
– Non Sire.
– Comment est-ce possible ? Allez demander à Marchand une des miennes. »

Et c'est avec une croix d'officier trouvée par Marchand dans une cassette que Las Cases se rend à bord du navire anglais[1].

Las Cases est le premier à faire une proposition[évasif] au Capitaine Maitland du Bellerophon et reçoit une réponse positive. Il l'accusera plus tard d'avoir agi perfidement, en attirant l'Empereur dans les filets anglais, sous la suggestion d'un accueil favorable en Angleterre, tout en sachant que ses ordres étaient plutôt de le capturer.

Las Cases accompagne Napoléon à Sainte-Hélène et joue de façon informelle mais très assidûment un rôle de secrétaire particulier, prenant différentes notes de leurs conversations, qu'il va remettre ensuite en ordre dans son Mémorial de Sainte-Hélène, écrit au château de Sohan.

Ce Mémorial (document de plus 2 000 pages) reste le vecteur de la légende de Napoléon Bonaparte, et le témoignage le plus complet et abouti sur la fin et la déchéance de l'Empereur. « Le Mémorial présente le meilleur recueil, non seulement des pensées réelles de Napoléon Bonaparte, mais encore des opinions qu'il voulait faire passer pour telles », a dit Walter Scott.

Une correspondance illicite que Las Cases tente d'envoyer à Lucien Bonaparte et à Lady Clavering cause son arrestation à Longwood par le gouverneur Hudson Lowe, puis son départ de l'île de Sainte-Hélène en fin 1816[4]. Le mystère plane sur les causes de ce départ : les uns parlent d'expulsion par le gouverneur Hudson Lowe et d'autres évoquent d'autres hypothèses[5].

Son entrée en France n'est pas au début autorisée par le gouvernement de Louis XVIII. Il réside en Allemagne ; mais il obtient la permission de venir à Paris après la mort de Napoléon, où il prend sa résidence et publie le Mémorial en 1823. Il en gagne bientôt une énorme richesse et meurt en 1842 à Passy. Il est enterré au cimetière de Passy. Son fils, Emmanuel Pons, participa à l'expédition de 1840 pour rapporter les cendres de Napoléon en France.

Hommage[modifier | modifier le code]

Une statue lui a été érigée à Lavaur, à côté de l'église. Non loin de là, le lycée de Lavaur s'appelle le Lycée Las Cases.
Une stèle en son honneur est érigée à la ferme de Las Cases[6].

Le plus important prix historique napoléonien d'Amérique porte le nom du mémorialiste, il s'agît du Prix Mémorial Comte de Las Cases[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Souvenir napoleonien 2011, p. Las Cases.
  2. Las Cases a lui-même donné dans le Mémorial de Sainte-Hélène (chap. VII, journée du 15 mai 1816) le récit de la conception de cet ouvrage, qui fut en son temps l'équivalent français du The Commercial and Political Atlas de William Playfair.
  3. D'après Lalanne, Renier et al., Biographie portative universelle, Paris, Garnier, 1861. Sur l’Atlas Historique de Lesage, voyez Walter Goffart, Historical Atlases: The First Three Hundred Years, Chicago,‎ 2005, p. 305-314, 391-394.
  4. Albert Benhamou, L'autre Sainte-Hélène, 2010
  5. Las Cases a-t-il été expulsé par Hudson Lowe ?
  6. « Un nouveau panneau à la mémoire d’Emmanuel de Las Cases »,‎ 2014 (consulté le 10 novembre 2014)
  7. (es) Prix Mémorial Comte de Las Cases sur le site de l'Instituto Napoleónico México-Francia

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]