Agout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 47′ 04″ N 1° 41′ 01″ E / 43.78444, 1.68361

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agout (homonymie).
Agout
(Agoût)
Vallée de l'Agout à Giroussens
Vallée de l'Agout à Giroussens
Caractéristiques
Longueur 194 km [1]
Bassin 3 497 km2 [1] ou 3528 km2[2]
Bassin collecteur Garonne
Débit moyen 55 m3/s (Saint-Sulpice-la-Pointe)
Régime pluvio-nival
Cours
Source près du bois de Bétirac et de la ferme dite du Rec d'Agout
· Localisation Cambon-et-Salvergues
· Altitude 1 100 m
· Coordonnées 43° 39′ 16″ N 2° 56′ 03″ E / 43.6544, 2.9341 (Source - Agout)  
Confluence Tarn
· Localisation Saint-Sulpice-la-Pointe
· Altitude 94 m
· Coordonnées 43° 47′ 07″ N 1° 40′ 58″ E / 43.7854, 1.6828 (Confluence - Agout)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Durenque, Thoré, Sor
· Rive droite Vernoubre, Vernoubre, Gijou, Dadou
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Hérault, Tarn
Régions traversées Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon
Principales villes Cambon-et-Salvergues, Fraisse-sur-Agout, La Salvetat-sur-Agout, Brassac, Castres, Vielmur-sur-Agout, Lavaur, Saint-Sulpice

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

L'Agout ou Agoût est une rivière du sud de la France, dans les deux départements de l'Hérault et du Tarn, dans les deux régions du Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon. C'est un important affluent gauche du Tarn, donc un sous-affluent de la Garonne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Castres - Maisons sur l'Agout

Attesté sous la forme Aguotis en 819, du bas-latin *ad-guttum "canal, égout" (E. Nègre, Noms de lieux du Tarn, § 81).

Géographie[modifier | modifier le code]

Il prend sa source à 1 100 m d'altitude, tout près du bois de Bétirac et de la ferme dite du Rec d'Agout (ou de l'Éspinouse, ferme auberge qui appartenait à la famille Bétirac depuis au moins le 16e siècles jusqu'au début du 20e) en occitan dans le Parc naturel régional du Haut-Languedoc près du sommet de l'Espinouse dans les monts d'Espinouse en Haut-Languedoc département de l'Hérault et conflue dans le Tarn à Saint-Sulpice-la-Pointe département du Tarn, à 94 m d'altitude.

La longueur de son cours d'eau est de 194 km[1].

La superficie de son bassin versant est de 3 528 km2[2] et compte 200 000 habitants[2].

Il traverse le lac de la Raviège.

Départements et principales communes traversées[modifier | modifier le code]

L'Agout traverse trente-six communes (deux dans l'Hérault et les autres dans le Tarn)[1].

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

  • Il est soumis à un régime pluvio-nival méditerranéen et océanique
  • Débit moyen : 41 m3⋅/s à Lavaur, 55 m3⋅/s à son débouché dans le Tarn.

L'Agout est une rivière très abondante, comme tous les cours d'eau issus de la partie sud du massif central français. Son débit a été observé sur une période de 56 ans (1946-2001), à Lavaur, ville du département du Tarn située malheureusement un peu loin de son confluent avec le Tarn et escamotant ainsi notamment les eaux de son affluent le Dadou[3]. Le bassin versant de la rivière à cet endroit est de 2 300 km2 (soit environ 66,3 % de sa totalité qui fait 3 497 km2[1]). Les chiffres suivants ne représentent donc qu'une (grosse) partie des débits finaux de la rivière à son confluent avec le Tarn, mais sont tout à fait représentatifs de l'ensemble, étant donnée la grande homogénéité du bassin de la rivière, au niveau des précipitations.

Le module de la rivière à Lavaur est de 41 m3⋅/s.

L'Agout présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées, comme bien souvent dans le tiers sud de la France, avec des hautes eaux d'hiver et de printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 56 et 75 m3⋅/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum en février), et des basses eaux d'été, de la mi-juin à la mi-octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à 9,78 m3⋅/s au mois d'août. Mais les débits mensuels moyens ne sont que des moyennes et occultent des fluctuations bien plus prononcées sur de plus courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : O4692550 - L'Agout à Lavaur pour un bassin versant de 2300 km2[3]
(données calculées sur 56 ans de 1946 à 2001)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 2,3 m3⋅/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui est assez bas voire sévère, mais normal comparé aux autres cours d'eau de la région.

L'Agout à Giroussens

Les crues peuvent être extrêmement importantes. Ainsi le débit instantané maximal enregistré a été de 1 390 m3⋅/s le 8 décembre 1996, tandis que la valeur journalière maximale était de 934 m3⋅/s le même jour. Le QIX 10 est de 780 m3⋅/s, le QIX 20 de 930 m3⋅/s et le QIX 50 de 1 100 m3⋅/s. Les QIX 2 et QIX 5 valent quant à eux respectivement 400 et 630 m3⋅/s. D'où que les crues de décembre 2006, dont il est question plus haut, étaient plus que cinquantennales, et donc assez exceptionnelles.

On peut les comparer à ceux de l'un des affluents de la Seine au sud-est de Paris, l'Yonne, réputée pour ses crues qui inquiètent régulièrement les Parisiens. Le QIX 10 de l'Yonne en fin de parcours vaut 710 m3⋅/s (contre 780 pour l'Agout à Lavaur) et son QIX 50 se monte à 960 m3⋅/s (contre 1 100 3/spour l'Agout). Ainsi malgré un bassin plus de quatre fois moins étendu et un débit moyen de moins de moitié, le volume des crues de l'Agout l'emporte sur celles de l'Yonne.

L'Agout est une rivière abondante, alimentée par des précipitations elles aussi abondantes, dans les régions des Cévennes, des monts de l'Espinouse et de Lacaune, ainsi que de la Montagne Noire notamment. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 565 millimètres annuellement, ce qui est fort élevé, largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et supérieur aussi à la moyenne de la totalité du bassin français de la Garonne (384 millimètres au Mas-d'Agenais). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière atteint le chiffre de 17,8 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Principales localités traversées[modifier | modifier le code]

Toponymes[modifier | modifier le code]

L'Agout a donné son hydronyme aux trois communes suivantes : Fraisse-sur-Agout, La Salvetat-sur-Agout, Vielmur-sur-Agout.

Remarques[modifier | modifier le code]

Après un passage dans le Tarn, puis la Garonne, les eaux de l'Agout finiront leur course dans l'océan Atlantique, au même titre que les eaux de l'Ariège et du Lot. À 17 km au sud-est de la source de l'Agout, il y a la source du Jaur (rivière), dont les eaux coulent vers la Mer Méditerranée. Il y a donc ici une ligne de partage des eaux, entre le bassin Atlantique et le bassin Méditerranéen.

Anecdote : La limite entre les bassins Atlantique et Méditerranéen se ressent également au niveau du climat. Avec les monts et les vallées, l'ensemble donne lieu à une importante diversité de paysages, de cultures agricoles, d'habitats traditionnels, de lieux pittoresques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. a, b, c, d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Agout (O4--0250) » (consulté le 27 juin 2013)
  2. a, b et c Agout, Schéma d'aménagement et de gestion des eaux, « Agout - SAGE » (consulté le 19 septembre 2008).
  3. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Agout à Lavaur (O4692550) » (consulté le 27 juin 2013)