Académie nationale de médecine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 51′ 23″ N 2° 20′ 04″ E / 48.85626, 2.334333

Académie nationale de médecine
Image illustrative de l'article Académie nationale de médecine
Pupitre de la Chambre des académiciens
Nom original Académie royale de chirurgie
Fondation 1731
Discipline Médecine
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Président Yves Logeais
Publications Bulletin de l’Académie nationale de médecine
Site web www.academie-medecine.fr/

L'Académie nationale de médecine, fondée historiquement en 1731 à partir de l'Académie royale de chirurgie qui fut intégrée en 1820 dans l'Académie royale de médecine, est une société savante médicale située rue Bonaparte dans le 6e arrondissement de Paris, mais ne fait pas partie de l'Institut de France.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Académie royale de médecine a été créée par Louis XVIII en 1820, sous l'impulsion du baron Antoine Portal qui fédéra trois sociétés savantes médicales : la Société royale de médecine, l'Académie royale de chirurgie et la Société de la faculté de médecine fondée par son rival Joseph Ignace Guillotin. Ses statuts sont fondés sur ceux de l'Académie royale de chirurgie (1731) et de la Société royale de médecine (1776). L'Académie de médecine, de royale, devint impériale de 1851 à 1870, puis nationale à partir du 1er mars 1947.

L'article 2 de l'ordonnance de 1820, signée par Louis XVIII définit les statuts et missions de l'Académie royale de médecine comme suit :

« Cette académie sera spécialement instituée pour répondre aux demandes du gouvernement sur tout ce qui intéresse la santé publique, et principalement sur les épidémies, les maladies particulières à certains pays, les épizooties, les différents cas de médecine légale, la propagation de la vaccine, l'examen des remèdes nouveaux et des remèdes secrets, tant internes qu'externes, les eaux minérales naturelles ou factices, etc.

Elle sera en outre chargée de continuer les travaux de la Société royale de médecine et de l'Académie royale de chirurgie : elle s'occupera de tous les objets d'étude ou de recherches qui peuvent contribuer au progrès des différentes branches de l'art de guérir.

En conséquence, tous les registres et papiers ayant appartenu à la Société royale de médecine ou à l'Académie royale de chirurgie, et relatifs à leurs travaux, seront remis à la nouvelle académie et déposés dans ses archives. »

À sa création, l'académie tenait ses séances à la faculté de Médecine de Paris. Elle occupa de 1824 à 1850 un modeste local rue de Poitiers, puis s'installa dans la chapelle désaffectée de l'hôpital de la Charité de la rue des Saints-Pères, avant d'emménager définitivement dans l'hôtel de la rue Bonaparte, construit par l'architecte Justin Rochet de 1899 à 1902. Aujourd’hui, l'académie tient séance publique chaque mardi après-midi.

Missions[modifier | modifier le code]

Cabinet du Secrétaire Perpétuel

Les missions de l'académie consistent à répondre à toutes les questions posées par le gouvernement français dans le domaine de la santé publique. En plus de son rôle de conseiller, elle peut également, sans sollicitation préalable, émettre des avis ou communiqués éventuellement destinés à être largement diffusés. L'académie œuvre également au perfectionnement et à la diffusion des sciences médicales et pharmaceutiques, ainsi qu'à leurs applications.

Elle peut aussi s’autosaisir dans les domaines de la santé mais plus volontiers sur les questions de santé publique et d’éthique médicale[1].

Elle joue aussi un rôle fondamental, avec les prix et les bourses qu'elle décerne chaque année, dans l'aide à la recherche médicale. Elle délivre ainsi notamment le Prix de l'Académie nationale de médecine, le Prix Jansen et le Prix Albert-Creff.

Financement[modifier | modifier le code]

Les ressources financières de l'académie proviennent à la fois du budget de l'État et de ses fonds propres.

Membres actuels[modifier | modifier le code]

L'Académie nationale de médecine compte statutairement 130 membres titulaires, 160 membres correspondants, 100 membres correspondants étrangers et 40 membres associés étrangers.

En 2013, son président est François-Bernard Michel. Les membres titulaires sont[2] :

Quelques anciens membres illustres[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Les professeurs Pierre Jouannet et Roger Henrion, tous deux spécialistes de Procréation médicalement assistée (PMA), ont envoyé une lettre aux gynécologues français avec un questionnaire confidentiel pour faire un état des lieux des pratiques de PMA et de GPA (Gestation pour autrui). Cette lettre évoque les possibilités d'ouvrir la PMA et la GPA aux couples de personnes de même sexe lors des débats sur la loi Taubira[3] :

« Lors des débats, les possibilités d'ouvrir l'accès de ces couples à la PMA et à la gestation pour autrui (GPA) ont régulièrement été évoquées, écrivent-ils. Ces possibilités seront peut-être prévues dans de prochains projets de loi après un débat qui devrait être organisé sur le sujet, notamment par le Comité consultatif national d'éthique. »

Le questionnaire se termine par les questions :

« Pensez-vous que la PMA devrait être accessible aux couples homosexuels en France ? Si oui, devrait-elle être prise en charge par les caisses d'assurance maladie ? »

Cette lettre a provoqué la stupéfaction chez les professionnels de Gènéthique[4], un site d'information et d'analyse de l'actualité en bioéthique :

« Comment ne pas penser que l'objectif réel de cette enquête s'inscrit dans la même logique que la circulaire Taubira sur la GPA, c'est-à-dire qu'elle se propose de partir de la réalité de quelques cas contra legem pour faire changer la loi ? s'interroge l'équipe. Comment l'Académie nationale de médecine peut-elle demander à ses propres confrères d'avouer des comportements considérés à ce jour contraires à la déontologie médicale et à l'ordre public français ? »

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste partielle des Présidents depuis la fondation de l'Académie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Missions de l'Académie nationale de médecine
  2. Liste des titulaires en février 2013 sur le site officiel de l'ANM.
  3. Stéphane Kovacs, Le Figaro, « PMA et GPA : l'enquête secrète de l'Académie de médecine », 23 juillet 2013, lire en ligne
  4. Site Gènéthique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :