Service du travail obligatoire (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir STO et Service du travail obligatoire.
À Paris, l’armée d’occupation sélectionne les futurs travailleurs du STO.

Le service du travail obligatoire (STO) fut, durant l’occupation de la France par l’Allemagne nationale-socialiste, la réquisition et le transfert vers l’Allemagne de centaines de milliers de travailleurs français contre leur gré, afin de participer à l’effort de guerre allemand que les revers militaires contraignaient à être sans cesse grandissant (usines, agriculture, chemins de fer, etc.). Les personnes réquisitionnées dans le cadre du STO étaient hébergées dans des camps de travailleurs implantés sur le sol allemand.

L’Allemagne nazie imposa au gouvernement de Vichy la mise en place du STO pour compenser le manque de main-d'œuvre dû à l’envoi des soldats allemands sur le front russe, où la situation ne cessait de se dégrader. De fait, les travailleurs forcés français sont les seuls d’Europe à avoir été requis par les lois de leur propre État, et non pas par une ordonnance allemande. C'est une conséquence indirecte de la plus grande autonomie négociée par le gouvernement de Vichy comparativement aux autres pays occupés, qui ne disposaient plus de gouvernement propre.

Un total de 600 000 à 650 000 travailleurs français furent acheminés vers l'Allemagne entre juin 1942 et juillet 1944. La France fut le troisième fournisseur de main-d'œuvre forcée du Reich après l'URSS et la Pologne, et le pays qui lui donna le plus d'ouvriers qualifiés.

L'exploitation de la main-d'œuvre française par le IIIe Reich a concerné des travailleurs obligatoires (« les requis du STO »), mais on vit aussi partir en Allemagne des travailleurs volontaires attirés par la rémunération, ou voulant faire revenir un parent proche. Ces volontaires ne furent ni mieux ni moins bien traités que les requis, mais contribuèrent dans l'opinion, après la guerre, à un amalgame fréquent et injustifié entre requis du STO et volontaires. 250 000 prisonniers de guerre durent également travailler pour le Reich à partir de 1943 après avoir été « transformés » de gré ou de force en travailleurs civils.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès l'automne 1940, des volontaires, au début majoritairement d'origine étrangère (Russes, Polonais, Italiens) choisissent de partir travailler en Allemagne. En tout, pendant la Seconde Guerre mondiale, 200 000 travailleurs français se seraient portés volontaires, dont 70 000 femmes. C'est aussi à l'automne 1940 que l'occupant procède à des rafles arbitraires de main-d'œuvre dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, rattachés à Bruxelles.

La « Relève » (début 1942)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Relève (régime de Vichy).

Fritz Sauckel, surnommé le « négrier de l'Europe », est chargé le 21 mars 1942 d'amener de la main-d'œuvre de toute l'Europe par tous les moyens. Il s'intéresse particulièrement à la France. Sa nomination est à peu près concomitante avec le retour au pouvoir de Pierre Laval. Jusqu'alors, moins de 100 000 travailleurs français volontaires sont partis travailler en Allemagne[1]. Le refus d'envoyer 150 000 ouvriers qualifiés a été l'une des cause de la chute de Darlan[2]. Au cours des années 1942 et 1943, Sauckel use d'intimidation et de menaces pour remplir ces objectifs. Face à lui, Laval, tour à tour négocie, temporise et obtempère, si bien que les relations entre les deux hommes sont tumultueuses, Sauckel louant Laval pour sa coopération ou le condamnant pour son obstruction[3]. On appelle « actions Sauckel » les exigences de main-d'œuvre formulées par Sauckel entre le printemps 1942 et le début de 1944.

Le travail obligatoire est institué en Europe de l'Ouest par un Anordnung de Sauckel du 7 mai 1942[4]. Sauckel demande 250 000 travailleurs supplémentaires avant la fin du mois de juillet. Face à cette exigence, Laval recourt à sa méthode favorite qui consiste à négocier, gagner du temps et chercher des moyens d'échanges. C'est ainsi qu'il en vient à proposer le système de la « Relève » consistant à libérer un prisonnier de guerre pour trois départs en Allemagne de travailleurs libres ; cette « Relève » est instituée et annoncée dans un discours du 22 juin 1942. Dans le même discours, Laval proclame « je souhaite la victoire de l'Allemagne »[1]. Dans une lettre envoyée le même jour au ministre allemand des Affaires étrangères, Ribbentrop, Laval place cette politique de la Relève dans le cadre d'une participation de la France à l’effort de guerre allemand contre le bolchevisme, au travers de l’envoi de travailleurs[2].

La conscription obligatoire (automne 1942)[modifier | modifier le code]

Le manque de succès de cette mesure (17 000 volontaires seulement à fin août) sonne le glas du volontariat. Le 22 août 1942, une directive de Sauckel précise qu'il faut désormais recourir au recrutement forcé[5]. Du point de vue de Sauckel, la Relève a été un échec puisque moins de 60 000 travailleurs français sont partis en Allemagne à la fin du mois d'août. Il menace alors de recourir à une ordonnance pour réquisitionner la main-d'œuvre masculine et féminine, ordonnance qui ne peut s'appliquer qu'en zone occupée. Laval négocie l'abandon de l'ordonnance allemande au profit d'une loi française concernant les deux zones[6]. Ceci conduit à la loi française du 4 septembre 1942 qui introduit la conscription obligatoire pour tous les hommes de 18 à 50 ans et pour les femmes célibataires âgées de 21 à 35 ans[3]. Cette loi de coercition est évidemment impopulaire, et au sein même du gouvernement, quatre ministres auraient manifesté leur opposition[7]. En décembre 1942, l'objectif de 250 000 hommes de la première action Sauckel est atteint[8].

Toutefois, la réquisition forcée d'ouvriers, gardés par des gendarmes jusqu'à leur embarquement en train, suscite de nombreuses réactions hostiles. Le 13 octobre 1942 éclatent les incidents d'Oullins, dans la banlieue lyonnaise. On écrit sur les trains « Laval assassin ! »[9]. Le gouvernement est forcé de reculer en zone sud si bien qu'au 1er décembre 1942, seuls 2 500 ouvriers requis ont en tout et pour tout quitté la zone Sud[10].

Le STO (1943-1944)[modifier | modifier le code]

Après qu'Hitler ordonne, le 15 décembre 1942, le versement dans l'armée de 300 000 ouvriers allemands, Sauckel exige, le 1er janvier 1943, qu'en plus des 240 000 ouvriers déjà partis en Allemagne, un nouveau contingent de 250 000 hommes soit expédié d'ici la mi-mars[3]. Pour satisfaire cette deuxième « action Sauckel », le 16 février 1943 Pierre Laval, après avoir vainement négocié[11], instaure le Service obligatoire du travail (SOT) ; cette dénomination maladroite sujette aux railleries ne subsiste qu'une semaine, elle est rapidement remplacée par « STO ». Les précédentes réquisitions, sous le régime de la Relève, ne concernaient théoriquement que des ouvriers. Avec la mise en place du STO, le recrutement, de catégoriel, se fait désormais par classes d'âge entières. Les jeunes gens nés entre 1920 et 1922, c'est-à-dire ceux des classes « 1940 », « 1941 » et « 1942 » ont l'obligation de partir travailler en Allemagne (ou en France), s'agissant d'un substitut au service militaire. La jeunesse, dans son ensemble, devient la cible du STO[3]. La classe « 1942 » est la plus touchée, et les exemptions ou sursis initialement promis aux agriculteurs ou aux étudiants disparaissent dès juin. Théoriquement, les jeunes femmes sont aussi concernées mais, par peur des réactions de la population et de l’Église, hormis quelques cas individuels, elles ne sont pas touchées par le STO[réf. nécessaire]. Parmi les requis de la deuxième « action Sauckel », on compte 24 000 jeunes hommes des Chantiers de la Jeunesse, du dernier contingent de la classe « 1942 »[11].

Le 15 mars, au cours d'une réunion de prières réunissant 4 000 jeunes, à Roubaix, église Saint-Martin, le cardinal Liénart, évêque de Lille, exhorte les jeunes à y aller (le Journal de Roubaix titre : « ce serait de la lâcheté de ne pas obéir [...] ») ; une semaine plus tard, le cardinal expose sa pensée en trois points : l'occupant outrepasse ses droits, on peut donc désobéir sans péché, mais le devoir de charité — si je ne pars pas, un autre partira à ma place — peut inciter à partir[12].

Certaines victimes sont prises dans des rafles de la Milice et de la Wehrmacht. Le PPF de Jacques Doriot met quant à lui sur pied, en 1944, des Groupes d'Action pour la Justice Sociale (sic) chargés de traquer les réfractaires contre de l'argent, et d'enlever la main-d'œuvre jusqu'en pleine rue.[réf. nécessaire]

Au total, 600 000 hommes partent entre juin 1942 et août 1943[13]. Laval aura mis l’inspection du travail, la police et la gendarmerie au service des prélèvements forcés de main-d’œuvre et de la traque des réfractaires au Service du travail obligatoire[10]. À la seconde « action Sauckel » succède une troisième : le 23 avril, les Allemands présentent de nouvelles demandes, il leur faut 120 000 ouvriers en mai et 100 000 autres en juin. Le 6 août 1943, il en exige 500 000 supplémentaires[14]. Ces objectifs ne sont jamais atteints car des réfractaires de plus en plus nombreux échappent aux réquisitions, et finalement, ce sont les Allemands eux-mêmes qui mettent un terme, de fait, aux demandes de Sauckel. Le 15 septembre 1943, le ministre de l'armement du Reich Albert Speer conclut un accord avec le ministre du Gouvernement Laval, Jean Bichelonne, soustrayant de nombreuses entreprises travaillant pour l'Allemagne à la réquisition de Sauckel. Les hommes sont protégés mais l'économie française dans son ensemble est intégrée à celle de l'Allemagne[13]. De façon formelle, à côté de la nouvelle politique de Speer, Sauckel tente tant bien que mal de continuer la sienne de prélèvement de main-d'œuvre vers l'Allemagne. Ainsi, une quatrième « action Sauckel » lancée en 1944 s'avère être un fiasco complet[15].

Avec le tarissement des ressources humaines à prélever, le développement des maquis explique aussi la chute des départs à partir de l'été 1943, induisant le demi-succès de la troisième « action Sauckel » (de juin à décembre 1943) puis le fiasco de la quatrième (en 1944). Ainsi, le STO provoque le départ dans la clandestinité de près de 200 000 réfractaires, dont environ un quart gagne les maquis en pleine formation. Le STO accentue la rupture de l'opinion avec le régime de Vichy, et constitue un apport considérable pour la Résistance. Mais il place aussi cette dernière devant une tâche inédite, d'une ampleur considérable : résoudre le manque d'argent, de vivres, d'armes, etc., pour des milliers de maquisards qui ont soudain afflué[3]. Les réfractaires au STO forment également le premier groupe au sein des 35 000 évadés de France qui gagnent l'Espagne puis l'Afrique du Nord et s'engagent dans la France libre ou dans l'armée française de la Libération[réf. nécessaire].

Faute de filière, de place dans le maquis ou de désir de se battre, de nombreux réfractaires se limitent toutefois à se cacher à domicile ou à se faire embaucher dans des fermes isolées où ils servent de main-d'œuvre à des paysans complices. Après l'automne 1943, ils sont aussi nombreux à rejoindre un vaste secteur industriel protégé mis en place par l'occupant, et travaillant exclusivement pour son propre compte. Enfin, une part non négligeable des jeunes français concernés par le STO réussissent à passer à travers les mailles du filet en refusant le STO mais sans pour autant entrer dans la clandestinité ; ces derniers ont la chance d'être progressivement oubliés par l'administration de l'occupant.

Probablement sans connexion avec la politique du STO, mais simplement parce qu'il est un dignitaire nazi circulant en voiture dans Paris, le délégué de Fritz Sauckel en France, le SS-Standartenführer (colonel) Julius Ritter, est assassiné le 23 septembre 1943 par le groupe Manouchian[16]. Il est remplacé par le SS-Brigadeführer (général) Alfons Glatzel (de).

Récapitulation du nombre des travailleurs français en Allemagne[modifier | modifier le code]

À la fin de 1944, alors que la France est presque entièrement libérée par les Alliés, environ deux millions de Français se trouvent encore en Allemagne et la plupart travaille plus ou moins pour le Reich. Parmi eux, on dénombre un million de prisonniers de guerre. Une seconde catégorie de 200 000 hommes est formée des anciens prisonniers de guerre qui ont choisi le statut de « travailleur libre », soumis aux lois nazies. Ils ne sont alors plus protégés par les conventions internationales. Les prisonniers de guerre sont aussi contraints de travailler, à l'exception des officiers. Par ailleurs, 600 000 travailleurs du STO forment la troisième catégorie. Quant aux travailleurs partis plus ou moins volontairement, ils sont environ 40 000. À cela, s'ajoutent une autres catégories de « travailleurs » pour l'Allemagne : les Alsaciens ou Lorrains, enrôlés sous l'uniforme allemand dans le cadre du Reichsarbeitsdienst ou Service National du Travail obligatoire pour entre 17 et 25 ans pour les garçons et les filles. À l'issue du service au RAD les garçons ont été, après août 1942, mobilisés dans l'armée allemande.

Prêtres-ouvriers et Action catholique clandestine dans le Reich[modifier | modifier le code]

Le Saint-Siège demande au maréchal Pétain, par l'intermédiaire de Léon Bérard, ambassadeur de France au Vatican, que les séminaristes français soient exemptés du STO ; or, ceci n'est pas souhaité par les évêques français, qui entendent de la sorte ne pas déserter le terrain de la reconquête du monde ouvrier … et ce monde ouvrier se trouve pour partie non négligeable en Allemagne. Ainsi, 3 200 séminaristes partent en Allemagne dans le cadre du STO.

D'autre part, à compter de fin 1942, des négociations sont menées entre l'épiscopat français représenté par le cardinal Suhard et le Dr Brandt, qui traite de cette question pour les Allemands,[réf. nécessaire] pour officialiser la présence d'aumôniers parmi les déportés du STO. À la fin du mois de mai 1943, le Dr Brandt oppose un refus définitif à la demande des évêques français. Mais ceux-ci ont déjà envisagé d'envoyer des prêtres en Allemagne, non pas avec le statut d'aumônier, mais avec celui d'ouvrier. Il s'agit là de la naissance du mouvement des prêtres ouvriers. Pionnier, l'abbé Hadrien Bousquet arrive à Berlin le 15 janvier 1943.

À la suite du père Bousquet, 25 prêtres sélectionnés par le père Jean Rodhain, aumônier national des prisonniers de guerre et futur fondateur du Secours catholique, sont envoyés clandestinement dans le Reich. En plus de ces clandestins organisés, d'autres prêtres sont requis sans que leur qualité de religieux soit détectée. Certains partent de leur propre initiative, parfois contre l'avis de leur évêque. Il y a également 273 prêtres prisonniers de guerre, transformés en « travailleurs libres ». Avec les 3 200 séminaristes et les militants de l'Action catholique partis contraints ou volontaires, cela représente au total un ensemble de quelques 10 000 militants.

Pour les autorités allemandes, les travailleurs étrangers sont autorisés à assister aux offices allemands, ils ne voient pas d'objection à ce que des ecclésiastiques étrangers soient employés comme travailleurs, à condition qu'ils s'abstiennent de toute activité spirituelle ou ecclésiastique.

Mais le 3 décembre 1943, Ernst Kaltenbrunner, chef de la sécurité du Reich, adresse une note à tous les fonctionnaires de la Gestapo où il leur donne la consigne de rechercher tous les prêtres et séminaristes dissimulés sous le statut de laïcs, de les expulser ou de les emprisonner en cas de faute grave et de dissoudre les groupes de Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) actifs, sous peine d'emprisonnement. Sur les 25 prêtres clandestins envoyés en Allemagne, 12 sont envoyés en camp de concentration, généralement à Dachau.

Les groupes de la JOC continuent néanmoins leur action malgré la répression. Un millier de groupes répartis dans 400 villes allemandes sont répartis en 70 fédérations. Des clans scouts se forment. Jacques Duquesne, en parlant d'eux, évoque une version moderne de l'« Église des catacombes » : « Ils se confessent en pleine rue, communient dans les escaliers [...] ».

Dispositions statutaires[modifier | modifier le code]

Admise en Belgique et bien que le Parlement français ne se soit jamais prononcé définitivement sur la qualification à donner aux requis du STO, la dénomination officielle de « déporté du travail » est interdite aux associations de victimes du STO par la justice française (1992), ce pour éviter la confusion avec la déportation vers la mort qui a été le sort réservé aux résistants et aux Juifs, principalement.

Selon la Fédération nationale des déportés du travail, fondée en 1945 et devenue en 1979 « Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé », 60 000 d'entre eux seraient morts en Allemagne et 15 000 auraient été fusillés, pendus ou décapités pour « actes de résistance ». Les historiens jugent aujourd'hui ces chiffres excessifs, et estiment qu'entre 25 000 et 35 000 STO ont perdu la vie en Allemagne. Leur emploi dans des usines d'armement bombardées, souvent dans de mauvaises conditions et sous la surveillance fréquente de la Gestapo, a en tout cas occasionné un taux de mortalité supérieur à celui des prisonniers de guerre. Un certain nombre d'entre eux ont été mis à la disposition d'artisans, de la Reichsbahn, de la Poste ou de l'administration, ou de fermes plus rarement.

Entreprises allemandes ayant utilisé de la main-d’œuvre du STO[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive (par ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

Exemples de conditions de travail[modifier | modifier le code]

Constructions aéronautiques à Cestà Kamice[modifier | modifier le code]

En 1943, après sa destruction par les Alliés à Berlin, une unité de construction aéronautique est déplacée à Cestà Kamice (République tchèque) dans les Sudètes (région annexée en 1938, précédemment tchécoslovaque).

Avec la complicité du gouvernement de Vichy, des jeunes gens, techniciens, tourneurs, sont interpellés dans leur propre famille ou sur leur lieu de travail, sinon convoqués, notamment chez Air-Équipement à Bois-Colombes (France) le 3 décembre 1942 ; avant leur départ pour Berlin ou d'autres destinations comme Iéna, Leipzig, ils sont consignés à la caserne Mortier à Paris[note 1]. Les familles sont éventuellement informées par courrier dans le but de leur amener des affaires pour y passer la nuit : tout dépend en fait de la bonne volonté du gendarme qui a procédé à l'interpellation.

Près de Cestà Kamenice, les nazis ont aménagé le site des mines et fait construire le camp de Rabstein par des déportés venant de plusieurs des 95 kommandos dépendant du camp de concentration, à 260 km, de Flossenbürg en Allemagne (lui-même à environ 100 km à l'Est de Nuremberg).

Le camp de Rabstein est situé dans un creux de vallon et les baraquements où logent les prisonniers sont souvent inondés. Les hommes insuffisamment vêtus souffrent de la faim, du froid et sont sujets à des rhumatismes.

Dans les caves humides et mal éclairées, les conditions de travail des ouvriers sont particulièrement pénibles avec 12 heures de présence quotidienne obligatoire.

Usine de peinture à Wünschendorf-sur-Elster[modifier | modifier le code]

Douze heures de présence quotidienne sont également exigées dans l'entreprise allemande de peinture dirigée par M. Peters à Wünschendorf-sur-Elster, près d'Erfurt; le climat y est continental et les températures vont de - 25 °C en hiver à + 30 °C en été. Les conditions de travail y sont déplorables notamment pour les « disciplinaires »[note 2], les logements dans des baraquements sont malsains et la sous-alimentation est chronique. Il ne faut pas être surpris en train de se nourrir clandestinement sous peine de brimades ; néanmoins les ouvriers, pour survivre, doivent s'organiser et parviennent à voler dans les champs.

Les prisonniers de Wünschendorf entre autres ont également été contraints de travailler pour les entreprises de Weida, et de procéder à la reconstruction de la gare de Leipzig, détruite par un bombardement allié le 3 décembre 1943.

Personnalités françaises ex-STO[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive (par ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

Marcel Callo, un requis du STO, déporté et mort à Mauthausen pour action catholique clandestine, a été béatifié en 1987.

Cas de Georges Marchais et conséquences sur les autres STO[modifier | modifier le code]

Une controverse a entouré le passé de Georges Marchais, secrétaire général du Parti communiste français de 1970 à 1994, accusé d'avoir été volontaire en Allemagne chez Messerschmitt ; notamment, il n'a pas été requis par le STO contrairement à ses déclarations. Selon son biographe Thomas Hofnung[17], Marchais n'a été ni volontaire ni requis du STO, il aurait en fait été muté en Allemagne par l'entreprise allemande d'aviation qui l'employait en France depuis 1940. Son parcours pendant la guerre ne ferait dès lors que refléter le sort qui avait été réservé à des centaines de milliers de Français, contraints pour survivre de travailler pour les Allemands soit en Allemagne soit en France, une très large majorité de l'économie du territoire français ayant été de toute façon mise au service des occupants allemands. La controverse a en outre été alimentée par des humoristes[réf. souhaitée].

Les souffrances vécues dans les camps de travail par les requis ou les réfractaires au STO ont longtemps été occultées à cause de cette polémique et aussi en raison d'une posture politique qui faisait fi de cette période noire, en limitant ses préoccupations à la France mais en oubliant les Français[réf. souhaitée].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Helga Elisabeth Bories-Sawala, Dans la gueule du loup. Les Français requis du travail en Allemagne, Presses universitaires du Septentrion, avril 2010, 388 p., accompagné de documents et illustrations sur CD.
  • Patrice Arnaud, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie, Paris, CNRS Éditions, 2010, 592 p.
  • Jacques Evrard, La Déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich, Fayard, collection « Les grandes études contemporaines », Paris, 1972.
  • La Main-d'œuvre française exploitée par le IIIe Reich, actes du colloque international de Caen, novembre 2001, Centre de Recherche d'Histoire quantitative, Caen, 2001, textes rassemblés par B. Garnier, J. Quellien et F. Passera.
  • Patrice Arnaud, Les Travailleurs civils français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale : travail, vie quotidienne, accommodement, résistance et répression, thèse de doctorat, Université de Paris-I, 2006, 1942 p.
  • Bernd Zielinski, Staatskollaboration. Vichy und der "Arbeitseinsatz" für das Dritte Reich, Westfälisches Dampfboot, 1995.
  • Jean Pasquiers, Jeannot chez les nazis. Journal d'un Déporté du Travail 1943-45, bibliothèque d'Alexandrie Online
  • Christophe Chastanet, La Reconnaissance juridique des requis du STO, mémoire de DEA, 2002, Limoges, 147 p.
  • Jacques Martin en collaboration avec Julie Maeck et Patrick Weber, Carnets de guerre, Casterman, 2009.
  • Françoise Berger, « L'exploitation de la main-d'œuvre française dans l'industrie sidérurgique allemande pendant la Seconde Guerre mondiale », in Revue d'histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 2003, [lire en ligne] sur le site HAL-SHS (Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société)..
  • Raphaël Spina, La France et les Français devant le service du travail obligatoire (1942-1945), 2012, thèse sous la direction d'Olivier Wieviorka, [lire en ligne] sur le site HAL-SHS (Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société).
  • Thomas Hofnung, Georges Marchais, l’inconnu du Parti communiste français, L'Archipel, Paris, 2001 (ISBN 2841873196). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Située 141, boulevard Mortier, dans le 20e arrondissement.
  2. Ceux qui ont été considérés « réfractaires », à leur départ de France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Paul Cointet, Pierre Laval, Fayard, 1993, (ISBN 9782213028415), pp.378-380
  2. a et b Fred Kupferman, Pierre Laval, Balland, 1987, 2e édition Tallandier, 2006, p.383-388
  3. a, b, c, d et e H. Roderick Kedward, STO et Maquis, dans La France des années noires, tome 2, Seuil, 1993, p. 271-294
  4. Robert Paxton, La France de Vichy, éditions du Seuil, collection de poche, 1997, p.421-25, 1re édition française en 1972
  5. Pierre Durand, Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, éditions complexes, 1997, p. 356-360 Comme Paxton, Durand se réfère généralement à Edward L. Homze, Foreign Labour in Nazi Germany, Princeton, 1967
  6. Cointet, p. 393-394
  7. Robert Aron, Histoire de Vichy, 1940-1944, Fayard, 1954, p. 535
  8. , Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération, 1938-1944, éditions du Seuil, 1979, p. 210-213
  9. Kupferman, p.413-416
  10. a et b Raphaël Spina, Impacts du STO sur le travail des entreprises dans Actes du colloque Travailler dans les entreprises sous l'occupation, Christian Chevandier et Jean-Claude Daumas, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007
  11. a et b Jean-Pierre Azéma et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, Tempus Perrin, 2004, pp. 255-257, 1re édition 1997
  12. Jacques Duquesne, Les Catholiques français sous l'occupation, Fayard, 1986, p. 276-278, 1re édition 1966
  13. a et b Cointet, p.433-3434
  14. Helga Elisabeth Bories-Sawala, Dans la gueule du loup : Les Français requis du travail en Allemagne, Presses univ. Septentrion, 2010, p. 68-70
  15. Alan Milward, New Order and the French Economy, Oxford University Press, 1970, p.160-165
  16. , Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération, 1938-1944, éditions du Seuil, 1979, p.255
  17. Thomas Hofnung, Georges Marchais, l’inconnu du Parti communiste français