Jean-Louis Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne.

Jean-Louis Étienne

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Louis Étienne en 2008.

Naissance 9 décembre 1946 (68 ans)
Vielmur-sur-Agout dans le Tarn
Nationalité Drapeau : France française
Profession
Distinctions

Jean-Louis Étienne, né le 9 décembre 1946 à Vielmur-sur-Agout dans le Tarn[1], est un médecin et explorateur français[1], connu pour ses expéditions arctiques et antarctiques, dont la fameuse Transantarctica réalisée en 1989-1990.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Étienne a fait ses études à l'école de Vielmur-sur-Agout puis au collège technique de Mazamet (où il obtient un CAP de tourneur-fraiseur), au lycée Jean-Jaurès de Castres puis à la Faculté de médecine de l'université de Toulouse. Docteur en médecine générale[1], il est titulaire d'un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de « diététique et génie alimentaire[1] » et d'un diplôme de « biologie et de médecine du sport[1] ». Jean-Louis Étienne est également médecin breveté de la Marine marchande[2].

Jean-Louis Étienne s'est rapidement intéressé à l'aspect médical de la physiologie humaine dans des conditions extrêmes. Pour ses recherches, il va participer à de nombreuses expéditions dans l'Himalaya, au Groenland et en Patagonie[1]. Il sera coéquipier à bord de Pen Duick VI d'Éric Tabarly lors de sa course autour du monde dans les années 1970[1].

Il sera ensuite connu pour ses expéditions à but scientifique, dont la médiatisation permet de sensibiliser aux thèmes de la connaissance, de la recherche et de la défense de l'environnement. Il a ainsi voyagé en Arctique et en Antarctique où il s'est rendu célèbre avec l'exploit unique à ce jour de la Transantarctica, une traversée, à pied avec des chiens, du continent austral sur 6 300 km.

De 2007 à 2008, Jean-Louis Étienne fut directeur du Musée océanographique de Monaco[1].

Liste des expéditions[modifier | modifier le code]

  • Mars et avril 1986 : Il est le premier à atteindre le pôle nord (en aller simple, en partant du nord canadien, avec ravitaillement permanent par voie aérienne), seul pour conduire son traineau pendant 65 jours.
  • 25 juillet 1989-3 mars 1990 : La Transantarctica. Durant les sept mois de l'été austral, Jean-Louis Étienne, et cinq hommes de différentes nationalités, traversent intégralement, avec leurs chiens et leurs traîneaux, les 6 300 km du continent antarctique, via le pôle Sud géographique.
  • 1991-1996 : À bord de la goélette Antarctica (actuellement le Tara ), il mène des expéditions scientifiques en Antarctique puis au Spitzberg.
  • Avril 2002-juillet 2002 : La Mission Banquise à bord du Polar Observer en dérive pendant trois mois au Pôle Nord pour étudier le réchauffement climatique.
  • Janvier-avril 2005 : Expédition Clipperton sur l'île de Clipperton dans l'océan Pacifique pour établir un inventaire de la biodiversité de l'atoll français au large des côtes du Mexique, et par là même affirmer la souveraineté française de l'île.
  • Avril 2007-mars 2008 : Total Pole Airship, une mission scientifique de mesure de l'épaisseur de la banquise de l'océan Arctique en dirigeable, via le pôle Nord géographique, dans le cadre de l'année polaire internationale. Le 22 janvier 2008, l'accident du dirigeable qui avait rompu ses amarres à la suite de fortes rafales de vent, a contraint Jean-Louis Étienne à annoncer que l'expédition ne pourrait avoir lieu en 2008[3].
  • Avril 2010 : Décollage le 5 avril 2010 et dérive en solitaire au-dessus du pôle Nord à bord d'une rozière entre le Spitzberg et l'Alaska. Relevés atmosphériques de la région polaire.
  • Projet : Polar Pod Expedition, un an de dérive dans le courant circumpolaire antarctique.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Étienne est officier de la Légion d'honneur (après avoir été chevalier)[1], chevalier de l'Ordre national du Mérite[1] et chevalier de l'Ordre des Palmes académiques[1]. Il a reçu la médaille d'or de la Société de géographie[1] et est membre de l'Académie des technologies[1]. Il est aussi lauréat du Prix Henri Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1990, récompensant un fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité, et lauréat du Prix André de Saint-Sauveur, aussi de l'Académie des sports, en 1986 pour exploit sportif exceptionnel et de caractère original.

Conférences et débats[modifier | modifier le code]

  • Quelles recherches technologiques pour réussir la transition énergétique ?[4], Cité de la réussite, 20 octobre 2012

Œuvre publiée[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • Erebus : la mer, la glace, le feu de Pierre-Antoine Hiroz / production Gedeon programmes FR3 (1994)
  • Nuit blanche sur la banquise de Marc Jampolsky / production Gedeon Programmes, France 3 (1997)
  • Le Monde d'Étienne de Olivier Julien / production Gedeon Programmes, La Cinquième (2002)
  • Le Pôle intérieur d'Emilio Maillé / production Gedeon Programmes, France 3 (2003)
  • Les Mystères de Clipperton de Luc Marescot / production Gedeon Programmes, Canal+ (2005)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Jean-Louis Étienne : biographie », sur jeanlouisetienne.com (consulté le 23 juin 2010)
  2. Biographie Who's Who - mise à jour le 16 mars 2009
  3. Destruction du dirigeable Total Pole Airship
  4. [vidéo] Quelles recherches technologiques pour réussir la transition énergétique ? sur YouTube

Liens externes[modifier | modifier le code]