Yves Thuriès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yves Thuriès, né le à Lempaut, dans le Tarn (France), est un chef cuisinier et pâtissier français.

Biographie et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Yves Thuriès débute à l'âge de quatorze ans l'apprentissage de la pâtisserie, dans la petite boulangerie du village de Lempaut dans le Tarn. À dix-sept ans, il prépare un CAP à La Mascotte, la doyenne des pâtisseries de Toulouse. Il commence alors son tour de France de compagnon.

En 1958, il est appelé pour son service militaire et part en Algérie comme conscrit. À Hussein-Dey, près d'Alger, il effectue ses classes de sous-officier et devient chef de section. À Colomb-Béchar, il est nommé responsable du mess des officiers.

En 1968, monsieur Jantou, pâtissier à Toulouse, sera son dernier employeur. Il possède une pâtisserie à Gaillac et décide de la vendre à son ouvrier, lui permettant ainsi de s'installer définitivement. Ce petit fonds de commerce, situé rue Portal, tourne au départ avec un seul apprenti. Dix années plus tard, une dizaine de compagnons travaillent pour lui.

Pour Yves Thuriès, c'est l'époque des concours et des prix ; c'est aussi le début de la rédaction de son encyclopédie Le livre de recettes d'un Compagnon du Tour de France.

Meilleur ouvrier de France et succès international[modifier | modifier le code]

En 1976, Yves Thuriès est sacré deux fois Meilleur ouvrier de France (MOF), dans les catégories Pâtissier-Traiteur et Confiseur-Glacier. Son doublé reste unique dans les annales des métiers de bouche.

Yves Thuriès est également un chercheur, détenteur de plusieurs brevets d'invention, dont le coffret Magyfleur et le présentoir YT.

En 1979, le Culinary Trophy le désigne Chef de l'année[réf. nécessaire]. Il exporte alors son savoir-faire à travers le monde. Il ouvre successivement des boutiques de pâtisserie à Dakar et Abidjan, puis aux États-Unis où il forme des équipes (Los Angeles, Dallas, et San Francisco).

Il effectue des démonstrations en Allemagne, Espagne, Suisse, Belgique, Italie mais également au Japon, en Thaïlande et en Chine.

Son encyclopédie : Le Livre de recettes d'un Compagnon du Tour de France[modifier | modifier le code]

L'année 1977 marque la publication du premier volume de son encyclopédie, intitulé La pâtisserie française'. Traduit en plusieurs langues, Le Livre de recettes d'un Compagnon du Tour de France devient, à travers le monde, l'ouvrage de référence pour plus de 500 000 professionnels[réf. nécessaire]. Le tome 12 est sorti en mars 2007[1].

À travers son double titre de Meilleur Ouvrier de France et le tome 3 de son encyclopédie La nouvelle pâtisserie, Yves Thuriès impose son style et montre alors à la profession, après les crèmes au beurre, les mokas et les biscuits fourrés, une nouvelle façon de travailler basée notamment sur les mousses aux fruits, les décors à la gelée, les coulis d'accompagnement, les gâteaux en cercle et les présentoirs de pâtisserie.

Yves Thuriès est l'un des premiers grands chefs à mettre ses recettes à disposition du plus grand nombre, le savoir et les techniques pâtissières qu'il développa à la fin du XXe siècle influenceront les générations suivantes de pâtissiers chocolatiers et confiseurs.

Son magazine : Thuriès Magazine[modifier | modifier le code]

En 1988, il publie le premier numéro de Thuriès Magazine, renommée Thuriès Gastronomie Magazine en Mars 2000. La revue s'adresse aux professionnels des métiers de bouche. Elle est publiée tous les mois à 32 000 exemplaires en moyenne, en France et dans plus de 100 pays. Ce magazine est l'un des plus anciens dédié à la gastronomie et l'un des premier dans lequel des recettes sont expliquées en "pas à pas" faisant de l'ouvrage, une référence auprès des cuisiniers, pâtissiers, traiteurs etc...

Ses établissements[modifier | modifier le code]

En 1980, il acquiert l'hôtel-restaurant Le Grand Écuyer (étoilé Michelin pendant plus de 25 ans) à Cordes-sur-Ciel. En quelques années, il en fait l'un des établissements les plus cotés de la région.[réf. nécessaire]

De nombreuse célébrités et chefs d’États se rendirent dans cet établissement : en 1989, Yves Thuriès y reçoit la Reine-Mère Elizabeth d'Angleterre et, en 1992, le président de la République François Mitterrand. En 1994, Yves Thuriès organise et prépare le repas servi pour l'empereur du Japon Akihito, son épouse l'impératrice Michiko et leurs quatre-vingts invités.

En 1985, il achète l'Hostellerie du Vieux Cordes et en fait un bistrot.

En 1989, il crée le musée des Arts du sucre et du chocolat[2] au cœur de la cité cordaise.

De nombreux chef passés dans les établissements d'Yves Thuriès ont, à leur tour, connu le succès et la reconnaissance comme Jean-François Arnaud (Prix Édouard de Pomiane), Philippe Parc ou Emmanuel Renaut, devenus également Meilleur Ouvrier de France.

Il lance en 1991 sa ligne de chocolat[3]. Il reçoit également le Prix du Tourisme Midi-Pyrénées remis pour le musée des Arts du sucre et du chocolat ainsi que le Prix Trimbetta du meilleur livre sur les métiers de bouche.

En 2007, Yves Thuriès s'associe à Alain Ducasse pour reprendre l’École Nationale Supérieure de Pâtisserie d'Yssingeaux.

Boutiques en France et à l'étranger[modifier | modifier le code]

Yves Thuriès possède de nombreuses boutiques de chocolat notamment dans le sud de la France. Il possède également des magasins au Japon, au Canada, en Angleterre et au Maroc.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

  • En 1976, Meilleur Ouvrier de France dans deux catégories, performance encore inégalée.
  • En 1979, le Culinary Trophy le désigne Chef de l'année.
  • En 1991, Prix Trimbetta, pour le meilleur livre sur les métiers de bouche avec le tome 10 de son encyclopédie.
  • Chevalier de l'Ordre national du Mérite en 2002.
  • Président des Meilleurs Ouvriers de France du Grand Sud-Ouest en 1995.
  • En 2007, Yves Thuriès est inscrit dans le Grand Larousse Gastronomique. Il fait partie des rares professionnels vivants dont le nom y est mentionné.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lechef.com
  2. Site du Musée des Arts du Sucre et du Chocolat Yves Thuriès
  3. Site de ses chocolats