Lac de Saint-Ferréol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Saint-Ferréol
Lac de Saint-Ferréol
Lac de Saint-Ferréol
Administration
Pays Drapeau de la France France
Départements Haute-Garonne
Tarn
Aude
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 15″ N 2° 01′ 18″ E / 43.4375, 2.0216743° 26′ 15″ Nord 2° 01′ 18″ Est / 43.4375, 2.02167  
Type Lac de barrage
Superficie 67 ha
Volume 6,3 millions de m3
Hydrographie
Alimentation Rigole de la montagne
Émissaire(s) Laudot

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Saint-Ferréol

Le lac de Saint-Ferréol est un lac de barrage français de la montagne Noire situé sur le Laudot, dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn en région Midi-Pyrénées, et de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Augmenté par la rigole de la montagne grâce à la percée des Cammazes, il est le principal réservoir pour l'alimentation en eau du canal du Midi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac est situé dans la montagne Noire en partie sur Saint-Ferréol, commune de Revel (Haute-Garonne), une autre partie sur la commune de Sorèze (Tarn) et une dernière partie sur la commune des Brunels (Aude). Un barrage situé au vallon de Vaudreuille sur un verrou rocheux permet de retenir les eaux du lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce barrage a été construit par Pierre-Paul Riquet entre 1667 et 1672 pour créer une réserve d'eau sur 67 ha et d’une contenance de 6 millions de mètres cube dans le but d'alimenter le canal du Midi via la rigole de la plaine, nom donné au petit canal qui descend jusqu'au seuil de Naurouze.

Au XIXe siècle, les vannes du barrage sont refaites à l'identique en bronze. Elles permettent de contrôler le débit d'eau à la sortie du barrage. Ces nouvelles vannes gardent les mêmes caractéristiques que les anciennes mais avec une plus grande capacité[1].

En 1900, après le rachat par l'État du canal du Midi, de nombreuses terres sont revendues comme les 200 hectares boisés autour du lac. Une « Société immobilière de la Montagne Noire » souhaite y faire construire un centre de loisir avec un hôtel, un casino et un lotissement à but touristique. L'accent est mis sur l'attrait touristique de la région avec ses plans d'eau et ses forêts. Mais le projet est revu à la baisse et le lac devient en 1930 un centre de loisir plus modeste avec des tennis, de la voile et de la natation[2].

Depuis 1997, le barrage est inscrit au titre des monuments historiques[3] et fait partie des grands Sites de Midi-Pyrénées.

Description[modifier | modifier le code]

Un barrage-masse, le premier d’Europe de cette importance[4], est édifié avec trois murs : un premier mur en amont de 29,25 m de haut et de 3,90 m d'épaisseur, puis un deuxième mur de 871 mètres de longueur sur 35 mètres de hauteur et 10 m d'épaisseur et enfin un troisième mur en aval de 29,25 m de haut et 2,80 m d'épaisseur. Ces murs sont constitués de granit taillé. Entre chaque mur, un espace de 60 mètres de largeur est rempli de débris de roche et d'argile. De plus, quatre souterrains permettent d'accéder aux vannes et robinets de sortie des eaux[5]. Une rigole de contournement est creusée au sud du bassin de retenue pour permettre d'évacuer le surplus d'eau vers le Laudot.

Activités touristiques[modifier | modifier le code]

Baignade dans le lac Saint-Ferréol

Un musée construit à proximité du barrage permet de découvrir l'histoire de la construction du canal du Midi[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Cotte, « Canal du Midi, merveille de l'Europe », édition Belin Herscher, 2003, (ISBN 2-7011-2933-8), page 116
  2. Michel Cotte, « Canal du Midi, merveille de l'Europe », édition Belin Herscher, 2003, (ISBN 2-7011-2933-8), page 134
  3. « Notice no PA31000008 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Source Midi-Pyrénées info n⁰47 page 22 et 23
  5. Corinne Labat et Gilles Bernard, Le Canal du Midi, du XVIIe au XXIe siècle, Éd. Empreinte, 2006, (ISBN 2-913319-43-2), p. 27
  6. Musée et Jardins du Canal du Midi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]