Maison Trencavel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les membres de la maison Trencavel furent à une époque parmi les seigneurs méridionaux les plus puissants après le Comte de Toulouse et le roi d'Aragon (aussi et d'abord comte de Barcelone) qui étaient leurs suzerains. À l'apogée de leur règne, ils détenaient les vicomtés d'Agde, Albi, Ambialet, Béziers, Carcassonne, Nîmes et du Razès. Les Trencavel furent parmi les acteurs majeurs de la croisade des Albigeois qui a scellé, à plus ou moins long terme, la fin des possessions seigneuriales de cette maison, en même temps que celle des comtes de Toulouse.

La famille[modifier | modifier le code]

La branche seigneuriale des Trencavel est à l'origine de la lignée des vicomtes d'Albi qui serait dérivée de la dynastie des Lautrec. Raymond-Bernard fut le premier à être affublé du surnom Trencavel (une des origines possibles est Trenca avelana qui voudrait dire casse-noisette[1]). Ce surnom servit à désigner cette lignée seigneuriale.

La famille connut son apogée sous le règne du fils de Raymond-Bernard, Bernard-Aton, qui réunit les domaines hérités de son père et de sa mère. La famille possède alors les vicomtés d'Albi, Agde, Carcassonne, Nîmes, Razès et Béziers.

Raimond-Roger sera l'un des protagonistes importants de la croisade des Albigeois. En effet, il s'opposera à plusieurs reprises au chef temporel de la croisade : Simon de Montfort. Ce dernier aura cependant le dessus et confisquera les terres du vicomte à son profit, après la prise de Carcassonne, où ni les Raimondins (comte de Toulouse, avec qui les Trencavel étaient apparentés) ni le comte de Barcelone/Roi d'Aragon ne vinrent à son aide. On peut voir là la conséquence des alliances changeantes des Trencavel (allié une fois aux Raimondins, une fois à Barcelone puis à l'union Aragon/Barcelone, alternativement)[2].

Le fils de Raimond-Roger, Raimond, tentera, une fois parvenu à l'âge adulte de les reprendre par deux fois. Il y réussit une première fois mais se voit à nouveau dépossédé en 1226. La deuxième fois, il fera le siège de la cité de Carcassonne en 1240, alors sénéchaussée de France. L'armée du roi vint donc mettre un terme au siège et Raimond dut s'exiler, puis céder ses droits à saint Louis avant de faire partie de la septième croisade.

Le dernier Roger partit pour la huitième croisade en 1269. Ceci est le dernier acte connu de la lignée Trencavel.

Blason[modifier | modifier le code]

La composition du blason est connue par le biais des divers sceaux des Trencavel, mais les émaux ont été longtemps sujets à spéculation[3].

Suivant les armoriaux modernes, le blason serait soit fascé de gueules et d'hermine soit fascé d'or et d'hermine. En réalité Laurent Macé a montré que ce blason était jusqu'en 1247 un « fascé de gueules et de ravelles », les ravelles étant de petites raves, soit des sortes de radis. Il s'agit d'armes parlantes fondées sur le jeu de mot occitan « Trenca ravel », (tranche ravelle), les fasces du blason tranchant les ravelles. En 1247 Raimond abandonnera, en même temps que son titre de vicomte, les armes familiales. Sur ses nouvelles armes il fait figurer des hermines à la place des ravelles[4].


L'étude de Laurent Macé rend caduque l'hypothèse de Gérard de Sède[5] voyant dans le blason de Raimond-Roger Trencavel, « fascé de gueules et d'hermine » un très bel exemple d'armes parlantes de rebus/à-peu-près (en occitan, ça va de soi) : l'hermine symbole de pureté, définit la raia mond (raie pure) ce qui sonne à peu près comme Raimond, le gueules devint rotge (rouge), qui sonne à peu près comme Roger. L'identification par Gauthier Langlois d'une représentation de Raimond Trencavel sur une fresque aragonaise de la fin du XIIIe siècle confirme l'étude de Laurent Macé : les armes des Trencavel sont bien un "fascé de gueules et de ravelles noires".

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Les traits pleins correspondent à des liens de parenté certains, les traits en pointillé à des hypothèses.

 
 
 
 
 
Aton
noble toulousain
867
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aton Ier
vicaire d'Alzonne
898
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard Aton Ier
vicaire d'Alzonne
918
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aton II
vicomte d'Albi
942
 
 
 
 
 
Diafronisse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Siguin
vicomte d'Albi
972
 
 
 
Bernard Aton II
vicomte d'Albi
972
 
 
 
Gaucia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gerberge
 
 
 
Aton III
vicomte d'Albi
(† 1032)
 
 
 
Frotaire Ier
évêque de Nîmes
(† 1014)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raingarde
 
 
 
Bernard Aton III
vicomte d'Albi
(† p.1050)
 
 
 
Frotaire II
évêque de Nîmes
(† 1077)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raymond-Bernard
Trencavel

vicomte d'Albi
(† 1074)
 
 
 
Ermengarde
vicomtesse
de Carcassonne
(† 1099)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard-Aton IV
Trencavel

vcte de Carcassonne...
(† 1129)
 
 
 
Cécile de Provence
(† 1150)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roger Ier
(† 1150)
vcte d'Albi
de Carcassonne
x Bernarde
de Comminges
 
 
Raimond Ier
(† 1167)
vcte de Béziers
puis d'Albi
de Carcassonne
x Saure
 
 
 
 
 
Bernard Aton V
vcte d'Agde
(† 1159)
x Guillemette
de Montpellier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cécile
x Roger-Bernard Ier
comte de Foix
 
Roger II
(† 1194)
vcte d'Albi, Béziers
de Carcassonne ...
x Adélaïde de Toulouse
 
Béatrice
x Raymond VI
cte Toulouse
 
Bernard Aton VI
vcte d'Agde
(† ap. 1214)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raimond-Roger
(† 1209)
vcte d'Albi, Béziers
de Carcassonne ...
x Agnès de Montpellier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raimond II
(† 1263)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Roger III
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trenca avelana. Il faut plutôt penser à « tranche bien ou beau en occitan » ou mieux encore à une variante trencavel de trencarèl « pourfendeur », ref. : B Mahoux, La malédiction des Trencavel. J. Astor, Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du Midi de la France, p. 776
  2. Hélène Débax, La féodalité languedocienne
  3. EarlyBlazon
  4. Gauthier Langlois,« La cotte d’armes dans les reconstitutions historiques (BD, films et spectacles) » sur le site Paratge, mis en ligne le 7 avril 2013.
  5. Vues hérétiques sur l'héraldique, p. 104-105, Dervy, 2003 (ISSN 2-84454-172-0)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]