Montdurausse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montdurausse
Blason de Montdurausse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Canton de Salvagnac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Salvagnacois
Maire
Mandat
Georges Paulin
2014-2020
Code postal 81630
Code commune 81175
Démographie
Population
municipale
329 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 55″ N 1° 34′ 12″ E / 43.9486111111, 1.5743° 56′ 55″ Nord 1° 34′ 12″ Est / 43.9486111111, 1.57  
Altitude 220 m (min. : 134 m) (max. : 226 m)
Superficie 15,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Montdurausse

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Montdurausse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montdurausse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montdurausse

Montdurausse est une commune française située dans le département du Tarn et la région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située entre Gaillac et Montauban. C'est une commune limitrophe avec le département de Tarn-et-Garonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette commune était une dépendance de Monclar-de-Quercy, une châtellenie que le Comte de Toulouse avait donne a son frère Bertrand en 1224. Guillaume de Montclar accorda des coutumes écrites aux habitants de sa châtellenie et donc à Montdurausse en 1264 ou 1267[1], acte établi à Toulouse dans l'Église Notre-Dame du Taur, le 6 août 1267[2], et qui furent confirmée par Olivier et Arnaud de Montclar en 1398.

Au XIVe siècle, cette ville, tout comme Montclar, était administrée par des consuls qui, en 1672, reconnurent Louis d'Arpajon, vicomte de Montclar, pour leur seigneur justicier. Plus tard, des terres de Montdurausse furent vendues par Catherine d'Arpajon à Gaspard Legendre, revendue en 1752 a Pierre de Lacombe, marquis de Monteil, dont le fils les céda en 1752 aux frères de Boyer, seigneurs de Saint-Urcisse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montdurausse

Son blasonnement est : Taillé émanché de gueules et d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Georges Paulin[3] DVG Conseiller général
mars 2001 2008 Georges Paulin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 329 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
737 616 737 799 900 561 537 585 613
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
612 570 572 558 541 515 488 466 447
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426 411 414 317 317 327 307 276 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
260 251 217 265 218 246 299 329 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À proximité de l’église Saint-Hilaire construite peu avant 1865, l’ancien presbytère heureusement restauré[6]. La paroisse qui fait partie du diocèse de Montauban, était annexe de La Vinouse, et la cure était associée en 1790 à une chapellenie à Puylaroque.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • Fête locale organisée le dernier week-end du mois de juillet[7].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]