Parc naturel régional du Haut-Languedoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc naturel régional du Haut-Languedoc
Image illustrative de l'article Parc naturel régional du Haut-Languedoc
Massif du Caroux
Catégorie UICN V (paysage terrestre/marin protégé)
Pays Drapeau de la France France
Régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon
Départements Tarn et Hérault
Coordonnées 43° 34′ 15″ N 2° 39′ 20″ E / 43.57083306, 2.65564198 ()43° 34′ 15″ Nord 2° 39′ 20″ Est / 43.57083306, 2.65564198 ()  
Superficie 3 060 km2
Population 90 511 habitants
Création 22 octobre 1973
17 août 1999 Refonte
(En cours) Révision de la Charte
Administration Fédération des Parcs naturels régionaux de France
Nombre de communes 119
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc naturel régional du Haut-Languedoc

Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc est l'un 48 parcs naturels régionaux de France. Il a été créé en 1973. C'est un territoire rural habité, reconnu au niveau national pour son exceptionnelle valeur patrimoniale et paysagère.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'extrémité sud des Gorges d'Héric, Mons, Hérault.
Parc naturel régional du Haut-Languedoc, commune de Rosis

Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc est un territoire situé à la pointe sud du Massif central, en Occitanie, à cheval sur une partie du département du Tarn, en région Midi-Pyrénées, et sur une partie de l'Hérault, en région Languedoc-Roussillon. Les "villes portes" qui l'entourent sont Castres, Revel, Saint-Chinian, et Lodève. Le Parc regroupe 119 communes soit 90 511 habitants sur une superficie de 306 000 hectares. La répartition de la population est plutôt inégale. On dénombre 25 hab. /km2 dans la partie tarnaise (hors pôle urbain de Mazamet) contre 16 hab. /km2, en moyenne dans la partie héraultaise du Parc naturel régional du Haut-Languedoc. Cette faible densité est le reflet de sa population rurale et montagnarde.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Haut-Languedoc reçoit une triple influence climatique : méditerranéenne au sud et à l’est, atlantique à l’ouest et continentale au nord. Le climat atlantique est plutôt caractérisé par de fortes précipitations régulièrement réparties tout au long de l’année. Le climat méditerranéen est caractérisé par des températures élevées, des sécheresses marquées en été, et des précipitations brusques et violentes à l’automne et au printemps. Au cœur de ce territoire, la ligne de partage des eaux forme une "médiane", d'un côté de laquelle les eaux de pluie basculent vers l'Atlantique, de l'autre vers la Méditerranée.

Paysages[modifier | modifier le code]

Par cette situation à la rencontre des influences climatiques océanique et méditerranéen, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc présente des paysages très diversifiés. On inventorie 18 unités paysagères (ou types de paysages) qui se retrouvent dans 7 "micro régions". Ces paysages ont en commun d'être situés sur des reliefs marqués.

  • La région du Caroux-Espinouse présente un décor de haute montagne, alternant massifs et plateaux. Les gorges d'Héric et les gorges de Colombières complètent un tableau aux contrastes impressionnants.
  • La région de la Montagne noire domine la vallée du Thoré et la plaine du Lauragais. Elle tire son nom des forêts denses qui la couvrent. Cette région est un véritable "château d'eau" dont les eaux de pluie alimentent en eau le Canal du Midi, classé au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco.
  • Les Monts de Lacaune sont riches en sources, landes et tourbières. Entre vues panoramiques et forêts préservées, on y découvre une importante concentration de mégalithes.
  • La région des Monts d'Orb est un ancien "pays noir" où prospéraient jusqu'à une époque récente les mines de charbon. Il abrite la station thermale d'Avène.
  • La région du Plateau des Lacs est, comme son nom l'indique, un pays d'eau. On y trouve barrages, ruisseaux à truites, sources pétillantes (La Salvetat) mais aussi des forêts aux essences variées.
  • Le Sidobre, pays au sol siliceux, favorable à l'épanouissement de chênes et de châtaigniers, est un massif granitique. À Saint-Salvy-de-la-Balme, il est possible de visiter la carrière Plo afin de comprendre cette roche, exploitée depuis des siècles.
  • Le secteur dit "Vignes et Vallées" est un pays de coteaux sur lesquels s'épanouissent des vignes (AOC Minervois, AOC Saint-Chinian, AOC Faugères) et des villages pittoresques.

Géologie[modifier | modifier le code]

La géologie du Haut-Languedoc est complexe. Il est doté d’un riche patrimoine minéral, témoin des diverses phases géologiques qui l’ont traversé : mouvements hercyniens, à l’ère primaire, érosion à l’ère secondaire et tertiaire et phase alpine, il y a environ 3 millions d’années. De ces mouvements, il reste beaucoup de traces sous la forme de roches plutoniques, métamorphiques, ou sédimentaires. Les roches métamorphiques se forment sous l’effet de la pression, de changements de température, ou d’éléments chimiques. Cela donne lieu à du gneiss. On en retrouve dans le secteur Caroux-Espinouse, notamment dans les Gorges d’Héric. Les roches métamorphiques se retrouvent aussi sous forme de schistes, visibles dans les Avant-Monts. Les roches sédimentaires, d’origine biologiques et chimiques, se retrouvent dans les bassins houillers de Graissessac. Elles renferment des fossiles, tels des ammonites, trilobites, coraux primitifs qui attestent de la présence d’un océan, il y a plusieurs millions d’années. Le Haut-Languedoc présente un paysage karstique dense, souterrain et en surface. Les secteurs karstiques sont principalement les Avant-Monts, le Minervois, le Causse de Caucalières, la partie occidentale de la Montagne noire, le secteur de Ceilhes-et-Rocozels. Le territoire du Parc naturel régional du Haut-Languedoc abrite des grottes d’une beauté et d’un intérêt géologique exceptionnel. Les grottes du Lauzinas, site classé, de Pousselières, ou encore la grotte de l’Asperge sont fermées au public dans une volonté de protection. Cependant, la grotte de la Devèze, à Courniou, est aménagée pour la visite touristique et présente elle aussi des caractéristiques remarquables. On la surnomme « le palais de la fileuse de verre ».

Relief[modifier | modifier le code]

Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc épouse les derniers reliefs du sud du Massif central. Il est entouré à l’ouest par la plaine du Lauragais, à l’est par le Biterrois, au nord par le Parc naturel régional des Grands Causses (Aveyron), au sud par le rebord de la gouttière carcassonnaise. Il dispose d’altitudes fréquemment supérieures à 900 mètres, ce qui fait du Parc un territoire de moyenne montagne. Les sommets du Somail et de l’Espinouse atteignent les 1 124 mètres de hauteur et ceux du Caroux culminent à 1 091 mètres.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Le Parc naturel régional est géré par un syndicat mixte. La création du parc fût soutenue par l'action de François Hüe qui fédéra les communes du futur parc. Le président fondateur du Parc est Jacques Limouzy. Le président est, depuis 2008, Daniel Vialelle, également Conseiller général du Tarn. Le syndicat mixte du Parc naturel régional du Haut-Languedoc intervient selon les orientations de la Charte dans des domaines variés : valorisation du territoire et développement de son attractivité touristique, éducation à l'environnement, urbanisme et aménagement, protection, gestion et valorisation du patrimoine naturel, agriculture, valorisation des produits et des activités par la marque Parc, etc.

Le label de Parc naturel régional est attribué pour 12 ans. En 2012, la charte du Parc naturel régional du Haut-Languedoc est en cours de révision. Les contours de son territoire évoluent. La Charte est le document de référence qui régit un Parc naturel régional. Elle est propre à chaque Parc et définit les orientations que celui-ci souhaite prendre.

Le siège social du Parc est la Maison du Parc. Elle se trouve à Saint-Pons-de-Thomières, dans l'Hérault. La Maison du Parc abrite les locaux administratifs, des expositions et un centre de ressources documentaires ouvert à tous.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture est omniprésente dans le paysage du Haut-Languedoc. Sur la zone atlantique du Parc, on rencontre une agriculture tournée vers l'élevage : viande ovine et bovine, lait, dont le lait de chèvre, ainsi qu'une production de céréales et de foin qui sert à alimenter le bétail. Sur la zone méditerranéenne, la vigne est très présente. On y trouve de grands crus aux appellations renommées : Saint-Chinian, Faugères, Minervois, Saint-Jean-de-Minervois.Mais aussi une zone traditionnelle de productions de chataignes qui a contribuée a façonner le paysage.

Industrie[modifier | modifier le code]

L'industrie se retrouvait principalement localisée le long du Thoré et dans la région mazamétaine. En lien avec son plan de Charte, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc travaille en partenariat avec les entreprises afin d'assurer un traitement esthétique et paysager des zones d’activités artisanales et industrielles délaissés. Ensemble, ils conduisent une démarche d’intégration des équipements (assistance architecturale, requalification…), et de maîtrise des rejets et de prévention des pollutions. L'exploitation de carrières de granit est importante sur le territoire du Parc, dans le Sidobre. Les carriers du Sidobre s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, par le remplacement d'anciens matériels par de nouveaux plus efficaces et économes en matière d’énergie et par la réglementation d'un poids maximum autorisé transporté par les camions. En 2012, ces ensembles d'actions ont permis de constater une baisse d'émissions de gaz à effet de serre allant de 9 % à 14 %.

Économie sociale et solidaire[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc travaille à la structuration des circuits courts sur son territoire, en cherchant notamment à donner plus de lisibilité à l’offre de produits agricoles locaux. Il s’est concentré sur le marché de la restauration collective car ce secteur touche un grand nombre de personnes : élus et collectivités, restaurateurs, parents d’élèves, élèves et personnes âgées… En septembre 2010, l'association Régal d’Oc est créée sous l'impulsion du Parc naturel régional du Haut-Languedoc. Elle a pour but de mettre en adéquation l’offre et la demande collective en produits locaux. Sous le statut d’association loi 1901, elle a vocation à évoluer sous un statut coopératif.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La diversité des milieux naturels du Haut-Languedoc en font un terrain d'aventure idéal pour les amateurs d’activités de pleine nature : VTT, escalade, canoë, randonnée pédestre ou équestre, randonnée avec un âne de bât, grimpe d’arbres, escalade, via ferrata, spéléologie… Engagé dans une démarche de développement durable, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc s'est attaché à donner un sens nouveau à la randonnée en la positionnant comme outil privilégié de la connaissance des patrimoines, de la culture et de l'identité du territoire.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc est riche d'un patrimoine naturel d'une grande diversité : - L'habitat méditerranéen est un paysage façonné par la chaleur et la sécheresse avec des épisodes pluvieux. Cela permet l'épanouissement d'une flore et d'une faune remarquables. On trouve ainsi taillis de chênes, garrigues et maquis. La Yeuse ou chêne vert se développe beaucoup sur cette terre aux reliefs divers (sommets, crêtes, gorges). - L'habitat atlantique est une terre de sommets avec ses monts de Lacaune et de la Montagne noire. Véritable marrée verte, cet habitat présente de nombreuses espèces d'arbres comme le hêtre, le chêne et des espèces de résineux, comme le Douglas, introduit par l'activité sylvicole. On y trouve aussi des îlots agricoles, prairies et landes. Les tourbières (ou sanha en occitan) sont fréquentes. En période de sécheresse, elles offrent une ressource de fourrage vert. Le Haut-Languedoc est façonné par ses nombreux cours d'eau : rivières et ruisseaux donnent lieu à des cascades, torrents, gorges ou, une fois domptés par l'homme, à des barrages de grande envergure.

Faune, flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Le territoire du Parc naturel régional du Haut-Languedoc draine une diversité biologique exceptionnelle : 170 espèces animales considérées comme remarquables, près de 250 espèces d’oiseaux dont 120 nicheuses régulières, 26 espèces de chauve-souris sur les 33 présentes en France, 2500 espèces de plantes à fleurs… Le Parc abrite un très grand nombre d’espèces de faune et de flore endémiques, rares et protégées au niveau national, voire européen. Certaines d'entre elles sont particulièrement emblématiques du Haut-Languedoc : la Pie grièche à tête rousse, la moule perlière, l'aigle de Bonelli, la chouette chevêche, la truite fario, l'écrevisse à pattes blanches, la loutre d'Europe, la genette commune, le Murin de Capaccini

Mouflon méditerranéen - © Anaïs AELLENLe Parc abrite une biodiversité importante, avec une originalité : la présence d'une population de mouflons dans la réserve nationale de chasse et de faune sauvage du Caroux-Espinouse, originellement importée de Corse (Ovis ammon musimon) qui semble s'être bien adaptée au milieu, bien qu'ayant semble-t-il souffert de braconnage[1].

Flore[modifier | modifier le code]

2500 espèces de fleurs. Parmi les plus rares et les plus emblématiques, on peut citer la Drosera à feuilles rondes, l'Ail doré, l'Armérie de Malinvaud, la Nigelle de France.

Fonge[modifier | modifier le code]

2500 à 3000 espèces de champignons

Microorganismes[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

L'Occitan[modifier | modifier le code]

L’Occitan est la culture qui fait lien entre toutes les mosaïques de territoires qui composent le Haut-Languedoc. Pas seulement une langue, l’Occitan est une identité culturelle forte au travers de sa musique, de son mode de vie et d’une philosophie, sa perception du monde. En 2008, l’Unesco a classé l’Occitan comme patrimoine en danger. Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc participe à la diffusion de cette culture par un programme de sensibilisation auprès du public scolaire, par le soutien à des manifestations, le Journal du Parc, etc.

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Le bassin mazamétain étant très enclavé de par sa situation montagnarde, les commerçants, au XIXe siècle ont eu l’idée de faire proliférer leur savoir-faire en matière de délainage en allant chercher cette laine dans les grands élevages d’Amérique du Sud et d’Australie. Elle y était moins chère et donc plus rentable. Le secteur textile a prospéré, dans la région, durant cinq siècles mais avec le phénomène de mondialisation, il a connu un déclin certain et les dernières usines ont fermé leurs portes en 2004. Le musée départemental du textile, à Labastide-Rouairoux, participe à la conservation et à la transmission de la mémoire et du savoir-faire de cette économie autrefois florissante.

Culture de résistance[modifier | modifier le code]

Le Haut-Languedoc est une terre de résistance. Cela s’explique par les zones de moyenne montagne, difficiles d’accès. L’épopée cathare a marqué les terres haut-languedociennes, entre le XIe et le XIVe siècle. La maison des Mémoires à Mazamet, la citadelle de Minerve, ou encore le château d’Hautpoul en sont les témoins du passé. Pas loin de trois siècles plus tard, le Haut-Languedoc est secoué par une autre vague de résistance : le protestantisme. L’activité du textile favorise les échanges entre marchands et ainsi l’imprégnation de la pensée calviniste. Les luttes entre catholiques et huguenots ont causé la destruction de nombreux édifices religieux. Quand l’armée des dragons du Roi est instaurée sous le règne de Louis XIV, les protestants se réfugient dans les « déserts » du Sidobre. Leurs assemblées pouvaient réunir jusqu’à 12 000 fidèles. Le lieu de culte le plus connu est la Corbière de la Sicardié. Aujourd’hui, le musée du Protestantisme, à Ferrières (Tarn), propose une riche collection d’objets et d’œuvres ainsi que des promenades guidées vers les lieux de mémoire de la région.

Canal du Midi[modifier | modifier le code]

La Montagne noire est un château d’eau naturel. En 1662, Pierre-Paul Riquet eut l’idée de capter l’eau de tous les ruisseaux de la Montagne noire et de la mener par gravité au Seuil de Naurouze, point le plus haut du "Canal des Deux Mers", à partir duquel on alimenterait le Canal du Midi, aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l’humanité de l'Unesco.

Histoires de pierres[modifier | modifier le code]

Le Haut-Languedoc est un pays de pierres. Il recèle un patrimoine très riche de mégalithes dressés. Ces statues préhistoriques sont localisables au détour d’un chemin mais aussi présentées au musée de la Préhistoire à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) ou encore au Syndicat d’initiatives de Murat-sur-Vèbre (dans le Tarn). L’été, le Parc naturel régional du Haut-Languedoc organise des Journées d’initiation à la construction de murets en pierres sèches afin de sensibiliser le public à la nécessaire valorisation de ce petit patrimoine bâti.

Les communes du Parc naturel régional du Haut-Languedoc[modifier | modifier le code]

Liste des 119 communes situées dans le périmètre du Parc et appartenant aux deux départements de l'Hérault et du Tarn.

Hérault Tarn
Agel Aiguefonde
Aigues-Vives Albine
Les Aires Anglès
Avène Arfons
Azillanet Aussillon
Bédarieux Barre
Berlou Berlats
Boisset Le Bez
Le Bousquet-d'Orb Boissezon
Cabrerolles Bout-du-Pont-de-Larn
Cambon-et-Salvergues Brassac
Camplong Burlats
Cassagnoles
Castanet-le-Haut Cambounès
La Caunette les Cammazes
Caussiniojouls Castelnau-de-Brassac
Ceilhes-et-Rocozels Caucalières
Cesseras Dourgne
Colombières-sur-Orb Durfort
Combes Escoussens
Courniou Escroux
Dio-et-Valquières Esperausses
Faugères Ferrières
Ferrals-les-Montagnes Gijounet
Ferrières-Poussarou Labastide-Rouairoux
Fraisse-sur-Agout Labruguière
Graissessac Lacaune
Hérépian Lacaze
Joncels Lacrouzette
Lamalou-les-Bains Lamontélarié
La Livinière Lasfaillades
Lunas Le Margnès
Minerve Le Masnau-Massuguiès
Mons Massaguel
Olargues Montredon-Labessonnié
Pardailhan Moulin-Mage
Le Poujol-sur-Orb Murat-sur-Vèbre
Le Pradal Nages
Prémian Payrin-Augmontel
Rieussec Pont-de-Larn
Riols Le Rialet
Romiguières Roquecourbe
Roquebrun Rouairoux
Roqueredonde Saint-Amancet
Rosis Saint-Amans-Soult
Saint-Étienne-d'Albagnan Saint-Amans-Valtoret
Saint-Étienne-Estréchoux Saint-Pierre-de-Trivisy
Saint-Geniès-de-Varensal Saint-Salvi-de-Carcavès
Saint-Gervais-sur-Mare Saint-Salvy-de-la-Balme
Saint-Jean-de-Minervois Sauveterre
Saint-Julien Senaux
Saint-Martin-de-l'Arçon Sorèze
Saint-Nazaire-de-Ladarez Vabre
Saint-Pons-de-Thomières Verdalle
Saint-Vincent-d'Olargues Viane
La Salvetat-sur-Agout Le Vintrou
Siran
Le Soulié
Taussac-la-Billière
La Tour-sur-Orb
Vélieux
Verreries-de-Moussans
Vieussan
Villemagne-l'Argentière

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Mouflon au Caroux (population descendante de mouflons venant de Corse)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  1. PFEFFER, P. / GENEST, H, Biologie comparée d'une population de mouflons de Corse (Ovis ammon musimon) Du PNR du Caroux ; Mamalia, octobre 2009 ; ISSN:1864-1547 ; DOI:10.1515/mamm.1969.33.2.165, en ligne:2009-10-20 (résumé)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Charte 2011-2013
  • Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Atlas, Parc naturel régional du Haut-Languedoc, cartes d’identité
  • Parc naturel régional du Haut-Languedoc, 50 fiches patrimoines « A la découverte du Parc naturel régional du Haut-Languedoc »
  • Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Faune et patrimoine bâti, collection « Cahiers techniques »
  • Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Construire en pierres sèches, collection « Cahiers techniques »
  • Parc naturel régional du Haut-Languedoc, Espèces emblématiques du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, collection « Cahiers techniques »
  • Pyrénées Magazine, Cahiers du Patrimoine, supplément au no 135, Haut-Languedoc, La montagne des deux midis, mai-juin 2011, éd. Milan Nature et Territoires
  • Terre Sauvage Territoires remarquables, supplément au no 252 de Terre Sauvage, Haut-Languedoc, Montagnes à l’accent du midi, éd. Milan Nature et Territoires
  • La Flore du Haut-Languedoc, 2004, éditions du Rouergue, de Philippe Durand, François Livet et Jacques Salabert, sous la coordination de Xavier Grillo
  • Les oiseaux du Haut-Languedoc, 2001, éditions du Rouergue, aquarelles de Serge Nicolle, auteurs : Jean-Marc Cugnasse, Christophe Maurel, Nathalie Biau
  • Haut-Languedoc, balcon cévenol, par André Théron

Notes et références[modifier | modifier le code]