Tarn (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarn.
Tarn
Albi, pont vieux et quartier de la Madeleine.
Albi, pont vieux et quartier de la Madeleine.
Caractéristiques
Longueur 380,2 km [1]
Bassin 15 700 km2
Bassin collecteur Bassin de la Garonne
Débit moyen 233 m3/s (Moissac)
Régime pluvio-nival
Cours
Source Mont Lozère, Massif central
· Localisation Le Pont-de-Montvert, France
· Altitude 1 560 m
· Coordonnées 44° 24′ 55″ N 3° 48′ 49″ E / 44.4153, 3.8136 (Source - Tarn)  
Confluence Garonne
· Localisation Boudou/Saint-Nicolas-de-la-Grave, France
· Altitude 65 m
· Coordonnées 44° 05′ 13″ N 1° 02′ 31″ E / 44.0869, 1.0419 (Confluence - Tarn)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Dourbie, Dourdou de Camarès, Rance, Agout
· Rive droite Aveyron, Lemboulas
Pays traversés Drapeau de la France France
Principales villes Pont-de-Montvert, Sainte-Enimie, Millau, Saint-Rome-de-Tarn, Albi, Gaillac, Lisle-sur-Tarn, Rabastens, Saint-Sulpice, Bessières, Buzet-sur-Tarn, Villemur-sur-Tarn, Montauban, Lafrançaise, Moissac
Le Tarn près de Cocurès
Le Tarn à Albi

Le Tarn est une rivière du sud de la France. Il est, avec le Lot, l'un des principaux affluents de la Garonne. Le Tarn a donné son nom aux départements français du Tarn et du Tarn-et-Garonne.

Nom[modifier | modifier le code]

Du latin Tarnis[2] ou Tanara, des racines ligure tan (falaise) + ar (rivière).[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

Il se situe dans le Massif central. Il prend sa source sur le mont Lozère, dans la Lozère, et se jette dans la Garonne près de Castelsarrasin, sur la commune de Saint Nicolas de la Grave dans le Tarn-et-Garonne.

La longueur de son cours d'eau est de 380,2 km[1].

Départements et principales villes et bourgades traversées[modifier | modifier le code]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

  • Le Tarn est soumis à un régime pluvio-nival méditerranéen et océanique
  • Débits extrêmes : de 8 à 6 000 m3/seconde lors de la crue de mars 1930[3]

Les débits en fin de parcours à Moissac[modifier | modifier le code]

Confluent du Tarn et de la Garonne.

Le débit du Tarn a été observé sur une période de 57 ans (1923-1979), à Moissac, ville du département de Tarn-et-Garonne, située à peu de distance de son confluent avec la Garonne[4]. Le bassin versant de la rivière y est de 15 400 km2, soit la presque totalité de celui-ci (98 %) qui fait 15 700 km2.

Le module de la rivière à Moissac est de 233 m3/s.

Le Tarn présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées, avec des crues d'hiver-printemps, portant le débit mensuel moyen entre 269 et 401 m3/s, de décembre à mai inclus, avec deux maxima, signe d'un régime pluvio-nival. Le premier sommet a lieu en décembre (pluies d'automne : 396 m3/s) et le second en février-mars (pluies de printemps et fonte des neiges : 393 puis 401 m3/s). Les basses eaux ont lieu en été, de juillet à septembre, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 55 m3 au mois d'août, ce qui reste un débit moyen mensuel élevé.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Moissac
(données calculées sur 57 ans)

Le VCN3 peut cependant chuter jusque 8,8 m3, en cas de période quinquennale sèche, ce qui est très bas.

D'autre part les crues peuvent être extrêmement importantes. En effet, le débit journalier maximal enregistré a été de 4 000 m3/s le 4 mars 1930. Le débit instantané maximal de cette journée n'ayant pas été enregistré avec précision ce jour-là, on l'estime entre 6 et 8 000 m3/s.

Le Tarn à Ambialet, dans le département du Tarn.

Le QIX 10, de même que les QIX 2, QIX 5, QIX 20 et QIX 50 n'ont jamais été calculés. Par contre les QJX correspondants l'ont été. Les QJX 2 et QJX 5 du Tarn valent respectivement 2 000 et 2 700 m3/s. Le QJX 10 vaut 3 200 m3, le QJX 20 en vaut 3 600, tandis que le QJX 50 se monte à 4 200 m3/s.

La lame d'eau écoulée dans le bassin de le Tarn est de 478 millimètres annuellement, ce qui est très élevé, largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, à l'instar de la plupart des cours d'eau issus du Massif central et surtout de la région des Cévennes. Le débit spécifique (ou Qsp) se monte à 15,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Les débits au niveau des gorges du Tarn[modifier | modifier le code]

Les gorges du Tarn se situent entre les localités de Quézac et du Rozier sur une longueur de 53 km. La DIREN Midi-Pyrénées ne possède pas de station hydrométrique à ces endroits précis. Cependant il est quand même possible de connaître les débits mensuels moyens de la rivière aux niveaux de l'amont et de l'aval de ces gorges grâce aux stations de la DIREN établies à proximité : Montbrun se trouve à 6 kilomètres en aval de Quézac, et Mostuéjouls à cinq kilomètres en aval du Rozier. C'est également au niveau du Rozier que se situe le confluent de la Jonte avec le Tarn.

Les gorges creusées par le Tarn

Les valeurs de la Dourbie et du Tarn à Millau sont mentionnées à titre complémentaire, afin d'avoir une bonne idée de l'hydrologie de la région.

Nom Localité Débits en m3 par seconde Surface
bassin
Module VCN3
(étiage)
de novembre
à mars
mois d'
avril
mois de
mai
mois de
juin
mois de
juillet
mois d'
août
mois de
septembre
mois d'
octobre
Tarn Montbrun 17,90 0,36 20,8 à 31,4 24,2 19,3 9,09 3,28 2,27 6,80 20,5 621
Jonte Le Rozier 5,08 0,52 5,23 à 8,93 7,11 6,70 2,74 1,43 1,15 1,84 5,03 265
Tarn Mostuéjouls 31,70 4,80 40,9 à 45,7 41,8 36,2 20,0 10,9 8,51 13,3 31,2 925
Dourbie Millau 13,80 2,70 16,8 à 19,3 19,1 16,2 9,39 5,76 4,51 6,57 13,6 548
Tarn Millau 47,50 6,80 56,6 à 72,0 60,6 55,5 30,7 17,6 13,6 22,4 47,4 2 170

Le Tarn s'est régularisé entre les stations de Montbrun et de Mostuéjouls, c'est-à-dire tout au long de son parcours dans les gorges. Le VCN3 passe en effet de 0,36 à 4,80 m3/s, soit une multiplication par douze, alors que le Tarn ne reçoit qu'un seul affluent, la Jonte, qui ne contribue en rien à régulariser son débit puisque son VCN3 est lui-même extrêmement faible. Le phénomène est dû aux nombreuses sources et résurgences qui apportent au Tarn des compléments d'eau substantiels, au départ des masses d'eau souterraines stockées dans les réseaux karstiques situés sous les causses avoisinants (causse de Sauveterre au nord — rive droite — et causse Méjean au sud — rive gauche). C'est un phénomène analogue à celui que l'on observe en Champagne crayeuse (voir l'article concernant la Vesle, affluent de l'Aisne).

Article détaillé : Aquifère.

Activités de subsistance[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Activités agricoles[modifier | modifier le code]

Activités touristiques[modifier | modifier le code]

Le Tarn est apprécié aussi pour les gorges qu'il a creusées en amont de Millau et qui sont un lieu remarquable.

Les activités touristiques sont variées dans les gorges et ses deux affluents, la Jonte et la Dourbie[5].

Navigation fluviale[modifier | modifier le code]

Le Tarn fut navigable de Saint-Juéry à son confluent avec la Garonne à Moissac

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Tarn (O---0100) » (consulté le 19 juin 2014)
  2. Dictionnaire latin-français Gaffiot
  3. Chiffre cité dans le Quid RTL 2003
  4. Banque Hydro - Station O5901010 - Le Tarn à Moissac (Synthèse) (ne pas cocher la case "Station en service")
  5. Office de tourisme des gorges du Tarn, « Le Tarn » (consulté le 19 septembre 2008)