Baron (noblesse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baron.

Baron est un titre de noblesse.

L'étymologie de ce mot est incertaine : baron serait dérivé du vieil allemand bar qui signifie libre par extension homme libre ou selon d'autres auteurs, du latin vir qui signifie homme. Il a été avancé récemment[1] que le mot baro signifiant celui qui frappe et qui tue viendrait de l'allemand Bär (ours).

Dans la hiérarchie moderne des titres de noblesse, baron est un titre inférieur à celui de vicomte, mais supérieur à celui de chevalier. La femme d'un baron porte le titre de baronne.

En Angleterre[modifier | modifier le code]

Dans le système nobiliaire britannique il ne faut pas le confondre avec le Baronnet. En Angleterre, le titre de baron est le plus bas degré des pairies d'Angleterre, d'Irlande, de Grande-Bretagne et du Royaume-Uni. On s'adresse à lui par lord N. et ses enfants reçoivent le titre de Honorable, abrégé en Hon.

En Belgique[modifier | modifier le code]

Le titre de baron — baronne pour une femme — est supérieur à celui de chevalier et inférieur à celui de vicomte. Il est accordé par le Roi.

En Écosse[modifier | modifier le code]

Le titre de baron est attaché à une terre et n'est donc pas un titre de la pairie. Le titre de baron écossais est vendable. Les barons écossais ont perdu leurs droits de juridiction avec l'abolition de la féodalité par l'Abolition of Feudal Tenures etc. (Scotland) Act 2000, entré en vigueur le 28 novembre 2004, qui préserve cependant leur dignité, ce qui inclut la préséance et les privilèges héraldiques qui y étaient attachés. Le titre le plus bas dans la pairie d'Écosse est Lord of Parliament, en général raccourci à Lord.

En Espagne[modifier | modifier le code]

Il existait deux types de baronnies : les anciennes juridictions féodales du royaume d'Aragon et Valence e.g. la baronnie de Polop (en espagnol Baronía de Polop), et les titres accordés par les souverains depuis le XVIe siècle, titres qui n'avaient pas d'assise féodale.

En France[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Au Moyen Âge, le terme baron désigne tout membre de la haute aristocratie, qui tient directement son fief du roi. Les Montmorency se qualifiaient de premiers barons de France, de premiers barons chrétiens. Les barons de cette époque sont parmi les plus vieilles familles de France. De ce fait, les fiefs de chevalier se trouvant dans les comtés ont pris le nom de baronnie. Les seigneurs des baronnies n'ont que tardivement porté le titre de baron. Nous avons des mentions de ce terme dans les romans de Chrétien de Troyes, qui datent de la seconde moitié du XIIe siècle. Jean de Joinville, célèbre pour son livre la vie de Saint Louis, fait également mention des barons qui accompagnèrent Louis IX durant la septième croisade.

À partir du XVIe siècle, le titre de baron est intégré à la hiérarchie nobiliaire, en étant le septième degré sur dix, il s'applique alors individuellement au détriment de « sire de... » ou de « seigneur de... ».

En France, le titre de baron était jusqu'à la Révolution attaché à un type de fief qui a été érigé en baronnie. En Bretagne, les ducs érigèrent neuf baronnies à l'imitation des neuf évêchés du duché. En Normandie, les ducs avaient formé un nombre important de baronnies, donnant à leurs titulaires le droit de siéger à l'Échiquier de Normandie. Leur territoire était généralement et volontairement morcelé. Certaines appartenaient à des menses épiscopales (un évêque en ayant donc l'usufruit en tant que seigneur titulaire tout au long de son épiscopat) et d'autres à des abbayes.

À partir de Napoléon, le titre fut accordé de façon héréditaire sans plus de considérations féodales, de même que les autres titres, sauf ceux de vicomte et de marquis.

Saint-Empire romain germanique[modifier | modifier le code]

Le titre de baron (Reichsfreiherr) était accordé par l'empereur, là aussi sans assise féodale, on parlait de « baron de N. et du Saint-Empire ». Tous les enfants, même les filles, portent également le titre sous la forme "Baron(ne) prénom de N. ".

Royaume de Hongrie[modifier | modifier le code]

[2] En Hongrie, le titre de Magnats désignait depuis 1397 les descendants des barons du royaume (Filii baronum ou bárófi en hongrois). Ces derniers reçurent dans les années 1430 le titre de Magnificus, appellation jusqu'alors réservée aux barons du royaume.

Le titre de baron devient héréditaire à partir de 1498.

NB[2]:Il est à distinguer les barons du royaume (baron regni), titre le plus élevé et le plus prestigieux, non héréditaire - jusqu'en 1498 - désignant à l'origine les personnages revêtant les plus hautes fonctions de l'État, et les barons naturels de Hongrie (barones naturales en Hongrie), titre créé en 1487 par le roi Mathias pour récompenser ses plus fidèles partisans.

Ainsi verra le jour la distinction entre "vrais barons" (veri barones), issus de l'exercice des plus hautes charges, et "barons que de nom" (barones nomine solo), simples titres de noblesse.

Sous les Habsbourg, de nombreux titres sont donnés et le titre de baron devient inférieur à celui de comte, bien que ce dernier existait depuis longtemps en Hongrie.

cf article "Magnat".

En Russie[modifier | modifier le code]

Comme dans le Saint-Empire romain germanique, le titre de baron était accordé par le tsar de façon héréditaire.

Aux Tonga[modifier | modifier le code]

La noblesse tongienne est constituée de titres d'inspiration britannique, de manière quelque peu simplifiée en raison du petit nombre de nobles dans ce royaume. Tout noble porte le titre de lord ; le roi a la prérogative de « promouvoir » un lord au titre de baron. À présent, il n'y a qu'un seul baron aux Tonga, le Baron Fielakepa, auquel le roi George Tupou V conféra ce titre lorsqu'il le nomma lord juridique en juillet 2008[3],[4],[5].

Le titre fut créé par le roi Taufaʻahau Tupou IV, qui l'attribua en premier lieu à ʻAlipate Tupou, Lord Vaea, en juin 1970, l'élevant ainsi à un rang de prééminence supérieur à celui de tous les autres nobles (hormis les membres de la famille royale)[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Le titre de « baron » était tout à fait commun dans la plupart des pays européens et se retrouve dans diverses langues souvent sous une forme légèrement modifiée. La liste suivante inclut les formes masculines et féminines et, le cas échéant, le nom du fief correspondant (la baronnie). Il faut signaler que l'existence de ce mot dans une langue citée n'implique pas toujours l'utilisation réelle du titre dans le pays correspondant.

Langue Titre masculin Titre féminin Nom du fief
Albanais Baron Baroneshë  
Allemand Baron
Freiherr
Baronin, Baronesse
Freifrau (pour l'épouse d'un baron), Freiherrin ou Freiin (pour la fille d'un baron)
 
Anglais Baron (en Angleterre)
Lord (en Écosse)
Baroness (en Angleterre)
Lady (en Écosse)
Barony
Arménien Բարոն (Baron) Բարոնուհի (Baronouhi)  
Biélorusse Baron Baranesa  
Bulgare Барон (Baron) Баронеса (Baronesa)  
Catalan Baró Baronessa Baronia
Croate Barun Barunica  
Danois Baron Baronesse  
Espagnol Barón Baronesa  
Espéranto Barono Baronino Baronujo
Estonien Parun Paruniproua  
Finnois Paroni, Vapaaherra Paronitar, Vapaaherratar  
Français Baron Baronne Baronnie
Grec moderne Βαρώνος (Varónos) (Varoni)  
Hongrois Báró, Főúr Bárónő  
Islandais Barón, Fríherra Barónessa  
Irlandais Barún Banbharún  
Italien Barone Baronessa Baronia
Latin Baro    
Letton Barons Baronese  
Lituanien Baronas Baroniene  
Luxembourgeois Baroun Barounin, Baronesse  
Macédonien Baron Baronesa  
Maltais Baruni Barunessa  
Monégasque Barun Barunessa  
Néerlandais Baron, Vrijheer Barones, Vrijvrouw Baronie
Norvégien Baron, Friherre Baronesse Baroni
Polonais Baron Baronowa, Baronessa  
Portugais Barão Baronesa Baronato
Romanche Barun Barunessa  
Roumain Baron Baroană (Baroneasă = femme "de type Baron")  
Russe Барон (Baron) Баронесса (Baronessa)  
Serbe Барон (Baron) Бароница (Baronica) Баронија (Baronija)
Slovaque Barón Barónka  
Slovène Baron Baronica  
Suédois Baron, Friherre Baronessa, Friherrinna  
Tchèque Baron Baronka, Baronesa  
Ukrainien Барон (Baron) Баронка (Baronka) Баронеса (Baronesa)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric THIOU, Dictionnaire des titres et des terres titrées en France sous l’Ancien Régime, Editions Mémoire et Documents, Versailles, 2003, 270 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pastoureau Michel, L'Ours. Histoire d'un roi déchu, Éd. du Seuil
  2. a et b Upper nobility (Kingdom of Hungary) Article en anglais sur la haute noblesse dans le royaume de Hongrie
  3. (en) "New Life Peers appointed", Taimi Media Network, 30 décemebre 2010
  4. (en) "Appointment of Four Law Lords", gouvernement des Tonga, 28 juillet 2008
  5. (en) "Nobles", gouvernement des Tonga
  6. (en) "The Kingdom of Tonga Pays Tribute to its 12th Prime Minister, Baron Vaea of Houma", gouvernement des Tonga