Guise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guise (homonymie).
Guise
Vue du donjon de Guise depuis la basse cour du Château
Vue du donjon de Guise depuis la basse cour du Château
Blason de Guise
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Canton Guise
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Guise
Maire
Mandat
Hugues Cochet
2014-2020
Code postal 02120
Code commune 02361
Démographie
Population
municipale
5 173 hab. (2011)
Densité 321 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 03″ N 3° 37′ 42″ E / 49.9008333333, 3.62833333333 ()49° 54′ 03″ Nord 3° 37′ 42″ Est / 49.9008333333, 3.62833333333 ()  
Altitude Min. 91 m – Max. 157 m
Superficie 16,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Guise

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Guise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guise

Guise est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Les habitants sont les Guisards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Guise se situe dans le nord de l'Aisne, entre les anciens pays du Vermandois et de la Thiérache, à mi-distance entre les villes de Saint-Quentin et de Vervins.

La ville de Guise, que surplombe le donjon de son château fort, est baignée par la rivière Oise et bénéficie du canal de la Sambre à l'Oise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le village et le premier château au XIe siècle se nomment en latin médiéval Gusia. Des érudits ont supposé qu'il s'agissait d'une terre appartenant à un maître gallo-romain nommé Cutius.

L'étymologie populaire de Guise est "gué sur l'Oise" (le nom de l'Oise en ancien français étant "Ise"), la prononciation locale guïse [gɥiz] la justifie en partie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bourgade de Guise, capitale excentrée de la Thiérache, s'est développée à l'ombre d'un puissant château fort placé sur ses hauteurs. La terre de Guise est qualifiée de comté à partir du XIIIe siècle, elle est érigée en duché-pairie en 1528. Les seigneurs de Guise, comtes puis ducs de Guise, sont issus d'une branche cadette de la maison de Lorraine.

La forteresse de Guise contrôle l'Oise. Il existe, encore aujourd'hui, d'importants vestiges de cette bourgade fortifiée, élément du système de fortification du nord du royaume de France au temps de la Renaissance, même si la forteresse et la ville ancienne sont sorties très abîmées de la Première Guerre mondiale.

Guise, chef-lieu de pays sous l'ancien régime, devient chef-lieu de canton de l'arrondissement de Vervins du département de l'Aisne en 1790.

La ville de Guise est aux premières loges de l'expérience sociale de Jean-Baptiste André Godin au XIXe siècle. Il choisit Guise pour y implanter son phalanstère, lieu de vie communautaire imaginé par l'utopiste Charles Fourier : le Familistère de Guise.

L'essor des transports pondéreux sur l'Oise et la révolution industrielle du XIXe siècle permettent plus concrètement le développement de la ville desservie par le chemin de fer du Nord ainsi que l'implantation d'usines modernes. Parmi ces dernières, qui viennent compléter l'activité des carrières et de la tannerie, de la métallurgie et de la fonderie, la maison Godin produit des appareils de chauffage.

Monument à la gloire de la Ve Armée française, lors de la bataille de Guise (1914)

La ville, qui a compté 8 000 habitants avant 1914, est l'épicentre de deux batailles de Guise durant la Première Guerre mondiale :

  • la première du 24 aout au 5 septembre 1914. Après la retraite stratégique franco-britannique, l'armée du général Lanrezac s'illustre en causant de lourdes pertes à la garde et au Xe corps d'armée prussiens, commandé par le général von Bülow ;
  • la seconde du 4 au 5 novembre 1918. L'armée du général Debeney inflige une défaite aux troupes rescapées du général von Hutier, qui doit abandonner la position de défense Hunding. C'est le début de la reconquête de la vallée de l'Oise par les armées alliées.

La population remonte à 7 100 habitants en 1923. Le canton de 21 communes s'est repeuplé après guerre et atteint 16 750 habitants. Puis la population stagne pour entamer un lent déclin. La ville compte moins de 6 000 habitants depuis 2000.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1804 Jean Louis de Viefville des Essarts    
1899 1903 Émile Roussy    
1913 1919 Edmond Carré Socialiste  
mai 1929 novembre 1941 Émile Lamart PCF  
Les données manquantes sont à compléter.
1977 janvier 2010 Daniel Cuvelier[1],[2] PS Démissionnaire
janvier 2010 en cours
(au 12 mai 2014)
Hugues Cochet[3],[4] DVG puis PS Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Guise compte 5 489 habitants (soit une diminution de 7 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 795e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 566e en 1999, et le 11e au niveau départemental sur 816 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Guise depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 1891 avec 8 153 habitants.

En 2011, la commune comptait 5 173 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 085 3 039 3 097 2 729 3 072 3 241 3 543 3 528 4 060
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 684 4 529 5 289 5 659 6 250 7 131 7 677 8 153 8 082
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 310 7 776 8 099 6 185 7 097 7 110 6 981 6 031 6 091
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6 284 6 805 6 642 6 195 5 976 5 901 5 557 5 532 5 173
2011 - - - - - - - -
5 173 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,2 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,2 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 20,3 %, 30 à 44 ans = 17,3 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 19,7 %) ;
  • 53,2 % de femmes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 17,3 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 28,6 %).
Pyramide des âges à Guise en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
2,0 
7,3 
75 à 89 ans
12,7 
12,0 
60 à 74 ans
13,9 
21,4 
45 à 59 ans
19,3 
17,3 
30 à 44 ans
17,3 
20,3 
15 à 29 ans
17,6 
21,3 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de l'Aisne en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
6,0 
75 à 89 ans
9,6 
12,2 
60 à 74 ans
13,3 
21,8 
45 à 59 ans
20,6 
20,4 
30 à 44 ans
19,7 
18,7 
15 à 29 ans
17,2 
20,7 
0 à 14 ans
18,6 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Familistère de Guise.
  • Le Familistère, classé aux monuments historiques depuis 1991 : dans ce familistère, se dresse un monument aux morts dû aux ciseaux des frères Jan et Joël Martel.
  • Le château fort de Guise, dont le classement Monument Historique de 1924 a été étendu en 2008.
  • L'église Saint-Pierre et Saint-Paul classée depuis 1927.
  • Le Monument aux morts : surmonté par la statue d'une femme avec son enfant, il est érigé dans le petit parc à l'angle de la rue du Jeu de Paume et du boulevard Jean-Jaurès.
  • Statue de Camille Desmoulins.
  • Maison située au 18 rue de la Citadelle, classée depuis 1998.
  • L'hôtel Warnet, 113 place d'Armes classé depuis 2002.

Ville fleurie : trois fleurs attribuées en 2007 par le Conseil des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue de Jean-Baptiste André Godin dans le familistère

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

  • Les Ducales. Cette fête médiévale annuelle[11],[12],[13],[14],[15] organisée depuis 2004[16] sur un week-end, début août, fut parfois désignée sous le nom de « Grandes heures médiévales de Guise ». Certaines troupes de reconstitution historique y assurent des prestations plus d'une fois, comme la Compagnie Excalibur Île-de-France[17], revenue à nouveau en 2010.
  • Tennis de Table Guisard

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guise, porte de la Thiérache : guide touristique et historique, éd. Office du tourisme, 1996, 76 pages.
  • Guise : du château ducal au palais social, coll. Itinéraires du patrimoine, no 321, 2006, 66 pages (ISBN 978-2-906340-65-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. Démission de David Cuvelier pour raisons personnelles en décembre 2009 d'où l'élection anticipée du 31 janvier 2010.
  3. Hugues Cochet, maire par intérim de Guise depuis le 9 janvier 2010 jusqu'aux élections anticipées
  4. Hugues Cochet est élu maire de Guise suite aux élections anticipées.
  5. « Hugues Cochet réélu pour un deuxième mandat », La Thiérache, no 2575,‎ 6 avril 2014, p. 27 (ISSN 0183-8415)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Guise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de l'Aisne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 novembre 2010)
  10. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ 5 juillet 2008
  11. Programme 2010 des Ducales
  12. Photos des "Ducales 2008" consultables sur le site de la troupe Les Faydits de Champagne.
  13. Photos des "Ducales 2009" publiées par L'Aisne Nouvelle.
  14. L'Union, lundi 9 août 2010
  15. Photos des "Ducales 2011" publiées par L'Aisne Nouvelle.
  16. [PDF] Bulletin no 10 de septembre 2006, édité par la Chambre de Commerce et d'Industrie.
  17. Photos d'une des prestations à Guise de la Compagnie Excalibur Île-de-France.
  18. Site officiel de l'USG

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]