Union des villes taurines françaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Union des villes taurines françaises

Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Application du Règlement de l'Union des villes taurines françaises
Fondation
Fondation 1966
Identité
Président Jean-René Etchegaray
Site web www.uvtf.fr

L'Union des villes taurines françaises (U.V.T.F.) est une association loi de 1901 créée à Arles, dans le département des Bouches-du-Rhône, en 1966. Elle est chargée de veiller à l'application du règlement taurin municipal, destiné à assurer la défense et la sauvegarde des courses de taureaux avec mise à mort et empêcher que des abus ne soient commis dans la présentation des taureaux de combat.

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette association est présidée par le maire de la ville de Bayonne.

En France, la seule réglementation existant à propos de la corrida l'interdit par principe et ne l'autorise que par exception. Aucune loi analogue à la loi Corcuera n’existe. Certaines associations réclament la création d’une « Fédération française de corrida » à l'image des fédérations sportives. Il semble peu vraisemblable qu’une telle fédération puisse voir le jour. Toute réglementation écrite ne peut donc être que d’origine municipale.

Durant longtemps, on a en France, appliqué coutumièrement le Règlement des spectacles taurins espagnol[1]. En 1972, l'Union des villes taurines françaises (UVTF) a établi un règlement, le Règlement de l'Union des villes taurines françaises, très largement inspiré du règlement espagnol et invité ses membres à le rendre obligatoire sur leur territoire, par arrêté municipal. Toutes ne l'ont pas fait, mais dans ces communes, ainsi que dans les communes taurines qui ne sont pas membres de l’UVTF, ce règlement est appliqué coutumièrement. On peut lire à peu près tous les livres en français consacrés à la corrida, ainsi que les revues taurines, les pages taurines des quotidiens régionaux : tous font référence à cette application[2],[3],[4].

Villes adhérentes[modifier | modifier le code]

Les villes adhérant à l'UVTF[5] sont : Aignan, Aire-sur-l'Adour, Alès, Arles, Bayonne, Beaucaire, Béziers, Boujan-sur-Libron, Bourg-Madame, La Brède, Captieux, Carcassonne, Céret, Châteaurenard, Dax, Eauze, Fourques, Fréjus, Gamarde-les-Bains, Garlin, Le Grau-du-Roi, Hagetmau, Istres, Lattes, Le Houga, Lunel, Magescq, Mauguio, Millas, Mimizan, Mont-de-Marsan, Mugron,Nîmes Orthez, Palavas-les-Flots, Parentis-en-Born, Pérols, Rieumes, Rion-des-Landes, Roquefort, Saint-Gilles, Saint-Martin-de-Crau, Saint-Perdon, Saint-Sever, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Saintes-Maries-de-la-Mer, Soustons, Tarascon, Vauvert, Vic-Fezensac.

Ne font pas partie de l'UVTF[6] : Aramon, Aimargues, Bellegarde, Bougue, Gimont, Floirac, Méjanes, Villeneuve-de-Marsan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Reglamento Taurino Nacional
  2. Claude Popelin, « La Tauromachie», préface de Jean Lacouture et François Zumbiehl, édition de 1970 revue et augmentée par Yves Harté en 1994, Le Seuil, Paris, le règlement est détaillé dans ses grandes lignes p. 240 à 244 (ISBN 2020214334)
  3. Paul Casanova et Pierre Dupuy, « Dictionnaire tauromachique, Jeanne Laffitte, 1981, p. 147 (ISBN 2862760439)
  4. Véronique Flanet et Pierre Veilletet (sous la direction de), « Le Peuple du toro », ouvrage collectif, Paris, 1986 p. 175 (ISBN 2866650344)
  5. « UVTF »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. Liste issue de la liste des arènes françaises de Robert Bérard, Bouquin Laffont, p. 1013-1014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]