Rousserolle effarvatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Acrocephalus scirpaceus

Acrocephalus scirpaceus
Description de cette image, également commentée ci-après
Rousserolle effarvatte
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Acrocephalidae
Genre Acrocephalus

Espèce

Acrocephalus scirpaceus
(Herman, 1804)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Enregistrement sonore
Acrocephalus scirpaceus - MHNT

La Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) est une espèce de fauvettes des marais appartenant à la famille des Acrocephalidae. Olivier Messiaen a consacré à cet oiseau une pièce, qui en porte le nom, de son Catalogue d'oiseaux.

Morphologie[modifier | modifier le code]

C'est un passereau de petite taille de 12 à 13 cm de longueur avec une envergure de 19 cm et une masse comprise entre 11 et 15 g.

Elle ressemble énormément à la rousserolle verderolle mais se distingue surtout par ses chants et par les biotopes occupés.

La Rousserolle effarvatte a le dos uni brun, le dessous blanc cassé brun et le croupion roux. Elle n'a pas de sourcils. La tête est pointue, le bec fin et allongé.

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

La rousserolle effarvatte fréquente les roselières hautes et touffues.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau vit en Europe (sauf en Scandinavie), Afrique du Nord et au Moyen-Orient. C'est la plus fréquente des rousserolles en Europe. Ce migrateur transsaharien part en Afrique centrale et australe à la fin de l'été pour revenir en avril-mai.

Comportement[modifier | modifier le code]

C'est un passereau remuant et assez peu farouche.

Locomotion[modifier | modifier le code]

Comportement social[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle se nourrit principalement d'insectes mais aussi d'araignées.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs de Acrocephalus scirpaceus Muséum de Toulouse

La femelle pond une à deux couvées par an, de 3 à 5 œufs entre avril et juin. Le nid est accroché à des tiges de roseau suspendu au-dessus de l'eau jusqu'à un mètre de haut. Il est fait de feuilles de roseaux, de tiges et d'herbes en forme de coupe.

Le nid de la rousserolle est souvent parasité par le coucou qui y pond son œuf en absence des parents. Son œuf est ainsi couvé et l'oignon est élevé par les rousserolles.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Acrocephalus scirpaceus a été décrite par le naturaliste français Johann Hermann, à titre posthume en 1804, sous le nom initial de Turdus scirpaceus[1].

Synonyme[modifier | modifier le code]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Sous-espèces d'après Alan P. Peterson, il existe trois sous-espèces :

  • Acrocephalus scirpaceus avicenniae Ash, Pearson,DJ, Nikolaus,G & Colston 1989 ;
  • Acrocephalus scirpaceus fuscus (Hemprich & Ehrenberg) 1833 ;
  • Acrocephalus scirpaceus scirpaceus (Hermann) 1804.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hermann Johann, Observationes zoologicae quibus novae complures p.202 1804

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kishkinev, D., Chernetsov, N., Pakhomov, A., Heyers, D., and Mouritsen, H. (2015). Eurasian reed warblers compensate for virtual magnetic displacement. Curr. Biol. 25, R822–R824.