Écomobilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mère transportant ses enfants dans un vélo cargo. Un mode de transport en fort développement dans les pôles urbains[1].
Le vélo à assistance électrique permet d'étendre le rayon d'utilisation du vélo pour les trajets domicile-travail et cible ainsi davantage des utilisateurs périurbains ou éloignés de leur lieu de travail.
Tramway à droite et tram-train à gauche à Mulhouse. Ce dernier mode de transport circule à la fois sur le réseau de tramway urbain et sur le réseau ferroviaire périurbain, qui se retrouvent ainsi interconnectés.
Embouteillage à Miami en heure de pointe malgré la construction de 2 × 9 voies de circulation, une scène habituelle des grandes villes. L'écomobilité cherche des réponses à ce type de problèmes, générés par les modes de transport développés au XXe siècle.

L'écomobilité ou la mobilité durable est une notion apparue dans le sillage des questions de développement durable, qui comprend la conception, la mise en place et la gestion de modes de transport moins nuisibles à l'environnement et à la santé humaine, en particulier à moindre contribution aux émissions de gaz à effet de serre et à la pollution de l'air. Dans les pays importateurs de combustibles fossiles, l'écomobilité est également un enjeu important de souveraineté énergétique. Lorsqu'elle repose sur des moyens de transport actifs, elle permet en outre de lutter contre la sédentarité et ses effets négatifs sur la santé publique.

L'écomobilité est plus simple à mettre en œuvre, donc plus souvent pratiquée, en milieu urbain et périurbain qu'à la campagne. Des moyens techniques et des alternatives ont été et sont développés, et des mesures politiques ont montré des effets positifs dans certaines villes ou régions, mais un défi majeur reste la transition écologique, qui implique de mettre en place les conditions du changement et de l'acceptabilité des alternatives aux transports « non durables ». Ces conditions impliquent une mise en œuvre de haute qualité de systèmes innovants et performants, et nécessitent de trouver la confiance et l'acceptation de nombreuses parties prenantes ainsi qu'une participation active. Le covoiturage fait partie des solutions, notamment là où l'offre de services de transport durable est insuffisante.

La relance du transport ferroviaire (train, métro, tramway, tram-train), de la bicyclette et de ses évolutions (vélo à assistance électrique, vélo cargo) figure parmi les mesures mises en œuvre pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution de l'air. En France, elles sont notamment préconisées par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). En effet, ces moyens de transport présentent une très bonne efficacité énergétique. D'autres modes de transport économes en énergie comme la trottinette électrique font aussi leur apparition en milieu urbain.

Enjeux[modifier | modifier le code]

Différents modes de transport à Prague.

L'écomobilité est l'un des objets de la décarbonation des transports[2], de l'aménagement du territoire et de la gestion de temps (le temps est pour chacun une ressource non renouvelable) les plus souvent traités par les Agendas 21, de l'échelle locale à l'échelle régionale[3],[4].

Selon Olivier Dupéron, la mobilité durable (ou écomobilité) « est une notion sans définition consacrée […], mais on la relie généralement à une politique d'aménagement et de gestion du territoire et de la ville […] qui favorise une mobilité pratique, peu polluante et respectueuse de l’environnement et du cadre de vie »[5].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2022, 99 % de la population mondiale respire un air dont le niveau de pollution ne respecte pas les normes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Celle-ci recommande, entre autres, de mettre en place des « systèmes de transport public sûrs et financièrement abordables et des réseaux adaptés aux piétons et aux cyclistes »[6].

L'OMS considère par ailleurs que la sédentarité est un enjeu de santé publique majeure, et encourage explicitement la pratique de la marche et du vélo pour les adultes et les séniors (65 ans ou plus)[7]. D'après l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, il faudrait « adopter un mode de consommation et de vie en cohérence avec les impacts qu’[on] génère », par exemple « en privilégiant les modes actifs »[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Entre 2020 et 2021, la hausse des émissions de dioxyde de carbone dues aux transports terrestres a été de 8,9 %[9].

Le Haut Conseil pour le climat pointe la responsabilité des transports dans les émissions de gaz à effet de serre[10] : « [leur] croissance et l’absence de report modal au bénéfice du rail » compromettent les efforts de réduction des émissions[R 1]. En matière de mobilité des personnes, le développement du train est une composante nécessaire pour tenir les objectifs de la stratégie nationale bas carbone ; il doit être accompagné d'autres mesures en faveur d'une réduction de la demande, d'un report modal vers des modes de déplacement moins énergivores tels que le vélo et la marche, du covoiturage et d'une amélioration de l'efficacité énergétique des véhicules[11],[R 2]. The Shift Project (TSP) mise fortement sur le train pour atteindre les objectifs de décarbonation européens[12].

Dans un communiqué conjoint, l'Union internationale des chemins de fer (UIC) et l'Union internationale des transports publics (UITP) regrettent que la COP26 ne traite les transports que sous l'angle de la voiture électrique, alors que la décarbonisation ne peut se faire sans le vélo, le rail et les transports en commun[13].

Toutefois, pour certaines liaisons nécessitant de gros travaux, la construction du réseau ferré peut entrainer une émission substantielle de CO2. Dans le cas par exemple de la liaison ferroviaire transalpine Lyon - Turin par tunnel, la Cour des comptes européenne estime que le CO2 lié à sa construction ne sera compensé qu'au moins 25 ans après la mise en service de l'ouvrage[14].

Connectivité écologique[modifier | modifier le code]

Des enjeux de connectivité écologique apparaissent, selon que les voies utilisées pour les transports ont un faible impact pour la biodiversité ou sont au contraire source de fragmentation écologique[15],[16] et souvent de pollution lumineuse[17] (elle-même source de fragmentation). Ainsi, une passerelle à gibier construite au-dessus de l'autoroute A4 dans le col de Saverne sert aux randonneurs plus qu'à la faune sauvage, faute d'une conception adaptée et d'autres moyens d'échange de population entre les Vosges du Nord et le reste du massif[18].

Selon David Banister, la transition écologique implique de mettre en place les conditions du changement et de l'acceptabilité des alternatives aux transports « non durables »[19]. Le rail bénéficie certes d'une efficacité énergétique exceptionnelle[20], mais les doubles clôtures des lignes à grande vitesse le rendent écologiquement fragmentant. À titre d'exemple, la population des environs de Nuremberg s'oppose à la construction d'une usine de réparation des trains à grande vitesse (ICE) longue de 3 à 4 km et large de 300 à 500 m au motif qu'il s'agit d'une immixtion importante dans la nature[21], même si par ailleurs les installations ferroviaires contribuent à réduire l'emprise au sol des transports[22]. Cela illustre le problème de l'acceptabilité locale.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'étalement urbain favorise de facto l'automobile.

L'urbanisme est indissociable des mobilités durables[23]. La fédération France Nature Environnement invite à se mobiliser contre la disparition des centres-villes dans les petites et moyennes villes[FNE 1]. Une clé du maintien d'une activité en centre-ville est le développement de l'offre de transport en commun[24]. Au contraire, leur disparition est aggravée par la construction de centres commerciaux hors des villes[R 3].

Les enjeux liés à l'urbanisme sont le développement d'espaces de coworking, ainsi qu'un meilleur accès aux services publics, aux commerces et aux infrastructures de transport en commun.

L'Organisation de coopération et de développement économiques estime qu'au-delà d'une densité de 1 500 habitants par km2, les transports en commun se justifient économiquement[25],[R 4]. La ville néerlandaise de Groningue, qui est restée dense pour des raisons historiques, a pu très fortement limiter l'usage de la voiture[26]. Selon Vincent Viguié, chercheur au Centre international de recherche sur l'environnement et le développement, il est plus difficile d'avoir un mode de vie à faible empreinte environnementale à la campagne qu'en ville[27]. Toutefois, des expériences pour développer les transports en commun en milieu rural ont été menées avec succès en Autriche et en Italie[R 5].

L'écomobilité mobilise les notions de service et de forme urbaine[28], de sécurité, de moindre pollution, d'économies d'énergie et donc d'éthique de l'environnement, mais aussi d'appropriation du sujet[29], de gestion du temps, de santé publique et de qualité de vie. David Banister (sv) invite ainsi à « planifier mieux pour voyager moins »[30].

L'écomobilité vise notamment à réduire la dépendance de la société vis-à-vis de l'automobile et de son usage individuel[31],[32]. Une étude de la direction générale du Trésor d'avril 2021 estime qu'un péage urbain bien conçu peut réduire la circulation de 20 % sans poser de problème d'acceptabilité sociale insurmontable ; cet avis est partagé par la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), qui réfute le caractère antisocial d'une telle mesure[R 6]. Selon un rapport sénatorial de 2021 relatif aux zones de moyenne à faible densité[Note 1], « la voiture est utilisée dans plus de 80 % des transports du quotidien, c'est pourquoi il convient de socialiser pour partie sa pratique en partageant sous différents modes son usage, qu'il s'agisse de transports à la demande, d'autopartage ou de la promesse des nouvelles pratiques du covoiturage [sur] courte distance dynamisées par le numérique ». Le rapport mentionne les enjeux de décarbonation, mais aussi ceux sociaux : « tous ceux qui ne disposent pas de voiture ou de permis de conduire courent le risque de devenir des « assignés territoriaux » »[33]. « En promouvant ces solutions, il s'agit de mieux organiser dans une logique intermodale le rabattement vers les modes lourds que sont le ferroviaire et les services de cars réguliers. Il convient de renforcer les services et d'améliorer l'offre, notamment par un meilleur cadencement. »

Les trajets longs du quotidien se décomposent en déplacements reliant les territoires de forte densité (pour lesquels des solutions d'écomobilité existent), déplacements reliant les territoires de faible densité (le covoiturage et les transports à la demande sont alors bien adaptés[33]) et déplacements reliant les territoires de faible densité aux territoires de forte densité, où les bus à haut niveau de service (bus rapid transit ou BRT) — y compris sur autoroute — sont appelés à jouer un rôle grandissant[34]. Cette dernière solution a ainsi été mise en place à Dourdan[35].

Types de déplacements et véhicules concernés[modifier | modifier le code]

Les expressions « écomobilité » et « mobilité durable » recouvrent des regroupements flous ; les véhicules concernés incluent notamment les véhicules à propulsion humaines (bicyclette et autres cycles, patinage à roulettes, trottinette, skateboard) mais aussi les transports motorisés ou assistés présentant un impact faible sur l'environnement (véhicules dits « propres »).

On retrouve notamment la marche à pied, le vélo et les véhicules dérivés du vélo (vélomobiles, vélo-taxis ou vélo cargos[36]), les gyropodes, les transports en commun et le covoiturage[37].

Pour les longues distances, des solutions anciennes rénovées sont citées : ballon dirigeable essentiellement pour les charges lourdes ou volumineuse, bateau à voile ou équipé de panneaux solaires ou, dans un domaine qui relève encore de la recherche, des avions ou véhicules solaires essentiellement là où ce type d'énergie est fréquemment disponible (entre autres les régions désertiques).

Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), « Dès que cela est possible, mieux vaut prendre le train que la voiture », pour des raisons d'économie d'énergie et de qualité de l'air[38].

L'intermodalité constitue la clef de l'écomobilité, surtout pour les moyennes et longues distances, qui permet un changement simple de mode de transport. Elle peut être facilitée par des dispositifs tels que les vélos en libre-service.

Pouvoir d'achat[modifier | modifier le code]

Le coût d'usage des modes de transport durables est estimé nettement inférieur à celui des modes non durables[39].

Demande[modifier | modifier le code]

Selon Tight et al. (2004), un autre enjeu est de découpler la croissance économique de celle des transports[40], y compris en Europe selon Dominic Stead et David Banister[41].

Promotion de l'écomobilité[modifier | modifier le code]

Contenu, principes[modifier | modifier le code]

Pyramide de la mobilité.

Les pouvoirs publics, en partenariat avec les associations, s'attachent par les études d'écomobilité puis la mise en place de solutions à diminuer la pollution routière et à gérer les pics de pollution et l'engorgement, qui dégradent la qualité de vie, la santé humaine et les écosystèmes. En s'appuyant sur les données locales et des observatoires de la mobilité[42], un état des lieux, régulièrement mis à jour, permet de lister les enjeux et les répercussions sur la population, la vie sociale, l'économie, le système de santé. Ils redéfinissent par exemple les trajets domicile-école sans surcoût économique pour les ménages.

Le chercheur en transports Aurélien Bigo propose une hiérarchie des modes de transport selon leur durabilité, qu'il fait commencer par la marche, suivie du vélo, des transports en commun ferroviaires puis routiers, des voitures partagées, puis individuelles, et de l’avion[43]. Cette hiérarchie correspond à celle de la pyramide inversée de la mobilité proposée par le projet européen Share North, qui promeut la mobilité partagée dans la région de la mer du Nord[44],[Note 2], à ceci près qu'il privilégie le transport ferroviaire au sein des transports en commun.

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

Les domaines concernés sont :

  • l'aménagement du territoire et l'urbanisme, les politiques et stratégies d'organisation des transports plus intermodaux et plus efficients, et donc d'infrastructures et d'énergie ;
  • l'écocitoyenneté, la sensibilisation, l'éducation ;
  • les alternatives au transport physique (télétravail, coworking, tiers-lieux de proximité, etc.) qui peuvent limiter les déplacements subis, limiter les embouteillage et améliorer l'environnement et la qualité de vie, par le gain de temps et d'argent (y compris en période de crise[45])[46],[47] ;
  • l'autopartage, le covoiturage et d'autres usages collaboratifs de véhicules, ainsi que l'alternative à la voiture[48] ;
  • la santé (où les mobilités actives ont un rôle important à jouer[7]) ;
  • diverses applications technologiques, dans le domaine du transport, des véhicules, de la gestion des flux et de la gestion du temps. Ces applications visent à améliorer l'efficience et l'efficacité énergétique de chaque mode de transport, éventuellement dans un esprit d'économie de service ; on parle alors de MaaS, acronyme de Mobility as a Service (« mobilité partagée ») ;
  • la prospective (voir plus bas).

Cadres d'application[modifier | modifier le code]

On distingue des cadres généraux comme le développement durable, la transition énergétique et écologique, et des cadres réglementaires ou incitatifs européens, dont les programmes européens REVERE (« Réseau vert européen »)[49], FEDER[50] et Interreg. L'écomobilité est aussi promue dans le cadre de projets plus régionaux et locaux (Agenda 21 local, Plan climat, plans de déplacement urbain ou d'entrepriseetc.). L'Association européenne des voix vertes publie une première déclaration pour un « réseau vert européen » à Lille en 2000[51], puis une seconde en 2010 à Madrid[52].

Allemagne[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

La communauté autonome de Madrid a mis en place un découpage par zone en fonction des autoroutes radiales de la ville (comme à Dourdan). Les lignes d'autocar empruntent les autoroutes et viennent rejoindre des pôles d'échanges multimodaux. Ainsi, en matière de partage modal, l'agglomération madrilène occupe la 1e place parmi 25 villes européennes[53].

France[modifier | modifier le code]

En France, la stratégie nationale bas carbone mise en place en 2020 mise sur une « demande de mobilité croissante mais découplée de la croissance économique par rapport à la tendance actuelle »[54]. En 2022, le Conseil d'orientation des infrastructures envisage quant à lui une « stabilisation globale ou au plus une croissance modérée des circulations »[55].

À partir du , les publicités pour les véhicules à moteur devront inclure un message en faveur de la mobilité active, de la mobilité partagée (autopartage ou covoiturage) ou des transports en commun : « Pensez à covoiturer », « Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo » ou « Au quotidien, prenez les transports en commun »[56],[57]. Des sanctions seront applicables à partir du en cas de non respect de cette obligation[58].

Données relatives au transport et à ses effets sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Émissions de gaz à effet de serre des principaux modes de transport[modifier | modifier le code]

Parmi les enjeux environnementaux liés au transport figure notamment leur contribution à l'effet de serre.

L'écocomparateur de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie fournit une estimation de la contribution à l'effet de serre de différents modes de transport en France[59] :

Contribution à l'effet de serre pour cent voyageurs-kilomètres en France
Mode de transport kg équivalent-CO2
Avion (court courrier)1 23,0
Moto 19,2
Avion (moyen courrier)1 17,8
Avion (long courrier)1 15,2
Voiture thermique2 13,6
Bus thermique 11,2
Scooter et moto légère 7,6
Voiture électrique2 6,5
TER 2,9
Autocar 2,9
Vélo à assistance électrique 1,0
Trottinette électrique 1,0
RER ou Transilien 0,7
Train Intercités 0,6
Métro 0,3
Tramway 0,2
TGV 0,2
Vélo, marche 0,0

  1. L'effet des traînées de condensation est inclus[60].
  2. Le chiffre proposé par l'écocomparateur pour les voitures thermiques repose sur l'hypothèse d'un seul occupant. La documentation de la Base Empreinte considère que le taux d'occupation moyen est de 1,6 passagers pour les trajets mixtes[61] ; ce taux a été appliqué dans le tableau ci-dessus.
  3. Les émissions associées à la production et à la distribution du carburant et de l'électricité et à la production des véhicules sont prises en compte ; celles liées à la production des infrastructures ne le sont pas.
  4. La Base Empreinte fournit des bilans plus précis, qui prennent en compte la distance parcourue[60].

Ce comparateur porte sur les transports en France, où les trains fonctionnent à l'électricité et l'électricité est largement décarbonée. Le bilan serait différent dans d'autres pays. Au Royaume-Uni, seul 42 % du réseau ferré est électrifié. L'électrification du réseau figure parmi les pistes envisagées pour relancer son économie à la suite de la pandémie de Covid-19 et contribuer à l'amélioration du bilan carbone du pays[62].

Parcours[modifier | modifier le code]

En France, en 2017, 48,8 % des trajets domicile-travail d'au plus 1 km sont réalisés en voiture. Cette part s'élève à 60 % pour les trajets d'au plus 5 km, qui représentent un tiers des déplacements totaux. Au-delà de 5 km, le recours à la voiture dépasse 80 %[63].

En 2019, les Français ont réalisé en moyenne 6,3 voyages à plus de 80 km de leur domicile[64].

Le taux d'occupation moyen des voitures est de 1,58 passager[65] en France.

Énergie[modifier | modifier le code]

Plus que tout autre, le transport est le secteur qui mobilise une part importante d'énergie grise (suivi d'assez loin par le secteur de l'alimentation), à tel point qu'on y dépense davantage d'énergie grise que d'énergie directe (voir Énergie grise : Énergie grise dans les transports).

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La totalité des rues, routes et parkings en France occupe une surface de 17 000 km2[66],[67].

Selon une étude de l'Office allemand pour l'environnement, dans les villes (de 100 000 habitants ou plus), le nombre de voitures ne devrait pas dépasser 150 véhicules pour 1 000 habitants. Il faut renforcer l'offre en transports en commun, complétée par des voitures en autopartage. Les espaces de rue ou de parking ainsi gagnés peuvent devenir des espaces verts, ou des terrains à construire. En outre, ces mêmes villes devraient proposer des voies pour les vélos et les piétons[68].

Le groupement allemand Alliance pour le rail (de) rappelle que les infrastructures ferroviaires sont certes beaucoup moins dévoreuses d'espace que ne le sont les constructions routières. Mais le problème réside dans le fait que les espaces naturels doivent s'effacer devant les coups de boutoir constamment portés par la totalité des infrastructures liées aux transports, qui occupent actuellement 5 % de la surface de l'Allemagne[22]. L'association France Nature Environnement souligne que les mesures de compensation environnementale, pourtant prévues dans le cadre des grandes infrastructures, fussent-elles ferroviaires, peinent à voir leur concrétisation[FNE 2]. D'anciens sites industriels ont vu leur sol pollué à la créosote (par exemple à Steinbourg ou Neuf-Brisach), tandis que les anciennes traverses de chemin de fer sont réutilisées çà et là, souvent dans les jardins, en dépit de leur dangerosité[69].

En 2021, le pays de Galles annonce qu'il renonce à construire de nouvelles routes pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre[70]. Plus généralement, « refuser tout nouveau projet d’infrastructure routière » est un exemple d'action prônée par TSP[71].

Analyses[modifier | modifier le code]

Contrairement aux normes de l'Agence internationale de l'énergie, les statistiques nationales incluent les soutes aériennes internationales approvisionnées sur le sol national. Par contre, conformément aux normes internationales, les soutes maritimes internationales ne sont pas prises en compte dans les statistiques nationales de consommation intérieure d'énergie[72]. Le diagramme de Gabrielli – von Kármán montre la bonne efficacité énergétique des trains et des bateaux de commerce. Il n'en est pas moins vrai que la navigation maritime commerciale, qu'il s'agisse des navires de croisière ou commerciaux, pose un problème majeur de pollution de l'air dans les ports, à cause des fiouls lourds de mauvaise qualité qui sont employés, et des gaz d'échappement des navires rejetés sans traitement aucun[73]. Dans les ports, où l'on s'attendrait à ce que l'air soit propre, balayé par les vents marins, il s'avère en fait extrêmement pollué par les particules fines[FNE 3].

Plus généralement, la pollution de l'air dans les villes et les campagnes provoque le décès prématuré de dizaines de milliers de personnes[R 7],[74].

Actuellement, au sein de l'Union européenne, les camions ne sont soumis à aucune contrainte visant à la diminution de leurs consommations, situation critiquée par les associations de protection de l'environnement[T&E 1],[75].

Selon l'Öko-Institut, l'Union européenne devrait diminuer ses émissions dues aux transports de 94 % d'ici 2050 pour éviter une augmentation de la température globale de °C ou plus[T&E 2].

Modes de propulsion[modifier | modifier le code]

Propulsion humaine[modifier | modifier le code]

Nombre moyen de kilomètres annuellement parcourus à vélo, selon les pays.
Station Vélhop à Strasbourg.

En dehors du vélo, du vélo couché et des rollers, de nombreuses formes de véhicules à propulsion humaine ont été conçues, principalement terrestres, mais aussi aériens et aquatiques, par exemple les sous-marins à propulsion humaine.

La bicyclette connaît un regain d'intérêt, notamment pendant la pandémie de Covid-19[76],[77]. Certains observateurs estiment que ce phénomène devrait se poursuivre après la pandémie[78].

Selon Frédéric Héran, la faible croissance économique est un atout pour la bicyclette, qui coûte moins cher que la voiture, aussi bien pour l'utilisateur qu'en matière d'aménagements publics[79],[80].

L'Organisation mondiale de la santé cite le vélo parmi les activités physiques qu'elle recommande pour réduire le risque de maladies non transmissibles et améliorer la santé générale de la population[7].

Dans les centres-villes le vélo devrait soulager les transports en commun que l'engorgement guette et il pourrait regagner ses lettres de noblesse en périphérie, et assurer des trajets de longueur non négligeable en périphérie et vers les arrêts des transports en commun. Les métropoles pionnières en France sont avant tout Strasbourg, mais plus récemment Bordeaux, Toulouse, Nantes et Grenoble[81]. Parmi les villes moyennes, La Rochelle et Colmar sortent du lot[79].

Le Land du Bade-Wurtemberg envisage la création d'une dizaine de rues cyclables rapides d'ici 2025, sur le modèle des autoroutes. Rien qu'autour de Karlsruhe, la création de trois voies dédiées aux bicyclettes est prévue[82].

Propulsion assistée, ou motorisée légère[modifier | modifier le code]

Les engins de déplacement personnel motorisés, généralement légers et à motorisation électrique, sont surtout utilisés en ville[réf. souhaitée]. Les vélos électriques en font partie, mais aussi les trottinettes électriques, les gyroroues et les hoverboards.

En France, sept associations[Note 3] approuvent le bonus dont bénéficie le vélo électrique à partir de , lequel « permet de réduire la pollution de l’air par rapport aux deux-roues motorisés et aux voitures, tout en allégeant les efforts et la sur-ventilation des cyclistes fragiles » et représente « une solution pour la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre des transports, en particulier en zone périurbaine ou rurale où les solutions de transports publics sont moins développées »[83]. En Allemagne, l'association de protection de la nature Naturschutzbund Deutschland assure ouvertement la promotion du vélo électrique[84].

Pour les motorisations légères, réduire la taille et le poids des organes mécaniques, en particulier du moteur, permet de réduire la consommation (voir downsizing)[réf. nécessaire].

Propulsion éolienne[modifier | modifier le code]

Essentiellement maritime, l'histoire de la navigation à voile a démontré l'efficacité de ce mode de transport. De nouveaux véhicules à propulsion éolienne sont en cours de développement et d'essai. Dans le domaine maritime, la catégorie des voiliers des airs exploite l'énergie éolienne tout en offrant aux passagers un confort stable et une vitesse de déplacement efficace[85]. Les voiliers des airs Zeppy 2 et Aerosail sont les premiers prototypes ayant effectué des vols de démonstration.

Le vent est une énergie utilisée essentiellement pour la navigation de plaisance. Néanmoins, les navires de commerce pourraient diminuer leurs consommations grâce à des voiles[86].

Certains navires à voile sont encore utilisés comme cargo[87]. Des navires hybrides (voile/Diesel/électricité) permettent de s'affranchir de la vitesse et du sens du vent[88].

Les rotors à effet Magnus, connus depuis les années 1920, restent cantonnés à une source de propulsion d'appoint et sont très peu développés[89].

Propulsion solaire[modifier | modifier le code]

Vélo « trike » électrique solaire.

Les véhicules solaire existants en 2016 ont une autonomie et une capacité d'emport limité du fait de la capacité et du poids des batteries. On peut citer :

Véhicules terrestre[modifier | modifier le code]

Certains véhicules à pédales sont équipés de panneaux photovoltaïques pour fournir de l'énergie a un moteur électrique via des batteries. Dans le cas de l'image ci-contre, il s'agit d'un vélo électrique solaire équipé ou plus précisément un trike puisqu'il est équipé de trois roues. Le véhicule d'environ 50 kg est très efficace pour des déplacements avec bagages sur des longues distances. Il peut recharger ses batteries en une journée d'été.

Navires[modifier | modifier le code]

Des bateaux solaires circulent essentiellement sur les cours d'eau et les lacs. Des navires solaires maritimes comme le PlanetSolar voient également le jour à partir de 2010.

Avion[modifier | modifier le code]

Les quelques avions solaires existant ont une capacité d'emport et une autonomie limitées. En 2016, Solar Impulse 2 a effectué un tour du monde en 17 étapes.

Propulsion animale[modifier | modifier le code]

L'usage d'animaux pour le transport ou la traction de véhicules adaptés a été, jusqu'à l'invention de la locomotive à vapeur au début du XIXe siècle, le seul mode de transport terrestre alternatif à la marche à pied.

Elle connaît récemment un certain retour dans le monde agricole et pour l'entretien des parcs et espaces publics dans les centres urbains. C'est par exemple le cas à Besançon où la tonte du parc de la « Gare d'Eau » est réalisée par des traits comtois. Elle est aussi utilisée pour permettre aux touristes et visiteurs du Mont-Saint-Michel de se rendre du parking jusqu'au monument[90].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un bus CarPostal devant une gare ferroviaire en Suisse.

L'intermodalité consiste à combiner plusieurs modes de transport pour un même trajet : trains et vélos en libre-service ou avion et taxi par exemple pour le transport de passagers, train et camion pour les marchandises.

La FNAUT ne s'oppose pas à l’ouverture du marché des autocars sur les grandes lignes, mais souligne qu'il s'agit, selon elle, d'une réforme improvisée, en dépit de son utilité, et qu'il faut assurer la complémentarité et non la concurrence entre autocars et trains. La même association souligne que Ouibus (devenue BlaBlaCar Bus), alors filiale de la SNCF, constitue le principal concurrent du train[F 1].

Premiers et derniers kilomètres[modifier | modifier le code]

Covoiturage sur courte distance[modifier | modifier le code]

Dans les années 2010, des start-ups développent des lignes de covoiturage à courte distance[91],[92],[93],[94].

Transport à la demande[modifier | modifier le code]

Un smart jitney est un service de minibus à la demande[95],[96],[97]. « Jitney » est un mot américain signifiant « minibus », issu du français « jeton »[98].

Un système de ce type fonctionne aux Pays-Bas, les bus de quartier, dont les chauffeurs sont bénévoles. Ces bus de huit places desservent une ligne fixe, avec des arrêts réguliers, mais ils peuvent prendre et déposer des passagers en dehors des arrêts prévus dès lors que les conditions de sécurité le permettent[99].

Cyclologistique[modifier | modifier le code]

La cyclologistique permet d'assurer la dernière étape de la chaîne logistique, dite logistique du dernier kilomètre, ainsi que certains déménagements.

Les vélos cargos sont un outil privilégié de cette activité[100]. Certains magasins prêtent des vélos cargos électriques à leurs clients[101].

Tramways cargos[modifier | modifier le code]

Fret ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'efficacité énergétique des transports sur rail est encore plus nette pour le transport de marchandises[102] : alors que la masse des voyageurs représente à peine 15 % de celle d'un train, les marchandises peuvent en représenter plus des deux tiers. La faible résistance au roulement du contact rail-roue, et partant, l'excellente efficacité énergétique qu'il permet, est la raison principale pour laquelle des réseaux ferrés sont encore exploités au XXIe siècle en Amérique du Nord, terre de l'automobile et de l'aviation commerciale. À l'instar de l'intermodalité, le transport intermodal est appelé à jouer un rôle important dans la transition énergétique[réf. souhaitée].

Services express métropolitains[modifier | modifier le code]

La FNAUT appelle de ses vœux la création de services express métropolitains, interconnectés aux réseaux de transport urbain, à l'image des RER qui circulent en Île-de-France[F 2]. Pour ce faire, il faut valoriser les étoiles ferroviaires autour des métropoles. Un service express métropolitain assure des dessertes qui traversent la métropole (diamétralisation) et autorise des correspondances aisées avec le réseau urbain.

À titre d'exemple, la métropole de Strasbourg se mobilise en faveur d'un tel réseau[103] et un projet de réseau express métropolitain doit voir le jour à Montréal (Canada) en 2022. Un réseau de ce type, le Breisgau-S-Bahn (de), est en service à Fribourg-en-Brisgau (Allemagne) depuis 2020.

Prospective[modifier | modifier le code]

Sobriété et efficacité[modifier | modifier le code]

Dans une économie qui repose sur le pétrole, le volume de transport devrait finir par baisser à la suite de l'épuisement des réserves d'hydrocarbures ou du fait de la lutte contre le réchauffement climatique s'accompagnant d'une réduction des émissions de CO2[104]. Pour améliorer le bilan environnemental du transport, plusieurs pistes sont envisagées, parmi lesquelles une plus grande sobriété énergétique. Celle-ci peut être obtenue par la diminution des distances parcourues[FNE 4] (le télétravail pouvant y contribuer[105]), et par l'efficacité énergétique qu'apporte l'amélioration des moteurs, mais aussi l'intermodalité. En effet, « […] toute nouvelle technologie a […] un impact sur l'environnement […]. Elle ne peut s'imaginer sans un changement de comportement (covoiturage, multimodalité, etc.). La réduction de l'impact environnemental du secteur de la mobilité serait alors plus efficace et plus massive. »[106]. Ces facteurs peuvent contribuer à diminuer l'impact environnemental du transport routier, qui implique aussi d'agir sur la fragmentation écologique par les voies de circulation, et les microplastiques libérés par l'usure des pneus (voir Impact environnemental du transport routier : chaussée). Le développement du transport sur rail est également préconisé pour sa plus grande efficacité énergétique[T&E 3]. Selon une communication scientifique publiée dans la revue Nature en 2020, il faudrait passer des avions et voitures, aux bus et aux trains, sans oublier la marche et le vélo[107].

La mobilité individuelle revêt des formes nouvelles dont l'autopartage et le covoiturage. Ce dernier relève de la catégorie de l'efficacité énergétique car la consommation d'énergie par personne est inversement proportionnelle au nombre de passagers. L'autopartage constitue un changement de paradigme, car une nouvelle forme de consommation émerge, qui devrait favoriser l'intermodalité : on ne possède plus de voiture, on en utilise une en fonction de ses besoins (économie de fonctionnalité). Cette valeur d'usage favorise également un usage plus intensif voire optimal des véhicules, et donc une moindre énergie grise[R 8]. La ville est concernée mais aussi la campagne. La voiture y règne en maître, mais son emprise pourrait reculer[108],[109].

Agence européenne pour l'environnement[modifier | modifier le code]

L'Agence européenne pour l'environnement explique que, pour importante qu'elle soit, la technique ne peut seule relever les défis environnementaux que posent les transports. D'autres mesures, telles que la diminution du volume des transports ou le report modal, c'est-à-dire l'intermodalité, s'avèrent indispensables[110]. L'agence attire l'attention sur trois points qui lui semblent essentiels :

  • l'urbanisme et les transports ;
  • le transport et la mondialisation de la production alimentaire ;
  • l'aviation et le tourisme.

Selon l'agence, il faut diminuer les voyages en avion, voire utiliser des modes de transports plus respectueux de l'environnement. Si le rythme de croissance actuel de l'aviation se poursuivait au niveau mondial, cette dernière représenterait 20 % des émissions de CO2 en 2050 selon le site écologiste Reporterre[R 9].

Énergies dans les véhicules[modifier | modifier le code]

Selon l'Öko-Institut, l'Europe doit réduire les émissions de gaz à effet de serre liés au transport de 94 % d'ici 2050 si elle veut atteindre l'objectif d'une augmentation des températures limitée à °C[111].

Les carburants issus des plastiques par pyrolyse sont considérés comme plus émissifs que les produits pétroliers eux-mêmes[112].

Biocarburants[modifier | modifier le code]

Les associations de protection de l'environnement posent un regard très critique sur les biocarburants de première génération[Note 4],[T&E 4],[113] (sauf le biogaz). Ainsi, en mars 2022, alors que le risque d'une pénurie alimentaire menace, l'Europe continue à transformer 10 000 t de blé par jour en éthanol destiné au transport automobile[T&E 5],[T&E 6]. Selon Transport et Environnement, les biocarburants ne vont pas permettre de réduire les émissions de CO2 dans l'aviation[T&E 7].

L'huile de palme est retirée de la liste des produits bénéficiant d'une exonération fiscale au titre des biocarburants en 2018. La décision est confirmée par le Conseil d'État le [R 10].

En plus d'un bilan climatique décevant, les biocarburants conventionnels ont un impact négatif sur la biodiversité, la qualité de l’eau, de l’air et des sols. De plus, la combustion des biocarburants génère des polluants atmosphériques[114].

En Europe, on limite l'utilisation des biocarburants de première génération, au profit des biocarburants de deuxième génération (bois, paille, résidus agricoles et forestiers, etc.). Les premiers, qui viennent en concurrence avec l'alimentation, peuvent présenter des bilans CO2 moins bons que les combustibles fossiles quand on tient compte du changement de l'usage des sols que leur production induit, notamment quand ils sont produits à base de palme ou de soja[115],[116],[117]. Le biogaz présente alors un bon compromis. Selon Bernard Favre, la photosynthèse affiche un rendement « faible (< 1 %), et restera largement moins efficace que les solutions « électriques » quelles qu'elles soient, notamment l'utilisation de l'énergie solaire »[115],[118] (voir Densité surfacique de puissance : Production d'énergie). Les graisses animales, résidus de la production de viande, sont également utilisées[119].

L'association négaWatt affirme son attachement aux véhicules thermiques au biogaz, en particulier en milieu rural[120],[121]. Le biogaz constitue un gros pilier du scénario négaWatt, bien que son développement fasse l'objet de critiques (voir Biogaz : Critiques). Plus nuancée, France Nature Environnement souligne également les avantages du biogaz en matière de mobilité[122], à condition de ne pas détourner les cultures d’une production alimentaire vers la production énergétique, ni faire de la méthanisation une caution verte pour l’agriculture industrielle, ni ralentir les démarches de prévention des déchets organiques[FNE 5].

Selon une étude de l'IFPEN réalisée en 2022 pour le Syndicat national des producteurs d'alcool agricole, l'Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre et Intercéréales, publiée à la veille d'une réunion du trilogue européen (Conseil de l'Union européenne, Commission européenne et Parlement européen) sur l'avenir de la voiture thermique en Europe[123], le bilan CO2 d'un modèle compact (segment C) hybride rechargeable utilisant du bioéthanol E85 serait identique à celui d'un modèle équivalent 100 % électrique, du fait de l'énergie grise dépensée pour fabriquer la batterie[124],[125].

Électricité[modifier | modifier le code]

L'électrification des transports permet de réduire les émissions de CO2 par unité d'énergie, sachant que les véhicules électriques présentent eux-mêmes une grande efficacité énergétique (voir Efficacité énergétique et impact climatique des voitures électriques). Selon l'identité de Kaya appliquée aux transports énoncée plus haut, la décarbonation des transports devient possible[126].

En matière de changement climatique et de qualité de l'air, les voitures électriques sont préférables aux voitures thermiques selon l'Agence européenne pour l'environnement[127]. L'Union européenne (UE) promeut la voiture électrique au motif que la part d'énergies renouvelables y est la plus importante[128]. La Fabrique de l'industrie suggère le recours à des voitures électriques « moyennes », pas trop lourdes[129].

Greenpeace et l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) envisagent également un développement des véhicules électriques[130],[131],[132].

En 2030, en Europe, la demande en électricité de ces voitures représenterait entre 4 et 6 % de la production[133]. En 2050, dans l'Union européenne, avec 80 % de voitures électriques, la demande en électricité de ces voitures correspondrait à 9,5 % de la production[134]. Le commissaire de l'UE chargé du marché intérieur affirme que la production d'électricité aura doublé d'ici 2050 en Europe, et il affiche une position favorable au nucléaire[135]. Selon Jean-Marc Jancovici, alors que la population sous-estime cruellement « le sang et les larmes » qu'exige la décarbonation, il est des mesures faciles à mettre en place telles que « favoriser les déplacements à vélo, la rénovation massive des bâtiments […] »[136] ; eu égard au coût et à l'efficacité des mesures, il estime que « renforcer le train, le vélo ou le nucléaire serait bien plus pertinent » que développer des sources d'énergie intermittentes comme l'éolien et le solaire[137].

Dans le livre Transport Revolutions, Moving People and Freight Without Oil, Richard Gilbert et Anthony Perl envisagent des scénarios où la mobilité électrique remplace les carburants fossiles. Par ailleurs, les auteurs préconisent le développement de systèmes de transport à grande échelle, connectés au réseau[138], qui peuvent inclure des dispositifs de personal rapid transport. Ils considèrent en effet que les batteries sont lourdes et génèrent donc des pertes par frottement et par freinage plus élevées[139].

La production des voitures électriques fait appel à davantage de minéraux que celle des voitures thermiques. La quantité de minerais disponible, la construction de nouvelles mines, les conséquences environnementales de l'extraction et les tensions sur les prix sont des défis qui en résultent, selon l'Agence internationale de l'énergie en 2020[140].

Fret[modifier | modifier le code]

En Suède, une route électrique pour camions entre dans une phase de test. Un camion hybride est raccordé à des caténaires, situées 5 m au-dessus de la chaussée, via un pantographe[141]. En Allemagne, dans le Schleswig-Holstein, une expérimentation similaire est menée en 2019 et la Hesse a un projet en préparation[142],[143]. La Grande-Bretagne s'apprête également à tester les autoroutes électriques (e-highways)[144].

Ces routes et e-highways pourraient concurrencer le transport sur rail, considéré comme le pilier du transport durable[T&E 8],[145]. TSP prévoit un report modal important de la route vers le ferroviaire et le fluvial[146].

Véhicules autonomes[modifier | modifier le code]

Les effets des véhicules autonomes sur l'environnement sont incertains. Certains en attendent une réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais plusieurs commentateurs se montrent sceptiques sur cette perspective[147],[148],[149].

Des recherches sur les véhicules électriques autonomes portent sur des véhicules de type « taxis collectifs », ne nécessitant pas de rails et pouvant aussi être rassemblés en « chenilles »[150].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit peu ou prou des zones périurbaines et rurales.
  2. Le concept de pyramide inversée de la mobilité est apparu en Belgique néerlandophone.
  3. La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), Réseau Action Climat, France Nature Environnement, la Fondation pour la nature et l'homme, la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), le WWF et l'association Respire.
  4. Carburants produits à partir de produits comestibles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Vents favorables au vélo cargo », Le Point, .
  2. [vidéo] Université Paris-Saclay, Aurélien Bigo : Finale du concours Ma thèse en 180 secondes de l'UPSaclay sur YouTube, .
  3. Association Réseau Alliances, sur declic-mobilites.org (consulté le 28 octobre 2016).
  4. « Bâtiments neufs : plus de places pour les voitures électriques et les vélos », sur promobilite.fr, 24 octobre 2016 (consulté le 28 octobre 2016).
  5. Olivier Dupéron (dir.), Les défis de la mobilité durable pour les territoires, Éditions Mare & Martin (droit public), (ISBN 978-2-84934-467-5), p. 23.
  6. (en) « Billions of people still breathe unhealthy air: new WHO data », sur Organisation mondiale de la santé, .
  7. a b et c « Recommandations mondiales sur l'activité physique pour la santé » [PDF], sur Organisation mondiale de la santé, p. 7 et 8.
  8. Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, « La neutralité carbone » [PDF], sur Atmo Grand Est, .
  9. (en) Zhu Liu, Zhu Deng, Steven J. Davis, Clement Giron et Philippe Ciais, « Monitoring global carbon emissions in 2021 » [PDF], sur Nature, .
  10. « Réchauffement : la présidente du Haut conseil pour le Climat appelle l'État à « passer à l'action » », sur BFM TV, .
  11. Aurélien Bigo, Le train, grand oublié de la transition énergétique ?, The Conversation, 20 juin 2018 (également sur connaissancedesenergies.org).
  12. « Pour redonner l’avantage au train, relier les grandes métropoles par des trains rapides (Décarboner l’Europe #4) », sur The Shift Project, .
  13. (en) « It’s time to be clear: Rail and public transport are the quickest way to reach decarbonisation » [« Le temps est venu d'être clair : le rail et les transports publics sont le moyen le plus rapide d'atteindre la décarbonation »], sur Union internationale des transports publics, .
  14. (en) « EU transport infrastructures: more speed needed in megaproject implementation to deliver network effects on time » [PDF], sur Cour des comptes européenne, , p. 30.
  15. (en) « Landscape fragmentation in Europe », Agence européenne pour l'environnement et Office fédéral de l'environnement (Suisse), .
  16. Étude EEA, sur actu-environnement.com.
  17. « Éclairage du 21e siècle et biodiversité » [PDF], sur Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes, .
  18. Simone Giedinger, « Une passerelle… à piétons », Dernières Nouvelles d'Alsace, .
  19. (en) D. Banister, Unsustainable transport: city transport in the new century, Taylor & Francis.
  20. Aurélien Bigo, Le train, grand oublié de la transition énergétique ?, The Conversation, 20 juin 2018.
  21. (de) « Nachhaltige Verkehrswende verbraucht Natur » [« La transition durable des transports consomme de la nature »], sur Société allemande pour l'énergie solaire (de), .
  22. a et b (de) « Flächenverbrauch: Platzsparend mobil auf der Schiene » [« Consommation d'espace : mobilité ferroviaire à faible emprise au sol »], sur Alliance pour le rail (de).
  23. « Mobilité, urbanisme et transition écologique : des enjeux croisés », sur Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement, .
  24. Jean-Yves Guérin, « La désertification des centres-villes s'accentue », Le Figaro, .
  25. (en) « Rethinking Urban Sprawl : Moving Towards Sustainable Cities » [PDF], sur Organisation de coopération et de développement économiques, .
  26. (en) [vidéo] Groningen, The Netherlands sur YouTube.
  27. Vincent Viguié, « Faut-il vivre en ville ou à la campagne pour être écolo ? », sur Bon Pote, .
  28. (en) D. Stead et S. Marshall, « The relationships between urban form and travel patterns. An international review and evaluation » [PDF], European Journal of Transport and Infrastructure Research, 1 (2), p. 113-141, 2001.
  29. (en) Van den Bergh, J. C. J. M., Van Leeuwen, E. S., Oosterhuis, F. H., Rietveld, P. et Verhoef, E. T., « Social learning by doing in sustainable transport innovations: Ex-post analysis of common factors behind successes and failures », Research policy, 36(2), 2007, p. 247-259.
  30. (en) D. Banister, « Planning more to travel less: land use and transport. Town Planning Review », 70(3), 1999, p. 313 (résumé).
  31. « World Headed in Wrong Direction on Five Key Measures of Climate Progress, Report Finds », sur Yale Environment 360, .
  32. « State of climate action 2022 », sur World Resources Institute, , p. 75 et 85.
  33. a et b Olivier Jacquin, Mobilités dans les espaces peu denses en 2040 : un défi à relever dès aujourd'hui, Sénat, (lire en ligne), Conclusion générale.
  34. Dupéron 2020, p. 79-80.
  35. [vidéo] Vinci Autoroutes, Autoroute, autocar et RER combinés : quand la grande banlieue et la métropole se rapprochent sur YouTube, .
  36. « La longue route vers les transports verts », sur environnement-magazine.fr, (version du sur Internet Archive).
  37. Groupe Cynorhodon (dir.), Dictionnaire critique de l'anthropocène, CNRS Éditions, (lire en ligne), p. 547.
  38. Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, « La mobilité en 10 questions » [PDF], sur connaissancedesenergies.org, .
  39. « Calculateur éco-mobile » [PDF], sur Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : « Le coût annuel d’une voiture particulière (6 000 ) est près de 20 fois supérieur à celui lié à l’utilisation des transports publics (310 ) et 60 fois supérieur au coût d’un vélo équipé et entretenu (96 ). » (Calculs effectués à partir de données du ministère des Transports, de l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, de la Fédération française des Automobiles Clubs, de l'Officiel du cycle, de la moto et du quad et des TER Rhône-Alpes. Moyennes établies sur la base d’un déplacement aller-retour par jour, effectué pendant 215 jours de l’année.)
  40. (en) M. R. Tight, P. Delle Site et O. Meyer-Rühle, « Decoupling transport from economic growth: towards transport sustainability in Europe », European Journal of Transport and Infrastructure Research, vol. 4, no 4,‎ , p. 381-404 (lire en ligne).
  41. (en) Dominic Stead et David Banister, « 2.2 Decoupling transport growth and economic growth in Europe », dans Towards better Performing Transport Networks, (lire en ligne), p. 136.
  42. Observatoire de la mobilité de l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP).
  43. Aurélien Bigo, « Transports : de bonnes résolutions climatiques pour 2022 ? », sur connaissancedesenergies.org, .
  44. (en) « Mobility pyramid », sur duurzame-mobiliteit.be.
  45. Botzoris, G., Profillidis, V. et Galanis, A. (2016), Teleworking and sustainable transportation in the era of economic crisis. Dans 5th International Virtual Conference on Information and Telecommunication Technologies (ICTIC 2016), Žilina, Slovakia.
  46. (en) David Banister et S. Marshall, Encouraging transport alternatives: Good practice in reducing travel, 2000.
  47. (en) P. White et G. Christodoulou, « The role of teleworking in Britain: its implications for the transport system and economic evaluation », Association for European Transport, 2007.
  48. (en) M.D. Lowe, Alternatives to the automobile: Transport for livable cities, Ekistics, 1990, p. 269-282.
  49. Transformation d'une ancienne voie ferrée en chemin de randonnées, sur europe-en-france.gouv.fr (consulté le 30 octobre 2016).
  50. Le FEDER, qu'est-ce que c'est ?, sur europe-en-france.gouv.fr (consulté le 30 octobre 2016).
  51. Association européenne des voies vertes, « Déclaration pour un « réseau vert européen » », (consulté le ).
  52. Association européenne des voies vertes, « Déclaration pour un « réseau vert européen » », (consulté le ).
  53. Dupéron 2020, p. 80 à 86.
  54. « Stratégie nationale bas carbone » [PDF], sur Ministère de l'Écologie (France), , p. 22 et 84.
  55. Ministère chargé des Transports et Conseil d'orientation des infrastructures, « Investir plus et mieux dans les mobilités pour réussir leur transition » [PDF], sur Ministère de l'Écologie (France), , p. 152.
  56. AFP, « « Pensez à covoiturer » : ce message s'affichera bientôt au bas des publicités automobiles », Le Figaro, .
  57. Arrêté du pris pour l'application de l'article D. 328-3 du code de la route.
  58. Décret no 2021-1840 du relatif aux publicités en faveur des véhicules à moteur.
  59. « Découvrez l'impact du transport sur le climat », sur Impact CO2 (consulté le ).
  60. a et b « Base Empreinte » Inscription nécessaire, sur base-empreinte.ademe.fr, Ademe.
  61. « Documentation des jeux de données monocritères issus de la Base Carbone », sur base-empreinte.ademe.fr, Ademe (consulté le ).
  62. (en-GB) Miles Johnstone, « Electrification, decarbonisation and a green economic recovery », sur Rail Professional, (consulté le ).
  63. Chantal Brutel et Jeanne Pages, « La voiture reste majoritaire pour les déplacements domicile-travail, même pour de courtes distances », Institut national de la statistique et des études économiques, , figure 1, texte et figure 3.
  64. « La mobilité locale et longue distance des Français - Enquête nationale sur la mobilité des personnes en 2019 », sur Ministère de l'Écologie, Données et études statistiques, .
  65. « Les parts modales des transports individuel et collectif évoluent modérément », Études & documents, Commissariat général au développement durable, no 148 « Vingt-cinq années de transport intérieur de voyageurs »,‎ , p. 11-12 (lire en ligne [PDF]).
  66. Science et Vie, no 1184, mai 2016, p. 94.
  67. Annie Coutellier, Institut français de l'environnement, « L’artificialisation s’étend sur tout le territoire », sur Ministère de l'Écologie (France), Données et études statistiques, .
  68. (de) « La ville de demain-plus d'argent pour les bus », sur umweltbundesamt.de, site de l'Office fédéral de l'environnement en Allemagne.
  69. « Déchets dangereux : le cas des traverses de chemins de fer traitées à la créosote et des autres bois traités à l'arsenic », 9 octobre 2013, sur robindesbois.org.
  70. (en) « Welsh government suspends all future road-building plans » [« Le gouvernement du pays de Galles suspend tous les futurs projets de construction de routes »], The Guardian, .
  71. « La résilience des territoires pour tenir le cap de la transition écologique » [PDF], sur The Shift Project, , p. 52.
  72. Bilan énergétique de la France pour 2015 [PDF], Ministère de l'Écologie (France), Données et études statistiques, p. 76-77.
  73. (de) Navires et pollution de l'air, sur nabu.de.
  74. « Le diesel est bien cancérigène établit l'OMS », Les Échos, 13 juin 2012.
  75. (de) Limites pour les camions [PDF], sur nabu.de.
  76. « Le coronavirus dope l’utilisation du vélo », 24 heures, .
  77. « Dans la jungle urbaine de Nairobi, la pandémie alimente la fièvre naissante du cyclisme », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, .
  78. Marine Lamoureux, « Vélo, le boom de 2020 sera durable », La Croix, .
  79. a et b Frédéric Héran, Le Retour de la bicyclette, La Découverte, Paris, 2014 (ISBN 978-2-7071-8202-9).
  80. Frédéric Héran, « Le vélo une solution d'avenir ? », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, no 40, septembre-octobre-novembre 2015, p. 26.
  81. « Le top 5 des villes où il fait bon pédaler selon Terraéco.net », sur terraeco.net, .
  82. Peter Pfeil, « Autoroutes à bicyclette », Dernières Nouvelles d'Alsace, .
  83. « Un bonus de 200 € pour les vélos à assistance électrique, enfin ! », communiqué de presse commun, sur Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), .
  84. (de) « Vélo électrique », sur Naturschutzbund Deutschland.
  85. Chloé Lottret, « Aérosail, un voilier dirigeable », Bateaux.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. (en) « Propulsion for cargo ships », sur skysails.info.
  87. « Cargo à voile : le renouveau du transport de marchandises », sur consoglobe.com (consulté le 15 novembre 2016).
  88. « Le cargo à voiles solution éco-responsable ? », Le Télégramme, 15 septembre 2016 (consulté le 15 novembre 2016).
  89. « Un cargo à rotors Flettner fait escale à Saint-Nazaire », sur meretmarine.com (consulté le ).
  90. Xavier Oriot, « Les navettes sur la nouvelle passerelle », Ouest-France, .
  91. « Le covoiturage courte-distance cherche sa voie », Capital, (consulté le ).
  92. « Ecov : la start-up qui révolutionne le covoiturage en zones rurales », sur Challenges, .
  93. Christophe David, « Ecov, le covoiturage adapté aux très courtes distances », Capital, (consulté le ).
  94. « Dépendance à la voiture en zone rurale, quelles solutions ? », sur connaissancedesenergies.org, .
  95. (en) Pat Murphy, Plan C: Community Survival Strategies for Peak Oil and Climate Change, New Society Publishers (ISBN 978-0-86571-607-0), p. 170-181.
  96. (en) « Murphy: Plan C », sur scienticity.net.
  97. (en) « The Smart Jitney: Rapid, Realistic, Transport Reinvention » [PDF], sur scripts.mit.edu, .
  98. (en) Online Etymology Dictionary, « jitney (n.) », sur etymonline.com.
  99. (nl) « Over buurtbus », sur buurtbus.net.
  100. Mario Girard, « Vive les vélos-cargos », sur La Presse, (consulté le ).
  101. (de) « Lastenradkooperation mit Alnatura » [« Coopération en matière de vélos cargos »], sur Verkehrsclub Deutschland (de), .
  102. (en) « Transports de marchandises sur rail » [PDF], sur Illinois Sustainable Technology Center, université de l'Illinois, p. 6.
  103. « Les mobilités qui changent votre vie » [PDF], sur Eurométropole de Strasbourg, p. 29-31.
  104. Pourrions-nous remplacer toutes les voitures par des trains et des péniches ?sur jancovici.com, site de Jean-Marc Jancovici.
  105. (en) E. Kitrinou et A. Polydoropoulou, « Competitiveness of Travel Modes in Island Areas due to Relocation and Teleworking », Proceedings of the 1st International Scientific Conference: "Competitiveness and Complementarity of Transport Modes, Perspectives for the Development of Intermodal Transport", mai 2007.
  106. Guerassimoff et Sobra 2020, p. 201-221.
  107. (en) « Scientists’warning on affluence » [« L'avertissement des scientifiques sur la prospérité (économique) »], Nature,‎ (lire en ligne).
  108. « Le règne de la voiture en milieu rural est-il une fatalité ? », sur decrypterlenergie.org, association négaWatt.
  109. Florence Guernalec, « Le défi de la desserte des zones périurbaines dans un monde décarboné », sur mobilicites.com, (version du sur Internet Archive).
  110. (en) Agence européenne pour l'environnement, Lire en ligne [PDF], p. 6-8.
  111. (en) Öko-Institut, Targets for the non-ETS sectors in 2040 and 2050, Berlin, (lire en ligne [PDF]), présenté dans : (en) « Europe needs to slash its transport emissions by 94% by 2050 - Effort Sharing Regulation » [« L'Europe a besoin de réduire ses émissions dues au transport - Réglementation de partage des efforts »], .
  112. (en) « As Plastics Keep Piling Up, Can ‘Advanced’ Recycling Cut the Waste? », sur Yale Environment 360, .
  113. « Pour le climat et la biodiversité, sortons des biocarburants de première génération », sur Canopée, .
  114. « La politique de développement des biocarburants » [PDF], sur Cour des comptes, .
  115. a et b Bernard Favre, Les transports durables, ISTE éditions, (ISBN 978-1-78405-020-7, lire en ligne), p. 35-37.
  116. Joachim Voisin Marras, « Biocarburants : avancée vers l'impasse » [PDF], sur Canopée, p. 9-10.
    L'association Canopée est membre de la coalition mondiale des forêts.
  117. « Bilans GES : Fossiles », sur Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (consulté le ).
    Le bilan CO2 du charbon s'établit entre 105 et 119 gCO2e/MJ, celui du pétrole brut à 79,7 gCO2e/MJ et celui du gaz naturel à 67,7 gCO2e/MJ.
  118. Joachim Voisin Marras, « Biocarburants : avancée vers l'impasse » [PDF], sur Canopée, p. 53.
  119. Emmanuel Clévenot, « Les voitures et les avions carburent à la graisse animale », sur Reporterre, .
  120. « On ne fera pas disparaître les moteurs thermiques d'ici 2040 », sur CLER - Réseau pour la transition énergétique, .
  121. Association négaWatt, « Scénario négaWatt 2017-2050 : Réussir la transition énergétique en France » [PDF], p. 4.
  122. Michel Dubromel (président de France Nature Environnement), « La mobilité durable ne doit pas se résumer au véhicule électrique », Les Échos, .
  123. Aline Gérard, « Interdiction des véhicules thermiques : la filière du bioéthanol avance ses arguments », Ouest-France, .
  124. « E85 et hybride rechargeable, le duo gagnant en alternative au tout électrique ? », sur automobile-propre.com, .
  125. « E85. L’éthanol tente d’assurer sa survie en Europe après 2035 », sur L'Argus, .
  126. Nicolas Raillard, « Décarboner la mobilité dans les zones de moyenne densité : Note méthodologique » [PDF], sur The Shift Project, p. 20.
  127. (en) « Electric vehicles: a smart choice for the environment » [« Voitures électriques: un choix judicieux pour l'environnement »], sur Agence européenne pour l'environnement, .
  128. (en) « Powering a climate-neutral economy: Commission sets out plans for the energy system of the future and clean hydrogen » [« Alimenter en énergie une économie neutre pour le climat: la Commission présente des plans pour le système énergétique de l'avenir et pour l'hydrogène propre »], sur Europa, .
  129. « Comment décarboner le transport routier en France ? », sur connaissancedesenergies.org, .
  130. (R)évolution énergétique, Greenpeace, page 5.
  131. Benjamin Stephan, Insung Lee et Jiseok Kim, « Droit dans le mur : L'industrie automobile, moteur du dérèglement climatique » [PDF], sur Greenpeace, .
  132. (en) Global renewable outlook, Agence internationale pour les énergies renouvelables, , 292 p. (lire en ligne [PDF]), p. 25.
  133. (en) « Global EV Outlook 2020 » [« Aperçu global des véhicules électriques 2020 »] [PDF], sur connaissancedesenergies.org, , p. 171.
  134. (en) « Assessing the status of electrification of the road transport passenger vehicles and potential future implications for the environment and European energy system » [« Évaluation de l'état de l'électrification des véhicules de transport de passagers par route et les implications potentielles futures pour l'environnement et le système énergétique européen »] [PDF], sur Öko-Institut, , p. 13.
  135. « Industrie. L’Europe devra avoir doublé sa production électrique en 2050 », sur Ouest-France, .
  136. « Jean-Marc Jancovici : Il n’y a pas d’échappatoire au problème climatique », Le Monde, .
  137. « Une interview dans la revue Urbanisme de juin 2020 », sur Jean-Marc Jancovici, .
  138. (en) Richard Willson, « Book Review », Journal of Urban Technology, vol. 19, no 1,‎ , p. 106-107 (DOI 10.1080/10630732.2011.648445, lire en ligne) ; commentaire de l'ouvrage : (en) Richard Gilbert et Anthony Perl, Transport Revolutions : Moving People and Freight Without Oil, New Society Publishers, , 2e éd. (1re éd. 2008) (ISBN 978-0-86571-660-5).
  139. Ibid., p. 154.
  140. « Transition énergétique : l'AIE alerte sur les futurs besoins de minerais », sur connaissancedesenergies.org, .
  141. « Une route « électrique » pour camions entre en phase de test », Science et Vie, (consulté le ), p. 107.
  142. (de) « E-Highway für Lkw in Betrieb », sur hessenschau.de, .
  143. (de) « Oberleitungs-Lkw: aussichtsreiche Option für Klimaschutz im Straßengüterverkehr » [« Camions à caténaires : option prometteuse pour la protection du climat dans le transport routier de marchandises »], sur Öko-Institut, .
  144. (en) « UK government backs scheme for motorway cables to power lorries » [« Le gouvernement britannique soutient un projet visant à alimenter les camions sur autoroute par caténaires »], The Guardian, .
  145. « Autoroute électrifiée : début des tests en Allemagne », sur Carbone 4, .
  146. « Vers un plan de transformation de l'économie française en faveur du climat et de la résilience - Fret » [PDF], sur The Shift Project, .
  147. « Voitures autonomes : peut-être pas aussi vertes qu'on le pense », sur Radio-Canada, .
  148. « Véhicule autonome : gare à l'impact environnemental ! », Le Point, .
  149. (en) « Will Self-Driving Cars Usher in a Transportation Utopia or Dystopia? » [« Les voitures autonomes vont-elles donner naissance à une utopie ou une dystopie des transports ? »], sur Yale Environment 360, .
  150. « Impact environnemental du transport routier », sur cleantechrepublic.com, .

Autres références[modifier | modifier le code]

De Reporterre :

De la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) :

De la Fédération européenne pour le transport et l'environnement :

De France Nature Environnement :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) David Banister, « Overcoming barriers to the implementation of sustainable transport », dans Piet Rietveld et Roger R. Stough, Barriers to Sustainable Transport: Institutions, regulation and sustainability, , 54-68 p. (lire en ligne)
  • (en) David Banister, S. Marshall et D. Blackledge, « Land use and transport: the context », dans Land Use and Transport: European Research Towards Integrated Policies, Emerald Group Publishing, , 6-17 p. (résumé)
  • (en) David Banister, « The sustainable mobility paradigm », Transport Policy, new Developments in Urban Transportation Planning, vol. 15, no 2,‎ , p. 73–80 (ISSN 0967-070X, DOI 10.1016/j.tranpol.2007.10.005, résumé, lire en ligne Accès libre [PDF], consulté le )
  • (en) Richard Gilbert et Anthony Perl, Transport Revolutions, Moving People and Freight Without Oil, New Society Publishers (ISBN 978-0-86571-660-5).
  • (en) Jon Reeds, Smart Growth, From Sprawl to Sustainability, Green Books, (ISBN 978-1-900322-82-9).
  • Frédéric Héran, Le Retour de la Bicyclette, Paris, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-8202-9).
  • (en) Lynn Sloman, Car sick: Solutions for our Car-addicted Culture, Green Books, (ISBN 1 903998 76 X).
  • Étude nationale sur le covoiturage de courte distance, Ademe, (lire en ligne Inscription nécessaire [PDF]).
  • Gilles Guerassimoff et Laura Sobra, Mobilité durable et énergie : comment les concilier ?, Presses des Mines, (ISBN 978-2-35671-632-3). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Olivier Dupéron (dir.), Les défis de la mobilité durable pour les territoires, Éditions Mare & Martin (droit public), (ISBN 978-2-84934-467-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Écomobilité.

Graphiques[modifier | modifier le code]

Écocalculateurs[modifier | modifier le code]