Lidl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Liddell.

Lidl
logo de Lidl
illustration de Lidl
Le magasin Lidl de Somain, en France, photographié en avril 2019.

Création 1930
Fondateurs Josef Schwarz
Forme juridique Société en nom collectif
Slogan « L'idéal c'est Lidl »
« Le vrai prix des bonnes choses »
« Les produits de chez Lidl, pour tous ceux qui comptent, Lidl, la meilleure qualité, au prix le plus bas » (BE)
Siège social Neckarsulm, Bade-Wurtemberg
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Direction Dane Jesper Hojer[1]
Directeurs Jesper Højer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Grande distribution
Société mère groupe Schwarz (de)
Filiales Lidl Česká republika (d), Lidl Suomi (d), Lidl France (d) et Lidl Holding (d)
Effectif 315 000[2]
SIREN 343 262 622 pour la filiale France
Site web www.lidl.fr/fr/index.htm

Chiffre d'affaires 78,35 milliards d'€ (2016)[2]
Résultat net 1 541 000 000 d’euro ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Lidl (prononcé : /li.dəl/ en français) est une entreprise de distribution allemande fondée en 1930 et présente à travers vingt-six pays en Europe avec 7 839 magasins (2014) dont 3277 en Allemagne, pays d'origine. Lidl fait partie de la société faîtière groupe Schwarz (de) ayant son siège à Neckarsulm.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1930, Josef Schwarz devient actionnaire d'une entreprise basée à Hellbronn et nommée Südfrüchte Großhandlung Lidl & Co. Etablie depuis au moins 1858 sous le nom A.Lidl & Cie[3], il s'agissait alors d'un commerce spécialisé dans les fruits exotiques. Schwarz renomme l'entreprise en Lidl & Schwarz KG et la développe rapidement à l'ensemble des produits alimentaires[4], donnant naissance à l'empire Schwarz-Gruppe (en).

En 1944, les bâtiments de la société sont détruits lors d'attaques à la bombe, mais dix ans plus tard, Schwarz rouvre un magasin à Heilbronn[3]. En 1972, le siège de la société est déplacé à Neckarsulm dans le Bade-Wurtemberg. Entre temps, Dieter, le fils de Josef, s'est investi dans la société. Il ouvre un premier magasin de détail en 1968, et décide de se lancer en 1973 sur le marché des supermarchés à prix cassés, copiant le modèle à succès d'Aldi. Il faut trouver un nom ; Schwarz pense d'abord naturellement à Schwarz-Markt ("les supermarchés Schwarz"), mais l'idée est vite abandonnée (Schwarzmarkt signifiant également "marché noir" en allemand). Il repense alors au nom original de la société de son père, Lidl & Schwarz, mais il lui est impossible à ce moment d'utiliser le nom Lidl pour des raisons juridiques. Par chance, il découvre un article de journal parlant de Ludwig Lidl, un peintre et enseignant à la retraite, auprès duquel il achète pour 1000 marks le droit d'utiliser le nom Lidl[5] [6]. Le premier magasin Lidl ouvre ainsi à Ludwigshafen en 1973. Dieter Schwarz prend la succession de l'affaire à la mort de son père, en 1977. Lidl dispose alors d'un réseau de 33 magasins. Par la suite, les activités dans le domaine du hard-discount alimentaire (petites surfaces) passent sous l'enseigne Lidl et les grandes surfaces sous celles de Kaufland, KaufMarkt, Handelshof et Concord.

Aujourd'hui, Lidl est présent dans de très nombreux pays en Europe.

En juin 2017, Lidl ouvre son premier magasin aux États-Unis[7].

Dieter Schwarz, 80 ans, détient la troisième fortune d'Allemagne, soit au moins 22 milliards d'euros selon Handelsblatt en 2018[8] et la 23e fortune de la planète[9].

Lidl Belgique & Luxembourg[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 1994, Lidl Belgique avait établi ses bureaux à Ternat.

En 2014, Lidl investit 43 millions d'euros dans son 5e centre de logistique belge à Aye[10].

En avril 2018, plus d'une centaine de Lidl belges sont restés en grève pendant plusieurs jours[11].

En France[modifier | modifier le code]

Un Lidl à Caudry

Lidl s'est implanté en 1988 en France[12].

En 2001, Lidl lance sa première Foire aux Vins[réf. souhaitée].

En 2007, l'enseigne intègre des marques nationales dans ses rayons[réf. souhaitée].

En 2008, pour se développer comme commerce de proximité, Lidl lance ses premières cuissons de pain et viennoiseries en magasin.

En 2012, Lidl France compte environ 1 500 magasins[13] et 25 000 salariés. En octobre 2012, la direction du groupe annonce son désir de recentrer la stratégie de l’enseigne en sortant du hard discount « sans pour autant devenir un supermarché traditionnel »[14].

En 2016, Lidl change son approche marketing en relookant ses magasins et en optant pour les spots publicitaires[15].

Aujourd'hui[Quand ?], l'enseigne Lidl France, dont le siège social est à Strasbourg pour la partie Administrative et à Rungis pour la partie Opérationnelle, compte environ 1 500 magasins de proximité répartis sur 25 directions régionales[réf. nécessaire].

La société Lidl France est une société en nom collectif immatriculée depuis le 17 décembre 1987. Elle ne publie pas ses comptes sociaux[16].

En Suisse[modifier | modifier le code]

Lidl a commencé son implantation en début d'année 2009 en Suisse avec 13 magasins en mars 2009 en Suisse alémanique. L'expansion s'est poursuivie pour arriver à 32 points de vente fin 2009. L'enseigne en a ouvert une trentaine supplémentaire en 2010 dont certains dans la partie francophone (Suisse romande)[17].

Lidl Suisse opère en 2018 deux centres de distribution, l'un situé à Weinfelden (canton de Thurgovie) et l'autre à Sévaz (canton de Fribourg). Ils livrent plus de 100 magasins dans toute la Suisse. De nouveaux magasins sont prévus au cours des années prochaines. L'entreprise emploie fin 2017 environ 3000 collaborateurs[18].

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

En décembre 2016, Lidl annonce un plan d'investissement important au Royaume-Uni pour passer de 640 magasins à 1 500 magasins à terme, dont 250 ouvertures de magasins à Londres qui devrait induire la création de 5 000 postes[19].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le patron des supermarchés Lidl a précisé le projet d'implanter sa chaîne aux États-Unis, où il veut lancer plusieurs dizaines de magasins dès 2018[réf. nécessaire].

Présence par pays[modifier | modifier le code]

Ouverture d'un Lidl en 2016 à Vilnius, Lituanie
Lidl à Tomaszów Mazowiecki, dans le centre de la Pologne
Pays Nombre de magasins[20]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 277
Drapeau de la France France 1 530
Drapeau de l'Autriche Autriche 204
Drapeau de la Belgique Belgique 302
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 90
Drapeau de la Croatie Croatie 88
Drapeau de la République tchèque République tchèque 220
Drapeau de Chypre Chypre 16
Drapeau du Danemark Danemark 98
Drapeau de l'Espagne Espagne 529
Drapeau de la Finlande Finlande 144
Drapeau de la Grèce Grèce 220
Drapeau de la Hongrie Hongrie 166
Drapeau de l'Irlande Irlande 145
Drapeau de l'Italie Italie 566
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 7
Drapeau de Malte Malte 5
Drapeau de la Norvège Norvège Vendu à Reitangruppen – Actuellement REMA 1000.
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 396
Drapeau de la Pologne Pologne 634
Drapeau du Portugal Portugal 242
Drapeau de la Roumanie Roumanie 190
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 658
Drapeau de la Serbie Serbie 37
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 121
Drapeau de la Slovénie Slovénie 47
Drapeau de la Suède Suède 173
Drapeau de la Suisse Suisse 101
Drapeau de la Lituanie Lituanie 43
Drapeau des États-Unis États-Unis 49

Polémiques et controverses[modifier | modifier le code]

Conditions de travail[modifier | modifier le code]

Lidl est régulièrement décriée au sujet de ses conditions de travail en Allemagne comme en France.

En mars 2008, le grand magazine hebdomadaire allemand Stern révèle que les dirigeants des magasins Lidl espionnent leurs employés par l'intermédiaire de détectives, de caméras vidéo illégales, et d'enregistrements audio[21],[22],[23].

En 2014, le conseil de prud'hommes de Nancy a condamné l'enseigne, à 15 000 euros de dommages-intérêts, pour avoir licencié, pour faute grave, une salariée ayant consommé sans la payer une viennoiserie à 0,39 €[24].

En juin 2015, un agent de maîtrise de l'entrepôt de Rousset s'est suicidé sur son lieu de travail[25]. Cet événement a été reconnu en « accident de travail ». Le 21 novembre 2019, cette affaire est à nouveau jugée devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence[26].

En 2016, l'association de solidarité internationale ActionAid France - Peuples Solidaires, en partenariat avec Oxfam[27], publie un rapport[28],[29] sur les conditions de travail dans les plantations de “Matías”, en Équateur, et “Finca Once”, au Costa Rica, qui approvisionnent les étals français et allemands des supermarchés Lidl en bananes et en ananas. Ce rapport dévoile les conditions de travail subies par les travailleurs et travailleuses agricoles qui sont exposés à des pesticides toxiques et souffrent de problèmes respiratoires, de nausées et de vertiges sans disposer d’un revenu suffisant pour se soigner. Selon ce rapport, celles et ceux qui s’organisent pour défendre leurs droits subissent régulièrement des actes de répression syndicale[30].

Le , l'émission Cash investigation, diffusée sur France 2, rapporte plusieurs cas de pratiques managériales dangereuses pour les salariés, ainsi que les mauvaises conditions de travail des employés. Tant dans les magasins, où les caissiers doivent être polyvalents et alterner avec la mise en rayon des produits, les tâches d'entretien, l'encaissement et se voient parfois interdits de boire ou de s'asseoir, que dans les entrepôts, où un système de commande vocale guide en permanence les salariés dotés d'un casque au travers des rayonnages, ceux-ci portant jusqu'à huit tonnes cumulées par jour et étant incités, dans l'un des entrepôts, à transporter 250 colis par heure[31],[32]. Ils n'ont pas le droit de communiquer avec autre chose (ou une autre personne) que leur casque à commande vocale. De plus, la quantité de mot qu'ils sont autorisés à prononcer est très limité afin de ne pas faire boguer le programme. En moyenne, une vingtaine de mots pendant leur temps de travail. L'émission produit notamment l'enregistrement d'une conversation entre un manager et un chef de magasin, le premier menaçant le second de lui rendre la vie infernale : « [...] Le magasin il est mal tenu ! Je te promets que toi et moi ça va être toutes les semaines qu'on se verra ! Et ça va être à feu et à sang ! Je vais te convoquer à longueur de semaines ! Tu vas perdre une à deux semaines de salaire par mois parce que je te mettrai six jours de mise à pied à longueur de temps et tu vas mourir. Premier inventaire pourri, non-respect de procédure, je te cartouche ! C'est la guerre ! Et après, t'iras aux prud'hommes, et les prud'hommes, ça va durer cinq ans. [...] J'ai plus d'avocats que toi et tu vas mourir, tu veux jouer à ça ? ». Cash investigation affirme que ledit manager est toujours salarié de l'entreprise, quoique muté dans un pays étranger[33],[34].

Dans certains magasins, un classement du salarié jugé le meilleur au moins bon est affiché en permanence par la direction[35].

Intoxication alimentaire[modifier | modifier le code]

En juin 2011, Lidl retire de la vente en magasin les packs de steak haché dans toute la moitié nord de la France en raison d'une contamination bactérienne qui a amené une quinzaine d'enfants à être hospitalisés à Lille après l'ingestion de la viande incriminée[36]. L'un des enfants est décédé en septembre 2019[37],[38].

Pour avoir omis d'opérer des contrôles sur les steaks hachés produits par son entreprise, Guy Lamorlette, patron de la société SEB, est condamné en 2017 à trois ans de prison, dont deux ferme, par le tribunal correctionnel de Douai. Le jugement est confirmé en appel en février 2019, mais Guy Lamorlette décide de se pourvoir en cassation[37].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logo des magasins Lidl en France, Allemagne et Espagne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pourquoi Lidl change de tête, Challenges, 7 février 2017
  2. a et b http://www.stimme.de/heilbronn/wirtschaft/Schwarz-Gruppe-Lidl-bleibt-die-Lokomotive;art2088,2513345
  3. a et b (de) Felix Rentzsch, « Zu zweideutig: So sollte Lidl ursprünglich heißen », sur Business Insider Deutschland (consulté le 15 octobre 2019)
  4. Emmanuel Grandjean, « Lidl, le casseur de prix qui paie bien », Bilan,‎ , http://www.bilan.ch/entreprises-les-plus-de-la-redaction/lidl-le-casseur-de-prix-qui-paie-bien.
  5. « Ein Tausender für Ludwig », sur manager magazin (consulté le 15 octobre 2019)
  6. De nombreuses sources affirment que Ludwig Lidl était un associé de Josef Schwarz, mais sans apporter de preuve.
  7. (en-GB) « Lidl: l'exception européenne aux États-Unis? », BBC Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2017).
  8. (en-US) « Germany's 10 Richest People and/or Their Heirs - Handelsblatt Global », Handelsblatt Global Edition,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2018).
  9. http://hurun.net/EN/HuList.aspx?nid=26
  10. « Lidl investit 43mio€ dans son 5e centre de distribution belge », sur www.gondola.be, (consulté le 3 septembre 2014).
  11. « Grève chez Lidl: une centaine de magasins fermés, le point sur la situation », sur rtbf.be, (consulté le 7 août 2019)
  12. « Lidl : Actualités de l'entreprise allemande de hard-discount », sur www.lsa-conso.fr (consulté le 26 novembre 2017).
  13. BFM BUSINESS, « Lidl veut ouvrir plus de magasins en France et notamment à Paris », sur BFM BUSINESS (consulté le 26 novembre 2017).
  14. « Lidle abandonne le hard discount en France », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  15. « Lidl s’embourgeoise et ça marche ! », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2017).
  16. « LIDL - Fiche de l'entreprise LIDL : Bilan gratuit - Siren 343262622 », sur www.verif.com (consulté le 16 octobre 2019)
  17. http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=11881124
  18. « Historique », sur lidl.ch (consulté le 4 octobre 2018).
  19. Lidl va créer jusqu'à 5.000 emplois à Londres, Le Figaro, 16 décembre 2016
  20. Filiales de Lidl en Europe (2014)
  21. « Pas de Lidl en Suisse avant 2009 », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  22. « Lidl surveille son personnel avec les « méthodes de la Stasi » », l'Expansion,‎ (lire en ligne)
  23. http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/europe/article3628660.ece
  24. « Licenciée pour un pain au chocolat à 39 centimes, elle gagne aux prud'hommes », L'Express,‎ (lire en ligne).
  25. « Vidéo : Un salarié de Lidl se suicide dans son entrepôt », M6,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2017)
  26. « LIDL À NOUVEAU DEVANT LA JUSTICE POUR LE SUICIDE D’UN SALARIÉ », sur Capital,
  27. (en) « Le rapport d’Oxfam Allemagne peut être consulté dans son intégralité (en anglais) sur le site internet suivant : », sur Oxfam Allemagne, 31 juin 2016 (consulté le 22 mai 2017)
  28. « Lidl : un rapport dénonce les conditions de travail dans les plantations de bananes et ananas | ActionAid », sur www.peuples-solidaires.org (consulté le 22 mai 2017)
  29. (en) « Sweet Fruit, Better Truth », sur Oxfam,
  30. « Lidl : un rapport dénonce les conditions de travail dans les plantations de bananes et ananas | ActionAid », sur www.peuples-solidaires.org (consulté le 26 septembre 2017)
  31. Sophie Le Gall, Travail, ton univers impitoyable, 2017, Premières lignes, 120 min. – diffusé sur France 2 le 26 septembre 2017 [voir en ligne]
  32. Mathieu Ait Lachkar, « Lidl, Free : « Cash investigation » enquête sur des salariés poussés à bout », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  33. 6Medias (agence de presse), « "Tu vas mourir" : "Cash investigation" dévoile les coulisses de Lidl », Le Point,‎ (lire en ligne)
  34. « "Tu vas mourir": face à la polémique "Cash Investigation", Lidl promet de "répondre" », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2017)
  35. « Les salariés d'une trentaine de magasins Lidl de Bretagne en grève : "On n'en peut plus" », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  36. « Lidl retire tous ses steaks hachés au nord », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2013).
  37. a et b « Le petit Nolan, intoxiqué par un steak haché en 2011, est décédé », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  38. « HAUTS-DE-FRANCE. Le petit Nolan, intoxiqué par un steak en 2011, est mort », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 23 septembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andreas Hamann, The Black Book of the Schwarz Retail Company Lidl: Selling Cheap at the Employee's Expense, ver.di (lire en ligne)