Reconstruction après la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

La Seconde Guerre mondiale laisse l’Europe, la Russie, le Japon dévastés. En France, la reconstruction durera environ 10 ans. Elle sera suivie d'un développement intensif des villes qui prendra fin en 1975 avec le premier choc pétrolier.

En 1945, de nombreuses infrastructures sont en grande partie détruites, en particulier en France et en Allemagne.

L’industrie, orientée vers la production de guerre, doit être réorganisée et modernisée. Les pays d’Europe doivent rattraper le retard de développement économique qu’ils ont accumulé vis-à-vis des États-Unis.

De nombreuses villes ont été lourdement touchées, en Allemagne par les bombardements alliés et, en France, à la suite des bombardements allemands de 1940 et des bombardements alliés de 1944. En particulier, les villes d'Amiens, de Beauvais, de Brest (voir Centre-ville reconstruit du Brest), de Caen (voir Reconstruction de Caen), de Caudebec-en-Caux, de Dunkerque, du Havre (voir Centre-ville reconstruit du Havre), de Lisieux, de Lorient, de Neufchâtel-en-Bray, de Saint-Dié, de Saint-Lô, de Saint-Malo, de Saint-Nazaire, d'Evreux, de Royan, de Dunkerque, de Rouen, de Valenciennes, de Vire... qui ont été particulièrement touchées.

La crise du logement est forte.

La reconstruction en France[modifier | modifier le code]

En France, l’État s’implique fortement dans la reconstruction des moyens de production en nationalisant des pans entiers de l’économie. L’interventionnisme porte en particulier sur les secteurs de l’énergie et des transports. Il fait appel à la main d'œuvre étrangère, mettant en place la SONACOTRA dès 1954. La reconstruction des infrastructures et de l'industrie s'accompagne d'une reconstruction des villes sinistrées. Celle-ci est conduite par le ministère de la reconstruction et de l'urbanisme, qui dispose de moyens réglementaires (plans de reconstruction et d'aménagement, remembrement) et de moyens financiers. Les constructions privées sinistrées bénéficient des « dommages de guerre ». La conduite des opérations est assurée de très près par le MRU, qui s'appuie sur les propriétaires sinistrés via la création d'associations syndicales de remembrement. Les plans d'urbanisme, dont certains avaient déjà été approuvés en 1943, ont en commun la volonté de profiter des destructions pour faciliter la circulation en élargissant les voies ou en créant des voies nouvelles, aérer les îlots autrefois insalubres par la création d'espaces verts et de circulation pour piétons, de mettre fin à un parcellaire très étroit source de logements mal éclairés et insalubres. La forme urbaine en revanche varie beaucoup selon les choix de l'architecte désigné par le MRU : maisons ou immeubles à l'alignement dans l'esprit de l'avant guerre comme à Saint-Malo, transformations plus radicales du tissu urbain comme au Havre ou à Royan.

La reconstruction proprement dite durera 10 ans. Dès le milieu des années 50, le « baby boom » et l'exode rural conduisent à la construction massive de « grands ensembles » et à une "rénovation urbaine" (destruction du tissu ancien) qui affecte toutes les villes moyennes ou grandes, ceci jusqu'au milieu des années 1970.

Voir Voldman,Danièle : La reconstruction des villes françaises, histoire d'une politique, l'Harmattan 1997

La reconstruction en Allemagne[modifier | modifier le code]

La reconstruction en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale se fit assez rapidement en Allemagne de l'Ouest.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Braun, Francis Collignon : La France en fiches, Éditions Bréal, 2008 (ISBN 2749505070) - Chapitre 3 « Les grandes évolutions de l'économie française depuis 1945 ».
  • Dominique Gauthey, « Les archives de la reconstruction », Études photographiques, 3 | novembre 1997, En ligne, mis en ligne le 13 novembre 2002. (ou URL (consulté le 3 janvier 2009).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voldman Dani-le, La reconstruction des villes françaises, histoire d'une politique, l'Harmattan, 1997