5G

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Logo 5G.

En télécommunications, la 5G est la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile. Succédant à la quatrième génération, appelée 4G[1], elle prolonge l'exploitation technologique LTE.

La technologie 5G donnera accès à des débits dépassant de 2 ordres de grandeur la 4G, avec des temps de latence très courts[2] et une haute fiabilité, tout en augmentant le nombre de connexions simultanées par surface couverte[3]. Elle vise à supporter jusqu'à un million de mobiles au kilomètre carré (dix fois plus que la 4G)[4]. Une fois déployée, elle doit permettre des débits de télécommunications mobiles de plusieurs gigabits de données par seconde, soit jusqu'à 1 000 fois plus que les réseaux mobiles employés en 2010[5] et jusqu'à 100 fois plus rapides que la 4G initiale[6].

Pour certains, c'est une « technologie clé »[7] car ses débits potentiels répondent à la demande croissante de données suscitée par l'essor des smartphones et des objets communicants, connectés en réseau. Elle devrait favoriser le cloud computing, l'intégration, l'interopérabilité d'objets communicants et de réseaux électriques intelligents, dans un environnement domotisé, contribuant à l'essor du concept de « ville intelligente ». Elle pourrait aussi développer la synthèse d'images 3D ou holographique, l'exploration de données, la gestion du big data et du tout-internet « Internet of Everything », expression évoquant un monde où les ordinateurs et périphériques communiqueront tous entre eux. Les jeux interactifs et multijoueurs complexes, la traduction automatique et assistée instantanée ou encore le contrôle commande à distance dans de multiples domaines : télémédecine, véhicule autonome devraient aussi en profiter[8], automatisation industrielle[3].

À l'inverse, des mouvements de contestation se développent de la part des associations d'électrosensibles et de scientifiques qui s'opposent à cette technologie au nom de la lutte contre le réchauffement climatique et de ses effets possibles sur la santé et la biodiversité et de l'absence de démocratie quant à son déploiement et ses objectifs.

Histoire et contexte[modifier | modifier le code]

La 1G a donné la voix, la 2G a permis les SMS, la 3G a permis le Web mobile puis la 4G a permis la voix sur 4G (voLTE) et augmenté le débit des connexions mobiles.

Recherche et développement technique[modifier | modifier le code]

Le terme 5G est évoqué par les industriels de l'électronique dès les années 1980 ; elle pourrait voir le jour vers 2020.

En Chine, elle est principalement développée par Huawei, et ZTE, en coopération avec Ericsson depuis 2015, et testée par China Mobile[9].

En , le chinois Huawei et l'opérateur japonais NTT DoCoMo, travaillant avec le fabricant d'électronique NEC, font un test conjoint à grande échelle de réseau 5G via la technologie du MIMO massif à Chengdu (province du Sichuan)[10].

En France, le , l'Arcep autorise Orange à tester des technologies 5G[11] dans les bandes de 3,7 GHz, 10,5 GHz et 17 GHz dans la ville de Belfort.

En , l'Institut de recherche technologique b-com est retenu par l'Arcep pour tester la 5G à Rennes[12].

En Huawei et NTT DoCoMo font un test dans le quartier Minato Mirai 21 à Yokohama (région du Kantō), sur les fréquences de 4,5 GHz, avec une macro-cellule et 23 équipements d'utilisateurs. Ils obtiennent un débit de 11,29 Gbit/s, avec une latence de 0,5 ms[10].

En , le LETI annonce le déploiement sur le complexe Minatec d'un réseau 5G afin de tester une nouvelle forme d'onde multiporteuse[13]. Le même mois, Orange, en partenariat avec le géant suédois Ericsson, devient le premier opérateur français à réaliser un test de la 5G. Les résultats permettent d'atteindre un potentiel 75 fois supérieur à celui de la 4G[14]. Cette performance est toutefois à prendre avec des réserves puisque les conditions optimales du laboratoire dans lequel s'est déroulé le test ne permettent pas de garantir un tel débit dans un environnement lambda.

En , l'opérateur sud-coréen KT fait des démonstrations de réalité virtuelle en 5G au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone[15].

En France, le , un communiqué de l'Arcep indique qu'elle souhaite préparer la procédure d'attribution de fréquences dans les bandes 3,5 GHz (3 400 à 3 800 MHz) pour l'accès fixe à Internet à très haut débit à partir de 2018. Elle souhaite également s'engager dans les travaux préparatoires au lancement des réseaux mobiles 5G dans la bande des 3,460 à 3,800 GHz vers 2020[16].

En , l'italien TIM signe un accord avec le gouvernement du micro-État Saint-Marin en vue de faire passer son réseau 4G en 5G[17].

Définition des standards et phases de test[modifier | modifier le code]

En , les 28 ministres des télécommunications de l'Union européenne et de la Norvège signent une déclaration d'intention à Tallinn en Estonie, pour « des bases communes des futurs standards 5G et confirmer la volonté des États signataires de positionner l'Europe comme un leader du marché de la 5G[18] ».

En Chine, lors de tests de 5G New Radio (NR), Huawei atteint en des débits de 6 Gbits/s[9].

Début , l'Arcep autorise Free mobile à tester des technologies 5G[19] dans les bandes de 3,6 GHz à 3,7 GHz dans la ville de Paris à la mi-.

Le , la société Verizon Communications Inc. annonce qu'elle va déployer un service 5G dans cinq villes des États-Unis dès mi-2018[20].

En , les grands acteurs concernés s'accordent sur les premières spécifications du protocole à Lisbonne (Portugal), suite aux essais faits par les différents acteurs[21].

En , aux États-Unis, la société AT&T promet de la 5G dès fin 2018, d'abord pour 12 agglomérations[22].

En , Vodafone et Ericsson font une démonstration en Irlande des pré-standards de la 5G. Une autre démonstration montre le contrôle à partir des États-Unis d'un drone en Angleterre, via le réseau 5G. D'autres démonstrations ont eu lieu depuis, dont en France et en Suède. Aux jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang, le sud-coréen KT permet via des casques de réalité virtuelle de suivre en temps réel ce que voient les bobsleigh. Cent caméras déployées autour de la piste de patinage artistique, permettent de tourner à volonté autour des patineurs. Un système de caméras de surveillance, associé à une transmission haute définition, détecte automatiquement des sangliers proches de résidences et, à distance, déclenche un haut parleur imitant le cri d'un tigre pour les éloigner[23].

En , Huawei et NTT DoCoMo annoncent la réussite des premiers essais de technologie 5G Integrated Access Backhaul (IAB) dans la bande spectrale des ondes millimétriques. Le test a été conduit dans le quartier Minato Mirai 21 à Yokohama sur une fréquence de 39 GHz. Ils obtiennent un débit de 650 Mbit/s avec une faible latence de 1,6 ms[10].

En , les participants du Mobile World Congress dénoncent la lenteur du déploiement de la 5G en Europe[24],[25] suite à de nombreux désaccords sur les licences d’utilisations des bandes radioélectriques et à la complexité du processus décisionnel européen[26].

Toutefois, les démonstrations continuent de montrer l'avancement des travaux, comme en avec Telefónica et un véhicule connecté.

En , l'opérateur China Telecom fait un test réseau 5G à Shenzhen (province du Guangdong), ainsi que 5 autres villes de Chine, Xiong'an (Hebei), Shanghai, Suzhou (Jiangsu) et Chengdu (Sichuan). Le débit à Shenzhen est au minimum 10 fois plus important que la 4G, oscillant de 1 à 3 Gbit/s. Le réseau devrait être étendu à certaines petites régions en 2019, avec une commercialisation en 2020[27],[28]. L'Amérique latine espère 8 % d'usagers ayant accès à la 5G avant 2025[29]. En Afrique, le royaume du Lesotho est choisi en septembre 2018 pour tester la première installation 5G en Afrique[30].

Attribution des licences et exploitation commerciale[modifier | modifier le code]

En , en Suisse, les licences pour les fréquences 5G sont attribuées à trois opérateurs Swisscom, Sunrise et Salt pour 379,3 millions de francs suisses[31]. Avec la Finlande, la Suisse est le second pays d'Europe à avoir attribué des fréquences disponibles pour la 5G[32].

Le , la Corée du Sud est le premier pays à déployer une offre commerciale 5G au niveau national[33].

Le , l'opérateur Sunrise en Suisse devient le premier opérateur du pays à déployer une offre commerciale sur 150 localités[34]. Il couvrait 173 localités en début mai 2019[35].

Le , Swisscom met en service 338 antennes 5G et annonce vouloir couvrir l'ensemble du territoire suisse avant fin 2019[36].

Le en France l'Arcep annonce le lancement officiel de la procédure d'attribution des fréquences par le gouvernement[37]. Avec l'objectif de proposer les premières offres commerciales 5G à l'horizon 2020, le gouvernement met en vente les premières bandes de fréquences à des tarifs fixes ; ces bandes seront mises à disposition à des tarifs avantageux afin d'inciter les opérateurs à développer la 5G en priorité. Pour certains blocs de fréquences, ce sont toutefois des enchères qui permettront aux opérateurs de se départager, c'est le cas pour une partie de la bande de fréquences 3,4 à 3,8 GHz[38] et dans un avenir proche, des bandes de fréquences 24,25–27,5 GHz.

D'abord prévue pour début 2020 en France, l'attribution des licences 5G est reportée au printemps 2020[39] puis au-delà à cause de la pandémie de Covid-19.

Recherche, tendances et prospective[modifier | modifier le code]

Tous les grands opérateurs du secteur des télécommunications s'intéressent au sujet ainsi que de grandes institutions et de nombreux États : par exemple l'Union européenne a financé ou cofinancé de grands programmes comme 5G now, IJoin, Tropic et METIS (Mobile and wireless communications Enablers for the Twenty-twenty Information Society).

Alors que l'impact environnemental du numérique croît exponentiellement[40],[41], de grandes entreprises et des réseaux de chercheurs tentent d'imaginer ou préfigurer une « 5G verte »[42],[43], à moindre empreinte carbone et préservant des ressources naturelles souvent peu renouvelables ou peu recyclées.

En , le suédois Ericsson a fait la démonstration d'une pré-version de la technologie 5G. L'entreprise de télécommunication avait alors atteint un débit de 5 Gbit/s[44],[45].

En , le Laboratoire d'électronique et de technologie de l'information lance le projet de démonstrateur de technologie 5G, à l'occasion des Jeux olympiques d'hiver de 2018 devant se dérouler à Pyeongchang en Corée du Sud. En collaborant avec des entreprises comme Thales Alenia Space ou Telespazio, le laboratoire compte s’appuyer sur les technologies d'onde radioélectrique de la bande de fréquence 28 GHz qui existent déjà dans le domaine spatial pour arriver à ses fins[46].

En , Saint-Marin signe un protocole d'accord avec Telecom Italia pour le déploiement expérimental de la 5G sur son territoire, ce qui fera d'elle la première nation à mener des tests poussés à grande échelle de cette technique[47].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Selon Nicolas Sironneau, de la Fondation Concorde, la 5G présente trois intérêts économiques :

  1. désengorger les réseaux qui vont arriver à saturation, et ainsi éviter un phénomène d'engorgement des données[48] ;
  2. offrir des poches d'optimisation aux entreprises, à travers l'automatisation et la fluidification de certaines tâches (prenant l'exemple de la réalité augmentée utilisée dans des usines pilotes d'Ericsson pour aider la détection de défaut de fabrication) ;
  3. permettre de nouvelles applications grâce à de meilleures performances (l'exemple courant étant la téléchirurgie permise par un temps de latence plus faible)[49].

De nombreux acteurs voient là un gisement émergent d'applications et débouchés nouveaux dans des domaines aussi variés que la santé (diagnostic automatique ou distant, chirurgie et médication commandées à distance)[50], du travail (télétravail), du déploiement d'objets communicants (dont voitures et autres véhicules sans conducteurs), de détecteurs et senseurs du commerce en ligne, des réseaux électriques intelligents, de l'intelligence artificielle, de la sécurité (télésurveillance, gestion des flux de personnes, véhicules, denrées, biens et services en temps réel, etc.), de l'éducation et de l'accès à l'information. De nouvelles applications 5G seront développées s'appuyant sur la multiplication des objets connectés en réseau.

Sécurité nationale[modifier | modifier le code]

Développer la 5G, technologie aussi prometteuse que sensible, implique de disposer d’équipementiers télécoms, qui deviennent un enjeu stratégique de souveraineté et de sécurité nationale.

La Chine dispose de deux équipementiers : Huawei et ZTE ; l’Europe aussi, Nokia et Ericsson. Les États-Unis, en revanche, n’en ont plus, et s'intéressent aux entreprises européennes[51].

« Le leadership américain dans la technologie 5G est un impératif national pour la croissance économique et la compétitivité », a déclaré le président de la Commission fédérale des communications (FCC), lors d'un sommet organisé à la Maison-Blanche[52].

L’équipementier Huawei suscite l'hostilité d’un nombre grandissant de pays occidentaux qui redoutent que ce poids lourd des télécoms serve de cheval de Troie à la Chine, et l’aide à espionner les puissances étrangères. Les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon ont déjà banni l’entreprise du marché de la 5G.

Le , la Commission européenne et la présidence du Conseil de l'Union européenne ont présenté une approche européenne concertée sur l’enjeu crucial qu’est la sécurité des réseaux de télécommunications 5G européens[53],[54].

Dès 2019, le gouvernement français fait part de ses inquiétudes à l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) sur les problèmes de sécurité du futur déploiement des infrastructures réseaux Télécom 5G qui ferait à la fois planer une menace sur la souveraineté nationale mais aussi sur des applications critiques[55].

Le gouvernement français va légiférer[56] pour créer un régime d’autorisation préalable aux équipements radioélectriques. Concrètement, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) pourrait examiner les nouveaux équipements des réseaux mobiles avant leur installation et les interdire si elle juge qu’ils menacent « les intérêts de la défense et de la sécurité nationale ».

En 2018, l’État finlandais prend une participation dans la société Nokia[57], ce qui lui donne un droit de regard. « Nous avons renforcé et stabilisé l'actionnariat national de cette société très importante au niveau de notre pays », a déclaré le directeur général de Solidium, Antti Mäkinen. Nokia sera un des deux fournisseurs européens d'infrastructure de télécommunications en particulier pour la 5G. Nokia a pris le contrôle de la société Alcatel-Lucent en 2015[57].

En mars 2020, un rapport de la Fondation Concorde sur la 5G invite à créer « une certification européenne unifiée des réseaux 5G [au niveau européen] pour en garantir la sécurité », et à renforcer « les moyens de l’ENISA, l’European Network and Information Security Agency afin d’intervenir sur les questions de cybersécurité liées à la 5G »[49], Nicolas Sironneau (co-auteur du rapport) mettant en garde contre la perte de contrôle sur les infrastructures cœur des réseaux de demain[48]. Des professeurs comme Dominique Boullier vont dans le même sens, proposant « un cahier des charges sur les questions de sécurité »[58].

En , le directeur de l’Anssi indique que les opérateurs français utilisant les équipements de Huawei dans leurs réseaux déjà déployés disposeront d'autorisations d’exploitation limitées de trois à huit ans[59].

Si les pays européens bannissent les fournisseurs chinois de leurs réseaux 5G, le ministère chinois du Commerce envisagerait des mesures contre les activités chinoises de deux fabricants européens d'équipements de télécommunications, tels des contrôles à l'exportation qui empêcheraient Nokia et Ericsson d'exporter des produits fabriqués en Chine vers d'autres pays[60].

Météorologie[modifier | modifier le code]

En 2019, face à leurs nouveaux besoins, des entreprises de télécommunications américaines ont acheté une nouvelle partie du spectre électromagnétique pour élargir leur bande passante en utilisant la 5G. Cela inquiète les météorologues.

En , un article de la revue Nature[61] émet l'hypothèse que certaines fréquences utilisées en 5G pourraient entrer en conflit dans la bande millimétrique des 26 GHz avec l'observation de la vapeur d'eau et réduire la précision des relevés météorologiques (tout en perturbant l'étude du climat)[62]. Cet afflux de signaux puissants peut parasiter ou submerger de nombreux signaux plus faibles émis par la vapeur d'eau, situés dans une bande toute proche du spectre, signaux qui sont nécessaires à une bonne prévision météorologique. En août 2019 aux États-Unis, Gabriel Popkin (vulgarisateur scientifique) s'est associé à l'animatrice Sarah Crespi pour sensibiliser aux effets négatifs possibles d'une utilisation de cette partie du spectre électromagnétique par les signaux de la 5G ; ils suggèrent qu'une réglementation encadre ce développement. Cette alerte a été relayée par la revue Science[63].

Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF) regrette[64] également les décisions prises lors de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2019 (CMR-19)[65] de l'ITU.

En France, l'Agence nationale des fréquences (ANFR) nuance ce risque[66], du moins en ce qui concerne l'Europe.

Santé[modifier | modifier le code]

La course internationale au déploiement de la 5G suscite des craintes sanitaires, notamment car la 5G nécessite l'utilisation intensive d'une nouvelle gamme de longueur d'ondes (fréquences plus élevées), et la création d'un grand nombre de nouveaux réseaux cellulaires étendus (ou WAN). Ces réseaux seront constitués de minuscules stations de base fournissant une couverture mobile haute fréquence, sur une portée de 200 à 400 m seulement[67] ; ces stations devront donc être « positionnées tous les quelques centaines de mètres dans les zones urbaines densément peuplée »[68]. À la différence de la 4G, la 5G passera aussi par un signal plus concentré vers les appareils, ce qui pose de nouvelles questions sanitaires[68].

En , 171 scientifiques, issus de 37 pays (99 en Union européenne et 72 dans les autres pays) ont réclamé un moratoire sur le déploiement de la 5G, en attendant que les risques potentiels sur la santé humaine et l'environnement aient été pleinement étudiés par des scientifiques indépendants du secteur[69].

En 2018, en France, une parlementaire demande au gouvernement de « faire réaliser des études indépendantes et approfondies concernant les effets de la 5G ». Le gouvernement s'engage à travailler avec l'Agence nationale des fréquences et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail « afin qu’elles puissent examiner d’une part, l’exposition aux ondes électromagnétiques et d’autre part, l’impact sanitaire éventuel de ces nouveaux développements technologiques, dès la phase des expérimentations »[70].

En juin 2020, en France, la campagne des municipales offre une caisse de résonance aux mouvements opposés à la 5G : plusieurs candidats de la mouvance écologiste, souvent en bonne position pour être élus, réclament un moratoire sur le déploiement de la 5G. La ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne et Olivier Véran, ministre de la Santé ont saisi le Premier ministre à ce sujet, souhaitant que la 5G ne soit pas déployée avant que l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) rende son rapport sur les conséquences sanitaires de la 5G[71]. En janvier 2020, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail a rendu un rapport préliminaire sur les risques sanitaires liés à la 5G, mais son analyse des travaux existants a mis en évidence « un manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels »[72]. Les résultats de ses travaux seront publiés début 2021, mais le déploiement de la 5G sur le territoire français reste prévu pour 2020[73].

Début 2019, de nombreuses inquiétudes sur l'impact de cette technologie sur la santé accompagnent le déploiement de la 5G en Suisse[74]. Le déploiement de 10 000 nouvelles antennes fait craindre une augmentation considérable de l’exposition au rayonnement de radiofréquences[75]. Une pétition demandant un moratoire recueille plus de 56 000 signatures. Le canton de Vaud suspend le déploiement des antennes 5G[76].

Une étude scientifique[77] publiée en 2018 dans la revue Scientific Reports observe, par des simulations numériques sur des modèles scannés d'insectes, que les rayonnements dans une des gammes de fréquences utilisées par la 5G pourraient provoquer une augmentation de la température corporelle des espèces étudiées, en comparaison avec l'exposition provoquée par les technologies pré-5G. L'étude a par la suite été relayée par la presse grand public[78] qui en tire des conclusions parfois moins précautionneuses.

Le professeur (retraitée) Marie-Claire Cammaerts de l'université libre de Bruxelles, spécialiste du comportement des fourmis[79], et le professeur André Vander Vorst de l’UCLouvain s'inquiètent du déploiement de beaucoup plus d’antennes qui provoquerait une exposition accrue aux champs électromagnétiques[80].

En Suisse, alors que Swisscom a lancé en avril 2019 le premier réseau 5G de Suisse, les cantons comme ceux de Vaud et Genève optent pour le principe de précaution[81].

En Belgique, un groupe de médecins et de personnels de santé lancent l'appel Hippocrates Electrosmog Appeal Belgium demandant aux mandataires publics fédéraux, régionaux et locaux de prendre les mesures pour faire, notamment, « des études d’impact sanitaire avant de déployer de nouvelles technologies de la télécommunication sans fil, en ce compris la 5G »[82].

Un « Appel international demandant l'arrêt du déploiement de la 5G sur Terre et dans l'espace », récapitulant tous les points incriminés, a été adressé à l'Organisation des Nations unies, l'Organisation mondiale de la santé, l'Union européenne, au Conseil de l'Europe et aux gouvernements de tous les pays[83], assorti d'une pétition. Cet appel est très contesté par de nombreux spécialistes[84],[85],[86] qui dénoncent les sources utilisées. Selon eux, celles-ci seraient très orientées et excluraient volontairement les informations allant contre les éventuels dangers de la 5G.

En 2014, l'OMS déclare qu'« un grand nombre d’études ont été menées au cours des deux dernières décennies pour déterminer si les téléphones portables représentent un risque potentiel pour la santé. À ce jour, il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé[87]. »

En Suisse, pour répondre aux inquiétudes d'une partie de la population, l'ASUT (Association suisse des télécommunications), en collaboration avec Swisscom, Sunrise, et Salt, publie un rapport dans lequel il recense les différentes rumeurs entendues sur le déploiement de la 5G, et apporte une réponse rationnelle argumentée et sourcée[88].

Un texte proposé par la députée d’Europe Écologie Les Verts, Laurence Abeille, a été adopté par l’Assemblée nationale française début 2015. Le texte vise l'encadrement de l'exposition aux ondes électromagnétiques par une concertation à plusieurs niveaux lors de l’installation d’équipements radioélectriques, une meilleure information sur les sources d’émission, l'interdiction de la publicité pour les téléphones portables et autres terminaux sans accessoire permettant de limiter l'exposition (oreillette) notamment pour les moins de 14 ans auxquels le vendeur doit fournir un accessoire adapté, et une demande au gouvernement d'un rapport sur l’électro-hypersensibilité[89].

La Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), chargée de « protéger la population et l’environnement » contre les risques liés aux ondes électromagnétiques, est reconnue par l’Organisation mondiale de la santé comme une « commission scientifique indépendante ». L’Union européenne s’appuie sur les recommandations de l’ICNIRP pour fixer les limites d’exposition de la population aux champs électromagnétiques. Un rapport parlementaire publié le 19 juin 2020, initié par deux députés européens écologistes, l’Allemand Klaus Büchner et la Française Michèle Rivasi, accuse l’ICNIRP d’être sous l’influence des géants des télécommunications et de ne pas prendre en compte les publications scientifiques alertant sur les risques sanitaires liés au développement de la 5G[90].

Une étude sur l'impact sanitaire de la 5G[91], commandée par le gouvernement français au Conseil général de l'environnement et du développement durable, à l'Inspection générale des affaires sociales, à l'Inspection générale des finances et au Conseil général de l’économie, est présentée le 14 septembre 2020. Elle conclut que les risques pour la santé humaine de l'exposition aux fréquences radioélectriques ne sont pas avérés en l'état actuel des connaissances scientifiques et note qu'aucun des nombreux pays qui ont déjà lancé la 5G n'a constaté de problème d'ordre sanitaire[92].

Environnement et énergie[modifier | modifier le code]

Les opérateurs annoncent que l'efficacité énergétique de la technologie 5G sera améliorée (à quantité égale de donnée de données transportées), car la technologie massive MIMO réorganisera l'accès au réseau mobile grâce à des faisceaux orientables et plus fins, orientés vers les utilisateurs (beamforming[93]) et parce qu'une concentration des équipements promet une meilleure efficacité énergétique. De plus des technologies déployables de sleeping mode permettront d'économiser la batterie et les communications entre terminaux. L'augmentation éventuelle de la consommation énergétique et du besoin de serveurs sera donc surtout due à l'augmentation de l'offre et de la demande induite par l'augmentation du débit (effet rebond)[94],[95].

Hugues Ferreboeuf et Jean-Marc Jancovici, dirigeants du think tank The Shift Project, s'alarment du déploiement de la 5G sans évaluation préalable de son impact, notant qu’un équipement 5G consommera trois fois plus d'énergie qu’un équipement 4G, et qu'avec la 5G il faudra trois fois plus de sites qu’avec la 4G pour assurer la même couverture[96].

Internet des objets[modifier | modifier le code]

La 5G permet de nouvelles fonctionnalités, notamment la virtualisation et de nouvelles architectures, propice au développement des objets connectés, des applications hébergées dans le cloud, en passant par diverses couches réseaux. La maison connectée, le véhicule autonome, les vidéos immersives et l’arrivée de la médecine 2.0 devraient en bénéficier. Plus de 80 milliards d’objets pourraient ainsi être « connectés » en 2024[97].

Couverture réseau et infrastructure[modifier | modifier le code]

Les propriétés de propagation de la 5G dans la bande des 3,5 GHz sont telles que, pour arriver à un taux de couverture et de services équivalents à la 4G, il faut fortement densifier les réseaux. Une simulation de réseaux radio ATOLL faite par le cabinet de conseil indépendant Tactis[98], montre qu'en zone rurale, il faudrait tripler le nombre de pylônes en 5G à 3,5 GHz pour obtenir une couverture équivalente à celle de la 4G. Cette densification n'est pas nécessaire pour la bande des 700 MHz.

En France, selon l'Arcep, la technologie 5G ne nécessite pas d'envoyer de nouveaux satellites dans l'espace[99].

Techniques[modifier | modifier le code]

Le , Samsung a annoncé avoir testé pour la première fois avec succès des techniques de sa future offre de réseaux 5G qu'il prévoit pour 2020, avec des débits de données d'un Gbit/s (1 gigabit par seconde) et pouvant aller dans le futur jusqu'à 10 Gbit/s[100],[101],[102].

En 2015, le Centre d’innovation consacré à la 5G (5GIC) de l’université de Surrey, en Grande-Bretagne, annonce avoir réussi à atteindre un débit d'un Tbit/s[103] (1 térabit par seconde) sur des fréquences supérieures à 6 GHz. La même année, le centre mathématiques et algorithmiques de Huawei à Paris propose 5 technologies permettant des débits compatibles avec les pré-requis de la 5G : Le F-OFDM (Filtered OFDM) pour la forme d'onde, le SCMA (Sparse Code Multiple Access) pour la technique d'accès, les codes polaires (pour le codage des différents types de paquets), le MU-MIMO massif (pour le système d'antennes avec des techniques de précodages non-linéaires) et enfin le full duplex radio (qui combine les modes TDD et FDD). L'ensemble de ces technologies ont permis de démontrer lors d'essais en extérieur à Chengdu avec NTT DoCoMo en Chine en des efficacités spectrales en liaison descendante de 50 bit/s/Hz et une capacité multipliée par 3 en liaison montante sur des fréquences inférieures à 6 GHz.

La 5G permettra théoriquement de télécharger un film de 33 Go en 4K (UHD) en moins de 10 secondes[réf. souhaitée].

Catégories de terminaux mobiles[modifier | modifier le code]

Nouvelles catégories de terminaux LTE 5G (3GPP rel.15)[104]
Catégorie 18 19 20 21 22 23 24 25 26
Débit crête (Mbit/s) Descendant 1174 1566 1948 1348 2349 2695 2936 3132 3422
Montant 211 13563 316 301 422 527 633 738 844
Caractéristiques fonctionnelles minimales
Largeur de la bande de fréquence de chaque porteuse 1,4 à 20 MHz
Nombre de porteuses radio agrégées dans le sens descendant 2, 4, 8 2, 4 2, 4, 8
Nombre de porteuses radio agrégées dans le sens montant 2, 3 ou +
Modulations sur chaque sous-porteuse Descendante 64QAM, 256QAM 64QAM, 256QAM, 1024QAM 64QAM, 256QAM 64QAM, 256QAM, 1024QAM
Montante 64QAM, 256QAM 64QAM 64QAM, 256QAM
Types d'antenne sur la liaison descendante
MIMO 2x2 Oui
MIMO 4x4 Oui
MIMO 8x8 Oui Non Oui

MU-MIMO[modifier | modifier le code]

Lors du test de Huawei, le système multi-utilisateur MIMO (MU-MIMO (en)) a pris en charge jusqu'à 24 utilisateurs et 24 couches de transmission parallèles sur une même ressource temporelle de fréquence. Les tests ont démontré que le système MU-MIMO peut atteindre un débit moyen de 3,6 Gbit/s par cellule sur une bande passante de 100 MHz, soit près de dix fois les performances obtenues avec un système de base LTE. L'essai a confirmé l'intégration optimale de ces nouvelles technologies radio, ainsi que le potentiel des technologies flexibles d'interface radio 5G. Ces tests ont également été l'occasion de procéder à une évaluation des risques techniques, qui vient étayer le travail actuel de normalisation du 3GPP.

Ondes millimétriques en 5G[modifier | modifier le code]

Le nom d'ondes millimétriques désigne toutes les composantes présentes dans le spectre de fréquence entre 30 et 300 GHz. Les ondes millimétriques font partie des ondes radio. L'utilisation d'ondes millimétriques est jusqu'à présent restreinte aux applications d'intérieur et aux faisceaux hertziens. L'une des raisons de cette restriction repose sur le fait que les ondes millimétriques subissent plus d'affaiblissement de propagation. Vu que la formule de Friis (le calcul peut être établi ici[105]) indique que les pertes de propagation en espace libre sont proportionnelles à la fréquence, l'utilisation des ondes millimétriques à l'extérieur pose un défi important. Le terme millimétrique met en relief l'aspect longueur d'onde.

Spectre électromagnétique et bandes de fréquences associées.

Importance dans le cadre de la cinquième génération[modifier | modifier le code]

  1. Larges bandes possibles en hautes fréquences : ce point est important dans le cadre de la 5G, vu la croissance de la demande en hauts débits. L’ultra wideband, une technique appliquée dans certaines communications sans fil, permet des taux de transfert de données élevés[réf. souhaitée] tels que demandés par la 5G.
  2. Spectre électromagnétique disponible. Vu l'épuisement des ressources spectrales, les bandes de fréquences allouées sont le sujet de débats importants. La question se pose également pour la 5G où les bandes utilisées ne sont pas encore définies ; les bandes millimétriques peuvent être considérées comme une solution possible.
  3. Cette technologie peut être utilisée pour une transmission de données avec un débit élevé en utilisant une modulation de faible ordre, ce qui permet de mapper moins de bits / symboles. Les schémas de modulation à faible ordre consomment moins de puissance, réduisent la complexité et économisent les coûts associés. Ces avantages sont vitaux dans le cadre de la 5G[réf. souhaitée].

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

L'utilisation de cette bande a été proposée pour de nombreuses applications, y compris le transfert de données à haute vitesse, l'imagerie radar, le contrôle de sécurité, l'identification de substances ainsi que beaucoup d'autres.

Full-duplex[modifier | modifier le code]

Le mode full-duplex a fait l'objet de tests lors de la première phase des essais 5G. D'après les premiers tests, ce mode permet la transmission et la réception simultanées des données au niveau de la station de base, avec trois niveaux de technologie en cascade, à savoir l'annulation analogique passive, l'annulation analogique active et l'annulation numérique. Les tests ont prouvé que le full-duplex permet d'optimiser l'annulation des auto-interférences de plus de 113 dB en situation réelle, ce qui assure une augmentation de 90 % du débit du système par rapport aux modes half-duplex traditionnellement utilisés.

Tableau récapitulatif des techniques 5G[modifier | modifier le code]

Les futures générations de réseaux mobile 5G[réf. nécessaire]
Génération Acronyme Description Version des normes 3GPP Intitulé Débit indicatif (download) en bit/s

(théorique/pratique/usuel)

5G IMT-2020 (en) / LTE - B[réf. nécessaire] LTE 5G, fréquence 600 MHz à 28 GHz ETSI TS 136 306 V15.6.0 (3GPP rel.15)[104] octobre 2019 Long Term Evolution (LTE) 5G 50 Gbit/s[106] (débit théorique annoncé en 2013)

Financements[modifier | modifier le code]

En , la Commission européenne annonce 50 millions d'euros de subventions pour des projets liés à la 5G[107]. La Commission supervise et cofinance le consortium Metis (partenariat public-privé[108] contractuel de recherche « cPPP »), et a annoncé (en ) ne pas vouloir prendre de retard sur la 5G ; il sera doté d'un budget de 700 millions d'euros pour la période 2014-2020[109].

En , la compagnie chinoise Huawei annonce avoir investi dans ces techniques dès 2009 et réussi à faire le premier test mondial d'un réseau cellulaire. L'entreprise investira 600 millions de dollars dans la recherche et développement de la 5G et prévoit à l'horizon 2018 que les utilisateurs auront un accès mobile à Internet avec un débit de 1 Gbit/s avec la 4.5G et jusqu'à 50 Gbit/s avec la 5G, comme annoncé lors des Mobile World Congress de 2011 et 2012[110]. Dans ce cadre, Huawei a mis en place un centre en mathématiques et algorithmiques de 100 personnes à Paris autour de la 5G et l'intelligence artificielle pour les réseaux, dirigé par le professeur Mérouane Debbah[111],[112],[113]. Les investissements nationaux devraient dans le domaine atteindre 2,8 trillions de yuans (soit 411 milliards $ de dollars US) entre 2020 et 2030, dans ce qui est déjà le plus important réseau mobile au monde[9].

Début 2014, la Corée du Sud a annoncé investir 1,1 milliard d'euros pour la mise en place de la 5G en 2020[114],[115],[116].

En août 2018, Samsung investit dans des technologies d'avenir. Le conglomérat annonce le 8 août qu'il va injecter 19 milliards de dollars dans des programmes liés à l'intelligence artificielle et la 5G.

Mouvements et sujets de contestation[modifier | modifier le code]

La contestation s'organise autour de deux principaux thèmes :

  1. l'effet sanitaire des ondes électromagnétiques : depuis les années 1990, aux États-Unis notamment, certains (défenseurs de la santé, de l'environnement s'inquiètent d'éventuels effets sanitaires des champs électromagnétiques, jugent que les normes d'exposition sont trop peu exigeantes, parfois non respectées, et que les organismes de réglementation comme la Commission fédérale des communications sont sous l'influence des lobbyistes de l'industrie des télécommunications[68] ;
  2. l'impact environnemental de cette technologie : un appel de mille scientifiques[117], publié le dans le quotidien français Le Monde, déclare : « Continuer à promouvoir des technologies superflues et énergivores comme la 5G ou la voiture autonome est irresponsable à l'heure où nos modes de vie doivent évoluer vers plus de frugalité » ;

Aux États-Unis et en Europe, des mouvements semblables ont réussi, dans les années 1990 et 2000, à faire modifier certaines recommandations et réglementations sur la proximité et/ou la puissance des antennes et du Wi-Fi à proximité des zones résidentielles ou d'écoles[118]. En 2019 et 2020, plusieurs villes des États-Unis, et Bruxelles (Belgique) ont par précaution interrompu les déploiements de la 5G en réponse aux manifestations, au manque de données sur d'éventuels risques sanitaires ou environnementaux, pour des problèmes d'esthétique, etc.[119],[120].

En France, en 2020 une pétition en ligne est lancée par deux associations, Agir pour l'environnement et Priartem, pour un gel par le gouvernement du déploiement de la 5G[121].

Une autre tribune publiée en janvier 2020 par les dirigeants de l'association The Shift Project[96] estimait à 10 TWh la consommation supplémentaire d'électricité pour les opérateurs mobiles d'ici à cinq ans à cause de la 5G, soit 2 % de la consommation annuelle française ; elle soulignait que « le problème du numérique, c'est précisément la surconsommation », et appelait à réserver la 5G à certains usages bien précis[122].

Évoquant cette contestation, le président de la République française Emmanuel Macron réaffirme le que la France déploiera la 5G en déclarant « Évidemment on va passer à la 5G. La France c'est le pays des Lumières (...) Certains voudraient revenir à la lampe à huile, moi je ne crois pas au modèle Amish »[123].

5G, théories du complot et Covid-19[modifier | modifier le code]

S'appuyant sur des inquiétudes qui existaient déjà pour la 4G, et souvent sur de la désinformation[124], plusieurs théories du complot sont nées au sujet de la 5G (par exemple en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis)[125], technologie qui serait selon certaines de ces théories une cause de la pandémie de Covid-19 en 2020[68],[126]. Ces théories sont multiformes, évolutives et parfois contradictoires[127],[125],[124].

Selon Meese (2020)[68], ces « conspirateurs » n'opèrent pas dans le vide, mais en s'appuyant beaucoup sur les réseaux sociaux, ils s'inspirent de méthodes éprouvées[128],[129] antérieurement développées par des protestataires, lobbyistes et conspirateurs. Leur répertoire utilise la « perception sélective » des connaissances scientifiques[130], des formes d'action directe, jusqu'à l'intervention dans l'élaboration des politiques locales, étatiques et fédérales, et d'autres formes de « subversion coordonnée »[131] visant à freiner le déploiements technologiques de la 5G. Le sujet n'est d'ailleurs pas entièrement neuf : la 5G exacerbe des préoccupations qui existaient pour la 4G et les effets des champs électromagnétiques, suscitant des pétitions, des manifestations et des vandalismes d'antennes[68].

Les auteurs d'une étude de 2020 sur ce sujet soutiennent que pour bien comprendre ces évènements, il faut voir « au-delà des théories du complot (...) la bataille pour le contrôle de l'infrastructure 5G peut être comprise de manière productive en termes géopolitiques, comme des formes de gouvernement économique, ce qui explique en partie pourquoi les gouvernements sont de plus en plus préoccupés par la lutte contre la désinformation et la désinformation autour de la 5G »[68].

Une nouveauté a été en 2020 de faire passer la 5G pour une cause ou un facteur aggravant de la pandémie de Covid-19[68] :

  1. une première vague affirmait que le rayonnement induit par la 5G affecte notre système immunitaire, nous rendant plus vulnérable au virus SARS-CoV-2[132], une théorie proche de celle, plus ancienne, voulant que des cancers ou autres maladies soient induits par des ondes (non-ionisantes) telles que celles du téléphone mobile ou du compteur Linky[133] ;
  2. une autre vague, plus importante, avec diverses variations, affirme que la 5G cause directement la Covid-19, utilisant des affirmations fausses :
    • la Covid-19 aurait été inventée pour couvrir les effets délétères du rayonnement 5G[133],[126] ;
    • le confinement serait une couverture pour permettre aux opérateurs d'installer des antennes en toute tranquillité[126] ;
    • selon une autre théorie, la pandémie serait apparue à Wuhan car cette ville aurait « été la ville cobaye de la 5G »[134], alors qu'en réalité Wuhan n'est qu'une des 50 grandes villes testant la 5G en Chine (toutes depuis le 31 octobre 2019) et que par ailleurs, la 5G à usage commercial la plus développée a été activée plus tôt (avril 2019) en Corée du Sud, pays particulièrement peu touché par la pandémie[126]. Le site Siècle digital ajoute que « des pays, comme l’Iran, très touché par le coronavirus (...) n’ont pas une seule antenne 5G sur leur territoire »[126].

L'origine des théories relatives à la Covid-19 est souvent difficile à détecter. Le médecin généraliste belge Kris Van Kerckhoven a pu jouer un rôle en déclarant dès le 22 janvier 2020 pour l’édition régionale du journal belge Het Laatste Nieuws que la 5G était dangereuse et qu'elle pouvait « être liée au coronavirus »[135],[126]. Des militants anti-5G néerlandophones ont relayé cette affirmation sur internet via les communautés militantes des réseaux sociaux[135]. Des groupes (New Agers, groupes d'extrême-droite comme InfoWars, des sites conspirationnistes comme Zero Hedge ou QAnon) prétendant vouloir révéler au monde la « vérité » sur la pandémie[136] ont alors décliné cette idée en de nouveaux contenus. Facebook et YouTube ont été des relais vers des millions de personnes[137],[126]. BuzzFeed a signalé que dès mi-2019, des vidéos publiées au Royaume-Uni (où la 5G commençait son déploiement) sont rapidement devenues parmi les plus populaires en ligne[136],[138]) ; la plupart ne citaient pas la Covid-19, mais, selon Meese, elles ont « contribué à attiser des craintes plus générales concernant la 5G »[68].

Des personnalités ou célébrités ont ensuite relayé ces théories, dont Woody Harrelson dans une vidéo sur Instagram prétendant « montrer des citoyens chinois renversant une antenne 5G », ou le professeur émérite Martin Pall, qui a prétendu à tort que « Wuhan était la première « ville intelligente » de Chine à intégrer le réseau plus rapide »[132], le rappeur M.I.A., l'acteur John Cusack, le boxeur Amir Khan, la chanteuse Anne-Marie, Jason Gardiner (en), Keri Hilson, Lucy Watson (en) et des personnalité de la télévision comme Amanda Holden[137],[126],[135],[139],[137].

L'infodémie n'a pas épargné le monde francophone, avec par exemple le 4 avril, dans un post sur Facebook une utilisatrice qui a publié une carte comparant un soi-disant déploiement des antennes 5G en France avec la taille des foyers d’infection de coronavirus dans l’Hexagone, deux cartes semblant concorder. En réalité cette carte (produite par l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) était ancienne et représentait le déploiement de la fibre ; elle s'expliquait surtout par la densité de population ; de plus, la vraie carte du déploiement de la 5G (publiquement disponible)[140] montrait que la région Grand-Est, alors la plus touchée, n'avait encore aucune antenne 5G. Enfin, les antennes 5G expérimentales n'ayant pas encore d'utilisateurs, elles émettaient très peu[141] (ce que montre une étude de l’ANFR publié en avril 2020).

En réponse, dans le monde, nombre de sites d'informations et de responsables de la santé ont tenté de contrer ces rumeurs et fausses informations, dont en demandant aux plateformes de médias sociaux de mieux contrer ou signaler la désinformation. Beaucoup de ces plateformes ont placé sur leurs pages des liens vers les informations de l'Organisation mondiale de la santé et des gouvernements, et se sont engagées à lutter contre la désinformation sur la Covid-19[134].

Déploiement de la 5G dans le monde[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Du 19 mars au 12 juin 2019, les enchères pour la 5G se sont déroulées entre les quatre opérateurs en lice, Deutsche Telekom, Vodafone, Telefónica et 1&1 Drillisch. Le président de l’agence fédérale allemande des réseaux, Jochen Homann, déclare que la vente aux enchères est un succès, celle-ci rapportant 6,55 milliards d’euros à l'État allemand[142].

En juin 2020, à l'occasion de son plan de relance, l'Allemagne engage 7 milliards d'euros pour accélérer le déploiement de la 5G, qui est classé au rang de haute priorité. La technologie est « l'occasion de renforcer notre souveraineté numérique et en même temps la puissance d'innovation de nos entreprises »[143].

Belgique[modifier | modifier le code]

L'opérateur Proximus a lancé le déploiement de la 5G au dans certaines villes de Belgique. La capitale, Bruxelles n'est pas encore directement concernée à cause d'une réglementation plus stricte sur les puissances d'émission.

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

La Corée du Sud se positionne en tant que chef de file mondial de la 5G et prévoit d'investir plus 30 trillions de KRW (26 milliards de dollars) pour construire un réseau 5G à l’échelle du pays d’ici 2022.

Le , la Corée du Sud devient la première nation dont le réseau est entièrement équipé pour la 5G. Les trois opérateurs de télécommunications, SK Telecom, KT et LG Uplus, annoncent simultanément le lancement du service. Quelques jours plus tard on dénombre plus de 100 000 abonnés avec des mobiles de la marque Samsung[144].

En avril 2019, le réseau 5G de KT est prêt à l'usage dans 85 villes de Corée du Sud et comprend la couverture des services 5G sur les principales autoroutes et chemin de fer du pays[145].

KT a déployé son infrastructure 5G sur une base Samsung. SK Telecom déploie avec Ericsson, Nokia et Samsung (Huawei est exclue de sa liste de fournisseurs d'équipement). LG Uplus utilise Huawei[145].

Au premier trimestre 2020, la Corée du Sud compte déjà plus de 5 millions d'abonnements enregistrés[146].

Selon Bloomberg, en 2020, à la suite de la pandémie de Covid-19, le gouvernement sud-coréen dévoile un « nouvel accord » pour remodeler l'économie ; ce plan vise en particulier à promouvoir l’utilisation des réseaux sans fil de cinquième génération et de l'intelligence artificielle dans tous les secteurs.

États-Unis[modifier | modifier le code]

AT&T (155 millions de clients), Verizon (118 millions) et le nouvel ensemble T-Mobile/Sprint (80 millions)[147] sont les principaux opérateurs de télécommunications des États-Unis.

Début 2020, le réseau 5G de Sprint est en service dans certaines parties d'Atlanta, Houston, Dallas-Fort Worth, Kansas City, Phoenix, Arizona, la ville de New York, Washington D.C., Los Angeles, Chicago. La 5G de Sprint couvre plus de 5 400 kilomètres carrés desservant une population de 11 millions d'habitants aux États-Unis[148]. Après de nombreuses péripéties, en , le ministère de la Justice américain annonce donner son accord à la fusion de Sprint et T-Mobile[147]. La fusion est finalisée le  ; la nouvelle société conserve le nom de T-Mobile. La fusion T-Mobile/Sprint est motivée par l'arrivée de la 5G, déjà une réalité dans plusieurs villes des États-Unis, la nouvelle société s'engage sur une couverture 5G sur 99 % du territoire américain six ans après la fusion.

En mai 2020, le réseau 5G (nommé 5G+) de AT&T et celui de Verizon sont mis en service dans certaines villes[149],[150].

Les États-Unis sont un des rares pays à avoir lancé la 5G sur des basses fréquences. AT&T et T-Mobile, les deux opérateurs qui ont déployé beaucoup de stations 5G sur des bandes de faible largeur, proches des 700 MHz, n’offrent pas un gros gain en débit par rapport à la 4G[151].

France[modifier | modifier le code]

Le , les quatre principaux opérateurs français se portent candidats pour le déploiement de la 5G[152], Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR ont déposé leur candidature dans le cadre de l’attribution des fréquences, a annoncé l’Arcep.

Le prix de chaque bloc de 50 MHz a été fixé à 350 millions d’euros, avec un engagement des opérateurs de respecter un calendrier de couverture du territoire en 5G par opérateur :

  • deux villes en 2020 ;
  • 300 sites en 2022 ;
  • 8 000 sites en 2024 ;
  • 10 500 sites en 2025 ;
  • couverture progressive du réseau routier.

La 5G ne sera donc pas installée sur tout le territoire tout de suite : 10 500 antennes par opérateur, soit 42 000 antennes, seront déployées d’ici à 2025 sur les 85 000 sites déjà existants[153].

Les enchères d’attribution des fréquences entre Orange, SFR, Bouygues Telecom et Iliad (Free), qui devaient se tenir le , sont reportées[154] au 29 septembre 2020[155]. En contrepartie d’un cahier des charges plus souple sur le déploiement de la 5G (levant l’obligation de couvrir au moins deux villes avant la fin 2020), l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) renforce les obligations des opérateurs concernant la 4G, imposant « la généralisation de l’accès à la 4G+ » (LTE Advanced), une version plus puissante du LTE qui devra couvrir 75 % des sites fin 2022[156].

Pour le déploiement de la 5G, Orange a choisi, pour la France, Nokia (40 %) et Ericsson (60 %) qui étaient déjà ses fournisseurs pour les générations précédentes de réseau mobile. Free a annoncé un accord stratégique avec Nokia, son fournisseur historique. SFR et Bouygues Telecom, qui ont chacun une moitié de leurs réseaux actuels équipés par Huawei, n'ont pas dit avec qui ils travailleraient pour la 5G[157].

Bouygues Telecom redoute que l'État lui interdise d'avoir recours à l'équipementier chinois Huawei pour la 5G alors que celui-ci équipe déjà la moitié de son réseau 4G. Selon Olivier Roussat, président de Bouygues Telecom « Si Huawei est interdit en France,... , il faut des mesures d'indemnisation. Aux États-Unis, un fonds de 1 milliard de dollars a été mis en place pour aider les petits opérateurs régionaux à retirer les équipements Huawei de leurs réseaux »[158]. En , Bouygues Télécom annonce qu'il va retirer 3 000 antennes de téléphonie mobile Huawei dans les zones très denses en population d'ici à 2028, à la demande du gouvernement français, pour des raisons de sécurité informatique[159].

Madagascar[modifier | modifier le code]

En 2019, un contrat commercial signé avec Ericsson, d'un montant de 100 millions de dollars, prévoit sur quatre ans le déploiement de 2 000 sites mobiles qui permettront à l’opérateur télécoms de compléter sa couverture réseau du pays. Le déploiement de sites 4.5G puis 5G dans des zones à haute densité est prévu[160].

L'opérateur Telma annonce le lancement commercial du son réseau 5G le , en partenariat avec Ericsson[161].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

En 2020, 31 villes du Royaume-Uni sont équipées en 5G. En janvier 2020, le Royaume-Uni pose des garde-fous sur le déploiement de la 5G par Huawei, aucun équipement dans les cœurs de réseaux, part de marché limitée à 35 % et aucune présence sur les sites critiques, comme les centrales nucléaires[162].

En juin 2020, selon le Daily Telegraph, Boris Johnson prévoirait une désinstallation progressive des équipements 5G de Huawei d'ici 2023. EE, Vodafone et 3 utilisent des équipements 5G de Huawei sur leurs réseaux[162].

En juillet 2020, Le Royaume-Uni va exclure Huawei de son réseau 5G. L’achat de nouveaux équipements Huawei sera interdit dès la fin 2020 et les équipements existants devront être retirés d’ici à 2027, a déclaré le ministre chargé de la culture et du numérique, Oliver Dowden, à la Chambre des communes à l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) présidée par le premier ministre conservateur Boris Johnson[163].

Suisse[modifier | modifier le code]

Sunrise et Swisscom ont commencé le déploiement de la 5G en , Salt plus tard dans l'année.

Swisscom, en , couvrait, selon son site internet 150 localités en Suisse[164]. Lors de la présentation du résultat financier du troisième semestre[165], il ambitionnait toujours de couvrir 90 % de la population. Ces objectifs ont été revus à la baisse[166] du fait de divers ralentissements par certains cantons qui ont mis en place des moratoires, bien que cela ne relève pas de leur compétence[167].

Sunrise se présente comme leader en matière de déploiement de la 5G. En , il couvrait 309 localités en 5G. Il propose plusieurs services grâce à ce réseau, comme Internet/TV/téléphone à la maison par la 5G[168].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pulkit Gupta, « Evolvement of mobile generations: 1G To 5G », International Journal For Technological Research In Engineering, vol. 1, no 3,‎ (ISSN 2347-4718, lire en ligne [PDF]).
  2. Ericsson, « 5G vers la fin du temps de latence ? », Les Échos, (consulté le 30 juin 2020).
  3. a et b « Avec un débit ultra-haut et des temps de latence faible, la 5G et la vie future », sur reneelab.fr, .
  4. « la 5G joue son avenir en pleine pandémie de Covid-19 », Le Monde, .
  5. « La 5G devrait vous faire rêver », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Alcatel et le Coréen KT partenaires dans la 5G mobile », sur lesechos.fr, (consulté le 21 mai 2015).
  7. Rapport de prospective Technologies clés 2020[PDF], publié en .
  8. Eric Gibory, Fawzi Nashashibi, « Flottes d’entreprise : « De nouveaux services pour la voiture connectée vont apparaître avec la 5G » », sur Le Monde, (consulté le 25 mai 2020)
  9. a b et c (en) « China Poised to Lead the World in 5G », sur sdxcentral.com.
  10. a b et c (en) Corinne Reicher, « Huawei and NTT DoCoMo trial 5G tech », sur ZDNet, 23 mai 2018lddll.
  11. « Technologies 5G : l’ARCEP autorise Orange à mener une première expérimentation en France », sur arcep.fr, .
  12. « Rennes va tester la 5G », sur zdnet.fr, .
  13. (en) « Leti To Demonstrate New Multicarrier Waveform For 5g Networks On Minatec Campus », sur embedded-computing.com, (consulté le 14 mai 2017).
  14. « 5G : Orange et Ericsson atteignent un débit de 15 Gbit/s lors d'une démonstration », MonPetitForfait,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juin 2018).
  15. Frédéric Djardias, « En Corée du Sud, les JO servent de terrain de jeu pour tester la 5G », sur francetvinfo.fr, .
  16. « L'Arcep publie la synthèse des contributions à la consultation publique « De nouvelles fréquences pour le très haut débit dans les territoires, pour les entreprises, la 5G et l'innovation » lancée le 6 janvier 2017 », sur arcep.fr, .
  17. (en) « San Marino set to become first country upgraded to 5G nationwide », sur Financial Times.
  18. (en) « iCOMPET: EU flagship initiative, the 5G declaration signed by EU ministers in Tallinn », Estonian Presidency of the Council of the European Union, (consulté le 1er novembre 2017).
  19. Free Mobile a été autorisé à expérimenter son réseau 5G frandroid.com, le .
  20. (en) « Verizon to launch 5G residential broadband services in up to 5 markets in 2018 », Verizon Communications Inc., (consulté le 30 novembre 2017).
  21. (en) Corinne Reichert, « 5G standards approved as tech industry signals accelerated deployment », sur ZDNet, .
  22. AT&T promet de la 5G mobile dès fin 2018, generation-nt.com.
  23. Frédéric Djardias, « Internet 5G à Pyeongchang: réalité virtuelle en direct et lutte anti-sangliers », .
  24. « La 5G en panne en Europe », euractiv.com,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2018).
  25. « Télécoms : l'Europe à la traîne dans la 5G », Les Échos (consulté le 16 mars 2018).
  26. Sébastien Gavois, « Les lourdeurs du trilogue européen pointées du doigt », nextinpact.com,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2018).
  27. « Les premières antennes 5G testées en Chine », .
  28. « Les premiers terminaux 5G devraient arriver l'année prochaine », sur Le Quotidien du Peuple, .
  29. (es) Mike Cortez, « América Latina Se Prepara Para La Llegada Del 5G », Latam Outsource,‎ (lire en ligne).
  30. « Afrique : le petit royaume du Lesotho choisi pour tester la 5G », sur Europe 1, .
  31. « Comment Swisscom, Sunrise et Salt se partageront la 5G suisse », sur ictjournal.ch (consulté le 19 février 2019).
  32. Zeliha Chaffin, « Téléphonie : la 5G, vedette du Salon de Barcelone », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  33. « La Corée du Sud devient le premier pays au monde à commercialiser la 5G », RFI, .
  34. « « 5G for People » est lancé : les premiers clients Sunrise utilisent la 5G », sur Sunrise, (consulté le 4 avril 2019).
  35. « Couverture Sunrise 5G en Suisse », sur Sunrise (consulté le 13 mai 2019).
  36. « Découvrez sur notre carte si une antenne 5G se situe près de chez vous », sur Radio télévision suisse, (consulté le 18 avril 2019).
  37. « Coup d'envoi de l’attribution des fréquences 5G en France », sur MonPetitForfait, (consulté le 19 juillet 2019).
  38. Fréquences 5G : procédure d’attribution de la bande 3,4 - 3,8 GHz arcep.fr, le 3 avril 2020
  39. « L'attribution des licences 5G reportée finalement au printemps 2020 », sur BFM Business (consulté le 22 novembre 2019).
  40. Sylvain Rolland, « Comment le numérique pollue dans l'indifférence générale », La Tribune, (consulté le 2 août 2019).
  41. Frédéric Bordage, Sobriété numérique, les clés pour agir, Buchet Chastel, p. 29 et 48.
  42. (en) Li-Chun Wang et Suresh Rangapillai, « A survey on green 5G cellular networks », sur researchgate.net, (DOI 10.1109/SPCOM.2012.6290252), p. 1-5.
  43. (en) « Toward Green 5G Mobile Networks (5GrEEn) - new project launched », sur eitdigital.eu, .
  44. « La 5G dans les starting-blocks », ZDNet, .
  45. (en) « Ericsson hits crazy-fast 5Gbps wireless speed in 5G trial », sur cnet.com, .
  46. « Le CEA-Leti mise sur les technologies spatiales pour tester la 5G aux JO… de 2018 », sur usine-digitale.fr, (consulté le 21 août 2017).
  47. Nicolas Richaud, « Saint-Marin sur le point de devenir la première nation 5G », Les Échos, .
  48. a et b Smart Tech, Delphine Sabattier, David Barruchel, Nicolas Sironneau, Viktor Arvidsson () B Smart..
  49. a et b Nicolas Sironneau, « La 5G : prendre le virage du monde d’après », sur Fondation Concorde, .
  50. « Tout savoir sur la 5G : éligibilité, débits, dangers... [Guide complet] », sur Forfait 5G (consulté le 22 août 2019).
  51. Pierre Manière, « 5G : pourquoi Washington s'intéresse à Nokia et Ericsson », La Tribune, .
  52. Pascal Samama, « 5G : Les États-Unis misent-ils sur Cisco pour affronter Huawei ? », sur BFM TV, .
  53. « La France accueille favorablement la publication de la « boîte à outils 5G », Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information », sur ssi.gouv.f, .
  54. Pia de Bondy, « Un nouveau paradigme pour la 5G européenne », sur portail-ie.fr, .
  55. Amélie Charnay et Gilbert Kallenborn, « La 5G pose-t-elle un problème de sécurité nationale ? », sur 01net, .
  56. « Proposition de loi no 1722 visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles », sur assemblee-nationale.fr, .
  57. a et b AOF, « Nokia, l'État finlandais prend une participation de 3,3 % au capital », sur Capital.fr, (consulté le 22 juillet 2020).
  58. « Les titres de la presse du vendredi 3 juillet 2020 », sur Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, .
  59. « « Il n’y aura pas un bannissement total de Huawei » dans la 5G en France, prévient le patron de l’Anssi », Le Monde, AFP, Reuters, (consulté le 6 juillet 2020).
  60. « 5G : la Chine menace Nokia et Ericsson », Capital, (consulté le 28 août 2020).
  61. Nature, « Global 5G wireless deal threatens weather forecasts », sur Nature, (consulté le 17 janvier 2020).
  62. Olivier Lascar, « Quand la 5G menace les prévisions météo », sur Sciences et Avenir, (consulté le 17 janvier 2020).
  63. Sarah Crespi et Gabriel Popki, Next-generation cellphone signals could interfere with weather forecasts, and monitoring smoke from wildfires to model nuclear winter, Science, .
  64. (en) Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme(ECMWF), « ECMWF statement on the outcomes of the ITU WRC-2019 conference », sur le site du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, (consulté le 29 novembre 2019).
  65. ITU, « Conférence mondiale des radiocommunications de 2019 (CMR-19), Charm el-Cheikh, Égypte, 28 octobre-22 novembre 2019 », sur le site de l'Union internationale des télécommunications, (consulté le 29 novembre 2019).
  66. « Non, la 5G n'affectera pas les prévisions météo », sur ZDNet France (consulté le 17 janvier 2020).
  67. (en) Mike Wood, « Small cells bringing fast mobile coverage to where it’s needed most », sur Telstra Exchange, .
  68. a b c d e f g h et i (en) James Meese, Jordan Frith et Rowan Wilken, « COVID-19, 5G conspiracies and infrastructural futures », Media International Australia,‎ (ISSN 1329-878X et 2200-467X, PMCID PMC7506181, DOI 10.1177/1329878X20952165, lire en ligne, consulté le 23 septembre 2020).
  69. Sébastien Meurs, « 5G L'ultra haut débit mobile sera-il-dangereux pour la santé ? », Capital, .
  70. Julien Lausson, « La 5G, des effets sur la santé ? Le gouvernement rassure - Politique », sur Numerama, (consulté le 28 avril 2019).
  71. De Nantes à Besançon, les candidats « anti-5G » font irruption aux municipales, Les Échos, 25 juin 2020.
  72. « Déploiement de la 5G en France : l’Anses se mobilise pour évaluer les risques pour la santé », sur Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, .
  73. Elsa Bembaron, « La 5G sera bien lancée cette année en France », sur Le Figaro.fr, (consulté le 3 août 2020).
  74. « 5G et santé: lectrices et lecteurs du Temps s’interrogent », Le Temps, (consulté le 28 avril 2019).
  75. « 5G, la décision du Conseil fédéral qui divise », sur www.illustre.ch, (consulté le 28 avril 2019).
  76. Anouch Seydtaghia, « La fronde anti-5G, une particularité suisse », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 28 avril 2019).
  77. (en) Arno Thielens, Duncan Bell, David B. Mortimore, Mark K. Greco, Luc Martens et Wout Joseph, « Exposure of Insects to Radio-Frequency Electromagnetic Fields from 2 to 120 GHz », Scientific Reports,‎ (lire en ligne).
  78. Éric Felley, « La 5G fait chauffer les antennes des insectes », sur www.msn.com (consulté le 13 mai 2019).
  79. (en) « Marie-Claire Cammaerts's research », sur researchgate.net.
  80. La 5G est-elle dangereuse pour la santé ? Les scientifiques sonnent l'alarme, fr.express.live.
  81. Le Jura opte lui aussi pour la prudence face aux antennes de la 5G, RTS Info, avril 2019.
  82. Signataires, hippocrates-electrosmog-appeal.be.
  83. « The Appeal — 5G Space Appeal », sur 5G Space Appeal (consulté le 6 juin 2020).
  84. Cécile Thibert, « Santé : faut-il avoir peur de la 5G ? », Le Figaro, .
  85. « Déploiement de la 5G : pas d’inquiétude à avoir, assurent deux experts », sur pourquoidocteur.fr (consulté le 6 juin 2020).
  86. « Déploiement de la 5G : le casse-tête de l’électro-hypersensibilité », sur pourquoidocteur.fr (consulté le 6 juin 2020).
  87. « Champs électromagnétiques et santé publique : téléphones portables », Organisation mondiale de la santé, .
  88. Association suisse des Télécommunications, « Vérifications des faits concernant la technologie 5G », sur sunrise.ch, (consulté le 20 septembre 2019).
  89. Loi no 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, à la transparence, à l'information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques.
  90. Hafid kh, « l’impartialité du comité qui guide l’Europe pour protéger la population des ondes en question », sur 24hnews.yj.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  91. « Déploiement de la 5G en France et dans le monde : aspects techniques et sanitaires » [PDF], sur Ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance, .
  92. Sébastien Dumoulin, « 5G : le gouvernement veut aller de l'avant », Les Échos, .
  93. « Évaluation de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques 5G » [PDF], sur Agence nationale des fréquences, .
  94. Henrique Schneider, Union suisse des arts et métiers, « Énergie et 5G : attention aux fausses idées ! », Le Temps, .
  95. Mélenn Gautier, « La 5G est-elle « extrêmement consommatrice d’énergie », comme l'affirme Julien Bayou ? », sur Libération, CheckNews, .
  96. a et b Hugues Ferreboeuf et Jean-Marc Jancovici, « La 5G est-elle vraiment utile ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  97. « La technologie 5G : pourquoi elle va changer le monde de demain ? », sur TopMeilleurs, (consulté le 5 juillet 2020).
  98. « Doit-on s’attendre à une couverture 5G inférieure à celle de la 4G ? », sur Tactis.fr, .
  99. « Parlons 5G : toutes vos questions sur la 5G », sur Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, .
  100. (en) Samsung to offer 5G service by 2020 - Yonhapnews Agency, .
  101. (en) Samsung wants to offer 5G in 2020, speeds of 1 Gbit/s reached in tests - pocket-lint.com, .
  102. Téléphonie mobile : Samsung teste avec succès un réseau 5G à 1 Gbit/s - Marc Zaffagni, Futura-Sciences.com, .
  103. « Nouveau record de vitesse en 5G : vous téléchargerez 27 films en une seconde ! », sur 01net, .
  104. a et b (en) [PDF] [1] etsi.org, novembre 2019
  105. (en) « Friis Transmission Equation Calculator », sur random-science-tools.com, (consulté le 30 mars 2017).
  106. « La Chine prépare déjà la 5G », sur 01net, .
  107. « Télécoms : Bruxelles déjà en piste pour la « 5G » », Les Échos, .
  108. liste des partenaires de METIS, consultée .
  109. 5G : Bruxelles accentue ses efforts - Numerama, .
  110. Huawei toutes voiles dehors vers la 5G - Johann Breton, lesnumeriques.com, .
  111. (en) J. Hoydis, S. ten Brink et M. Debbah, « Massive MIMO in the UL/DL of Cellular Networks: How Many Antennas Do We Need? », IEEE Journal on Selected Areas in Communications, vol. 31, no 2, Bell Labs., Alcatel-Lucent, (consulté le 2 mars 2016), p. 160–171.
  112. (en) E. Bjornson, E. G. Larsson et M. Debbah, « Massive MIMO for Maximal Spectral Efficiency: How Many Users and Pilots Should Be Allocated? », IEEE Transactions on Wireless Communications, vol. 15, no 2, IEEE, (consulté le 2 mars 2016), p. 1293-1308.
  113. (en) E. Bjornson, L. Sanguinetti, J. Hoydis et M. Debbah, « Optimal Design of Energy-Efficient Multi-User MIMO Systems: Is Massive MIMO the Answer? », IEEE Transactions on Wireless Communications, vol. 14, no 6, IEEE, (consulté le 2 mars 2016), p. 3059-3075.
  114. « La Corée du Sud investit plus d'un milliard d'euros dans la 5G », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2015).
  115. « 5G : Orange et Bouygues Telecom ont obtenu le feu vert de l’Arcep ! », sur actu.meilleurmobile.com, .
  116. « 5G : la France représente bien l’Europe aux côtés du Royaume-Uni et de l’Allemagne », sur actu.meilleurmobile.com, .
  117. « L’appel de 1 000 scientifiques : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  118. (en) Naomi Buck, « Could WiFi in schools be harming our kids? », The Globe and Mail, .
  119. (en) Christopher Mims, « Cities Are Saying No to 5G, Citing Health, Aesthetics—and FCC Bullying », The Wall Street Journal, .
  120. (en) « Radiation concern halts Brussels 5G development, for now », The Brussels Times (en), .
  121. Pierre Manière, « Santé : des associations tirent à boulets rouges sur la 5G », La Tribune, .
  122. Sébastien Dumoulin, « 5G : les ondes de la colère », Les Échos, .
  123. Frédéric Sergeur, « 5G : « Je ne crois pas au modèle amish », le tacle d’Emmanuel Macron aux écologistes », Capital, (consulté le 15 septembre 2020).
  124. a et b (en) « Your 5G Phone Won’t Hurt You. But Russia Wants You to Think Otherwise. », The New York Times, .
  125. a et b (en) Sabrina Weiss, « health risks are the internet's new favourite conspiracy theory », Wired, .
  126. a b c d e f g et h « 5G et coronavirus : propagation d'une infodémie », sur siecledigital.fr, (consulté le 23 septembre 2020).
  127. « COVID-19 et 5G : des chercheurs montrent comment cette fake news s'est propagée dans le monde », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, .
  128. Ogilvie, M, Rootes, C (2016) The British anti-windfarm and anti-fracking movements: a comparative analysis. In:Price, S, Sanz Sabido, R (eds) Sites of Protest: Protest, Media and Culture. London: Rowman & Littlefield, pp. 143–162.
  129. Taylor V (2016) Contention, tactical repertoires of. In: Ritzer, G (ed.) The Blackwell Encyclopedia of Sociology, pp. 779–782. Malden, MA: Blackwell Publisher.
  130. Weingart, Engels and Pansegrau (2000) Risks of communication: discourses on climate change in science, politics and the mass media. Public Understanding of Science 9: 261–283.
  131. (en-GB) Suzanne Goldenberg, « Conservative thinktanks step up attacks against Obama's clean energy strategy », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 23 septembre 2020).
  132. a et b (en) Alex Shultz, « Here’s the bonkers conspiracy theory blaming 5G for the coronavirus », GQ, .
  133. a et b (en) Isobel Asher Hamilton, « Here’s what we know about the bizarre coronavirus 5G conspiracy theory that is leading people to set mobile phone masts on fire », Business Insider Australia, .
  134. a et b (en) « 5G, coronavirus and contagious superstition », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2020).
  135. a b et c (en) James Temperton, « How the 5G coronavirus conspiracy theory tore through the internet », Wired, .
  136. a et b (en) Ryan Broderick, « A conspiracy theory that 5G is causing the coronavirus is spreading alongside the pandemic », sur BuzzFeed, .
  137. a b et c (en) Axel Bruns, Stephen Harrington et Edward Hurcombe, « ‘Corona? 5G? or both?’: the dynamics of COVID-19/5G conspiracy theories on Facebook », Media International Australia,‎ (ISSN 1329-878X et 2200-467X, PMCID PMC7404088, DOI 10.1177/1329878X20946113, lire en ligne, consulté le 23 septembre 2020).
  138. (en) Jim Waterson, « Revealed: ‘former Vodafone executive’ in 5G conspiracy video is UK pastor », The Guardian, .
  139. (en) Ryan Gallagher, « 5G virus conspiracy theory fuelled by coordinated effort », sur Bloomberg, .
  140. « Tableau de bord des expérimentations 5G en France », sur Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (consulté le 23 septembre 2020).
  141. « Les ondes émises par les antennes 5G très inférieures au seuil légal », sur siecledigital.fr, (consulté le 23 septembre 2020).
  142. « Fréquences 5G : en Allemagne, les enchères rapportent 6,55 milliards d’euros », sur Le Monde, (consulté le 15 juin 2020)
  143. Ninon Renaud, « L'Allemagne met 7 milliards sur la table pour accélérer dans la 5G », Les Échos, (consulté le 26 juin 2020)
  144. « La Corée du Sud leader mondial de la 5G », sur s-ge.com, (consulté le 23 juillet 2020).
  145. a et b Campbell Kwan, « 5G : le réseau commercial de KT et Samsung atteint 1 Gb/s à Séoul », sur ZDNet, (consulté le 23 juillet 2020).
  146. Tristan Gaudiaut, « La Corée du Sud fait la course en tête », sur statista.com, (consulté le 23 juillet 2020).
  147. a et b Raphael Balenieri, « La justice américaine valide la méga-fusion entre T-Mobile et Sprint », sur Les Échos, (consulté le 26 juin 2020).
  148. (en) « Sprint 5G Rollout: Here's Everything You Need to Know », sur digitaltrends.com, (consulté le 23 juin 2020).
  149. (en) Ed Oswald, Christian de Looper, « AT&T 5G: Everything You Need to Know About the Rollout », sur digitaltrends.com, (consulté le 23 juin 2020).
  150. (en) « Verizon 5G Rollout: Here's Everything You Need to Know », sur digitaltrends.com, (consulté le 23 juin 2020).
  151. Nicolas Six, « Tour du monde des réseaux mobiles 5G : les particuliers ne sont pas conquis », Le Monde, (consulté le 19 septembre 2020).
  152. Vincent Fagot, « 5G : les quatre principaux opérateurs français se portent candidats », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  153. Mathilde Damgé, « Qu’est-ce que la 5G va changer pour les particuliers ? », Le Monde, (consulté le 19 septembre 2020).
  154. Charles de Laubier, « La 5G joue son avenir en pleine pandémie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  155. « Les enchères pour les fréquences 5G débuteront le 29 septembre en France », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020).
  156. « Les enchères de la 5G auront lieu entre le 20 et 30 septembre », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juin 2020).
  157. Sébastien Dumoulin, « 5G : Orange fait l'impasse sur Huawei en France », Les Échos, (consulté le 27 juin 2020).
  158. Raphaël Balenieri et Sébastien Dumoulin, « 5G : Martin Bouygues met le gouvernement face à ses choix », Les Échos, (consulté le 26 juin 2020).
  159. Nicolas Sandanassamy, « Bouygues Telecom va retirer des milliers d’antennes de téléphonie mobile Huawei », Capital, (consulté le 28 août 2020).
  160. « Madagascar : Telma a signé un contrat de près de 100 millions de dollars avec Ericsson pour moderniser son réseau et se projeter vers la 5G », sur agenceecofin.com, (consulté le 2 juillet 2020).
  161. « Telma Madagascar lance avec Ericsson les premiers services 5G en Afrique », sur agenceecofin.com, (consulté le 2 juillet 2020)
  162. a et b Raphaël Balenieri, « Le Royaume-Uni pourrait fermer ses portes à Huawei dès 2023 », Les Échos, (consulté le 26 juin 2020).
  163. « Le Royaume-Uni va finalement exclure Huawei de son réseau 5G », Le Monde, AFP, (consulté le 15 juillet 2020).
  164. « Swisscom 5G », Swisscom, (consulté le 18 novembre 2019).
  165. « EBITDA stable – Les abonnements haut débit, TV et mobile progressent au troisième trimestre », sur swisscom.ch, Swisscom, (consulté le 16 novembre 2019).
  166. Bilan, « Swisscom: retards en vue avec le déploiement de la 5G, admet le patron », sur bilan.ch, (consulté le 18 septembre 2019).
  167. « Les moratoires sur les antennes 5G sont illégaux », sur 24heures.ch, (consulté le 16 novembre 2019).
  168. Sunrise, « Expansion de la 5G: plus de 309 villes/localités couvertes par la 5G », sur sunrise.ch, (consulté le 16 novembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]