Bataille de Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Opération Overlord)
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Normandie
Un LCVP à Omaha Beach, Normandie, France le 6 juin 1944.
Un LCVP à Omaha Beach, Normandie, France le 6 juin 1944.
Informations générales
Date Du 6 juin au 29 août 1944
Lieu Basse-Normandie,
Ouest de la France
Issue Victoire des Alliés
Tête de pont alliée en France : ouverture d'un deuxième front soulageant le front russe
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la France Armée française de la Libération
Drapeau de la Pologne Armée polonaise de l'Ouest
Drapeau de la Tchécoslovaquie Forces tchécoslovaques libres
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Belgique Forces belges libres
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau des États-Unis Général Dwight Eisenhower,
Drapeau du Royaume-Uni Maréchal Bernard Montgomery
Drapeau de l'Allemagne Feld-maréchal Gerd von Rundstedt,
Drapeau de l'Allemagne Maréchal Erwin Rommel (Absent le 6 juin 1944),
Drapeau de l'Allemagne Général Friedrich Dollmann
Forces en présence
1 000 000 hommes (11 juin)[réf. nécessaire]
1 452 000 hommes (25 juillet)
2 052 299 hommes (21 août)
2 876 000 hommes (29 août)
380 000 hommes (1 000 000 dispersés sur l'ensemble de la France)
Pertes
forces terrestres : 209 672 tués, blessés
et disparus (tués : 36 976 ; disparus : 19 221)
forces aériennes : 16 714 tués et disparus
population civile : 50 000 tués, blessés et disparus[1]
200 000 tués et blessés (tués : 50 000), 200 000 prisonniers
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Bataille de Normandie

Neptune · Tonga · Utah Beach · Omaha Beach · Gold Beach · Juno Beach · Sword Beach · Pointe du Hoc · Manoir de Brécourt · Caen · Perch · Carentan · Mesnil-Patry · Moulin des Rondelles · Villers-Bocage · Haies · Cherbourg · Epsom · Windsor · Charnwood · Jupiter · Goodwood · Atlantic · Martlet · Crête de Verrières · Spring · Saint-Lô · Cobra · Bluecoat · Totalize · Mortain · Tractable · Côte 262 · Poche de Falaise · Chambois · Rennes · Saint-Malo · Brest · Paris
2e campagne de France
Corse · Ain et Haut-Jura · Les Glières · Ascq · Mont Mouchet · Opérations SAS en Bretagne · Bataille de Normandie · Guéret · 1er Tulle · 2e Tulle · Argenton-sur-Creuse · Oradour-sur-Glane · 1er Ussel · Saint-Marcel · Saffré · Mont Gargan · Vercors · Penguerec · Lioran · Égletons · 2e Ussel · Débarquement de Provence · Port-Cros · La Ciotat · Toulon · Martigues · Marseille · Nice · Rennes · Saint-Malo · Brest · Paris · Montélimar · Maillé · Écueillé · La Saulx · Meximieux · Nancy · Reddition de la colonne Elster · Dunkerque · Arracourt · Saint-Nazaire · Lorient · Metz · Royan et de la pointe de Grave · Campagne de Lorraine · Colmar


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

Coordonnées 49° 20′ 00″ N 0° 34′ 00″ O / 49.333333333333, -0.5666666666666749° 20′ 00″ Nord 0° 34′ 00″ Ouest / 49.333333333333, -0.56666666666667  

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Normandie.

La bataille de Normandie est l'une des grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre militaire européen. Elle se déroule entre juin et août 1944 en Normandie, et permet aux Alliés d’ouvrir un nouveau front en Europe de l'Ouest, face aux troupes du Troisième Reich. Elle débute le 6 juin 1944 — appelé Jour J — par le débarquement (codé opération Neptune) et le parachutage des premières troupes alliées sur et aux abords des plages de l'ouest du Calvados et de l'est du Cotentin pour finir entre le 19 août 1944 (fermeture de la Poche de Falaise) et le 29 août (fin des opérations de traversée de la Seine par l'armée allemande), simultanément avec la Libération de Paris le 25 août. Son effet est renforcé par l’opération Bagration lancée le 22 juin par Staline et par le débarquement de Provence le 15 août. Certains historiens considèrent que la bataille de Normandie s'achève le 12 septembre avec la libération du Havre.

Plus de 70 ans après, cette bataille reste la plus grande opération logistique de débarquement, trois millions de soldats principalement américains, britanniques, canadiens,australiens, néo-zélandais mais aussi d'autres forces alliées (Forces françaises libres, Armée polonaise de l'Ouest, belges, tchécoslovaques, néerlandaises et norvégiennes) traversant la Manche pour débarquer en Normandie dont plus de 150 000 le jour J.

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'objectif des Alliés, dans cette opération, est de créer un autre front, réclamé par Staline depuis 1942, en Europe de l'Ouest (opération Overlord), par la mise en place d'une tête de pont qui puisse ouvrir un accès assez rapide vers le cœur de l'Allemagne. La trop lente progression de la campagne d'Italie ne permet pas, en effet, d'espérer une issue rapide de la guerre.

Le plan d'exécution en Normandie s'articule en deux phases :

  1. s'emparer d'une tête de pont afin de prendre le nœud routier de Caen et le port de Cherbourg (opération Neptune) ;
  2. élargir la zone par la libération de la Bretagne et des ports de la façade Atlantique française d'une part, avancer jusqu’à une ligne Le Havre-Le Mans-Tours d'autre part.

Cette ligne est l'objectif planifié à quarante jours. L'objectif optimiste à trois mois (soit début septembre) est une zone s'étendant jusqu’à la Loire au sud et à la Seine au nord-est. Si le débarquement le jour J est partiellement réussi, les suites de l'opération se révèlent beaucoup plus difficiles et plus longues que prévu avec des combats acharnés en Normandie, connus sous le nom de bataille de Normandie.

Prélude[modifier | modifier le code]

La planification de l'invasion du continent européen débute le 14 janvier 1943 lors d'une rencontre à Casablanca entre Roosevelt et Churchill, alors que Staline réclame avec insistance l'ouverture d'un second front en Europe de l'Ouest pour soulager l'Armée rouge qui supporte l'essentiel du poids de la guerre en Europe. Britanniques et Américains lancent en juillet 1943 l'opération Husky (invasion de la Sicile). Mais alors que les Américains souhaiteraient lancer un débarquement au Nord-Ouest de l'Europe, pour atteindre plus vite le cœur industriel de l'Europe, Churchill les convainc de lancer un débarquement sur la péninsule italienne, qu'il juge être le ventre mou de l'Axe. Mais la campagne d'Italie lancée en novembre 1943 est difficile et les Alliés ne progressent que très lentement, rendant nécessaire un rapide débarquement dans le nord-ouest de l'Europe.

Reste aux Alliés à en choisir l'emplacement. Le profil des côtes, les contraintes logistiques et le rayon opérationnel des avions de chasse, nécessaires pour la couverture aérienne et le soutien des troupes au sol, réduisent les possibilités de débarquement à deux choix : le Pas-de-Calais et l'ouest de la Normandie.

Bien que le Pas-de-Calais offre les meilleures plages et un accès plus rapide vers l'Allemagne, il est considéré comme un choix trop évident et jugé trop bien défendu. En outre, un tel choix obligerait à concentrer toutes les forces militaires dans le Kent. Des ports importants comme Plymouth, Southampton ou Portsmouth auraient été trop éloignés du lieu de débarquement. La Normandie quant à elle, offre l'avantage d'être presque à équidistance de l'ensemble du littoral sud anglais. De plus, une prise de la Normandie permet d'avoir les ports en eaux profondes de Cherbourg et du Havre (plus ceux de Brest, Lorient et Saint-Nazaire avec la libération de la Bretagne). Enfin, depuis la Normandie, on peut partir vers Paris, objectif hautement politique et symbolique. La Normandie est donc choisie.

Le débarquement en Normandie a bénéficié des expériences du passé. Celle de la Première Guerre mondiale d'abord. Winston Churchill qui participe à l'élaboration de l'opération fait bénéficier l'état-major des erreurs commises lors de la bataille des Dardanelles en 1915[2]. Ensuite, les expériences des diverses opérations de débarquement menées par les Alliés (Torch en Afrique du Nord, Husky en Sicile, Avalanche et Shingle en Italie) viennent affiner la technique à employer. Enfin, l'échec du débarquement de Dieppe (le 19 août 1942) a montré qu'il n'est pas souhaitable d'attaquer directement un port pour débarquer. De plus, la capacité défensive des grands ports a été considérablement accrue depuis 1942, les rendant quasi-imprenables par un assaut venant de la mer.

Le rééquipement des escadrons de chasse américains sur les terrains d'aviation anglais en mars 1944 avec des Mustangs P51 modèle D à long rayon d'action permet d'anéantir la chasse allemande sur les côtes de Normandie et de Calais et d'atteindre la suprématie aérienne; le ciel acquis, pendant toute l'opération Overlord les mouvements au sol des divisions allemandes ne pourront avoir lieu que de nuit. La voiture de Rommel lui-même sera mitraillée par des appareils alliés.

Les généraux Dwight David Eisenhower et Bernard Montgomery sont nommés respectivement commandant suprême des forces expéditionnaires alliées et commandant opérationnel des forces d'invasion terrestres en décembre 1943 et janvier 1944.

Eisenhower donnant les dernières instructions aux soldats du débarquement en Normandie : Full victory-nothing else (« la victoire complète et rien d'autre»).

À ce moment, le plan prévoit le débarquement de trois divisions par la mer et de deux brigades par les airs. Sur les instances de Montgomery, favorable à un front plus large, ce total est porté à cinq divisions par la mer et trois par les airs.

Le Jour J, initialement fixé au 1er mai 1944, est repoussé au 1er juin 1944 puis au 5 juin 1944, ce délai permettant de bénéficier d'un mois supplémentaire de production de barges de débarquement. Finalement, le débarquement sera reporté au 6 juin en raison de mauvaises conditions météorologiques[3].

Pour leurrer les Allemands et les persuader d'un débarquement dans le Pas-de-Calais, voire d'un débarquement secondaire en Norvège, les Alliés mettent en place un large plan de désinformation appelé opération Fortitude. Une armée fictive est entièrement créée, le First US Army Group (FUSAG), « commandée » par le redouté général Patton, utilisant des bâtiments et un équipement factices (dont des chars d'assaut gonflables appelés « dummies »), et produisant un trafic radio fictif. Les Allemands, désireux de connaître la date et le lieu du débarquement, ont un réseau d'espions dans tout le sud de l'Angleterre. Ces agents sont cependant, pour la plupart, contrôlés par les Alliés (« système Double Cross ») et envoient des messages confirmant que le Pas-de-Calais doit être le point d'attaque. En conséquence, la XVe armée (Général Hans von Salmuth) y est mise en réserve, laissant la seule VIIe armée (Général Friedrich Dollmann) face au secteur d'invasion. Cette opération se poursuivra après le débarquement en Normandie pour laisser croire que celui-ci n'est qu'une opération de diversion et que le débarquement principal reste prévu dans le Pas-de-Calais afin d'immobiliser dans le Nord de la France les divisions allemandes qui s'y trouvent.

Article détaillé : Opération Fortitude.

En novembre 1943, lorsque Hitler décide que les risques d'une invasion de la France ne peuvent plus être ignorés, Erwin Rommel est nommé inspecteur des défenses côtières puis commandant du Groupe d'armées B (défense des côtes de la Loire aux Pays-Bas nord de la France). Il va accroître considérablement la construction des défenses côtières, le mur de l'Atlantique. Mais faute de temps, de moyens et sous les bombes alliées, celui-ci restera incomplet et manquera de profondeur.

Article détaillé : Mur de l'Atlantique.

Rommel est persuadé que la meilleure façon de repousser un débarquement côtier est de contre-attaquer à l'aide de blindés le plus vite possible, et de rejeter les Alliés à la mer dès le premier jour (« le jour le plus long »), avant toute consolidation de la tête de pont. Il demande donc que des divisions de Panzers soient disposées à proximité des côtes, mais son autorité est limitée par le fait qu’il n'est pas commandant en chef des forces armées occidentales, poste occupé par le maréchal Von Rundstedt, et que certaines divisions blindées (Panzerdivision de réserve) sont placées sous l'autorité directe de Hitler. Von Rundstedt, soutenu par Heinz Guderian, inspecteur-général des troupes blindées, préfère concentrer les divisions de Panzers plus à l'intérieur des terres (notamment la 21e Panzerdivision du Generalleutnant Edgar Feuchtinger, positionnée au sud de Caen) afin de pouvoir lancer une contre-attaque massive une fois le lieu du débarquement établi, et alors que la tête de pont alliée n'est pas encore stabilisée. L'accord consiste donc à garder trois divisions sous les ordres directs de Rommel, près des côtes, tandis que trois autres restent placées en arrière et ne peuvent être débloquées sans l'ordre express de l'équipe opérationnelle de Hitler. La couverture aérienne est assurée par seulement 169 avions de chasse, ce qui sera très peu en comparaison face aux milliers d'avions que les Alliés engageront[4]. La suprématie aérienne alliée au-dessus du nord-ouest de l'Europe était d'ailleurs un des pré-requis à l'opération alliée.

Le débarquement de Normandie est précédé par un rassemblement considérable de troupes, d'armements et de navires en Angleterre. Des engins militaires spécialisés sont mis au point spécialement pour l'assaut des obstacles et défenses du mur de l'Atlantique. Des tanks Sherman amphibies sont fabriqués ainsi que des tanks démineurs, des tanks anti-blokhaus, poseurs de ponts et de génie routier sous les ordres de la 79th Armored Division du Major-General Percy Hobart, d'où leurs surnoms de Hobart's Funnies ou de « ménagerie de Hobart »,

Une formidable logistique est également conçue avec la construction d'éléments de ports provisoires qui doivent être acheminés peu après les premières troupes. Ces ports doivent permettre d'alimenter les troupes en matériels et munitions, le temps de conquérir un port en eau profonde. Des plans de reconstruction des lignes de chemin de fer et des routes de Normandie ont été établis.

Le Transportation Plan, plan d'attaque des voies de communication, destiné à préparer le débarquement en Normandie, est arrêté le 25 mars 1944.

Article détaillé : Bombardement du 26 mai 1944.

Débarquement[modifier | modifier le code]

Un LCVP débarquant des troupes de la 1re Division d'Infanterie américaine à Omaha Beach. 6 juin 1944
Article détaillé : Opération Neptune (Alliés).

Le débarquement allié, connu sous le nom de Jour J (en anglais : D-Day), représente les premières heures de cette opération. Initialement fixé au 5 juin, le débarquement sera reporté au 6 juin en raison de mauvaises conditions météorologiques[3].

Le 6 juin 1944, 1 213 bateaux de guerre (cuirassés, destroyers…), 736 navires de soutien, 864 cargos et 4 126 engins et péniches débarquent 20 000 véhicules et 156 000 hommes sur les plages de Normandie. Les opérations de débarquement, elles, se poursuivront pendant encore plusieurs semaines. Les plages choisies, protégées par les fortifications du mur de l'Atlantique, sont regroupées en 5 zones entre Saint-Martin-de-Varreville, dans le Cotentin, à l'ouest et Ouistreham sur l'embouchure de l'Orne à l'est :

Utah Beach Omaha Beach Gold Beach Juno Beach Sword Beach
Américains Américains Britanniques Canadiens (et Britanniques) Britanniques (et Français)

La pointe du Hoc (située un peu à l'ouest d'Omaha) est considérée comme une 6e zone de débarquement, prise par les Rangers américains.

Forces en présence : forces alliées (Américains, Britanniques, Canadiens, Français libres, Polonais, Belges, Tchécoslovaques, Néerlandais, Norvégiens, etc.) contre troupes du Troisième Reich (Allemands, mais aussi des supplétifs issus de troupes principalement russes vaincues à l'Est et qui défendaient le mur de l'Atlantique).

5 000 bateaux, dont 4 000 barges de débarquement[5] et 130 navires de guerre, sont impliqués. 12 000 avions sont engagés afin d'assurer le soutien du débarquement, dont un millier d'avions transportant les parachutistes. 5 000 tonnes de bombes sont larguées sur les côtes normandes.

Plan[modifier | modifier le code]

Plan d'attaque du débarquement en Normandie

D'est en ouest, l'ordre de bataille était approximativement le suivant :

Les actions des FFI, Forces françaises de l'intérieur, ou du Maquis aident à perturber les lignes de communications allemandes.

Le rivage a été largement fortifié par l'organisation Todt dans le cadre du mur de l'Atlantique. Il est gardé par 4 divisions, dont une seule, la 352e division d'infanterie, est de qualité standard. La plupart des autres unités est constituée d'hommes qui (souvent pour des raisons médicales) sont considérés comme inaptes au front de l'Est et de troupes étrangères, surtout russes, les Osttruppen ayant incorporé l'armée allemande plutôt que de devenir des prisonniers de guerre. La 21.Panzerdivision est positionnée entre Caen et Falaise, le 6e régiment de chasseurs parachutistes (Fallschirmjäger) défend Carentan et la 12.SS-Panzerdivision est stationnée entre la Seine et l'Orne autour de Dreux. Les hommes de cette dernière sont recrutés parmi les Jeunesses hitlériennes à partir de l'âge de 16 ans, et acquerront une réputation de férocité dans les combats à venir. Les marécages proches de Utah Beach ont été inondés pour prévenir tout parachutage et rendre difficile une sortie des plages.

Avant la bataille, les Alliés ont soigneusement cartographié les zones de débarquement, en prêtant une attention particulière à la météo en Manche. Les conditions propices à un débarquement sont hasardeuses : marée basse à l'aube pour éviter les obstacles anti-navires, que les Allemands ont concentrés sur la ligne de marée haute ; entre un jour avant et quatre jours après la pleine lune pour des raisons de marée ; temps calme, avec des vents inférieurs à la force 3 (moins de 12 km/h) sur la côte, et de force 4 (moins de 20 km/h) au large ; couverture nuageuse peu épaisse jusqu’à une altitude de 2 400 m, et la base des nuages au-dessus de 900 m d'altitude ; visibilité supérieure à 4,5 km. Pour ces mêmes raisons, les Allemands ne craignent pas de débarquement à cette date.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Troupes à bord d'une barge de débarquement, face à Omaha Beach, Normandie. 6 juin 1944. (photo de Robert Capa).
Débarquement des troupes et matériels par échouage des bateaux sur les plages normandes. Juin 1944.
  • h 5 Bombardement des positions allemandes entre Le Havre et Cherbourg
  • h 15 Largage des pathfinders (éclaireurs), parachutistes chargés des balisages des zones de saut et de destruction de voies ferrées en liaison avec la Résistance
  • h 20 Atterrissage des planeurs britanniques à proximité du Pegasus Bridge sur le canal de Caen à la mer
  • h 0 Largage des parachutistes des divisions aéroportées
  • h 20 Atterrissage des planeurs avec le matériel lourd des divisions aéroportées
  • h 0 Début du bombardement naval de la côte normande
  • h 30 Heure H, débarquement sur les plages des troupes américaines
  • h 30 Heure H+1, débarquement sur les plages des troupes britanniques et canadiennes

Bilan[modifier | modifier le code]

Au soir du 6 juin, environ 156 000 hommes avaient pris pied sur le sol normand : 17 000 parachutés, 56 000 débarqués sur Utah Beach et Omaha Beach et 83 000 débarqués sur le secteur anglo-canadien[9]. Les pertes alliées s'élevaient à 10 300 hommes dont le tiers de tués.

Pertes matérielles :

Les plans alliés d'invasion comprennent la prise de Caen et Bayeux dès le premier jour, toutes les plages devant être reliées, sauf Utah, et une ligne de front avancée à 10-15 kilomètres à l'intérieur des terres. Dans les faits, aucun de ces buts n'est atteint. Cependant, les pertes, 4 000 morts et 6 000 blessés, soit moins de trois pour cent des forces impliquées, ne sont pas aussi importantes que prévu et les têtes de pont sont parvenues à repousser les contre-attaques allemandes avec l'appui de l'artillerie navale.

Les priorités des jours qui suivent le débarquement furent de relier les têtes de pont, de prendre Caen et de capturer Cherbourg pour disposer d'un grand port.

Les têtes de pont anglo-américaines d'Omaha Beach et Sword Beach se rejoignent à Bayeux. La 12e division blindée SS (HitlerJugend, Jeunesses hitlériennes) attaque les Canadiens les 7, 8 et 9 juin en causant de lourdes pertes, mais ne parvient pas à percer. Ce laps de temps est parsemé de crimes de guerre (massacre de prisonniers). Pendant ce temps, les plages sont reliées entre elles - Omaha le 10 juin et Utah le 13 grâce à la prise de Carentan par la 101e division aéroportée après d'âpres combats contre les Fallschirmjäger. Les Alliés renforcent leur front plus rapidement que les Allemands. Alors que les Alliés débarquent toutes leurs ressources, la supériorité aérienne alliée et les dommages causés au réseau ferroviaire rendent les mouvements de troupes allemandes lents et dangereux.

L'étendue de la défaite allemande est, humainement et matériellement, considérable. En Normandie, il n'y a ni reddition, ni capitulation : une quarantaine de divisions ont été engagées ; Le coût de la bataille est du même ordre que celui des poches immenses du front de l'est : 450 000 hommes dont 200 000 tués, et en matériel : 1 500 chars, 2 000 canons et 20 000 véhicules détruits. Les pertes en généraux sont très fortes, bien que certains officiers aient réussi à se dégager de la poche avec quelques centaines d'hommes ; aussi, on dénombre côté allemand près de 20 commandants d'armées tués ou prisonniers, 3 commandants blessés (dont le général Rommel) et plus de 35 divisions hors-d'état.

Logistique[modifier | modifier le code]

Un des principaux défis des Alliés était de pouvoir acheminer sans discontinuer pendant des jours et des semaines, des dizaines de milliers d'hommes, des armements lourds, munitions, matériels, carburant, nourriture…

Si les Alliés sont confiants dans le débarquement le jour J et dans la création d'une tête de pont, le moment critique est situé entre J+3 et J+9, le temps d'acheminer suffisamment de troupes pour faire face aux contre-attaques des forces allemandes.

Depuis la tentative ratée du débarquement de Dieppe, ils savent qu'il leur est impossible de prendre un port de manière frontale. Dans le mur de l'Atlantique, tous les grands ports de la Manche sont de redoutables forteresses. L'objectif dans les jours qui suivent le jour J est de s'emparer de Cherbourg, grand port en eau profonde, par la terre.

Mais, en attendant de pouvoir en disposer, les Alliés vont mettre en place deux ports artificiels, les ports Mulberry à Arromanches et à Saint-Laurent-sur-Mer, dérouler un oléoduc sous marin, PLUTO, et organiser ainsi une formidable logistique de ravitaillement de la tête de pont en Normandie grâce à une noria de navires. Une tempête le 19 juin, détruira le port artificiel américain de Saint-Laurent-sur-Mer, obligeant ces derniers à procéder à plus de débarquement à même les plages. Seul celui d'Arromanches pourra être remis en état. Il restera opérationnel durant 8 mois et permettra le débarquement de 20 % des hommes, véhicules et matériels qui auront été engagés jusqu'à fin août 1944 sur le théâtre d'opérations nord-ouest.

Articles détaillés : Mulberry et Opération PLUTO.

En 87 jours de campagne, plus de 2 millions de soldats alliés, plus de 438 000 véhicules, plus de 3 millions de tonnes d'équipements et de ravitaillements auront été débarqués en Normandie.

Approvisionnement en carburant[modifier | modifier le code]

L'approvisionnement en carburant était un des éléments vitaux de la réussite de l'opération Overlord. Les Alliés avaient estimé leurs besoins à 15 000 tonnes à J+41 (soit le 15 juillet) pour approvisionner en essence les 200 000 véhicules qui auraient déjà été débarqués[10] mais également le carburant des avions ou le mazout des navires de la zone. Pendant les 10 premiers jours, les Alliés faisaient échouer sur les plages des LCT remplis de jerricans d'essence[10]. En parallèle, deux points d'ancrage pour pétroliers étaient installés au large de Sainte-Honorine-des-Pertes et reliés à la côte et au mont Cauvin par des tuyaux souples[10]. Un terminal pétrolier sommaire était installé le long des jetées de Port-en-Bessin et relié lui aussi au Mont-Cauvin par un oléoduc[10].

À partir du 15 juillet, ces systèmes d'approvisionnement dit mineurs devaient être remplacés par des systèmes de plus grande échelle à partir du port de Cherbourg reconquis. Le terminal pétrolier d'avant-guerre de la marine nationale de la digue de Querqueville devait être remis en marche avec l'accostage de gros pétroliers mais surtout avec la mise en place d'un oléoduc sous la Manche. Mais les importantes destructions allemandes du port ne permirent au premier pétrolier allié de n'accoster à Querqueville que le 25 juillet et la mise en place de l'oléoduc fut elle aussi retardée[10].

Article détaillé : Opération PLUTO.

Il s'agissait de dérouler entre l'île de Wight et Querqueville, soit une centaine de kilomètres, dix tuyaux souples sous la mer (Pipe-Lines Under The Ocean ou PLUTO), ce qui n'avait encore jamais été fait dans l'Histoire[10]. Initialement, le premier tuyau devait entrer en fonctionnement le 18 juin, soit 12 jours après le débarquement. Mais la prise de Cherbourg plus tardive, le long nettoyage des eaux du port et le mauvais temps retardèrent sa mise en service de 6 semaines et il ne put rentrer en fonction qu'au début du mois d'août. Néanmoins, le manque de carburant ne se fit pas trop sentir, le front ne progressant pas ou peu[10].

Le fonctionnement de PLUTO se révéla également insuffisant, chaque tuyau ne fournissant pas les 300 tonnes/jour initialement prévues[10], obligeant les Alliés à poursuivre des débarquement de carburant sur les plages, à décharger dans le port de Courseulles-sur-Mer et à continuer de faire fonctionner le terminal de Port-en-Bessin[10]. Par la suite, avec l'avancée des Américains, PLUTO fut prolongé par un oléoduc terrestre jusqu'à Avranches[10]. Au mois d'août, il sera redirigé vers la Seine et Paris. 7 500 sapeurs américains aidés de 1 500 prisonniers de guerre allemands participeront aux travaux de cet oléoduc[10].

Bataille de Caen (7 juin – 19 juillet)[modifier | modifier le code]

Bombardement de Caen dans l'après-midi du 7 juillet 1944
Article détaillé : Bataille de Caen.

Supposant que Caen est la position-clé de la bataille, Montgomery y mène trois assauts entre le 7 juin et le 1er juillet avant que la ville ne soit encerclée et bombardée le 7 juillet (opération Charnwood). Espérant une percée décisive par la plaine de Caen en direction de Paris, Montgomery lance alors une offensive majeure avec les trois divisions blindées britanniques, nom de code : opération Goodwood. Le succès initial est contrarié par la résistance improvisée mais déterminée des 1re et 12e divisions blindées SS appuyées par des troupes du génie allemandes leur faisant office d'infanterie. Les pertes britanniques en blindés sont importantes. Hitler, qui sous-estime les Américains, concentre ses réserves face aux Britanniques. Ceux-ci subissent les inconvénients d'une tête de pont trop étroite, largement exposée aux tirs de l'artillerie ennemie.

Coupure du Cotentin et prise de Cherbourg[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Bataille de Cherbourg et Coupure du Cotentin.

Le but des Alliés est de conquérir le plus rapidement possible Cherbourg pour disposer d'un port en eaux profondes. La réussite du débarquement à Utah Beach et de la jonction avec les troupes débarquées plus à l'est, permet ensuite aux troupes américaines d'avancer vers l'ouest et le nord du Cotentin. Les troupes allemandes stationnées dans le Nord Cotentin sont peu mobiles et hétéroclites et il est difficile à l'état-major allemand de les renforcer. Onze jours après le débarquement, le 17 juin, les Américains atteignent la côte ouest du Cotentin à Barneville-Carteret, isolant les troupes allemandes du Nord Cotentin et de Cherbourg du reste du front allemand. Les Américains vont achever la libération du Nord Cotentin, aidés par les ordres incohérents d'Hitler qui tarde à replier ses troupes dans Cherbourg fortifié.

Le général Collins lance l’assaut sur la ville et le port le 22 juin et malgré une vive résistance et de nombreuses pertes alliées, la forteresse allemande se rend le 26 juin. Mais les troupes de l'amiral Hennecker ont réussi à rendre le port inutilisable. Le premier bateau allié n'y accostera qu'à la fin du mois de juillet et le port ne sera opérationnel, en partie, qu'à la mi-août. Il deviendra pourtant le port le plus actif du monde jusqu'à la libération des accès au port d'Anvers début novembre 1944 et le port d'approvisionnement du front de l'Ouest (même si les plages normandes et le port artificiel d'Arromanches continueront d'être utilisés).

Bataille des haies[modifier | modifier le code]

Photo aérienne du bocage dans le Cotentin
Article détaillé : Bataille des Haies.

Face au blocage des troupes anglo-canadiennes à l'est du front et leur impossibilité de prendre Caen, les troupes alliées, principalement américaines, se voient obligées de progresser au sud-ouest dans une zone de bocage, très favorable à la défense et dont les troupes allemandes, plus expérimentées que celles qui défendaient le mur de l'Atlantique, savent profiter. Les mouvements de chars sont rendus difficiles et l'aviation peu efficace. L'infanterie américaine doit se battre haie par haie d'où le nom que les historiens donneront à cet épisode de la bataille de Normandie.

Ainsi de la mi-juin au 24 juillet, la progression de la 1re armée américaine vers Saint-Lô est très lente. Les troupes américaines piétinent ainsi plus d'un mois et ne progressant qu'au prix de pertes très importantes.

Percée d'Avranches[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Opération Cobra et Opération Spring.

Le 25 juillet 1944, les Alliés lancent alors deux opérations conjointes, l'opération Spring consistant à bloquer les forces blindées allemandes à l'est du front au sud de Caen, et l'opération Cobra. Il s'agit, par un bombardement massif et très concentré (« tapis de bombes »), d'ouvrir une brèche dans les défenses allemandes dans le sud du Cotentin. L'opération réussit et, le 30 juillet, les divisions américaines s'engouffrent dans la brèche ouverte. Patton, avec les divisions blindées américaines (et la 2e DB française de Leclerc débarquée à Utah Beach à partir du 1er août 1944) peut alors lancer sa grande percée vers le sud. Il libère la Bretagne (à l'exception des principaux ports fortifiés où les Allemands se sont retranchés), avance jusqu’à la Loire, puis revient vers le nord en prenant à revers le front allemand.

Contre-attaque allemande et encerclement de la poche de Falaise[modifier | modifier le code]

Place centrale de Falaise, le 16 août 1944
Articles détaillés : Contre-attaque de Mortain et Poche de Falaise.

Au lieu de se replier, la Wehrmacht, sur ordre d'Hitler et contre l'avis de son état-major, lance une contre-attaque baptisée opération Lüttich dans la région de Mortain vers Avranches (7e armée et 5e armée blindée), dans le but de couper les lignes américaines. Dès le début, cette offensive allemande est un échec. Le bocage, qui a entravé l'avance des troupes motorisées alliées, gêne aussi la contre-attaque allemande. L'état-major américain n'a pas été surpris, car informé des intentions allemandes, et a pu préparer la réaction. Mais la contre-attaque était surtout vouée à l'échec par sa quasi-absence de couverture aérienne, alors que les bombardiers alliés faisaient 2 000 à 3 000 sorties par jour, pilonnant des troupes allemandes que l'offensive obligeait à se découvrir. Les troupes américaines et françaises prennent alors les Allemands à revers par le sud tandis que les Britanniques, les Canadiens et les Polonais de la 1re division blindée du général Maczek ferment la tenaille qu'ils ont formée par le nord, en occupant la cote 262. Encerclés dans la poche de Falaise, les Allemands se sauvent péniblement en laissant 10 000 morts et 50 000 prisonniers, soit les deux tiers de leur effectif encore engagé en Normandie (21 août 1944).

Chronologie[modifier | modifier le code]

Avance alliée au 2 juillet et bocage normand
L'évolution du front
Juin
Juillet
Août

Considérations politiques[modifier | modifier le code]

Les débarquements en Normandie sont précédés par une quantité considérable de manœuvres politiques parmi les Alliés. Il y a de nombreux désaccords sur les lieux où le débarquement doit avoir lieu et sur le déroulement de la prise des objectifs. L'ouverture d'un second front pour soulager les Soviétiques est prévue depuis 1942. Les Alliés ont d'abord préféré attaquer le « ventre mou » que constituaient l'Afrique du Nord et l'Italie. Churchill privilégie cette approche et souhaite lancer de nouvelles attaques en Méditerranée et dans les Balkans afin de prendre en tenaille le gros des armées allemandes mais aussi contenir l'avancée soviétique qu'il craint. Mais il doit céder à la préférence de Roosevelt et de Staline pour un débarquement dans le nord-ouest de l'Europe, plus proche du cœur industriel de l'Allemagne, la Ruhr.

Le choix de Montgomery déplaît à certains Américains qui préféraient le général Alexander pour commander les forces terrestres. Montgomery lui-même a des doutes à propos de la nomination d'Eisenhower car ce dernier a très peu d'expérience de terrain. Dans cette opération, cependant, Montgomery et Eisenhower coopèrent bien. Leurs disputes, bien connues, viendront plus tard, notamment durant l'opération Market Garden en septembre 1944 aux Pays-Bas.

À noter qu'il faut jusqu'à l'intervention du roi George VI pour dissuader Winston Churchill de participer personnellement au débarquement à la tête de soldats britanniques[12].

Estimation stratégique[modifier | modifier le code]

En 1944, le matériel et l'armement allemands étaient excellents mais disponibles en trop faible quantité. Les Alliés bénéficiaient d'une production inépuisable, d'une « fabuleuse logistique » et de la standardisation des munitions. Sans les Liberty ships, des cargos à durée de construction courte sur des plans simples, qui permirent l'acheminement d'hommes et de matériel en Angleterre puis sur le continent européen, jamais les Alliés n'auraient pu remporter la bataille décisive.

Le débarquement en Normandie est coûteux en termes d'hommes et de matériel pour les Alliés, bien que réussi dans le premier temps de l'opération (établissement d'une tête de pont), grâce à l'expérience acquise dans les débarquements antérieurs, Dieppe (août 1942), Afrique du Nord (novembre 1942), Sicile (juillet 1943), Anzio (janvier 1944)), et surtout, grâce aux énormes capacités matérielles et techniques, à la maîtrise du ciel et à la parfaite coordination des actions. L'échec de la 3e division à prendre Caen, un objectif trop ambitieux pour le premier jour de l'opération, va bloquer l'action pendant un mois. La prise fortuite de Villers-Bocage, suivie par l'échec de son renforcement et sa reprise par la brigade allemande de Michael Wittmann, brise l'offensive des Britanniques.

Les Alliés se trouvent confrontés au problème du terrain. Ils vont devoir progresser dans la partie ouest, dans le bocage, où ils avaient sous-estimé les difficultés de déplacement, et où ils sont contraints de combattre intensément en raison du blocage de l'offensive à l'est et de la non-prise de Caen. Ce bocage gêne considérablement l'avancée des troupes mécanisées alliées et favorise les positions défensives allemandes. Les Alliés vont ainsi piétiner plusieurs semaines dans ce qui sera appelé la « bataille des Haies », ne progressant que très lentement et au prix de pertes importantes. À la fin juillet, ils vont utiliser alors leur domination aérienne avec l'emploi massif de bombardiers sur un territoire restreint, appliquant la tactique du « tapis de bombes », utilisée notamment avant la percée d'Avranches, pour dégager un corridor d'attaque.

La bataille de Normandie ne fut pas la plus grande bataille de l'été 1944. Ce titre revient à la bataille de Biélorussie, au cours de laquelle l'Armée rouge anéantit 30 divisions allemandes. Il faut rappeler que l'essentiel des troupes allemandes étaient alors engagés sur le front de l'Est[13].

Enfin, sur le plan géopolitique, l'ouverture d'un nouveau front à l'ouest est un moyen pour les Occidentaux d'empêcher l'expansion du communisme à la totalité de l'Europe.

Séquelles[modifier | modifier le code]

Char américain M4 Sherman exposé à Bayeux
Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer au-dessus d'Omaha Beach.

La Normandie a été une des régions françaises les plus durement éprouvées par la Seconde Guerre mondiale. Caen, Saint-Lô, Le Havre, sont des champs de ruines[14]. De nombreux villages ont été rasés. L'âpreté et la durée des combats, l'utilisation massive des bombardements aériens par les Alliés pour déloger les troupes allemandes de leurs positions retranchées et couper les voies de communication vont faire plus de 50 000 victimes civiles normandes, dont 20 000 dans le Calvados, 9 890 en Seine-Maritime, 14 800 dans la Manche, 4 200 dans l'Orne et un peu moins de 3 000 dans l'Eure[15]. Des centaines de milliers de sans-abri ne seront pas relogés avant plusieurs années et la majorité des infrastructures est détruite. Henri Amouroux dans son œuvre La Grande histoire des Français sous l'Occupation, apporte sa vision sur les séquelles de la bataille de Normandie[16] :

« Pour beaucoup de Français, aujourd'hui, les morts de la Libération ont péri dans les maquis, dans les prisons allemandes, dans les camps, dans les rang de la 2e D.B. ou dans ceux de l'armée de De Lattre. Les Français, ceux de Normandie surtout, longtemps sous le feu, lorsqu'ils n'étaient pas pris entre deux feux, n'occupent qu'une modeste place dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Leurs souffrances et les horreurs des camps, ont été effacées par les joies de la Libération. Et l'image de la grasse, de la riante Normandie, l'a toujours emporté sur la réalité de la Normandie assassinée. »

Le général Dietrich von Choltitz, commandant du 84e corps allemand en Normandie, qualifia la bataille d'« immense bain de sang[17] ».

Le souvenir de la bataille est partout présent en Normandie, notamment avec de nombreux et vastes cimetières militaires, monuments, stèles ou autres panneaux d'information disséminés sur les nombreux lieux de bataille, de nombreux musées, de toutes tailles dont le grand mémorial de Caen, des rues qui portent le nom des acteurs alliés ou des régiments ayant participé à la libération de la région. On retrouve sur la côte la trace des combats avec des blockhaus marqués par les obus mais qui défient le temps qui passe. Il est aussi encore possible de voir quelques caissons de béton Phoenix qui ont composé les digues du port artificiel au large d'Arromanches.

Si le cinquantième anniversaire de la bataille de Normandie (1994) avait été l'occasion de rappeler la dureté des combats et les pertes militaires des deux côtés, le soixantième anniversaire (2004) a aussi permis d'évoquer la souffrance des populations civiles, passée sous silence ces dernières décennies, et de donner une image moins héroïque des armées alliées. Ainsi, des études récentes d'historiens ont montré que certains soldats américains se livrèrent à des exactions. Comme dans toute armée en campagne, il y eut des pillages et des viols, qui sont cependant le fait d'individus isolés, et qui n'ont été ni organisés, ni encouragés par le commandement, lequel a d'ailleurs jugé sévèrement ceux portés à sa connaissance (plusieurs condamnations à mort de soldats prononcées par les tribunaux militaires alliés). La longue et éprouvante bataille dans le bocage provoqua également des troubles de stress post-traumatique et refus de combattre chez des conscrits américains dont c'était, pour la majorité d'entre eux, le baptême du feu. Cela ne doit pas occulter la réalité des dizaines de milliers de morts de soldats alliés venus libérer une Europe bien éloignée de chez eux.

Aux pertes durant les combats, il faut encore ajouter les 1 800 prisonniers de guerre allemands qui ont péri lors des opérations de déminage des plages. Les Alliés ne pouvaient se permettre d'utiliser leurs propres soldats à ces tâches à haut risque et ne disposaient alors pas comme les armées d'aujourd'hui, d'unités spécialement formées et équipées pour le déminage[18].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Tamelander, N. Zetterling, Avgörandes Ögonblick : Invasionen i Normandie, Norstedts Förlag, 2003, p. 341. (ISBN 91-7486-235-9)
  2. F.Kersaudy, Winston Churchill - le pouvoir de l'imagination, Paris, Tallandier, 2009, 715 p.[réf. incomplète]
  3. a et b (en) La prévision du temps pour le Jour J, article en [PDF]
  4. H. Michel, La Seconde Guerre mondiale, tome 2, p. 246
  5. Certains modèles de ces barges ont même été conçus par Winston Churchill cf. F. Kersaudy, Winston Churchill - le pouvoir de l'imagination, Paris, Tallandier, 2009, 715 p.
  6. En anglais : containers
  7. Henry Corta (lieutenant parachutiste SAS, 1921-1998), Les Bérets Rouges, Amicale des Anciens Parachutistes S.A.S.,‎ 1952, 329 p.
  8. Henry Corta, Marie Chamming's, Joseph Jégo, Noël Créau et Philippe Reinhart, Qui ose gagne (France-Belgique 1943-1945, les parachutistes du 2e RCP / 4th SAS), Service historique de l'armée de terre,‎ 1997, 296 p. (ISBN 978-2863231036)
  9. Wieviorka 2007, p. 235
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Normandie 1944 - le débarquement et la bataille de Normandie de Rémi Dequesnes, p. 178 à p. 181 (« le ravitaillement des armées en carburant »), éd. Ouest-France, 2009.
  11. site Frane-Libre.net
  12. F. Kersaudy, Winston Churchill - le pouvoir de l'imagination, Paris, Tallandier, 715 p. [réf. incomplète]
  13. Norman Davies : « Comme 75 à 80 % des pertes allemandes le furent sur le Front de l'Est, il apparaît que les efforts militaires des alliés occidentaux n'ont compté que pour 20 à 25 %. ». Source : Sunday Times, 05/11/2006.
  14. Plusieurs bâtiments historiques datant de l'époque médiévale ont été totalement détruits.
  15. Henri Amouroux - La grande histoire des Français sous l'occupation, tome 8 : « Joies et douleurs du peuple libéré », p. 335 à 338
  16. Henri Amouroux, La Grande histoire des Français sous l'Occupation, t. 8 : « Joies et douleurs du peuple libéré », p. 335-336.
  17. Henri Amouroux, op. cit., p. 336.
  18. Les soviétiques ont utilisé des chars « rouleurs de mines » (voir PT34 tank rouleur de mines)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Martin Blumenson, La Libération – Histoire officielle américaine, Charles Corlet,‎ 1993 (ISBN 2854804341)
  • (en) Major L. F. Ellis, Victory in the West, vol. I : Battle of Normandy, Histoire officielle britannique, HMSO,‎ 1962
  • (en) Max Hastings, Overlord, D Day and the Batlle of Normandy, Vintage Books,‎ 1984 (ISBN 0330390120)
  • Olivier Wieviorka, Histoire du débarquement en Normandie. Des origines à la Libération de Paris 1941-1944, Editions du Seuil, coll. « L'Univers »,‎ 2007, 441 p. (ISBN 978-2-298-00542-4)

Mémoires de combattants[modifier | modifier le code]

Ouvrages généralistes[modifier | modifier le code]

  • Antony Beevor (trad. Jean-François Séné, Raymond Clarinard et Isabelle Taudière), D-Day et la Bataille de Normandie [« D-Day : the battle for Normandy »], Paris, Calmann-Lèvy,‎ 2009, poche, 864 p. (ISBN 978-2-253-13330-8)
  • Georges Blond (1906-1989), le débarquement, librairie Arthème Fayard,‎ 1951, 341 p. (ISBN 2-258-01339-9)
  • (en) Carlo D'Este, Decision in Normandy, New York, NY : HarperPerennial.,‎ 1983 (réimpr. 1991), 555 p. (ISBN 0-06-097312-9)
  • Eddy Florentin, Stalingrad en Normandie - La destruction de la VIIème armée allemande, 30 juillet - 22 août 1944, Paris : Presses de la Cité,‎ 1964 (réimpr. 2002), 666 p. (ISBN 2-262-01920-7)
  • John Keegan, Six armées en Normandie, Paris : Albin Michel,‎ 1984, 384 p. (ISBN 2-226-02065-9)
  • Anthony Kemp, 6 juin 1944, Edition Découverte Gallimard,‎ 1994 (ISBN 2-07-058353-8)
  • Gilles Perrault, Le secret du Jour J, Paris : Fayard,‎ 1964 (réimpr. 1984), 284 p. (ISBN 2-213-01423-X)
  • La Seconde Guerre mondiale en Normandie, Editions Spart,‎ 2014
  • Vincent Carpentier, Cyril Marcigny, Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie, Ouest-France,‎ 2014, 143 p. (ISBN 978-2737363450)
  • Dominique Labarrière, La bataille de l’Ouest, France, Éditions Pascal Galodé, 2011, 304 p.

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

Ouvrages documentaires[modifier | modifier le code]

  • Eddy Florentin, Guide des Plages du Débarquement et de la Bataille de Normandie, 6 juin - 12 septembre 1944, Perrin - le Mémorial de Caen,‎ 2003 (ISBN 9-782702-884065)
  • Tony Hall, Le Jour J, le débarquement en photographie, PML éditions (ISBN 2876288885)
  • John Man, Atlas du débarquement, Éditions Autrement,‎ avril 1994 (ISBN 978-2-862604862)
  • Richard Holmes et Christophe Rosson, Le débarquement : Du jour J à la libération de Paris, Éditions Gründ,‎ 2004 (ISBN 2700024052)
  • Été 44. Regards sur une Libération, Ouest-France,‎ 2009, 204 p. (ISBN 978-2737347733)
  • Claude Rives et Will Fowler, Le Débarquement, Éditions Tana,‎ 2004 (ISBN 2-7373-3226-5)

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Henry Corta, Les bérets rouges, Amicale des anciens parachutistes SAS,‎ 1952, 329 p.
  • Henry Corta, Qui ose gagne (France-Belgique 1943-1945, les parachutistes du 2e RCP / 4e SAS), Service historique de l'armée de terre,‎ 1997, 296 p. (ISBN 978-2863231036)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Benamou, Monty's Plan (1re partie)", in 39/45 Magazine no 1, Éditions Heimdal, 1983
  • Jean-Pierre Benamou, Monty's Plan (2e partie)", in 39/45 Magazine no 2, Éditions Heimdal, 1984
  • Tristan Rondeau, Des représentations littéraires de la Bataille de Normandie, in 39/45 Magazine no 319, Éditions Heimdal, février 2014

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Opération Overlord, Glénat,‎ 2014

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]