Samuel Fuller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuller.

Samuel Fuller

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Samuel Fuller (1987)

Nom de naissance Samuel Michael Fuller
Naissance 12 août 1912
Worcester
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 30 octobre 1997 (à 85 ans)
Hollywood
États-Unis
Profession Réalisateur
Films notables Le Port de la drogue,
La Maison de bambou,
Shock Corridor,
Au-delà de la gloire

Samuel Fuller est un réalisateur américain, né le 12 août 1912 à Worcester (Massachusetts) et mort le 30 octobre 1997 à Hollywood (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né Samuel Michael Fuller, à Worcester, Massachusetts, fils de Benjamin Rabinovitch, immigrant juif russe, et de Rebecca Baum, immigrante juive polonaise. Le nom de famille est modifié après l'immigration aux États-Unis. Il commence à travailler à 12 ans, dans un journal. Il devient reporter criminel à New York, à 17 ans, pour le New York Evening Graphic. Il raconte l'histoire de la mort de Jeanne Eagels. Il écrit également différents récits de fiction.

Il sert dans l'armée américaine au cours de la Seconde Guerre mondiale, dans la première division d'infanterie de l'armée américaine, la célèbre "Big Red One". Il participe aux débarquements d'Afrique du Nord, de Sicile et de Normandie. Il tourne un film documentaire sur un épisode de la libération du camp de Falkenau (Tchécoslovaquie), dépendant du camp de Flossenbürg. Cette connaissance du problème lui permet de réaliser des films comme Au-delà de la gloire, un des témoignages cinématographiques les plus pertinents au sujet du front européen. Moins connu que d'autres grands films de guerre, comme Apocalypse Now ou Full Metal Jacket, Au-delà de la gloire est pourtant considéré comme l'un des meilleurs films dans sa catégorie.

Par ailleurs, sa carrière cinématographique ne s'arrête pas là : outre des films de guerre (Les maraudeurs attaquent méritent d'être nommés), il a également tourné des westerns (dont le crépusculaire Quarante tueurs), des films d'espionnage (Le Port de la drogue), voire des films plus difficiles à décrire (Shock Corridor).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Noames, « Fuller » dans les Cahiers du cinéma no 153, mars 1964
  • Samuel Fuller, trad. de Hélène Zylberait, préf. de Martin Scorsese, Un troisième visage, [« A Third Face : My Tale of Writing, Fighting, and Filmmaking », 2002], Paris, Allia, 2011, 608 p. (ISBN 978-2-84485-409-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]