Opération Astonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Astonia
blockhaus du mur de l'Atlantique
blockhaus du mur de l'Atlantique
Informations générales
Date 10 septembre 1944 – 12 septembre 1944
Lieu Le Havre, Normandie, France
Issue Victoire Alliée
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Allemagne nazie Troisième Reich
Commandants
Drapeau du Canada Harry Crerar
Drapeau du Royaume-Uni Percy Hobart
Drapeau du Royaume-Uni Evelyn Barker
Drapeau du Royaume-Uni T.G.Rennie
Drapeau de l'Allemagne nazie Eberhard Wildermuth
Forces en présence
45 000 hommes, appuyés par des véhicules spécialisés au moins 12 000 hommes
Pertes
moins de 500 morts, 35 véhicules blindés 600 morts
11 300 prisonniers
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l'Ouest

Campagnes du Danemark et de Norvège · Bataille de France · Bataille de Belgique · Bataille des Pays-Bas · Bataille d'Angleterre · Blitz · Opération Ambassador · Débarquement de Dieppe · Sabordage de la flotte française à Toulon · Campagne d'Italie · Libération de la Corse · Bataille aérienne de Berlin · Bataille de Normandie · Débarquement de Provence · 2e campagne de France · Bataille de Metz · Opération Market Garden · Bataille du Benelux · Bataille de la forêt de Hürtgen · Bataille d'Overloon · Bataille de l'Escaut · Poche de Breskens · Bataille d'Aix-la-Chapelle · Bataille de Bruyères · Bataille des Ardennes · Bataille de Saint-Vith · Siège de Bastogne · Opération Bodenplatte · Opération Nordwind · Campagne de Lorraine · Poche de Colmar · Campagne d'Allemagne · Raid de Granville · Libération d'Arnhem · Bataille de Groningue · Insurrection de Texel · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

L’opération Astonia fut une bataille menée du 10 au 12 septembre 1944 durant l'avance des Alliés de Paris au Rhin, pendant la Seconde Guerre Mondiale. L'objectif des Alliés était la capture du port du Havre, occupé par les forces allemandes. L'attaque de cette place forte, alors décrite par le Field Marshal Bernard Montgomery comme « l'une des plus fortifiées du Mur de l'Atlantique », consista en une combinaison d'éléments tant des forces armées canadiennes que britanniques, avec la participation d'unités navales et aériennes, qui fut qualifiée de « modèle d'opération combinée » grâce à la victoire en seulement trois jours après le premier assaut[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le 6 juin 1944 les troupes alliées débarquèrent sur plusieurs plages du nord de la France. C'était le début de l'Opération Overlord, dont le but était la libération de la France. Pour cela il fallait capturer 4 ports[2] de la côte française, afin de permettre le renfort et l'approvisionnement des forces alliées. Le premier port libéré fut celui de Dieppe, par la 2e Division d'Infanterie canadienne le 1er septembre 1944, Le Havre étant la prochaine cible[2].

Le Havre était considéré comme une des plus solides fortifications du Mur de l'Atlantique, avec une série de défenses naturelles efficaces ; des étendues d'eau bloquaient complètement l'accès par le sud, l'est et l'ouest[2]. Le côté nord du port était fortement fortifié, avec un fossé anti-char large de 3 mètres et profond de 6-7 mètres barrant l'accès, des bunkers emplis de mitrailleuses, des canons antichars et 1 500 mines[2]. Les services de renseignements estimaient qu'il y avait dans la ville entre 7 300 et 8 700 soldats, dont 4 000 soldats d'artillerie, 1 300 personnels navals et le reste comprenant de l'infanterie et un bataillon du 36e Régiment de Grenadiers[2].

Dernier ultimatum[modifier | modifier le code]

Le 4 septembre, le commandement britannique lance son ultimatum à la garnison dirigée par le colonel Eberhard Wildermuth. Les Britanniques notent la demande du colonel Wildermuth d'évacuer la population civile, mais ils vont tenter une pression morale et psychologique supplémentaire sur celui-ci, en refusant l'évacuation: Toutefois, l'ultimatum est rejetté[3].

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Le Monitor HMS Erebus en 1944.

Le plan consistait à bombarder massivement l'artillerie pour fragiliser les fortifications. Deux vaisseaux de la Royal Navy, l'HMS Warspite (03) et l'HMS Erebus (I02)[4], bombardèrent le port durant plusieurs jours, tirant plus de 4 000 tonnes d'obus[1]. De plus, les avions de la Royal Air Force attaquèrent durant 3 jours (5, 6 et 7 septembre) , les 1 900 bombardiers engagés larguant 8 200 tonnes de bombes sur la ville[2].

Assaut sur Le Havre[modifier | modifier le code]

L'assaut commença à 17h45 le 10 septembre, des bateaux attaquant les batteries défendant le port pendant que des bombardiers de la RAF larguaient environ 5 000 tonnes de bombes, 90 minutes avant l'assaut de 2 divisions[5]. L'attaque était divisée en deux phases : d'abord pénétrer les défenses allemandes pour permettre à d'autres troupes d'attaquer puis agrandir ces brèches et capturer la ville. Avec l'aide des unités spécialisées de la 79e Division Blindée et du 1er Régiment Canadien de Transports Blindés, comme les Kangaroos et les véhicules Sherman Crab, la première partie de l'assaut se déroula rapidement, avec des trouées dans les champs de mines et des brèches dans les fossés antichars[2]. La 49e Division d'Infanterie (West Riding) fut la première à ouvrir une brèche dans le périmètre nord-est du Havre, suivie par la 51e Division d'Infanterie (Highland)[5]. L'assaut fut cependant coûteux, avec la perte par la 79e Division Blindée de 29 tanks Crab et 6 AVRE.

Cette première phase se poursuivit le lendemain avec le support de plusieurs avions et véhicules blindés, et les derniers bastions des défenses extérieures se rendirent finalement à 14h00 après la menace d'user des chars lance-flammes Churchill Crocodile. Le troisième jour, le centre-ville fut libéré par des éléments des deux divisions et le commandant de la garnison allemande rendit officiellement le port à 11h45 ; 12 000 soldats allemands furent capturés et enfermés en tant que prisonniers de guerre[2],[5].

Bilan[modifier | modifier le code]

Le port a été capturé par les Alliés avec peu de pertes. Cependant, les pertes civiles furent importantes de par les raids aériens et l'artillerie qui détruisirent 350 bateaux et 18 kilomètres de docks, mais également 15 000 bâtiments, ce qui réduisit considérablement le potentiel de ce port en tant que ""point de ravitaillement"".

Les pertes humaines s’élèvent à:

  • Près de 400 officiers et soldats pour les Britanniques.
  • 600 tués pour les Allemands.
  • Plus de 5 000 morts parmi les civils, avec 35 000 sinistrés complets et 65 000 sinistrés partiels.

Le général John Crocker, dirigeant cette opération, déclarera le 10 septembre, en contemplant, le déversement des bombes : « ce n'est pas la guerre, c'est un meurtre[6] ». Toutefois, avant l'attaque, le général Ray Barker commandant la 49ème division, va recommander de ne pas se livrer à des bombardements qui n’étaient pas nécessaires pour prendre la ville[7]. Toutefois, il estimera que le succès de cette opération est dû à la réussite de ces bombardements.

L'officier britannique William Douglas-Home fut emprisonné après son refus de participer à cette opération, lié à l'interdiction faite aux civils de pouvoir évacuer.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Terry, « Cinderella Army », Université de Toronto Press,‎ 2006 (consulté le 19 août 2011), p. 59
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Jan Hyrman, « Clearing the Channel Ports: Operation Astonia - The Capture of Le Havre » (consulté le 2008-12-22)
  3. L'été 1944, le sacrifice des Normands
  4. Le premier est un cuirassé, le second, un monitor. Ils sont tous les deux équipés de canons de 381 mm, qui envoient des obus de 870 kg.
  5. a, b et c Montgomery, p. 134
  6. Ce jour-là : 12 septembre 1944 : Le Havre est (enfin….) libéré
  7. Septembre 1944, jours d'apocalypse

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Field Marshal Bernard Montgomery, Normandy to the Baltic, Grey Arrow,‎ 1965
  • (en) Terry Copp (trad. de l'anglais), The Canadians in Northwest Europe, 1944-1945, Toronto, University of Toronto Press,‎ 2006 (ISBN 978-0-8020-3925-5, LCCN 2006284975)
  • (en) Patrick Delaforce (trad. de l'anglais), Churchill's Secret Weapons: The Story of Hobart's Funnies, Londres, Robert Hale Ltd,‎ 2000, poche (ISBN 978-0-7090-6722-1, OCLC 43968785)
  • (en) Patrick Delafoce (trad. de l'anglais), The Polar Bears: Monty's Left Flank: From Normandy to the Relief of Holland with the 49th Division, Londres, Chancellor Press,‎ 1999 (ISBN 978-0-7537-0265-9, OCLC 59457701)
  • Eddy Florentin, Le Havre 44 à feu et à sang, Paris, Presse de la Cité,‎ 1976, 542 p. (ISBN 2-258-00155-2)