75e régiment de Rangers (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
75th Ranger Regiment
Insigne du 75th Ranger Regiment - "Coat of Arms"
Insigne du 75th Ranger Regiment - "Coat of Arms"

Période 28 janvier 1974 (1er batallion)
Pays États-Unis
Branche United States Army
Type Régiment d'infanterie légère
Rôle Infanterie légère d'opérations spéciales
Effectif Environ 2 000 personnes
Fait partie de US Army Special Operations Command (USASOC)
Composée de Trois bataillons
Garnison Fort Benning - Géorgie
Ancienne dénomination 75th Infantry Regiment (Ranger)
Surnom Rangers ou US Army Rangers
Devise "Rangers lead the way" ("Les Rangers ouvrent la voie")
Batailles Seconde Guerre mondiale
Guerre de Corée
Guerre du Viêt Nam
Opération Eagle Claw
Invasion de la Grenade
Opération Just Cause
Tempête du désert
Opération Gothic Serpent
Opération Liberté Immuable
Opération libération de l'Irak

Le 75th Ranger Regiment (en français : 75e régiment de Rangers) est une des forces spéciales de l'US Army. Seule unité des United States Army Rangers existant actuellement dans les forces armées des États-Unis, ce régiment constitue une unité d'infanterie légère dédiée aux opérations spéciales flexible, très entraînée et rapidement déployable. Par leur légèreté et leur grande mobilité d'action les Rangers peuvent être considérés comme l'équivalent des Chasseurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Article principal : United States Army Rangers.

Les premiers Rangers[modifier | modifier le code]

Le terme de Ranger apparut au XIIIe siècle en Angleterre. Aux États-Unis, il fut d'abord utilisé au XVIIe siècle pour désigner des soldats employés à plein temps du gouvernement colonial britannique pendant les guerre opposants colons et Amérindiens pour patrouiller (« to range », d'où le nom Ranger) entre les points fortifiés afin de repérer d'éventuels raids des Indiens. Dans des opérations offensives, ils agissaient comme guides et éclaireurs pour les unités de milices ou troupes coloniales.

French and Indian Wars[modifier | modifier le code]

En 1675-1676 un nouvel élément s'ajouta au concept des Rangers. Benjamin Church (1639-1718) du Massachusetts créa une unité spéciale à plein temps combinant Blancs et Indiens de tribus amicales pour effectuer des attaques dans des zones où les unités classiques étaient inefficaces. Les « Rangers de Church » étaient si efficaces que ses mémoires devinrent le premier manuel militaire américain quand ils furent publiés par un de ses fils en 1716.

L'utilisation d'unités Ranger atteint son point culminant pendant la Guerre de la Conquête.

En 1756, Robert Rogers du New Hampshire organisa un corps de forestiers de Nouvelle-Angleterre comme Provinciaux à plein temps sous les auspices des militaires britanniques, et payés avec des fonds britanniques. Les compagnies Ranger, connues sous le nom de « Rangers de Rogers (en) », soutinrent les opérations britanniques contre le Canada français sur les fronts de New York et du Saint-Laurent. Elles opéraient occasionnellement avec des tribus indiennes amicales, mais, généralement, avec les Britanniques. Des commandants britanniques astucieux assignèrent des officiers réguliers aux Rangers de Rogers pour qu'ils s'entraînent et acquièrent l'expérience de la guerre dans la nature, et les enseignent à leur tour aux régiments réguliers. Une partie de cet enseignement fut codifié dans les Rangers Standing Orders de Rogers, dont une version est toujours enseignée aux Rangers modernes. Le 1er bataillon du 119e régiment d'artillerie de campagne du Michigan et The Queen's York Rangers des Forces canadiennes se réclament tous deux de la descendance des Rangers de Rogers.

La guerre d'indépendance américaine[modifier | modifier le code]

Des vétérans des Rangers de Rogers, dont le général d'armée Israel Putnam et les généraux de brigade John Stark et Moses Hazen, eurent un rôle majeur dans l'armée continentale pendant la guerre d'indépendance américaine. L'utilisation traditionnelle du terme militaire « ranger » eut une application limitée pendant cette guerre. Divers États employèrent des unités de Rangers pour la sécurité de leurs frontières, mais l'armée continentale en forma très peu, en partie parce que George Washington considérait que la sécurité des frontières était une responsabilité des autorités locales, et concentra les forces armées nationales contre les armées régulières britannique et allemande.

À part les régiments et compagnies de fusiliers séparées de Pennsylvanie et des États du Sud (appelés officiellement ou communément Rangers mais qui combattirent plus comme infanterie légère que comme infanterie Ranger), l'Armée Continentale ne forma que deux unités Ranger : les « Rangers de Knowlton » et les « Rangers de Whitcomb ».

Les « Rangers de Knowlton » étaient une unité provisoire de trois compagnies de volontaires venant des régiments d'infanterie de ligne du Connecticut et du Massachusetts, commandée par le Lieutenant Colonel Thomas Knowlton et créée à la fin de l'été 1776 à New York City. Ils combattirent avec excellence comme infanterie légère à la bataille de Harlem Heights le 16 septembre 1776, au cours de laquelle Knowlton fut mortellement blessé. Deux mois plus tard, les restes de l'unité tombèrent aux mains des Britanniques lors de la reddition de Fort Washington. Parmi les « Rangers de Knowlton », Nathan Hale devint célèbre comme espion.

Les « Rangers de Whitcomb » furent à l'origine similaires aux précédents, constituant une unité Ranger provisoire sur le front du lac Champlain en 1776. Elle devint une unité permanente composée de deux compagnies le 15 octobre de la même année, et fut chargé de la reconnaissance pour le Département du Nord jusqu'à sa dissolution le 1er janvier 1781 à Coos (New Hampshire) lors de la réorganisation générale de l'Armée Continentale. La plupart des « Rangers de Whitcomb » venaient du New Hampshire et du Hampshire Grants (devenu le Vermont depuis).

La guerre de sécession[modifier | modifier le code]

Les plus célèbres Rangers de la guerre de Sécession combattirent dans l'armée des États confédérés.

En janvier 1863, le commandement du 43 rd Battalion, Partisan Ranger fut attribué à John Singleton Mosby. Les « Rangers de Mosby » devinrent tristement célèbres parmi les soldats de l'Union pour leurs fréquents raids sur les trains de ravitaillement et les courriers. Leur réputation augmenta considérablement lorsqu'ils effectuèrent un raid loin à l'intérieur du territoire de l'Union et capturèrent trois officiers de haut rang, dont le général de brigade Edwin H. Stoughton. Dans les semaines suivant la reddition de l'armée confédérée, Mosby dissout son unité plutôt que d'en apporter la reddition.

Les attaques les plus réussies contre les Rangers de Mosby furent menées par les « Rangers de Mean ». Ceux-ci étaient devenus célèbres pour avoir capturé le train de munitions du général James Longstreet. Par la suite, ils combattirent et capturèrent une partie de la force de Mosby.

Un autre officier confédéré célèbre, Turner Ashby, commanda une compagnie de cavalerie surnommée les « Mountain Rangers », qui devint célèbre pour son harcèlement des unités de l'Union.

Les Rangers modernes[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En mai 1942, le 1st Ranger Battalion fut fondé et ses recrues (dont 80 % venaient de la 34e division d'infanterie américaine) commencèrent à être entraînées en Écosse par les commandos britanniques. Lors de l'opération Jubilee, en août 1942, 120 soldats du 1st Ranger Battalion débarquèrent aux côté des Canadiens sur la plage de Berneval-le-Grand. Sous le commandement William O. Darby, ce bataillon combattit aux côtés des 3rd et 4th Ranger Battalions en Afrique du Nord puis en Italie, jusqu'à la bataille de Cisterna di Latina (29 janvier 1944) où la plupart des rangers des 1er et 3e bataillons furent tués ou capturés. Les survivants de cette bataille furent versés dans le 1st Special Service Force.

Lors du débarquement de Normandie, le 2nd Ranger Battalion s'illustre lors du célèbre assaut de la pointe du Hoc[1], et le 5th Ranger Battalion débarque à Omaha Beach, dans le secteur Dog White, où il gagne la devise « Rangers lead the way! »

Dans le Pacifique, le 98e bataillon d'artillerie de campagne, formé le 16 décembre 1941 à Fort Lewis, fut transformé en unité d'infanterie légère et devint le 6th Ranger Battalion le 26 septembre 1944. Le 6e bataillon participa à l'invasion des Philippines et effectua le raid audacieux sur Cabanatuan. Il fut désactivé au Japon le 30 décembre 1945.

Après la première conférence de Québec (1943), la 5307th Composite Unit (Provisional) fut créée sous le commandement de Frank Merrill, d'où son surnom Merrill's Marauders (« les Maraudeurs de Merrill »). Composée de six équipes de combat célèbres pour se reconnaître par un code de couleurs, l'unité commença l'entraînement en Inde le 31 octobre 1943 avant de prendre part à la campagne de Birmanie. En février 1944, les « Maraudeurs » entamèrent un marche de 1 600 km à travers l'Himalaya et la jungle birmane pour attaquer l'arrière des lignes japonaises. En mars, ils isolèrent les forces nippones à Maingkwan et coupèrent leurs lignes de ravitaillement dans la vallée de Hukawng. Le 17 mai, la 5307e et des forces chinoises capturèrent l'aéroport de Myitkyina, le seul aéroport birman fonctionnel toute l'année. Les « Maraudeurs » se distinguèrent comme une unité exceptionnelle et furent l'une des très rares unités dont tous les membres aient été médaillés de la Bronze Star. Bien que cette unité n'ait pas été appelée Ranger à l'époque, elle a été par la suite considérée comme l'ancêtre d'unités Ranger ultérieures.

À la fin de la guerre, les unités de Rangers furent dissoutes, mais le programme d'entraînement Ranger fut établi, bien que réservé aux sous-officiers supérieurs et aux officiers.

La guerre de Corée[modifier | modifier le code]

Au commencement de la guerre de Corée, une unité Ranger unique fut créée. Commandée par le Second Lieutenant Ralph Puckett, la Eighth Army Ranger Company (« compagnie Ranger de la VIIIe armée ») fut créée en août 1950 et servit de modèle pour les unités Ranger à venir. Au lieu d'être organisée en bataillons, les compagnies Ranger des guerre de Corée puis du Viêt Nam étaient des unités spéciales attachées à des unités classiques plus grandes (armées et divisions).

Au total, seize compagnies Ranger supplémentaires furent formées dans les sept mois qui suivirent : la Eighth Army Raider Company et 15 compagnies Ranger. Le chef d'état-major de l'US Army assigna le programme d'entraînement Ranger à Fort Benning au colonel John Gibson Van Houten. Ce programme fut par la suite divisé en deux pour comprendre un entraînement en Corée.

Ainsi, le 28 octobre suivant, les 1st, 2nd, 3rd et 4th Ranger Companies compagnies Ranger furent formées. Des soldats du 505e régiment aéroporté et du 80e bataillon d'artillerie antiaérienne de la 82e division aéroportée composèrent la 2nd Ranger Company, la seule unité Ranger composée uniquement de Noirs ayant jamais existé. Le 20 novembre 1950, après que les quatre premières compagnies Ranger eurent commencé leur entraînement, les 5th, 6th, 7th et 8th Ranger Companies les rejoignirent. Les 3e et 7e compagnies Ranger furent assignées à l'entraînement des autres Rangers.

Pendant la guerre, les Rangers agirent comme unité de reconnaissance, d'éclairage et d'opérations surprises sur les arrières de forces chinoises et nord-coréennes. Au cours d'un audacieux raid nocturne, la 1st Rangers détruisit les quartiers-généraux de la 12e division nord-coréenne. Les 2nd et 4th Rangers effectuèrent un assaut aéroporté près de Munsan, au nord du 38e parallèle. La 2nd Rangers comblèrent le vide laissé par les forces alliées en retraite, la 5th Rangers aida à arrêter la 5e phase de l'offensive chinoise. À la fin du conflit, comme pour la Seconde Guerre mondiale, les unités de Rangers furent dissoutes.

Compagnies Ranger de la guerre de Corée
Compagnie Unité d'attache Compagnie Unité d'attache
Eight Army Ranger Company 25th Infantry Division/IX Corps 8th Ranger Company 24th Infantry Division/IX Corps
Eight Army Raider Company 3rd Infantry Division/Special Activities Group 9th Ranger Company 3rd Army
1st Ranger Company 2nd Infantry Division 10th Ranger Company 45th Infantry Division
2nd Ranger Company 7th Infantry Division/187 ARCT 11th Ranger Company 40th Infantry Division
3rd Ranger Company Ranger Training Command/3rd Infantry Division/I Corps 12th Ranger Company 5th Army
4th Ranger Company 1st Cavalry Division/187 ARCT/1st Marine Division 13th Ranger Company 2nd Army
5th Ranger Company 25th Infantry Division/I Corps 14th Ranger Company 4th Infantry Division
6th Ranger Company 7th Army 15th Ranger Company 3rd Army
7th Ranger Company Ranger Training Command

La guerre du Viêt Nam[modifier | modifier le code]

Le 75th Ranger Regiment[modifier | modifier le code]

Rangers durant l'opération Just Cause au Panama en 1989.
La compagnie Bravo, 3e bataillon, 75th Ranger Regiment en Somalie en 1993.
Rangers au combat, 3 octobre 1993.

À la suite du désengagement des États-Unis de la guerre du Viêt Nam, les officiers supérieurs de l'US Army perçurent le besoin d'une unité d'infanterie légère d'élite pouvant être déployée rapidement. En conséquence, le général Creighton Abrams créa le 1st Battalion (Ranger) du 75th Infantry Regiment le 28 janvier 1974 à Fort Benning, qui déménagea à Fort Steward le 1er juillet suivant. Trois mois plus tard, le 1er octobre 1974, le 2nd Ranger Battalion était créé à Fort Lewis. Dix ans plus tard, la 3 octobre 1984, le 3rd Ranger Battalion et le quartier-général du régiment étaient activés à Fort Benning[2]. Le 17 avril 1986, le 75th Infantry Regiment (Ranger) fut redésigné 75th Ranger Regiment et reçut l'autorisation de tracer sa généalogie officielle des unités de Rangers ayant existé depuis les « Rangers de Darby » (qui faisaient jusqu'alors partie de la généalogie officielle des Special Forces).

Des hommes du 75th Ranger Regiment parachuté sur La Grenade en 1983.

Les 4th, 5th et 6th Ranger Battalions furent également réactivés par la suite, formant la Ranger Training Brigade encadrant la Ranger School. Ces bataillons font partie de l'école du Training and Doctrine Command (TRADOC) de l'US Army, et ne font pas partie du 75th Ranger Regiment.

Le bataillons de Rangers ont participé à toutes les opérations militaires d'envergure depuis 1974, y compris l'opération Eagle Claw, les invasions de la Grenade et du Panama, l'opération Tempête du désert, l'opération Gothic Serpent en Somalie qui s'acheva par les combats de Mogadiscio du 3 et 4 octobre 1993 au cours desquels six Rangers furent tués ; enfin, le 75th Ranger Regiment a également participé à la guerre d'Afghanistan, notamment aux raids sur Rhino et Gecko, et à celle de l'Irak.

Organisation[modifier | modifier le code]

Organigramme du 75e régiment de Rangers en 2008.
Insigne d'épaule du 2e bataillon de Rangers US.

Le 75th Ranger Regiment est organisé comme suit[3] :

Chaque bataillon est organisé en quatre rifle companies (compagnies de fusiliers, appelées compagnies A à D), une Ranger Support Company (RSC) (soutien, compagnie E), et une reconnaissance platoon (section de reconnaissance).

Le Ranger Special Troops Battalion regroupe divers soutiens du régiment dont une compagnie de transmissions, une compagnie de renseignement militaire et la Regimental Reconnaissance Company (compagnie de reconnaissance régimentaire, RRC).

Formation[modifier | modifier le code]

En 2010, la formation initiale pour postuler dans cette unité comprend l'entraînement de base, l'entraînement individuel avancé, un stage à l'école aéroportée puis le Ranger Assessment and Selection Program (RASP) destiné aux hommes du rang et qui dure huit semaines. Le RASP est divisé en deux phases de quatre semaines. La première phase entraîne aux actes élémentaires de combat, ce qui permet aux instructeurs d'évaluer les capacités physiques et psychologiques des candidats. La seconde phase comprend l'apprentissage des tactiques, techniques et procédures avancées relatives au tir, à l'utilisation d'explosifs et la conduite de véhicules en opération.

Le programme d'instruction des officiers et sous-officiers dure trois semaines. Au cours de ses deux premières années de présence en unité, tous les candidats sont envoyés en stage à la Ranger School (qui ne fait pas partie du 75th Ranger Regiment).

La classe 03-10 de mars 2010 ayant débuté avec 155 volontaires s'est terminée avec 56 d'entre eux[4].

Devises[modifier | modifier le code]

Rangers lead the way : Les Rangers ouvrent la voie.

Devise des Rangers[modifier | modifier le code]

Le 6 juin 1944, pendant le débarquement en Normandie, dans le secteur Dog White de la plage Omaha Beach, le général de brigade Norman Cota, assistant du commandant de la 29e division d'infanterie américaine, cherchant à sortir les unités débarquées de la plage, cria aux hommes du 5th Ranger Batallion : What outfit is this ? (« Qu'est-ce que c'est que cette bande ? »). On lui répondit : 5th Rangers !, ce à quoi Cota répondit : Well, Goddamn it then, Rangers, lead the way ! (« Eh bien, nom de Dieu, Rangers, ouvrez-nous la voie ! »)

Depuis, Rangers lead the way ! (qui dans ce contexte se traduit plutôt par « Les Rangers ouvrent la voie ! ») est la devise officielle des Rangers.

Devise du 75th Ranger Regiment[modifier | modifier le code]

La devise du 75th Ranger Regiment est Sua Sponte, qui veut dire en latin « de leur propre accord ». Cette devise reflète le fait que les Rangers actuels se sont portés volontaires à trois reprises pour pouvoir intégrer le 75th Ranger Regiment : d'abord pour s'engager dans l'US Army, ensuite pour être qualifié parachutiste, et enfin pour rejoindre le régiment.

Serment du Ranger[modifier | modifier le code]

Reconizing that I volunteered as a Ranger, fully knowing the hazards of my chosen profession, I will always endeavor to uphold the prestige, honor, and high esprit de corps of my Ranger Regiment.

( Reconnaissant m'être engagé en tant que ranger, en ayant une parfaite connaissance des dangers de ma profession, je m'efforcerai de toujours faire respecter le prestige, l'honneur et l'esprit de corps des rangers. )

Acknowledging the fact that a Ranger is a more elite soldier who arrives at the cutting edge of battle by land, sea, or air, I accept the fact that as a Ranger my country expects me to move farther, faster and fight harder than any other soldier.

( Je reconnais qu'un ranger est un soldat d'élite qui arrive sur le terrain au moment critique, par voie aérienne, maritime ou terrestre, qui doit donc toujours être plus rapide, se battre plus dur et plus longtemps, que tout autre soldat pour son pays. )

Never shall I fail my comrades. I will always keep myself mentally alert, physically strong and morally straight and I will shoulder more than my share of the task whatever it may be. One-hundred-percent and then some.

( Je ne dois jamais laisser tomber mes camarades. Je serai toujours à l'affût mentalement, fort physiquement, droit moralement et j'en ferai toujours plus que ma part de travail, quel qu'il soit, à cent pourcent. )

Gallantly will I show the world that I am a specially selected and well-trained soldier. My courtesy to superior officers, neatness of dress and care of equipment shall set the example for others to follow.

( Je prouverai au monde que je suis un soldat surentraîné et choisi pour mes capacités. Ma courtoisie envers mes supérieurs, mon port parfait de l'uniforme et le soin que j'apporte à l'équipement doivent servir d'exemple aux autres. )

Le 75e régiment de rangers en Iraq.

Energetically will I meet the enemies of my country. I shall defeat them on the field of battle for I am better trained and will fight with all my might. Surrender is not a Ranger word. I will never leave a fallen comrade to fall into the hands of the enemy and under no circumstances will I ever embarrass my country.

( J'affronterai les ennemis de mon pays avec ferveur. Je les vaincrai sur le champ de bataille et donnerai tout ce que j'ai dans le ventre. Un ranger ne se rend jamais. Je ne laisserai jamais tomber un camarade entre les mains des ennemis, et en aucun cas je ne ferai de tort à mon pays. )

Readily will I display the intestinal fortitude required to fight on to the Ranger objective and complete the mission though I be the lone survivor.

( Je donnerai tout ce que j'ai pour servir mon pays avec les rangers, pour accomplir ma mission, et même si je devais être l'unique survivant. )

Rangers lead the way!

( Les rangers ouvrent la voie ! )

Culture Populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Small Unit Actions, Center of Military History, Washington DC, 1982
  2. dates et lieux selon http://www.soc.mil/sofinfo/history.html
  3. https://www.benning.army.mil/75thranger/content/Organization.htm
  4. (fr) Sélection des Rangers, Jean-Jacques CECILE, 23 avril 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]