Division (militaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Division militaire)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Division (homonymie).
Symbole standard APP-6A de l'OTAN pour une division d'infanterie alliée.

D'une manière générale, sur le plan international, on nomme division une unité militaire importante, composée d'un nombre de soldats généralement compris entre 10 000 et 30 000 et représentant la plus petite unité capable d'opérations autonomes.

Dans la plupart des armées, un corps d'armée est composé de plusieurs divisions et chaque division est composée de plusieurs régiments ou brigades.

Toutefois, selon les pays, les armes et les époques, le mot « division » est parfois utilisé dans un sens différent, comme, en France, les « divisions militaires territoriales », subdivisions des régions militaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le monde occidental, il semble que ce soit le maréchal français Maurice de Saxe (1696-1750) qui envisagea le premier, dans son livre « mes rêveries » d'organiser une armée en unités inter-armes plus petites. Il décéda à l'âge de 54 ans sans avoir pu la réaliser.

En France[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le système divisionnaire trouve son origine dans la réforme des armées engagée en France à la fin de l'Ancien Régime. Son principe est de lier une part d'infanterie, une autre de cavalerie et une dernière d'artillerie dans un même ensemble afin d'autoriser la combinaison de ces forces sous la forme d'une petite armée indépendante.

Exploitée pendant les guerres révolutionnaires, cette organisation des armées sera habilement utilisée par Napoléon Bonaparte dès la première campagne d'Italie (1796-1797). Il usera alors du système divisionnaire pour disperser son armée dans la plaine du , pour y réduire ses temps de déplacement et alléger les problèmes logistiques, tout en gardant la faculté de la regrouper à l'occasion des batailles.

Par la suite, des divisions sont devenues spécifiques en fonction des régiments qui les composent.

Aussi, par exemple, de simples divisions d'infanterie sont devenues « blindées » en ajoutant des régiments de chars, « mécanisées » en embarquant l'infanterie dans des camions de transport ou « para » en larguant les hommes en parachute.

Exemple : la 2e Division Blindée du Général Leclerc.

Divisions de l'armée de terre française, 1914-18[modifier | modifier le code]

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis juillet 1999, l'armée française n'est plus organisée en divisions en temps de paix mais en brigades. Elle organise, grâce à des états-major de forces, des divisions ad hoc en cas de besoin pour des interventions militaires lourdes, du type de la division Daguet lors de la Guerre du Golfe.

Dans l'armée de terre, l'expression division militaire peut désigner :

  • soit une unité militaire, qui est depuis le milieu du XIXe siècle une unité interarmes, c'est-à-dire composée d'éléments appartenant à plusieurs armes (infanterie et artillerie en général ou cavalerie et artillerie) ;
  • soit une unité territoriale, autrement dénommée « région militaire » correspondant à une organisation militaire du pays, indépendamment des forces qui y sont stationnées.

Il est donc indispensable d'indiquer à quelle période l'on se réfère et s'il s'agit d'une division des forces ou d'une division territoriale.

Dans un contexte naval, une division est une subdivision de l'escadre.

Les Grandes unités de l'armée française se subdivisent aujourd'hui en :

  • unités interarmes ;
  • unités propres à chaque arme.

Unités interarmes[modifier | modifier le code]

Chaque Grande unité interarmée est commandée par un officier général qui dispose d'un état-major, d'éléments organiques (de division, de corps d'armée, d'armée) et d'un nombre variable de grandes unités qui lui sont subordonnées.
C'est seulement entre 1864 et 1940 que les grandes unités françaises et allemandes ont eu une organisation fixe jusqu'au niveau corps d'armée. Depuis 1955, la grande unité, division est modulable selon son type (division d'infanterie ou blindée); l'État-Major pouvant être amené à « casser » les unités pour les réorganiser en groupements temporaires (voir l'histoire de la 2e Division Blindée ou de la 9e Division d'infanterie coloniale en 1944-1945)

Unités propres à chaque arme[modifier | modifier le code]

Le corps de troupe est placé sous le commandement d'un officier supérieur qui est responsable de l'administration, de l'instruction et de la conduite opérationnelle de son unité. Pour cela il dispose de ses commandants d'unités et d'un état-major regroupant les différents services dont le corps a besoin pour fonctionner (services administratifs, services techniques, service médical, base arrière, bureau opération-instruction).

La compagnie est la plus petite unité administrative; elle est placée sous les ordres d'un capitaine qui est responsable de l'administration, de l'instruction et de la capacité opérationnelle de son unité. Il dispose de trois à quatre sections de combat (infanterie, génie) ou pelotons de chars (cavalerie), de ses pièces, d'un lieutenant de tir et d'officiers d'observation (artillerie), de sections de combats ou spécialisées dans le franchissement ou les travaux (génie), de liaison filaire, hertziennes, et autres (transmissions) etc. Selon son type et son arme d'appartenance, l'effectif de chaque compagnie comprend entre 150 et 200 hommes.

En 2005, l'armée de terre possède cinq grandes zones de défense:

  • Île-de-France
  • Nord-est
  • Nord-ouest
  • Sud-ouest
  • Sud-est

Hiérarchie des unités en France[modifier | modifier le code]

En Union soviétique[modifier | modifier le code]

Évolution de la densité d’une division de l'armée rouge ou l’art de la dispersion[modifier | modifier le code]

Si toute action offensive implique de fortes concentrations de troupes, la menace des armes de destruction massives durant la guerre froide exige en contrepartie la plus large dispersion des hommes après l’occupation du terrain. C’est la raison essentielle pour laquelle, d’une part, la taille de la division a grossi (15 000 hommes au lieu de 5 000 hommes), alors que la densité d’occupation est passée de 500 à 8 hommes seulement au kilomètre carré.

1945 1965 1975 1985
Surface occupée 3 km x 3 km 35 km x 25 km 30 km x 20 km 60 km x 30 km
Densité au km² 500 h/km² 10 h/km² 20 h/km² 8 h/km²
Taille de la division 5 000 h 8 500 h 12 500 h 15 000 h
Objectif de la journée 20 km 35-40 35-40 60-70

En Allemagne[modifier | modifier le code]

Les divisions d'infanterie du Heer (armée de terre) de la Wehrmacht durant la seconde guerre mondiale sont en général du type triangulaire, avec 15 000 hommes en 3 régiments de 3 bataillons.

Au Japon[modifier | modifier le code]

Les divisions d'infanterie de l'armée impériale japonaise durant la seconde guerre mondiale sont en général du type triangulaire, avec 12 000 hommes en trois régiments de trois bataillons.

Chaque régiment a une batterie de quatre canons antichar 37 mm et une de quatre canons de montagne de 75 mm. Chaque bataillon a 2 obusiers légers de 70 mm. Le régiment d’artillerie possède cinq canons antichar de 37 mm, 24 canons de 75 mm et 12 canons de 100 mm.

Le soutien d’artillerie est en général assuré par les brigades d’artillerie lourde de campagne comprenant deux régiments, l’un avec 16 obusiers de 150 mm (2 bataillons, chacun avec deux batteries de quatre obusiers) et l’autre avec 16 canons de 100 mm.

Article connexe[modifier | modifier le code]