Cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cimetière américain de Colleville-sur-Mer
Normandy American Cemetery and Memorial (en)
Image illustrative de l'article Cimetière américain de Colleville-sur-Mer
Cimetière américain de Colleville-sur-Mer
Pays Drapeau de la France France / Drapeau des États-Unis États-Unis
Département Calvados
Ville Colleville-sur-Mer
Superficie 70 hectares
Nombre de tombes 9 387
Mise en service 1956 (8 juin 1944)
Coordonnées 49° 21′ 37″ N 0° 51′ 26″ O / 49.360278, -0.857222 ()49° 21′ 37″ Nord 0° 51′ 26″ Ouest / 49.360278, -0.857222 ()  

Géolocalisation sur la carte : Calvados

(Voir situation sur carte : Calvados)
Cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cimetière américain de Colleville-sur-Mer
Personnalités enterrées
Theodore Roosevelt Junior (MoH)
Jimmie Monteith (MoH)
Frank Peregory (MoH)
Deux des frères Niland

Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer (Normandy American Cemetery and Memorial) est un cimetière militaire américain, situé juste au-dessus de la plage dite d’Omaha Beach, dans la commune de Colleville-sur-Mer dans le Calvados, sur l'un des sites du débarquement allié du 6 juin 1944.

Historique[modifier | modifier le code]

Inauguré officiellement en 1956 avec son mémorial, ce cimetière honore les soldats américains morts pendant la bataille de Normandie lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette nécropole de 70 hectares est installée sur les hauteurs qui surplombent la plage d'Omaha Beach, l'une des plages du débarquement de Normandie. Le littoral à cet endroit est protégé.

Le cimetière a remplacé un premier cimetière provisoire dit de Saint-Laurent établi à proximité dès le 8 juin 1944. Il s'agissait du premier cimetière militaire américain de la Seconde Guerre mondiale. Il a été conçu par Harbeson, Hough, Livingston & Larson et l’espace a été arrangé par l'architecte paysagiste Markley Stevenson qui a fait en sorte que de n'importe quel angle, on voit une rangée de croix. À l’entrée du cimetière, une statue en bronze de 7 mètres de haut, à l'intérieur du demi-cercle formé par la colonnade du mémorial, fait face aux carrés des tombes. Elle symbolise « L'Esprit de la jeunesse américaine s'élevant des flots ». Cette statue est entourée de galets symbolisant la difficulté des tanks à passer la plage. Les stèles de marbre blanc sont en forme de croix latine ou en forme d'étoile de David pour les soldats de confession juive.

Personnes enterrées[modifier | modifier le code]

Omaha Beach vue depuis l'escalier du cimetière menant à la plage.

Dans le cimetière sont enterrés les corps de 9 388 personnes, dont 307 inconnus, quatre femmes. En tout on compte 9384 militaires et 4 civils. Ces personnes sont principalement décédées le jour du débarquement ou dans les semaines suivantes en Normandie, principalement au combat. 14 000 dépouilles, d'abord inhumées en Normandie, ont été rapatriées aux États-Unis, à la demande de leurs proches.

Près du monument mémorial, dans le « jardin des disparus », se trouvent les noms de 1 557 soldats disparus.

3 titulaires de la Medal of Honor morts en Normandie reposent à Colleville, dont le général Theodore Roosevelt Junior (1887-12 juillet 1944) (le fils ainé du président des États-Unis Theodore Roosevelt et lointain cousin du président Franklin Roosevelt), le lieutenant Jimmie Monteith (1917 - 6 juin 1944 à Omaha Beach) et Frank Peregory[1] (1916 - 12 juin 1944).

Deux des frères Niland, dont l'histoire a inspiré Steven Spielberg pour écrire le scénario du film Il faut sauver le soldat Ryan, sont aussi enterrés ici.

Capsule temporelle[modifier | modifier le code]

Enterrée dans la pelouse directement vis-à-vis de l'entrée de l'ancien bâtiment des visiteurs, une capsule temporelle sauvegarde des journaux et des dépêches annonçant le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. La capsule est recouverte d'une dalle de granit rose sur laquelle est gravée : « To be opened June 6, 2044[2] ». Apposée au centre de la dalle il y a une plaque en bronze ornée avec les cinq étoiles d'un général de l'armée américaine et gravée avec l'inscription suivante : « In memory of General Dwight D. Eisenhower and the forces under his command. This sealed capsule containing news reports of the June 6, 1944 Normandy landings is placed here by the newsmen who were here, June 6, 1969[3],[4]. »

Administration[modifier | modifier le code]

Le territoire du cimetière est une concession perpétuelle faite par la France aux États-Unis, comme il est d'usage pour tous les cimetières militaires relatifs aux deux guerres mondiales. Il ne bénéficie pas de l'extraterritorialité[5].

Le cimetière est géré par l'American Battle Monuments Commission, agence indépendante du gouvernement américain. Conséquence de cette gestion, le cimetière (comme d'autres en France et dans le monde) est fermé en cas d'arrêt des activités gouvernementales aux États-Unis, ce qui se produit pendant 16 jours en octobre 2013[6],[7].

Symbolique aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Par son emplacement devant Omaha Beach et les soldats qui y sont enterrés, beaucoup sont morts le jour J, le lieu revêt une symbolique particulière[8]. Tous les présidents américains en exercice depuis Jimmy Carter se sont rendus au cimetière de Colleville[8] (sauf George H. W. Bush qui n'y a effectué qu'une visite privée en 1995[8]) : Ronald Reagan en 1984 (pour le 40e anniversaire du débarquement[9]), Bill Clinton en 1994 (pour le 50e anniversaire du débarquement), George W. Bush en 2002 (pour le Memorial Day[10]) et en 2004 (pour le 60e anniversaire du débarquement[11]), le dernier en date étant Barack Obama le 6 juin 2009 (pour le 65e anniversaire du débarquement). Les discours de ces visites ont souvent servi aux présidents américains à appuyer la politique étrangère du moment[8].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le cimetière apparaît dans le film Il faut sauver le soldat Ryan (1998) de Spielberg. Le film est inspiré de l'histoire des frères Niland, dont deux sont enterrés là. Il apparaît également dans La Malédiction (1976) de Richard Donner.

La Symphonic Prelude (The Cemetery at Colleville-sur-Mer) de Mark Camphouse est une référence au lieu.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le cimetière accueille environ 1 million de visiteurs par an[8] et est le cimetière américain le plus visité[8]. Un centre pour visiteurs a ouvert le 6 juin 2007. Les États-Unis y ont investi 30 millions de dollars pour retracer le débarquement[8]. Dans une des salles, une bande-son cite en permanence le nom des soldats américains morts au combat[8].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frank D. Peregory et Jimmie W. Monteith Jr dans la Wikipedia anglophone
  2. « À ouvrir le 6 juin 2044 »
  3. « À la mémoire du Général Dwight D. Eisenhower et des forces sous sa commande. Cette capsule scellée contenant des rapports de nouvelles du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie a été placée ici par les journalistes qui étaient ici, 6 juin 1969. »
  4. Sur les chemins de l'histoire, bessin-normandie.com
  5. Jean-Paul Pancracio, « Le régime juridique des bases militaires concédées : À propos de la fermeture du camp d’internement de la base américaine de Guantanamo à Cuba », CEREM, février 2009, p. 4.
  6. Shutdown: les salariés français des cimetières américains face à un vide juridique, Slate, 16 octobre 2013, par Cécile Dehesdin
  7. Fin du shutdown et retour des visiteurs au cimetière américain de Colleville, France Bleu Basse-Normandie, 17 octobre 2013, par Francis Gaugain
  8. a, b, c, d, e, f, g et h Benoît Hopquin, « Colleville, c'est déjà l'Amérique », Le Monde, 14 mai 2009, p. 3.
  9. (en) "At 40th D-Day Tribute, Reagan Took the Occasion by Storm", Washington Post, 7 juin 2004.
  10. Informations sur le site de la Maison Blanche, 27 mai 2002
  11. Informations sur le site de la Maison Blanche, 6 juin 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]